Bac à sable

De La Bibliothèque Impériale

Des Elfes Sylvains

L'histoire veut qu'ils soient tout ce qu'il reste de la civilisation des elfes navigants d'Ulthuan sur le vieux monde. En effet il y a de cela quatre mille ans, ce qui constitue aujourd'hui le royaume de Bretonnie n'était autre que des colonies des Hauts Elfes. Ces colonies furent abandonnées après la guerre contre les nains et le rappel par le Roi Phénix de tous les elfes du vieux monde, pour défendre Ulthuan, victime d'offensive des Elfes noirs de Naggaroth. Mais certains refusèrent de partir du coup plus tôt que de rester sans défense dans les cités côtières, ils décidèrent de s'aventurer dans les profondeurs de l'immense forêt se trouvant à proximité. Celle-ci pendrait plus tard le nom de forêt de Loren.

De mémoire d'elfes sylvains on raconte que par trois fois les Elthin-Arvan, ceux des elfes qui vivaient alors sur le continent, que les hommes nommèrent Vieux Monde par la suite, tentèrent d'y pénétrer par trois fois ce fut un échec.

Durant la guerre l'empereur ordonna que les elfes combattent mais les Elthin qui se trouvaient aux abords d'Athel Loren refusèrent, ils durent se défendre et défendre la forêt au côté des esprits qui l'habitaient, ils prirent le nom d'Asrai et disparurent des affaires du monde connu, s'enfonçant dans la forêt pour y vivre et y créer une société qui leur est propre. Afin de préserver l'unité et la protection d'Athel Loren le Roi Orion et la Reine Ariel entrèrent en communion physique et spirituelle avec un arbre millénaire, nul ne sait où, le Roi et la Reine sont bien vivants, en stase dans cet arbre et par eux toute la forêt et tous les elfes qui y vivent reçoivent protection et bénédiction.

Les elfes sylvains sont organisés en clans spécialisés(1), leur mode de reproduction est comparable à celui des humains mais la gestation en diffère(2), bien que la culture Asrai soit essentiellement tournée vers la nature et la survie(3), ils ont conservé un goût prononcé pour l'élévation spirituelle(4). La culture est de tradition orale; les traditions histoires et connaissances se transmettent au cours de veillées ou d'initiations, voir tout au long de la journée. Les clans formés aux arts de la guerre se trouvent en périphérie extérieure par rapport aux autres clans, ils protègent la forêt et peuvent participer à de grandes batailles quand des armées tentent de pénétrer en territoire Asrai.

1 Les clans :

Il est difficile de répertorier tous les clans, certains sont grégaires et d'autres nomades, les transmissions d'informations se font par des elfes nommés Coureurs des bois, ils connaissent la forêt et ses créatures comme s'ils en étaient eux même, il arrive que certains coureurs présentent des mutations dû à leur trop longue exposition à la magie de la forêt. Les coureurs sont solitaires, ils ne résident nul part, quand un clan a besoin de l'aide d'un coureur pour transmettre une information ou appeler à l'aide il s'en trouve un qui vient à point nommé pour entendre le message et le délivrer puis repartir.

Parmi les clans combattants on peut dénombrer diverses clans d'apprivoiseurs, de danseurs de guerre et d'Archers. Ces clans sont nomades et veillent sur une portion de forêt en contacte avec le monde extérieur.

A l'intérieur de la forêt vivent les mages et les prêtres les "érudits".

3 La culture :

Erudits entre parenthèses car les Asrai éduquent leur esprit, les jeunes de quelque clan que ce soit suivent plusieurs initiations au cours de leur vie, l'une d'elle marque le passage à l'âge adulte, pendant plusieurs années ils vont apprendre à se servir de leur esprit, de leur mémoire, car bien que leur espérance de vie soient de 200 ans leur mémoire ne pourrait emmagasiner 200 ans de souvenirs. Ainsi le Bran Wa Shin leur permet d'effacer de leur mémoire des souvenirs peu importants, ou douloureux. Les Asrai ne dorment pas, ils reposent leur corps dans une espèce de semi-conscience rêveuse ce qui en fait d'excellent gardes, cependant toutes les trois nuits ils se plongent dans cet état de "rêve" proche du coma au cours duquel ils vont pendant huit heures "trier" et effacer les souvenirs. Cette transe est tellement profonde qu'une fois commencée rien ne peut tirer l'Asrai de son Bran Wa Shin. Les Asrai sont souvent contemplatifs, ils peuvent passer des heures à regarder une feuille, leurs maisons dans les arbres sont de véritables oeuvres d'art. En résumé les Asrai sont des épicuriens, ils aiment la vie et ses plaisirs, la beauté et l'harmonie de la nature.

2 La reproduction :

Les Asrai ne se privent pas des plaisirs charnels, comme les humains bien qu'ils diffèrent de ceux-ci car ils leur ajoutent une dimension spirituelle quand ils choisisse un compagnon/compagne, il n'y a pas de cérémonie particulière ni de mariage arrangé. Il y a d'ailleurs peu de signes extérieurs d'un couple chez les Asrai, chacun pouvant prendre du temps avec un autre, seul le choix du coeur compte, quand ce choix est fait l'Asrai restera fidèle jusqu'au grand rêve, celui duquel il ne se réveillera jamais. Les enfants s'il en nait sont élevés par le clan tout entier, bien qu'ils aient connaissance de leur filiation. Une Asrai qui attend un enfant en a conscience(les Asrai maitrisent la conception) sauf si elle choisit de l'oublier. Le bébé se développe dans le ventre de la femme Asrai pendant un an, mais elle peut ralentir le développement foetal et le mettre en stase, si elle l'oublie le bébé peut mettre jusqu'à deux ans pour se développer. Les Asrai ne mettent au monde qu'un enfant dans leur vie, rarement deux, la raison en est sans doute cet oubli, l'enfant qui s'est développé pendant deux ans n'a pas une bonne espérance de survie.

4 La religion :

Il y a chez les Asrai autant de divinités que d'arbres dans la forêt d'Athel Loren, les croyances Asrai sont de types animiste et pluri déiste. Cependant quelques divinités sortent du lot.

Je vais reporter ci dessous le descriptif du Nouvel Apocryphe concernant Karnos puis Loec

Karnos, Seigneur des bêtes :

Description :

Considéré par certains théologiens comme une représentation de Taal, le dieu de la nature et des lieux sauvages du vieux monde, Karnos est une des principales divinités du panthéon des elfes des bois. C'est le maitre des animaux des forêt. C'est aussi le patron des Caraidh (apprivoiseurs) et il est vénéré par certains Eclaireurs et Chasseurs Elfes. Karnos est généralement représenté sous la forme d'un être composite de plus de trois mètres de haut, avec le corps d'un elfe, une tête et une queue de cerf. On dit qu'il peut prendre à volonté l'apparence de n'importe quelle créature de la forêt.

