Vaans

De La Bibliothèque Impériale
Révision datée du 12 octobre 2018 à 22:42 par Un ostlandais égaré (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Une des multiples tribus de la race à la noire chevelure des Kurgans, les Vaans composent le groupe ethnique le plus abondant du Domaine de Teiyogtei. Martiaux et grandement disciplinés, les Vaans ont de tout temps été de fervents serviteurs de Khorne. Habiles stratèges et tacticiens subtils, les zârs des Vaans voient la guerre comme le sacrement de toute piété, convaincus qu’ils sont qu’un carnage dénué de victoire offense leur dieu. Les Vaans entretiennent des légions d’esclaves Gobelins pour œuvrer dans les mines et les forges formidables qui s’étendent sous leur domaine. Leurs guerriers exhibent des cottes de mailles de fer et portent des armes plus nobles que celles jamais forgées par leurs homologues des autres tribus. Sans les Tsavags et les Suls, les bottes de fer des armées vaanes auraient conquis le domaine depuis longtemps.

La race des Vaans est formée à oublier la peur, et cette émotion est bannie de leurs corps avant qu'ils ne soient assez vieux pour porter leur première épée. La faiblesse n’a pas droit de cité, et les Vaans proscrivent toute frilosité. C’est une race de guerriers, d’hommes qui ne connaissent ni merci ni pitié, et à qui on enseigne que mourir au combat est la seule gloire à laquelle il est possible d’aspirer. Quand un homme accepte l’honneur de périr, il oublie la peur.

Leur Guerriers s’identifient grâces à leurs plaques de fer noires comme le charbon, leurs heaumes cornus et leurs bannières cramoisies. Ils sont les plus puissants des Kurgans, et leurs mœurs les rendent plus dangereux encore que les Muhaks. Les Vaans ne jouissent pas de la force mutante des Muhaks, et ils usent de discipline et d'astuce pour gagner leurs batailles. Des légions d’esclaves gobelins peinaient dans les mines de Rochesang, l’antique forteresse de la tribu. Elles alimentent leurs forges et concourent à équiper leur terrible machine de guerre, armer leurs cohortes de guerriers porteurs de haches à la peau de fer, fabriquer les projectiles mortels de leurs lanciers et les gourdins hérissés de piques de leurs berserkers. Les plaques de fer sont greffées sur la chair à vif des guerriers. Ce qu'on peut prendre de loin pour des dorures des armures est en fait le reflet de la peau ocre des Kurgans, là où le métal ne les protège pas.  

  • zâr Ratha est un colosse, qui domine tous les autres Vaans. Les plaques de fer qui le protègent sont bordées d’or et ses gantelets, sertis de pierres précieuses. Un large heaume à gueule de sanglier, dont les défenses s’enroulent sur les côtés en piques dressées vers l’avant, lui recouvre la tête. Son arme est une longue hache à lame épaisse. Des scalps pendent d’anneaux d’argent enchâssés dans le pommeau. Des runes de massacre et de carnage sont gravées sur la lame, et son fil luit d’un lustre écarlate. La surface intérieure de l’arceau est tapissée de crocs métalliques acérés et de grandes pointes tranchantes qui saillent là où le cercle de fer lâchait prise. Cette lame est tristement célèbre au sein des tribus : c’est l’arme sacrée des Vaans, qu’ils appelent l'Estropieuse, transmise à leur premier chef par Teiyogtei quand les Kurgans furent absorbés dans sa horde. zâr Ratha est un combattant brutal, aussi arrogant et terrifiant que son dieu, à   la mine sauvage, au nez fendu d’une vieille blessure, et au menton carré et imposant sous une barbe noire et touffue.

Source

  • Du Sang pour le Dieu du Sang, roman Black Library de C.L. Werner, 2008