Amazone

De La Bibliothèque Impériale
Les Filles des Dieux
Amazon Scout.jpg
L’empire continental des Hommes-Lézards recouvre la totalité des jungles de Lustrie, mais les serviteurs sauriens des Anciens ne sont pas les seuls êtres intelligents à y vivre. Les rares explorateurs qui ont eu la chance de survivre à leurs expéditions racontent toutes sortes de contes, même si leurs auditeurs pensent qu’il s’agit là du fruit d’esprit déréglés par le climat trop ensoleillé du Nouveau Monde d'Or. Si ces histoires évoquent de minuscules sauvages à la peau sombres, aussi petits que des Halflings du Moot ou encore d’esprit de la jungle vaguement apparentés aux Dryades d'Athel Loren, ce sont avant tout les Amazones qui enflamment le plus l’imagination des explorateurs.

Il existe plusieurs histoires relatant les origines des Amazones. Les premières références datent de l’époque où les Norses atteignirent pour la première fois les rives du Nouveau Monde. Menés par Losteriksson, les nordiques comprirent rapidement que les richesses immenses leur tendaient littéralement les bras et se livrèrent à un pillage en règle du continent. Tandis que Losteriksson fonda ce qui allait devenir la colonie de Skeggi, d’autres chefs prirent la route du sud le long de la Côte du Cactus, par-delà les îles de Yukka et de Quetzl et entreprirent de remonter le fleuve Amaxon. C’est-là, dans ce paysage de mangrove saturé d’humidité qu’ils distinguèrent une île se trouvant au beau milieu du fleuve, sur laquelle trônait une gigantesque statues aux contours indistincts. Bien que la brume leur masquât sa véritable forme, elle semblait humanoïde, et féminine qui plus est. Mais les envahisseurs n’eurent guère le temps de résoudre le mystère, car leur navire se retrouva bientôt pris sous un déluge de flèches et des projectiles inconnus. Les guerriers qui n’étaient pas tués sur le coup furent rapidement victimes des terrifiants effets des armes mystérieuses, si bien que leur chefs ordonnèrent de rebrousser chemin vers la mer. La légende veut que les équipages de navires virent des femmes guerrières se tenant fièrement sur les rives de l’île, mettant au défi quiconque de s’approcher. Selon leurs sagas, les nordiques livrèrent depuis lors maintes batailles contre les fières Amazones. Il existe de nombreuses description de leur apparences aussi bien que de leur société, même si comme il souvent de mise, ces descriptions sont contradictoires, voire totalement farfelues.

Les premiers récits concernant les Amazones sont à chercher dans la Saga de Rothnikson, explorateur excentrique qui fut le premier à franchir la jungle au sud d’Axlotl. Rothnikson décrit une société exclusivement matriarcale et prétend n’avoir jamais vu un seul homme au cours d’une dizaine de rencontres avec les Amazones. Il affirme qu'elles sont dirigées par une caste de guerrières mystiques connus sous le nom de Sororité, et chaque combattante est une zélatrice de leur déesse martiale. De nombreuses adeptes de la Sororité seraient des guerrières fanatiques sous l’influence permanente d’un puissant narcotique extrait d’une mystérieuse plante alcaloïde qui décuplerait leur férocité au combat, au point d’égaler les redoutables berserkers nordiques.

Rothnikson reste par contre évasif sur d’autres aspects de la société des Amazones. Il raconte qu’elles vivent dans d’humbles huttes montées sur pilotis au milieu des ruines de certains anciens temples Hommes-Lézards. Mais bien qu’il mentionne plusieurs villages, il n’en donne jamais la localisation exacte. En outre, l’explorateur évoque d’autres mystères, tels le Temple de Karra à Genaina, le Grand Sanctuaire de Rigg sur les rives du lac Lokka et les richesses incommensurables du Palais Royal de la Sororité, sans pour autant donner davantage de précisions à leur sujet.

Mythes des Amazones

Au centre des histoires entourant les Amazones de Lustrie se trouve une masse de mythes souvent contradictoires. Il existe au moins deux récits crédibles sur les origines des Amazones, ainsi que des dizaines d’explications plus ou moins historiques sous-entendant des liens avec les Hommes-Lézards, les Elfes et les nordiques.