Alignement : Neutre

Symbole :

Karnos est représenté par une tête de cerf dont les bois ont plusieurs branches.

Zone d'Influence : Habitat elfes du vieux monde.

Temple :

L'ensemble de la forêt est le temple de Karnos.

Amis :

Ennemis : Nains, Elfes Noirs

Les fidèles de Karnos sont en général bien disposés à l'égard des autres elfes Sylvains et des adeptes de Taal, de Rhya et de la Foi Antique. Pour eux Karnos n'est pas un des aspect de Taal, c'est ce dernier qui est un mélange de différentes divinités elfiques dont Karnos. Dans l'ensemble les fidèles de Karnos ne s'intéressent guère aux autres divinités du Vieux Monde et ils éprouvent pour les cultes du Chaos et les divinités gobelinoïdes une haine inébranlable.

Jours Sacrés :

Karnos possède deux grands jours sacrés: Le milieu du printemps, quand la nourriture devient abondante et que les animaux mettent bas, et le milieu de l'automne, lorsque toutes les espèces doivent se préparer à la venue de l'hiver. Les dates de ses fêtes sont calculés à partir de différents signes naturels selon une méthode établie par la tradition elfique et peuvent donc varier d'une année à l'autre.

Condition Requises pour le Cultes :

Tout elfe sylvain peut devenir un fidèle de Karnos; la plupart vénèrent l'ensemble du panthéon elfique sylvain à différents degrés.

Commandements :

- Ne jamais faire de mal à un animal (excepté pour se défendre ou se nourrir la chasse est suivie d'une grande fête) - Ne jamais laisser faire de mal à un animal (sauf exceptions ci-dessus) - Faire tout son possible pour chasser des forêts les Gobelinoïdes, les Hommes Bêtes et les mutants du Chaos.

Epreuves :

Les épreuves de Karnos concernent toujours la défense de la forêt et de ses animaux. Il s'agit généralement de chasser ceux qui menacent les bêtes, qu'il s'agisse d'un trappeur humain solitaire, de troupes guerrières gobelinoïdes ou du Chaos. Dans des cas plus rares l'épreuve consiste à soulager des souffrances animales- En libérant des bêtes capturées pour des combats d'arènes. Ces épreuves là ont provoquées des conflits avec les humains dans le passé, mais les distractions du type harcèlement d'ours se sont raréfiés et les humains les considèrent de plus en plus comme des barbaries dont ils peuvent se dispenser.

L'apprivoiseur :

FIN DES TEMPS

Chronologie de la Fin des Temps
LE PRÉLUDE LA FIN DES TEMPS
MannfredVonCarsteinFDT.jpg GrandDisciple.jpg FDTGrandNecromancien.jpg FDTGlottkin2.jpg FDTKhaine2.jpg Thanquol.jpg FDTArchaon2.jpg
L'Enlèvement d'Aliathra Le Sang de Sigmar Nagash Glottkin Khaine Thanquol Archaon

2

L’Ost des Cieux
L’Empereur

L’Empereur

La Reiksguard
Une confrérie de
Chevaliers de la Reiksguard

Les Ordres de Chevalerie
Un régiment de Chevaliers
de l’Ordre du Soleil, un régiment
de Chevaliers Panthères

Les Chevaliers du Griffon
Une Confrérie de
Chevaliers Demigriffons

Les Gardes-frontières de Corber
Une compagnie d’Éclaireurs,
une compagnie de Pistoliers

L’Ost de la Mort
Nagash, Seigneur Suprême des Morts-Vivants, Incarnation de la Mort

Nagash, Seigneur Suprême des
Morts-Vivants

Arkhan le Noir, Mortach
du Sacrement

Krell, Mortach du Désespoir

La Légion Maudite
Une bande de Chevaliers Noirs,
une bande de Gardes des Cryptes, une bande de Guerriers
Squelettes

La Légion Silencieuse
Un ost de Morghast Archai

La Légion Évidée
Un ost de Morghast Archai

La Légion de la Lune Pourpre
Un ost de Morghast Annonciateurs

La Légion Abjurée
Un ost de Morghast Annonciateurs

Le Throng du Métal
Balthasar Gelt, Incarnation du Métal

Balthasar Gelt,
Incarnation du Métal

Gotri Hammerson
Seigneur Forge-runes

Les Mousquetons de Zhufbar
Trois throngs d’Arquebusiers,
un throng de Guerriers Nains,
deux batteries de Canons,
une batterie de Canons-Orgues

Les Bardés-de-Fer
Un throng de Brise-Fer,
un throng de Dracs de Fer

La Holzengard
Un Throng de Marteliers

L’Escadron du Lac Noir
Un escadron de Gyrocoptères

L’Ost du Feu
Caradryan, Incarnation du Feu

Caradryan, Incarnation du Feu

Varandi
Élu d’Asuryan,
Phénix Spire de Feu

Les Cœurs de Flamme
Une légion de Gardes Phénix

La Garde d’Eataine
Une légion de Lanciers Hauts Elfes

La Pluie Cendrée
Un régiment d’Archers Hauts Elfes

Les Lamentations de la Tour
Un régiment de Maîtres des Épées
de Hœth

La Dernière Troupe
Un régiment de Lions Blancs,
un Char à Lions

Les Draichs Carmin
Un culte d’Exécuteurs

Le Sanctuaire
de la Repentance Sanguine
Un Sanctuaire de Méduse Incarnate

Les Gardiens de la Flamme Secrète
Un parentèle d’Éclaireurs

Les Veilleurs de Talsyn
Une parentèle de Gardes Éternels

La Danse des Flammes
Une parentèle de Danseurs de Guerre

L’Ost de l’Ombre
Malékith, le Roi de l’Éternité, Incarnation de l’Ombre

Malékith, le Roi de l’Éternité

La Garde de l’Éternité
Une garnison de Garde Noire,
une légion de Gardes Phénix,
une parentèle de Rangers des
Bois Sauvages

Les Filles de l’Hiver
Une parentèle de Sœurs de l’Épine

La Danse de Chaînes
Un troupe de Sœurs du Massacre

Les Lances Corbeau
Une avant-garde de Cavaliers Noirs

La Brigade Kraken
Un équipage de Corsaires des Arches Noires, trois Balistes Faucheuses

Les Mânes de Naggaroth
Deux régiments de Sombretraits

Les Revenants de Khaine
Un régiment de Lanciers Hauts Elfes, un régiment d’Archers Hauts Elfes

La Vengeance de Raema
Deux Hydres de Guerre,
un Kharibdyss
L’Ost de la Vie
Alarielle, Incarnation de la Vie

