Chaman Homme-Bête

De La Bibliothèque Impériale
Les Oracles du Conseil des Ténèbres
Si les Chamans Hommes-Bêtes ont un aspect identique aux Gors, ils sont tout aussi horribles à contempler, leur pelage sale est couvert de fétiches et de breloques, même s’ils portent généralement de riches robes ou des capuchons décorés, et souvent une bannière ornée de scalps et d’ossements. Ce qui les distingue de leurs congénères, c’est la couleur de leurs yeux. La nuance de son iris indique quelle puissance du Chaos a pris le Chaman sous son aile : bleu ou jaune pour Tzeentch, vert ou marron pour Nurgle, rose ou violet pour Slaanesh, et rouge vif pour Khorne (bien que les Chamans de Khorne ne lancent jamais de sorts).

Les Chamans occupent une place inhabituelle dans le monde brutal des Hommes-Bêtes : ils n’ont nul besoin de se défendre contre les autres membres de leur tribu, car personne n’oserait s’en prendre à eux, même envers les quelques Chamans qui n’ont pas de cornes. Même le plus puissant Seigneur des Bêtes n’osera pas faire de mal à un Chaman, car il est la voix des Dieux Sombres, et tous les Hommes-Bêtes savent que ceux qui osent défier les Dieux en paient le prix fort.

Tous les utilisateurs de Magie puisent dans les énergies mystiques issues des Royaumes du Chaos, mais les Chamans Hommes-Bêtes utilisent ces énergies de manière naturelle, presque instinctive. Dès la naissance, ils savent manipuler l’énergie du Chaos sous sa forme brute, tout comme les autres Hommes-Bêtes semblent savoir chasser, traquer et tuer, ils n’ont pas besoin d’étudier ni de subir de formation spéciale : ils savent comment faire, tout simplement. Des miasmes de sorcellerie entourent sans cesse les Chamans Hommes-Bêtes, et lorsqu’ils sont en colère, la réalité se déchire et gémit selon leur volonté. Les racines des arbres se contorsionnent à leur passage, les sous-bois poussent à une vitesse décuplée et des parasites répugnants grouillent à leurs sabots. On dit que les Chamans Hommes-Bêtes peuvent prendre l’aspect des bêtes des bois pour espionner l’humanité. D’ailleurs, d’innombrable guerres et attaques sont précédées par la visite d’oiseaux de mauvais augure comme des corbeaux ou des hiboux, ou par l’apparition de renards aux yeux rouges. Les superstitions qui entourent ces animaux sont donc très répandues, surtout dans les villages et les bourgs les plus isolés.

L’un des pouvoirs les plus importants employés par les Chamans Hommes-Bêtes est leur capacité à transférer leur conscience dans les Royaumes du Chaos afin de s’y entretenir avec les Démons, et même les dieux qu’ils y trouvent. Ils accèdent à ce plan en s’enivrant et en inhalant les vapeurs de plantes hallucinogènes qu’ils jettent dans des feux au pied des Pierres des Hardes. Grâce à ces voyages, à ces songes et à ces hallucinations, ils sont en mesure de prévoir l’avenir et de guider les Hardes d’Hommes-Bêtes vers toujours plus de destruction.

Alors que le Seigneur des Bêtes sont l’incarnation de la haine des Hommes-Bêtes envers les humains, les Chamans représentent l’animosité qu’ils éprouvent envers leurs Dieux. Profaner les temples des hommes est le plus grand honneur qu’on puisse faire aux Dieux du Chaos, et les Chamans se livrent à de tels blasphèmes au cours de longs rituels. Les plus révérés d’entre eux sont ceux qui ont convaincu les chefs des Hardes de livrer une guerre continuelle contre l’Empire, et qui ont réussi de cette façon à incendier d’innombrables temples humains. L’acte de dévotions ultime d’un Chaman Homme-Bête consiste à sacrifier un prêtre humain sur l’autel de son propre Dieu, à déféquer sur les symboles de sa foi et à piétiner ses objets sacrés.

Une fois les Hardes rassemblées, les Chamans Hommes-Bêtes procèdent à un rituel lors duquel leur beuglement s’entend à des lieux à la ronde. Ils invoquent le puissance des Dieux du Chaos pour investir la horde d’une vigueur phénoménale. Des sacrifices sanglants sont perpétrés ; les entrailles et les cœurs des victimes sont offerts aux cieux tandis que les Hommes-Bêtes se contorsionnent autour de la Pierre des Hardes. Au terme de cette célébration, la Harde émerge de la forêt pour piller et brûler les terres du Vieux Monde.

Armés des puissantes Marques du Chaos, ils ont accès à une magie des plus dangereuses : lorsque les Hommes-Bêtes partent en guerre, les Chamans invoquent des sorts qui dévastent les rangs ennemis. Leur magie est une version encore plus sauvage du vent de Ghur qui parle à la bête qui sommeille en chaque créature. Ils sont capable de faire régresser des soldats au niveau de bêtes grognantes et agressives, d’attirer des créature immondes du fond des bois, ou de forcer les montures à se retourner contre leurs cavalier en instillant une colère alimenté par le fait d’avoir été dompté et maîtrisé par les étriers, la bride et le fouet. En l’associant à des talents de guerrier exceptionnels, ils comptent parmi les plus dangereux membres de la Harde.

  • Bâton de Chaman : les Chamans Hommes-Bêtes brandissent un lourd bâton ornée d’ossements, de coquillages, de scalps et de crânes, et toute sa longueur est incrustée de pierres et d’éclats de métal. Ce bâton est tout autant arme que symbole de leur position.


Défis de Chamans

Il peut arriver que ce soit un Chaman et non un chef qui unisse les Hardes et conduise l’invasion contre leurs ennemis. La chose reste rare, et ne se produit que lorsqu’un Chaman a été particulièrement favorisé par les Dieux. Le Grand Chaman Gallak Œil-de-Bête, par exemple, s’éleva dans le ciel nocturne, nimbé d’énergie noire, au terme d’un rituel. D’une voix tonitruante qui n’était pas la sienne, Gallak déclara la guerre contre les souverains de l’Ostermark, et aucun chef n’osa s’opposer au fait qu’il prenne la tête de la horde. Les vingt mille guerriers de Gallak jaillirent alors des Bois Morts, mené par le Chaman, et dévastèrent la province du Talabec, sacrifiant des milliers d’humains de plus abominable des façons avant de poursuivre vers le sud pour attaquer les terres hantées de la Sylvanie.

Si un Chaman convoque un Grand Brame et qu’un de ses pairs le défi, les deux se livreront un duel. Le combat ne sera toutefois pas physique : l’âme de chaque sorcier quittera son corps pour aller posséder la bête la plus puissante et la plus féroce qu’elle trouvera. Le duel qui opposera les monstres ainsi choisis se déroulera devant la Pierre des Hardes et dévastera souvent le campement des hommes-bête et une bonne partie des bois environnants.


Sources

  • Livre d’armée des Hommes-Bêtes, V7
  • Warhammer JdR - le Tome de la Corruption