L’un des récits les plus étranges sur le sujet est à chercher dans les écrits de "Drivot le Diatribiste". Ce personnage pour le moins atypique aurait été un sorcier blanc de l’Ordre Lumineux, mais il est avant tout célèbres pour ses récits détaillés des mythes de la création des Hommes-Lézards, des Elfes ainsi que d’autres races. Toutefois, nul n’est en mesure d’affirmer s’il a effectivement visité les lieux dont il parle, ni même s’il a effectivement rencontré les êtres qu’il prétend bien connaître.

Les Diatribes de Drivot

Ce n’est pas sans raison que l’on surnomme Drivot le «Diatribiste», car ces écrits sont surchargés de digressions qui ne manquent d’entraîner le lecteur sur des chemins que seul un fou peut espérer comprendre. C’est ainsi que Drivot relate l’union d’un Dieu Elfe de la Mer, de la Richesse et du Bonheur (inconnu de tous les spécialistes, y compris des Elfes eux-mêmes), et de la déesse Amazone nommée Rigg. Le fruit de cette union n’est autre que Kalith, la «Mère de toutes les Amazones».

Les enfants de Kalith jouèrent un rôle particulier dans la création du monde car outre leurs origines divines, elles devinrent les favorites et les vizirs des maîtres de la création, en d’autres termes les servantes des Dieux. Les Amazones furent les témoins de la création du monde, et de la naissance des premiers êtres conçus par les Anciens, se tenant à la droite des créateurs du monde. Elles possédaient une sagesse sans limites que n’égalait que leur beauté, et le temps n’avait pas de prises sur elles. Il n’y avait pas d’hommes parmi elles car aussi longtemps qu’elles resteraient aux côtés de leurs maîtres, elles seraient immortelles et n’avaient donc pas besoin de se reproduire. De plus, elles détenaient une partie des pouvoirs des créateurs et parcouraient le monde pour en faciliter le transformation selon la volonté des Anciens.

La plupart des lecteurs de Drivot dénoncent l’invraisemblance de ce que les plus bienveillants d’entre eux appellent des «billevesées», mais cela n’est rien comparé aux autres pseudo-révélations dont il nous fait part.

Selon lui en effet, les Anciens furent victimes du Chaos et ils entraînèrent les Amazones dans leur chute. Le chaos se répandit sur le monde et tandis que les Anciens fuyaient ou mouraient, leurs disciples livrèrent une guerre désespérée contre d’innombrables créatures démoniaques. Les Amazones, séparées de leurs maîtres, leur puissance considérablement amoindris, se réfugièrent dans les profondeurs de la jungle, où elles établirent des refuges secrets qu’elles jurèrent de défendre contre toute intrusion, et ce jusqu’à la fin des temps.

Au Cœur des Ténèbres

Les nordiques ont quant à eux une histoire bien différente pour expliquer l’origine des Amazones. Ils établissent un lien de parenté avec les Valkyries, ce que tendraient à corroborer les écrits du brillant, quoiqu’excentrique, historien Stillmensch. Selon ces légendes, les guerrières habitant dans la jungle seraient en fait des descendantes d’un groupe de femmes qui auraient prit les armes tandis que les hommes étaient partis en expédition. À leur retour, ceux-ci virent cela d'un très mauvais œil, les femmes nordiques n'ayant pas le droit de porter des armes. Devant leur refus de retourner au fourneaux comme toute vrai femme devait le faire, les Valkyries aurait été exilées de Skeggi pour disparaître dans la jungle et ne jamais en revenir. Cette histoire paraît relativement plausible, mais n’explique pas pourquoi les premières évocations des Amazones remontent aux premières expéditions nordiques, ce qui suggère que la présence de ces femmes précède l’arrivée des farouches barbares.