Alarielle, Incarnation de la Vie

Durthu

Næstra et Arahan

Skarana
Homme-Arbre Vénérable

La Garde Éternelle
Deux Demoiselles d’Honneur,
un régiment de Sœurs d’Avelorn

Les Faucons de Cendre
Deux parentèles de Gardes Sylvains, une parentèle
d’Éclaireurs, une parentèle de
Chevaliers Sylvains

Les Noueux
Un groupe de Lémures

Les Sœurs du Bosquet Éternel
Trois groupes de Dryades

Les Obligés
Une parentèle de Cavaliers Sauvages de Kurnous

L’Ost de la Lumière
Tyrion, Incarnation de la Lumière

Tyrion, Incarnation de la Lumière

Imrik, Prince Héritier de Caledor

Prince Daenyl l’Insoumis
Prince sur Dragon

Vengeance des Ellyriens
Deux cadres de Patrouilleurs Ellyriens

L’Écho des Sabots
Un escadron de Chars de Tiranoc

L’Écho des Sabots

Les Derniers Rayons de Soleil
Deux Cotres Volants de Lothern

Les Chevaliers d’Alabast
Un cadre de Heaumes d’Argent

La Garde de Darkblade
Deux cadres de Chevaliers
sur Sang-Froid

Les Lances de Talagand
Un régiment de Lanciers Hauts Elfes

La Waaagh! de la Bête
Grimgor, Incarnation de la Bête

Grimgor, Incarnation de la Bête

Lé Zimmortels
Une vaste bande d’Orques Noirs

Les Cherche-la-Gueule
Deux régiments d’Ogres,
un régiment de Ventres-Durs,
un régiment de Crache-Plomb

Lé Grandgars
Une horde de Kostos sur Sangliers,
deux hordes de Kostos

La Mort qui Roule
Trois Boute-Fer Ogres

Mog Maglog
Géant

La Horde de l’Élu des Dieux
Archaon, l’Élu des Dieux, le Roi aux Trois Yeux, le Seigneur de la Fin des Temps

Archaon, l’Élu des Dieux

Les Épées du Chaos
Trois confréries noires de Chevaliers
du Chaos
, trois bandes de Guerriers
du Chaos
, deux bandes d’Élus

Les Tribus du Nord
Cinq bandes de Maraudeurs du
Chaos, trois bandes de Cavaliers
Maraudeurs
, quatre meutes de
Chiens du Chaos

L’Avalanche d’Airain
Deux régiments de Massacreurs

Le Porteur de Gloire
Autel de Guerre du Chaos

Les Damnés à Jamais
Une grande meute d’Enfants
du Chaos
, deux Carnabrutes,
une Mutalithe à Vortex

Les Roues Écarlates
Trois Chars du Chaos,
deux Chars Éventreurs

La Coterie de la Perfection
Prince Sigvald le Magnifique, le Bâtard de Slaanesh, le Prince Verni, le Seigneur de l’Ost Décadent

Sigvald le Magnifique

L’Ost Glorieux
Deux cours de Démonettes,
trois cours de Veneuses

La Mort Parfumée
Deux cours de Démonettes,
deux cours de Veneuses

Les Beautés
Deux meutes de Bêtes de Slaanesh

Les Mouchardes
Une meute de Bêtes de Slaanesh

Le Déchiqueteur Satiné
Un Char Traqueur Exalté de
Slaanesh, trois Chars Traqueurs
de Slaanesh

L’Armée du Pourrissement
Isabella la Maudite

Isabella la Maudite

La Légion de la Déchéance
Trois bandes de Porte-Pestes,
une bande de Drones de la Peste

Les Ricaneurs
Trois nuées de Nurglings

Les Radieuses
Cinq Bêtes de Nurgle

La Horde Monstrueuse
Throgg, le Croc de l’Hiver, le Roi des Trolls

Throgg

La Morsure de l’Hiver
Trois bandes de Trolls du Chaos

Les Dégénérés
Un régiment de Déchus

Les Fils Affamés
Deux bandes d’Ogres du Chaos

Les Fils de Krakanrok
Un Dragon-Ogre Shaggoth,
deux bandes de Dragons-Ogres

Les Mâchoires à Crocs
Trois Chimères

La Dernière Ruée
Un Seigneur Minotaure,

trois hardes de Minotaures,
trois Ghorgons
Rhorgos la Contrefaite
Carnabrute
Dhorburk Drugk
Géant du Chaos
Le Culte du Meurtre
Hellebron l’Ancienne, la Reine de Sang de Har Ganeth

Hellebron

Karan’gar
Buveur de Sang de la Fureur Effrénée

Le Culte de la Reine de Sang
Deux bandes de Furies,
un régiment d’Exécuteurs,
un régiment Lanciers Hauts Elfes,
un vol de Harpies

Les Sœurs Cinglantes
Un régiment de Sœurs du Massacre

Le Sillage Sanglant
Une bande de Wrathmongers

La Vague Rouge
Deux bandes de Faucheurs de Crânes

Les Marchands d’Entrailles
Une bande de Faucheurs de Crânes

La Rage des Crânes
Un régiment de Massacreurs

La Sombre Harde
Un Seigneur des Bêtes,
trois vastes hardes de Gors,
deux hardes de Minotaures,
trois régiments d’Ungor,
un régiment de Centigor

La Chasse Sanglante
Ka’bandha, Buveur de Sang de la Colère de Khorne

Ka’bandha
Buveur de Sang de la Colère de Khorne

Les Pourchasseurs
Trois bandes de Sanguinaires,
une bande d’Équarrisseurs

Les Limiers
Deux meutes de Chiens de Khorne

Les Barbadax
Deux batteries de Canons à Crânes

Les Sauvages
Une énorme bande de
Maraudeurs du Chaos

Les Chasseurs de Crânes
Une meute colossale
de Chiens du Chaos

La Grande Meute de Duperie Sournoise de Darkh’dwel
Darkh’dwel

Darkh’dwel
Verminarque Manipulateur

Clan Skritt
Seigneur de Guerre,
deux meutes de Vermines de Choc,
quatre meutes de Guerriers des Clans

Clan Vrrtkin
Chef de Guerre,
une meute de Vermines de Choc,
deux meutes de Guerriers des Clans,
six meutes d’Esclaves

Les Tueurs aux Longs Museaux
Deux meutes de Jezzails

Les Trancheurs Fourbes
Une meute de Coureurs d'Égouts,
une meute de Coureurs Nocturnes,
équipes de Foreuses à Malepierre

Les Merveilles de Greevik
Trois Technomages,
trois Canons à Malefoudre,
deux meutes de Globadiers

Les Lourdauds Fracassants
Trois meutes de Malebrutes,
deux meutes de Rats-Ogres

Les Détaleurs
Deux meutes de Rats Géants,
trois grandes Nuées de Rats


3

L'Épouse de Khaine

Livre elfe.jpg Attention, lecteur/lectrice de la Bibliothèque !

