La Légion Perdue de Pirazzo

De La Bibliothèque Impériale
Révision datée du 29 juin 2017 à 22:02 par Guilhem3004 (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Tandis que les Skinks battaient en retraite dans les marais , Lord Xtloli ordonna à ses Gardes des Temples de reprendre l'attaque. A ce moment, un nuage de plomb venu des machines des pillards balaya nos guerriers comme un nuage de sauterelles enragées mais eux aussi durent battre en retraite.
- Manquixipolata, scribe Skink à propos de la bataille contre la Légion Perdue de Pirazzo


La Légion Perdue de Pirazzo
La Légion Perdue de Pirazzo est tout ce qui reste de l'expédition envoyée en Lustrie par les marchands de Tobaro. Le régiment fut un des trois a avoir été recruté parmi les jeunes gens les plus pauvres de la ville. La promesse des richesses inouïes que contenait la jungle de Lustrie était une grande tentation et les gens s’enrôlèrent en masse. Fernando Pirazzo fut appointé pour commander un de ces régiments. Bien que jeune, il était déjà un capitaine mercenaire expérimenté. Avant que l'expédition n'embarque , il entraîna ses hommes à utiliser aussi bien la pique que l'arbalète, qui sont les deux armes traditionnelles des mercenaires Tiléens, prévoyant des conditions auxquelles ils devraient faire face dans la jungle de Lustrie.

A peine l'expédition était elle arrivée dans les eaux de Lustrie , que les ennuis commencèrent. Une fois tous les mercenaires débarqués, les marins, qui étaient également des mercenaires, levèrent l'ancre, les abandonnant là en emportant les coffres au trésor des trois régiments. Bien entendu, les coffres étaient restés à bord au cas où le débarquement devrait se faire en force ! Pirazzo avait prévu le coup mais avait été désavoué par les deux autres capitaines. A présent les mercenaires réalisaient qu'il était de loin le meilleur chef et les deux autres régiments se mutinèrent. Leurs incompétents capitaines furent abandonnés dans la mangrove sur des radeaux. Les mercenaires se regroupèrent sous le commandement unique de Pirazzo et se nommèrent eux même la Légion Perdue. Chacun savait que suivre les ordres de Pirazzo était la meilleure chance de survie et personne ne protesta quand il décida qu'ils continueraient à camper sur la côte tant que tout le monde ne serait pas familiarisé avec l'usage de la pique et de l'arbalète.

Après plusieurs semaines, tous les plus mauvais éléments étaient morts, avaient été exécutes ou avait déserté et fuit dans la jungle, où par petits groupes, ils étaient à terme condamnés. Le reste était entraîné selon les standards de Pirazzo et ce dernier pouvait compter que ses ordres seraient suivis. A présent, il était prêt à les conduire vers l'intérieur, vers l'aventure et la richesse… ou peut être la mort !

Après une marche épuisante, la Légion Perdue arriva dans des ruines. Ils entrèrent avec un luxe de précautions et trouvèrent bientôt des chambres contenant or et gemmes. Alors que les mercenaires se remettaient en marche, chargés de trésors, les Hommes-Lézards lancèrent une série d'embuscades depuis les remparts et les bassins qui constellaient la cité en ruine. Grâce à la prévoyance de Pirazzo et à l'entrainement de ses hommes, le régiment put tenir sa position sur les remparts et repousser tout assaut. La première embuscade fut accueillie par un rideau de carreaux d'arbalètes, la deuxième se fracassa sur les piques. Dans l'après midi, les Skinks goûtèrent une fois de plus aux arbalètes et les Saurus furent encore repoussés par les piques.

Les pertes parmi les Skinks et les Saurus étaient considérables, et bientôt les bassins débordèrent de cadavres reptiliens. Juste au moment ou la faim et la soif atteignaient leur paroxysme, le Prêtre-Mage suspendit l'attaque. L'ennemi semblait avoir trouvé une parade a ses tirailleurs et à ses troupes de choc, il devait donc mettre au point une tactique plus efficace. Pendant ce moment de répit, Pirazzo envisagea la possibilité de négocier avec le Prêtre-Mage pour faire engager ses troupes comme mercenaires et rentrer chez eux vivants et riches. C'était étrange, comme si l'idée lui avait été suggérée. Rapidement il ordonna à ses hommes d'abandonner leur butin et de battre en retraite le long des remparts. Il fut obéi sans discussion, bien que cela brisât le cœur de ses hommes d'abandonner de l'or ! Le régiment battit en retraite et prit position sur une place et attendit la suite des événements, même si Pirazzo ne savait pas à quoi s'attendre.

Au levé du soleil, les sentinelles furent ébahies de voir non seulement le butin rapporté à part les plus grandes et plus belles des plaques ornementales d'or mais il y avait aussi un monceau de vivres et d'eau douce. La place était pleine de Saurus placés de façon à ne laisser qu'un accès hors des ruines, par le sud. La Légion Perdue prit le butin, les vivres et le chemin qu'on leur avait préparé. La Légion marcha plusieurs semaines vers le sud. Ils ne rencontrèrent plus de cités mais trouvèrent régulièrement des tas de vivres le long de la route. Finalement ils atteignirent un endroit étrange en plein marécages putrides. Là ils furent attaqués par les hordes de Zombies de la Côte Vampire. A présent il était clair que les Prêtres avaient dirigés Pirazzo vers leurs plus redoutables ennemis. La Légion combattit bravement et défit les Morts-Vivants partout où elle les rencontra.

Enfin les mercenaires atteignirent la mer. Ils remplirent leurs sacs à dos de tout l'or qu'ils purent trouver dans les épaves qui jonchaient la côte. En utilisant les épaves ils réussirent à reconstruire un navire de fortune et prirent la mer. Juste quand le navire était sur le point de couler, Pirazzo aperçu la terre. Il s'agissait de la côte d'Arabie. Peu après, la Légion marcha vers l'intérieur des terres et fut engagée par un des émirs pirates qui craignait ce que Pirazzo et ses hommes auraient pu lui faire s'il ne les embauchait pas.

Ensuite la Légion Perdue batailla à travers l'Arabie, Sartosa et en Tilée une fois de plus, servant bien des maîtres, accédant à de nouvelles richesses et recrutant des aventuriers toujours plus audacieux pour sa troupe.


Devise: Entraînés en Lustrie
Cri de guerre: « Morts ou Riches ! »

Source

  • White Dwarf 81 - Janvier 2001