En quête de vérité

Amazonian priestess.JPG
Cela fait des siècles que la Lustrie a été découverte, mais ceux qui y vont s’y rendent généralement dans le seul but de s’enrichir. Même si des érudits se sont lancés dans l’exploration de ce continent, aucune expédition dûment appointée par les autorités impériales n’a été organisée. Après tout, la Lustrie est un lieu dangereux, et les défis plus urgents ne manquent pas. Ainsi, rares sont les universitaires à avoir étudié de façon approfondie la nature des habitants de Lustrie, reptiles et humains confondus, de crainte d’être tournés en dérision par leurs confrères. La vérité sur les origines des Amazones n’est dont pas près d’être connue.

De nombreuses histoires suggèrent que les Amazones étaient, peu après l’arrivée d’habitants du Vieux Monde en Lustrie, un peuple en voie de disparition. Depuis lors, les contacts se sont multipliés, et l’on pense qu’elles auraient reçu des renforts, ce qui expliquerait la disparition des Valkyries, qui pourraient avoir rejoint les Amazones au cœur de la jungle. Même si cela est exact, il est impossible de savoir si elles on reçu le don de la jeunesse éternelle dont semblent jouir les Amazones. Il est malheureusement à craindre que toute découvertes supplémentaire sur la question ne se fasse qu’au prix d’une grande quantité de sang versé, tant pour les hommes de l’Empire que pour les Amazones.

Les Amazones et le Monde Extérieur

Tous ces récits s’accordent à dire que les Amazones sont un peuple extrêmement belliqueux, mais il leur arrive de s’allier avec d’autres peuplades. Elles semblent avoir une approche aussi complexe que ritualisée à l’extrême de leurs rapports avec le monde extérieur, et nul ne peut prévoir combien de temps peut durer une alliance.

Cela est particulièrement vrai dans le cas de leurs relations avec les Hommes-Lézards. Il semble que les Amazones occupent au moins un site sacré au yeux des Hommes-Lézards, où ces derniers venaient jadis rendre hommage à quelques divinités oubliées. De plus, les hautes prêtresses de la Sororité portent des artefacts dont l’origine ne fait pas de doute, sans que les insondables reptiles où les Slanns qui les dirigent ne fassent quoi que ce soit pour les récupérer. Il semblerait au contraire que les Prêtres-Mages acceptent les Amazones comme faisant partie de l’ordre naturel des choses. Cela ne signifie cependant pas que les deux camps ne se dressent jamais l’un contre l’autre. Un marchand de l’Empire raconte même avoir un jour rencontré une Prêtresse Amazone revêtue de la peau d’un Skink albinos, preuve s’il en est que les conflits entre les deux peuples de Lustrie ne sont pas rares.

Les relations avec les autres races sont infiniment moins complexes, comme par exemple, la haine mutuelle que se vouent les Amazones et les nordiques. Cette hostilité notoire remonte à l’époque où les barbares venus du froid se sont livrés à leurs premiers pillages contre les redoutables femmes guerrières. Les rapports avec les autres peuples sont tout aussi difficiles, et le fait que de ne nombreux nobles impériaux ont fréquemment financé des raids contre les Amazones afin de capturer puis d’exhiber ces «curiosités d’outre-mer» à la cour impériale ne fait rien pour apaiser la situation.

Cependant, cette logique de conflit ne préside pas à tous les contacts entre les étrangers et les Amazones. Il est en effet arrivé à de multiples reprises qu'elles guident, conseillent ou aident une armée combattant en Lustrie. Une Prêtresse portera assistance à des combattants ou des explorateurs en leur fournissant une aide magique non négligeable, généralement le temps d'une bataille. La raison pour laquelle elles favorisent telle armée au détriment de telle autre demeure un mystère complet aux yeux des spécialistes, même si certains pensent qu'elles accomplissent ainsi quelque obscure prophétie qui les pousse à aider quiconque éliminerait un de leurs ennemis, ou protégerait un site sacré.

Liste d'Armée

Il existe une liste d'armée totalement non-officielle créée par des fans pour mettre sur pieds une armée d'Amazones à Warhammer, disponible ici (en anglais) : Warhammer Armies : Amazons

Sources

  • White Dwarf n° 134