Cet article ou cette section est une traduction non officielle d'un texte
édité par Games Workshop, qui n'a (pour l'instant) pas de VF officielle.

Bien qu'ayant cherché à rester le plus fidèle au sens du texte, nous ne
pouvons en assurer l'authentique et sincère exactitude.


EpouseDeKhaineHellebron.jpg

Saison du Sang, année 223 de l’Âge de la Vengeance


Je suis la reine brisée d’une ville brisée.

Je suis assise sur mon trône de fer, dans la sombre chambre en pierre au sommet de ma tour, et je regarde, les yeux troublés par le feu et la mort, les rues ci-dessous.

Comment osent-ils ?Je chuchote de nouveaux à travers des lèvres fêlées et déchirées. Le culot des humains, envahissant ma ville et tuant mon peuple. Moi seule est le droit de tuer chaque Druchii de Har Ganeth, au nom de Khaine, et non eux.

Je devrais être là-bas parmi eux, tuant les adorateurs barbares du soi-disant Dieu du Sang et tous ceux assez sots pour se mettre entre moi et eux. Mais je suis prise au piège ici. Ce soir, c’est la Nuit des Supplices, la nuit de Khaine, lorsque à travers tout Naggaroth, mes filles se délectent du culte de la Main Sanglante, tombant sur les imprudents et assouvissant leurs appétits pour le meurtre et le carnage.

C’est la nuit où je retrouve ma jeunesse et ma vigueur.

Depuis des mois, j’ai été frêle, ma peau parcheminée et mes os fragiles. Je me suis enveloppée de fourrures, comme beaucoup de sauvages nordiques ci-dessous, pour me protéger du froid qui fait frissonner mon âme. Mes cheveux sont secs et grisonnants, ma vision s’est effondrée, mes articulations craquent. C’est pourquoi je ne suis pas en train de tuer. Mais dans quelques heures seulement, les lunes se lèveront et je me baignerai dans le Chaudron de Sang. Je serai de nouveau forte, et je me vengerai sur tout ce qui se trouve sur mon chemin.

Je me concentre sur le miroir en cristal devant moi, en essayant d’ignorer mon reflet hideux qui apparaît derrière les images du carnage. La scène se déplace, suivant mes pensées et en cherchant un seul visage. Je cherche mon champion.

Mon champion…


Tullaris Porteur de Mort maniant le Premier Draich
Les mots étaient comme un murmure dans la brise, mais ils brûlèrent l’esprit de Tullaris Porteur de Mort avec la force d’un ouragan. Il mania le Premier Draich, taillant le torse tatoué d’un sauvage du nord, et murmurant une prière en réponse à la divinité qui lui parlait. Les mots de Khaine prouvaient que le dieu était satisfait du massacre de cette nuit - comme il l’avait été chaque jour de ces dernières semaines. Depuis que la Horde Ensanglantée avait attaquée Har Ganeth, beaucoup d’âmes avaient été offertes à l’étreinte du Dieu du Meurtre.

Tullaris se retourna, tranchant dans un jet de sang avec son draich la gorge d’un guerrier humain en armure. Dès que l’adepte du Chaos tomba, deux Hommes-Bêtes avec des têtes de boucs et des fourrures grotesques, tenant des haches larges et grossières, prirent sa place. Le premier éleva sa hache et sauta sur le Héraut de Khaine. D’une frappe rapide, Tullaris brisa le manche en bois de la hache et trancha les poignets de l’Homme-Bête dans une contre-attaque. La créature s’effondra, agonisante, tandis que le second adversaire attaqua dans le dos de l’Exécuteur, visant son cou.

Tullaris para l’attaque maladroite et frappa, mais la créature esquiva son coup, se déplaçant plus rapidement que l’Exécuteur aurait jugé possible pour une telle brute.

Impressionnant, pour une bête sauvage,” murmura-il, tout en balançant un coup de son coude blindé avant d’attraper la bête du Chaos par sa gorge, écrasant sa trachée. Elle laissa tomber sa hache et s’accrocha à son cou déchiré. Tullaris se retourna lentement, enfonçant la pointe de son draich dans le sol trempé de sang avant de tirer de sa ceinture son poignard du fourreau accroché à sa ceinture. Alors que le bête s’étranglait et haletait, l’Exécuteur gravait la rune de Khaine sur sa poitrine, avec lenteur et précision. Il l’a regarda, et s'émerveilla du fait que ces créatures sans consciences puissent être une menace dans les terres des hommes. La faiblesse de ces races inférieures était vraiment pathétique.

Tu te demandes pourquoi je fais cela, bête,” dit-il. Il savait qu’elle ne serait pas capable de le comprendre, mais il fallait maintenir les principes. “Si vous étiez un Elfe, j’utiliserais le Premier Draich. Mais vous n’êtes pas digne de cette lame, la première à être bénie par Khaine en personne lorsque mon ordre fut fondé.

En terminant sa gravure, il regarda le sang de l’Homme-Bête s’écouler de la forme du symbole sacré. Il essuya son poignard sur la fourrure sale de la créature, le remit dans sa gaine et se pencha près du guerrier asphyxiant.

Non, vous n’êtes pas digne, vermine, mais cela m’amuse de priver votre âme, telle qu’elle est, à vos sombres maîtres. A travers cette marque, vous êtes marqué comme appartenant à Khaine. Et quand vous mourrez, vous lui appartiendrez, et non aux Dieux de la Ruine qui vous guident. Comprenez l’honneur qui vous a été accordé, et combien vous l’avez mérité.

La bête griffa frénétiquement le cuir chevelu de Tullaris. Il l’a laissa faire. Elle ne pouvait plus rien tenter contre lui. Il l’a regarda jusqu’à ce que la lumière disparaisse de ses yeux.

Seigneur Khaine,” murmura-t-il, “Je vous envoie cette maigre offrande, la première de beaucoup, pour votre nuit, la Nuit des Supplices. Voyez cela comme le signe d’un accord entre nous, et prêtez-moi votre force. Que les meurtres que je commets cette nuit soient en votre nom et pour votre gloire.


La Horde Ensanglantée envahie Har Ganeth...
Évidemment, Tullaris est au cœur des combats. Je serais fière, si j’éprouvais un quelconque attachement ou émotion. Je suis plus proche de lui que de n’importe quel autre être vivant, mais je ne ressens rien pour lui. Il est utile, une arme et rien de plus. Et encore… Ce n’est que dans ces moments-là, quand je suis le plus vulnérable, que je peux me permettre d’admettre que j’ai besoin de lui. Il est le seul Druchii auquel je fais confiance pour vraiment me protéger. Je sais qu’il est totalement dévoué à Khaine. Il entend la voix de notre seigneur, agit selon sa volonté. Je souhaiterais pouvoir dire la même chose. Je n’agis que pour moi dans les faits. Ce que j’accomplis apporte la gloire à la Main Sanglante, car le meurtre est son sacrement, mais je le fais parce que j’aime le faire. Couper la chair, entendre l’agonie d’une voix, regarder la vie partir d’une enveloppe mortelle : c’est ce qui me fais véritablement plaisir. La mort est ma vie, et il en va de même pour Tullaris.


Tullaris se tenait debout, leva le Premier Draich du sol et regarda autour de lui à la recherche de sa prochaine cible. Autour de lui, les humains et les Hommes-Bêtes se faufilaient dans les rues, éclairées par des feux vacillants et percutant des petits groupes de Druchii.

Ce qui avait commencé comme une bataille à grande échelle s’était rapidement transformée en une série de nombreuses escarmouches, avec des bandes de guerre de Maraudeurs et de demi-hommes se ruant à travers les débris et les flammes. Les Furies du culte Khainite avaient prouvée leur valeur de nombreuses fois ces dernières semaines, l’assurance et la soif de sang sauvage du credo de ces filles guerrières faisaient de ces escarmouches des lieux ou elles exprimaient leur plein potentiel.

Les Exécuteurs de Tullaris n’étaient pas moins habiles pour le meurtre, mais ils étaient parvenu à l’adapter en une méthode de guerre. Si un Druchii pouvait être vraiment à l’aise avec d’autres à ses côtés, c’était un Exécuteur. Au cours des millénaires, Tullaris les avait entraînés au sein d’une unité, et exercés à se battre en rangs en comptant sur les mortelles compétences de leurs frères autant que sur les leurs. Il leur a fallu du temps pour s’habituer à la guérilla qu’exigeait la situation.

Le Héraut était l’exception. Il était toujours seul, ne faisant jamais confiance à autrui - sa position d’exalté dans le culte ne le lui permettant pas. Il n’a pas même pleinement confiance en elle.

Hellebron. Il l’a servait aussi longtemps qu’il pouvait s’en souvenir, depuis cette première Nuit des Supplices, lorsque Khaine lui avait parlé et qu’il avait pris sa première vie. Elle avait été sa vie, sa maîtresse, son amour, sa reine. Elle l’exaspérait maintenant, quand sa présence était nécessaire, quand sa ville était en flammes et assaillie par les ennemis, elle n’était pas dans les rues à verser le sang au nom de Khaine. Il leva les yeux vers le sommet de sa tour, le point le plus haut de la ville, visible n’importe où pour souligner que chaque Elfe de Har Ganeth était sous son regard et son pouvoir. Le regardait-elle, pensa Tullaris ? Est-ce qu’elle se délectait de la gloire qu’il avait apporté au culte et au dieu ?


Il est éternellement jeune et fort, mon champion. C’est une preuve supplémentaire de sa connexion avec notre seigneur. La force de Khaine coule dans ses veines. Je le sais. Je l’ai goûté. Quand je me suis fraîchement baignée dans le Chaudron de Sang et que je suis forte, nous formons un duo formidable. Rien ne peut nous résister, et je me réjouis du carnage que nous causons. Mais quand je suis dans mon état actuel, je vois parfois quelque chose dans ses yeux, quelque chose que je ne comprends pas. Je l’ai étudié, et je pense que c’est de la pitié. C’est une émotion étrangère pour moi, mais je sais qu’il la ressent. Une faiblesse, que je peux exploiter si je le veux. C’est pourquoi je refuse de ressentir quelque chose pour lui.


Tullaris avança jusqu’à un angle d’une large avenue doublée. Les instructions chuchotées par Khaine l’avaient amené ici, dans des rues bordées de grandes maisons, leurs portes ouvertes, de cadavres mutilés d’Elfes tombés en défendant leurs foyers. Tullaris n’avait aucune sympathie. Ils étaient faibles. La ville était plus forte sans eux.

Dans la rue devant lui, des cadavres avaient été empilés et enflammés, les grands bûchers éclairant un cercle d’humains lourdement protégés qui entouraient une silhouette imposante. Cette silhouette s’imposait en taille et en carrure par rapport aux autres, son armure rouge et d’or brillant dans la lueur des flammes. Il tenait dans une main un casque en forme de crâne et orné d’une crête qui imitait le rune angulaire de son dieu. Son visage, sauvage et meurtri, portait aussi le symbole, dans ce qui ressemblait à du sang séché. De toute évidence, c’était un puissant champion du Nord. Tullaris sourit sous son casque en forme de tête de crâne. Le Dieu de Meurtre l’avait en effet guidé pour faire un grand sacrifice.

Au nom de Khaine, regardez-moi, adorateur des Démons.” cria-t-il. Le champion se retourna et un sourire se dessina sur son visage bosselé et ensanglanté. Il fit signe à ses guerriers de se mettre à l’écart et, en jetant son casque, il leva une grande hache double du sol à côté de lui. Il avança, criant dans sa langue barbare. Les runes sur les lames de sa hache frémissaient dans la lumière des flammes, comme en prévision de la bataille à venir.

Je ne te comprends pas, sauvage,” dit Tullaris, “mais je vais prendre ça pour un oui.

Le Champion du Chaos rugit et se dirigea vers lui, la hache levée. Tullaris se tenait debout, empoignant légèrement le Premier Draich d’une main. À mesure que la hache s’approchait, il s’avança calmement sur le côté et balança son arme dans un arc nonchalant. Il trancha dans l’armure rouge-sang du champion. C’était comme couper de la chair, mais elle bloqua l’arme. Tullaris essaya de la retirer, mais elle était coincée.

Le champion se mit à rire et le tira en arrière, renversant Tullaris sur le sol boueux. L’Elfe roula lorsque la hache s’abattit sur lui, et donna un coup de pied. Il atteignit l’amure au niveau du tibia et une douleur parcourue sa jambe.

Par Asuryan,” jura-t-il et il se releva. Il évita un coup vicieux, saisit le manche de son draich et lutta. Il ne bougeait pas de là où il était bloqué. Il recula de nouveau face au champion alors que la grande hache visait son cou. Désespéré, le Héraut de Khaine se mit à la recherche d’une arme. Les seuls que l’on pouvait apercevoir étaient ceux des huit Guerriers du Chaos qui entouraient les deux combattants. Pour l’instant, ils semblaient se contenter de le regarder, mais s’il tentait de s’emparer d’une de leurs haches ou épées, ils se joindraient sans aucun doute au combat et les probabilités seraient contre lui.

Son genre de combat.


Je me détourne du miroir de cristal. Regarder Tullaris combattre le champion du Nord m’a plu, dans la mesure où il apporte la gloire à la Main Sanglante, mais j’ai d’autres affaires à régler. Le soleil se couche et je dois me préparer au rituel à venir.

Je tire mes fourrures sur moi et me lève de mon trône. La douleur parcoure mon dos et je trébuche. Je m’appuie sur l’accoudoir du trône et attends un instant que les vertiges passent. J’ai une longue marche à faire à travers les couloirs sinueux de mon palais au sanctuaire où le Chaudron m’attend. Là, mes servantes réciteront les prières rituelles et sacrifieront de méritants Druchii. C’est ce destin que mon peuple doit connaître, et pas celui des vulgaires haches des humains.

Mon cœur s’accélère, battant dans ma poitrine creuse alors que je me déplace vers la porte. Mes jambes me font mal, mes os craquent et tous n’est que douleur. Je dois être forte à nouveau. Cette faiblesse physique est intolérable. Mes bottes résonnent contre le sol en pierre, le son attirant l’attention des gardes qui se tournent vers moi.

“Vous souhaitez vous rendre au sanctuaire, maîtresse ?”, demanda l’un d’eux. J’ignore qui il est. Je n’ai jamais voulu connaître les noms des Exécuteurs de Tullaris.

“Je souhaite que vous trouviez le Seigneur Tullaris”, lui répondis-je dans un murmure sec, comme un papier craquant dans un feu. Les deux gardes échangèrent un regard.

“Cela ... peut prendre du temps, ma dame,” dit l’autre. “Et notre seigneur serait très mécontent si nous vous laissions sans protection.”

La colère s’éveilla et, pendant un moment, elle fit disparaître la douleur et la faiblesse. “Tu me trouves trop faible et décrépit pour être capable de me défendre ?”, demandais-je. L’Exécuteur recula comme s’il avait été foudroyé. Même dans cet état, ils craignent ma colère. Je suis l’Épouse de Khaine, et nul ne doit déclencher mon courroux. Je ne pensais qu’à écorcher ces hommes vivants et à utiliser leurs peaux comme literie.

“Non, ma dame, je…”

“Cela déplairait au Seigneur Tullaris de constater que vous êtes déloyal envers le culte, à Khaine”, dis-je avec insistance. “Et n’oubliez jamais, votre maître est mon champion. Il ne répond qu’à moi.”

Cet avertissement fut bien compris. Il ne serait pas le premier des guerriers de Tullaris à perdre sa tête d’un coup du Premier Draich sur mon ordre. Il hocha rapidement la tête et suivit son camarade vers la chambre. Lentement et douloureusement, je laissa la chambre sous leur surveillance. Cela me pris beaucoup de temps - je ne sais combien - mais je franchis des chambres et de longs couloirs, et descendis un long escalier en spirale, à mesure que les ombres s’allongèrent et s’assombrirent.


D’un geste fluide, Tullaris tira son poignard et le lança dans la gorge d’un des guerriers. Il courrait déjà sur lui avant que la lame n’atteigne la chair corrompue de l’homme, et lorsque le guerrier du Chaos s’affaissa sur le sol, l’Elfe tira une large épée du fourreau en fourrure. En se retournant, il l’a leva et dévia un coup de la hache du champion. Dans une contre-attaque, il atteignit avec le bord denté de l’épée le manche de la hache, qui éclata en deux. Le champion chancela et Tullaris poussa son avantage plus loin. Il vit du coin de l’œil un mouvement et se retourna pour parer un coup d’un guerrier possédant un troisième œil sur son front. Dans un rugissement de joie sanglante, il enfonça sa lame dans la gorge de l’homme et lui arracha le cou.

Le guerrier resta immobile un moment, le sang s’écoulant de la plaie, puis il tomba silencieusement, face contre terre dans la boue. Tullaris jeta son épée et ramassa la hallebarde de l’homme à terre. Il évita un coup d’épée d’un autre guerrier et sauta, levant la hallebarde au dessus de sa tête.

Pour Khaine !” hurla le Héraut alors qu’il apaisa la hallebarde sur le Champion du Chaos, fendant son crâne en deux. Alors que le champion tombait, son armure se décomposa et se racorni. Le Premier Draich glissa dans la boue. Tullaris le récupéra et se tourna vers le premier des six guerriers du Chaos restants. L’humain le chargea, une masse dans chaque main. Les autres barbares étaient derrière lui, les armes et les boucliers levés.

Cela allait être une amusante distraction.


J’entre dans le hall qui me conduira au sanctuaire de Khaine, qui se trouve au cœur de mon palais. C’est un site d’une grande importance, le premier lieu où le sang fut versé à Naggaroth. C’est pourquoi il a été construit ici, et pourquoi Har Ganeth a grandie autour de lui. Ma ville, dédiée au meurtre absolu.

Je trébuche, et tend mon bras gauche pour arrêter ma chute. C’est une erreur. Je ressens quelque chose dans mon poignet et maudis ma stupidité. La douleur se propage en moi, en même temps que l’adrénaline, et j’attire mon bras près de ma poitrine, le berçant. Pathétique, mais je ne peux rien y faire.

C’est seulement alors que je vois, à travers mes yeux vitreux, sur quoi j’ai trébuché. C’est sur une de mes servantes. Elle s’appelle Iulianeth et elle m’a servi plus de trois cent ans. Elle m’a vue sous mon meilleur jour comme sous mon plus sombre. Elle connaissait ma fureur et mes désirs. Elle a partagé mon lit plus que n’importe qui d’autre. Maintenant, elle est morte, et la douleur était gravée sur ses traits. D’horribles souffrances et des tortures que j’ai déjà vue sur ceux qui m’ont exaspérés.

Je ressens de la colère et de la fureur envers Iulianeth pour sa faiblesse. S’être fait tuer est impardonnable. Quand tout sera terminé, je m’emparerai de toute sa famille et les torturerai pour la punir de son échec.

Autour de moi, les ombres se rapprochent.


Je ne suis pas Morathi, mais ce n’était pas vraiment ce que vous disiez, n’est-ce pas ?
Les guerriers étaient tous morts après un combat acharné. Tullaris s’en était sorti indemne, bien que son armure avait besoin d’être réparé, le guerrier qui maniait la masse ayant endommagé le plastron. Tullaris avait continué à chasser de dignes sacrifices, mais n’avait trouvé que des rues vides et des ombres croissantes. La nuit approchait.

Le Héraut leva à nouveau la tête vers la tour d’Hellebron. Là-haut, elle se préparait au rituel de la Nuit des Supplices qui renouvellerait sa jeunesse et sa vigueur. Il devrait être avec elle, comme chaque année depuis d’innombrables siècles. Il était resté à ses côtés pendant des semaines, depuis que la Horde Ensanglantée était entrée dans la ville.

Sa rage avait été magnifique, mais aussi étrangement pathétique, car son infirmité l’avait fait tousser et ébranler, avant de la faire tomber à genoux, alors qu’elle criait vengeance contre tout les dieux du panthéon de la Ruine. Voir la Reine de Hag ainsi rappelait toujours à Tullaris qu’il était son esclave, et qu’il pouvait en finir d’un simple geste. La direction du culte pourrait lui revenir. Il n’avait qu’a tendre la main et la prendre. Et pourtant, il ne l’a jamais fait, et il n’était pas tout à fait sûr de la raison.

Perdu dans ses pensées, le Héraut de Khaine faillit presque ne pas remarquer le mouvement dans l’ombre. Il pivota, tenant le Premier Draich en position défensive, mais rien ne se passa. Encore une fois, un vacillement dans sa périphérie. De nouveau, il vit un mouvement dans l’obscurité, des flèches en os se fondant dans une silhouette.

Une paire de jambes apparue en premier, légères et musclées. Elles reliaient un torse mince, d’où poussait de longs bras et une tête couronnée d’une crinière de cheveux brillants. C’était une femme, belle et cruelle. Dans une main, elle tenait un long bâton surmonté de trois lames vicieuses. Elle fit un geste nonchalant avec l’autre main et l’arme de Tullaris tomba de ses doigts brusquement engourdis. Un autre geste et l’Exécuteur fut forcé de se mettre à genoux tandis qu’elle se déplaçait vers lui.

Elle était jeune et magnifique. Sa peau était aussi pâle que le marbre, tachée de veines d’un bleu délicat. Ses yeux en amande se fixèrent sur Tullaris et il fut inondé par ses souvenirs de ses nuits avec Hellebron, mais ils furent altérer pour la remplacer par cette étrangère à sa place. Par un effort, il brisa le contact visuel et les visions disparurent comme un brouillard dans le vent. Il détourna les yeux de son visage et vit une rune tatouée sur son ventre. Les marques angulaires représentaient Ghrond. Il savait qui était cette Elfe, et il savait qui l’avait envoyée.

Morathi,” grogna Tullaris .

Non, mon Seigneur Porteur de Mort,” ronronna t-elle. “Je ne suis pas Morathi, mais ce n’était pas vraiment ce que vous disiez, n’est-ce pas ?

La voix de la sorcière était enjouée, et elle marchait autour du Héraut pendant qu’elle parlait. Il était toujours sous l’emprise du sortilège qui l’avait mis à genoux, ne pouvant pas la voir quand elle passait derrière lui. Il se concentra et inspira profondément, essayant de combattre la Magie qui l’immobilisait.

Non, mais vous êtes l’un de ses jouets,” déclara-t-il.

Vous jouez avec les mots.” La sorcière sourit lascivement. “Oui, j’appartiens à Morathi, de la même manière, je suppose, que vous appartenez à Hellebron.

J’appartiens à Khaine, tout comme ma reine,” répondit calmement Tullaris. “Je la sers dans son rôle de chef du culte.

Et c’est tout ?” plaisanta la sorcière. “Intéressant. Et peut-être que cela rendra l’offre que j’apporte encore plus...attrayante.

Il n’y a rien venant de votre maîtresse qui puisse m’intéresser. Laissez-moi maintenant, sorcière, à moins que vous ne vouliez sentir le baiser du Premier Draich.

Oh, tellement intimidant,” se moqua-t-elle. Elle s’approcha et prit son menton avec sa main libre, l’étudiant comme un acheteur d’esclaves examinant un achat potentiel.

Je suis sûr que vous aimeriez dégainer votre arme contre moi, Exécuteur. Mais vous devez vraiment entendre mon offre. Dame Morathi, Reine de Ghrond et réincarnation mortelle de sainte Hekarti, souhaite forger une alliance avec le culte de Khaine.


Je me suis remise debout, ignorant la douleur de mon poignet brisé qui remonte le long de mon bras. Qui - ou quoi que ce soit - ayant tué Iulianeth, il est encore là. J’entends sa respiration. J’essaie de courir, mais mon misérable corps me trahit une fois de plus, la douleur et la rigidité me faisant trébucher, ma main valide agrippant un mur anormalement froid pour le soutenir. Je dois atteindre le Chaudron. Je dois être forte.

Je décide de prendre le chemin le plus direct, mais dangereux car il amène hors de mon complexe palais privé et se dirige vers le hall principal qui traverse le plus grand palais jusqu’à la salle du trône public. C’est l’aboutissement d’une grande route qui s’étend jusqu’aux portes extérieures de la ville. Ceux qui souhaitent une audience avec moi doivent marcher de là bas à ici, au cœur de Har Ganeth. La symbolique est évidente, mais pas moins puissante.

Je sais que la zone a été le lieu d’escarmouches entre mes forces et les envahisseurs, mais je dois prendre le risque d’être attaqué. De toute façon, c’est devenu une certitude que quelque chose me traque. Je peux le sentir. Je me demande pourquoi il ne frappe pas alors que je suis seule et vulnérable. Est-ce pour me faire peur ? Pour essayer d’arrêter mon cœur affaibli à travers une terreur pure ? Si c’est le cas, c’est stupide. Pendant sept millénaires, j’ai servi Khaine et j’ai gouvernée six millénaires Har Ganeth. La peur n’existe plus en moi. Je suis tout simplement furieuse.

“Faites-moi face,” murmurais-je. Même si je pouvais élever la voix, je ne le ferais pas, pas quand j’essaye d’échapper à un poursuivant. “Ou bien me crains-tu, même si je ne suis qu’une vieille femme desséchée ?”

Ma raillerie apporta une réponse. Autour de moi, les ombres rirent.


Hekarti ? Dans quelle vanité la Reine des mensonges s’est-elle maintenant fourvoyée ?

Tullaris était incrédule. La Maîtresse de la Magie était l’une des plus grandes Elfe du panthéon. Que Morathi déclare être son incarnation était un acte d’arrogance suprême. Seul Malékith avait déjà osé dire être la manifestation d’un dieu, Khaine lui-même. Et c’était un mensonge. Tullaris le savait, car le dieu le lui avait dit.

Elle est Hekarti,” dit la sorcière. “Les temps changent, Tullaris. Les dieux sont de nouveau parmi nous. Khaine et Asuryan vont s’affronter, et le monde tremblera. Mais les cycles mythiques ne doivent pas se répéter, Tullaris. Khaine peut être le meilleur phénix. S’il a le bon hôte, quelqu’un d’assez fort. Quelqu’un ayant une connexion avec Lui …

Tullaris laissa les mots imprégner son esprit. Les implications étaient troublantes, mais les possibilités étaient indéniablement séduisantes.

Quelle est votre offre, sorcière ?” demanda t-il.

Elle se détourna. “Ma maîtresse vous offrira la place d’Hellebron à la tête du culte. Vous serez oint comme incarnation de Khaine et vous vous unirez avec Hekarti. Le Meurtre et la Magie domineront Naggaroth ensemble.

Malékith risque d’avoir quelque chose à dire à ce sujet.

Son cas sera traité,” déclara t-elle avec une moue de dédain. “Les plans sont déjà en mouvement. Même maintenant, le seigneur de Hag Graef planifie la mort de Malékith.

Darkblade ?” cracha Tullaris. “Il échouera.

Ne sous-estimez pas Malus Darkblade. Il est plus que ce que l’œil nue peut voir.

Quoi qu’il en soit, votre offre est intrigante. Vous n’avez besoin de moi que pour tuer Hellebron ?

Non. Cela est également pris en charge. Nous n’avons besoin que de nous emparer de sa place.

C’était tout ce que j’avais besoin de savoir,” dit Tullaris en se levant et en attrapant la sorcière par la gorge.


Je me dépêche le mieux que je peux et arrive finalement dans le hall principal. À ma grande surprise, la grande artère est vide. Pendant des semaines, les adorateurs du Chaos l’ont attaqué, attirés par le sanctuaire de Khaine, envoyés par leur divinité imbibée de sang pour tenter de souiller la sainte structure et installer un de leurs champions sur mon trône.

La large voie est jonchée de corps : Elfe, humain et Homme-Bête. Entourée de cadavres, je traîne mon corps endolori. Jusqu’à présent, je restai dans l’obscurité, mais il n’y a aucun moyen de traverser la rue sans entrer dans la lumière des lunes, une étant grande et pâle, l’autre petite et projetant une lumière verte.

Je vois le sanctuaire, un grand édifice de marbre écarlate. Dans ma précipitation pour l’atteindre, je ne vois pas où je met les pieds et je trébuche, vacille, tombe. Cette fois, je ne fais pas l’erreur de mettre un bras et je chute sur le cadavre pourrissant d’une de mes Furies. Une autre faible, pour être tombée sous la lame d’un humain ou d’un crasseux demi-animal. Autour, les mouches volent et les larves se tordent vers moi.

Et en face de moi, les ombres se regroupent pour former une silhouette. Femme, jeune, vêtue des couleurs de Ghrond.

“Bien sûr,” d’une voix rauque en me mettant à genoux. “L’un des chiots de Morathi. Alors elle profite de cette situation pour mettre fin à notre querelle. C’est un bon plan. J’aimerais y avoir pensée en première.”

La sorcière s’agenouille devant moi et tire un court couteau de sa ceinture. Y sont inscrits des runes qui dansent le long de la lame. Elle me regarde dans les yeux.

“Tout change, et Morathi a besoin de se débarrasser de vous. Votre inimitié ne l’amuse plus. Elle m’a demandé de vous livrer un message avant que ce couteau ne glisse dans votre cœur, reine des hags.”

“Oh, veillez me tuer et épargnez-moi ses stupides bavardages”, dis-je. Enragée, elle me délivre un coup de poing qui m’étend au sol. Je tends ma main qui touche quelque chose de froid. Quelque chose de métallique. Khaine me sauve une fois de plus.

“Un grand changement arrive.” La sorcière braillait. “Ma maîtresse l’a vue. Les ténèbres arrivent et les dieux marchent. Khaine se manifestera et ce sera Morathi, et non Hellebron, qui se tiendra à ses côtés.” Elle saisit le poignard rituel dans ses deux mains et le plongea vers le bas.

Je roule, bien que cela provoque une agonie dans mon corps, et je poignarde vers le haut avec le long couteau que ma Furie portait autrefois. Je suis récompensée par un hurlement douloureux. Elle frappe brutalement et m’entaille la jambe, une déchirure longue et profonde. Je frappe de nouveau et le sang éclabousse mon visage. Je l’avale et le goûte, je sens le pouvoir. Je suis revigorée et je me jette sur elle. La douleur me quitte, remplacée par une brume rouge. Durant un instant, j’envisage ce que certains murmurent, que Khaine et le dieu sanglant que les habitants du Nord adorent sont les mêmes. Je rejette cette pensée indigne. Nous ne hurlons pas comme des sauvages à la recherche de crânes et de sang. Bien que si on me voyait dans cet instant, on ne le croirait pas.

Une fois la soif de sang passée, je domine une ruine ensanglantée de ce qui était autrefois une sorcière. Je regrette brièvement de n’avoir pas eue le temps de consacrer sa mort à Khaine. La force se dissipe, et je tombe. De mon bras valide, le sang s’écoulant d’une jambe qui s’engourdit rapidement autour de la blessure - le couteau était empoisonné, je suppose - je commence à me traîner vers mon apothéose.


La main libre de la sorcière de Morathi commença à gesticuler, mais Tullaris cassa son poignet. Son hurlement de douleur cessa lorsqu'il serra sa gorge encore plus fort.

Vous avez envoyé des assassins ?” grogna-t-il.

Elle hocha la tête frénétiquement, et il détendit sa poigne.

Nous sommes trois,” cria t-elle. “Les Drakirites de Morathi. J’ai été envoyé à votre rencontre. Mes sœurs seront déjà avec la Hag-

Un craquement sec coupa les paroles de la sorcière alors que Tullaris brisait son cou. Il laissa tomber le corps au sol. Autour de lui, les ombres disparurent. Un hurlement déchira la nuit, suivi de près par un autre. Les deux provenaient du palais d’Hellebron.

Les Drakirites,” murmura-t-il. “Comment c’est théâtral.” C’était typique de Morathi de nommer ses assassins d’après la déesse de la vengeance, grandiloquent et ridicule. La menace qu’ils représentaient était cependant réelle. À l’heure actuelle, deux d’entre eux traquaient Hellebron dans l’obscurité de son palais à moitié abandonné, et seul Tullaris le savait.

Le meurtre de son émissaire ne changerait pas l’offre de Morathi. Tout ce qu’il avait à faire était de laisser les sœurs de la sorcière accomplir leur mission et il serait sur la voie pour devenir l’un des Elfes les plus puissants de Naggaroth. Il leva les yeux une fois de plus vers la tour qui scindait le ciel et demanda à Khaine de le guider.

Source

  • LYON Graeme, Bride of Khaine, Série Warhammer : The End Times Short Story, Black Library, 2015

1