Tome de la Corruption

De La Bibliothèque Impériale
Révision datée du 10 août 2017 à 16:36 par Guilhem3004 (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Il y a une centaine d’années, Hrodbert du Hochland se mit en tête de rédiger le mémoire qui ferait autorité sur le sujet du Chaos. C’était un sorcier de grande réputation et il crut, peut-être naïvement, qu’il serait capable de mener une étude approfondie sur la nature du Chaos et de ses zélateurs tout en conservant sa santé mentale et sa pureté d’âme. En dépit des protestations et des mises en garde de ses collègues, comme des propositions suppliantes de certains pour lui prêter main-forte, Hrodbert se mit en devoir d’élaborer son mémoire tout seul.

Il commença par étudier la nature du Chaos à l’intérieur de l’Empire, en enquêtant sur un certain nombre de cultes et de sectes et en se penchant sur la question de la mutation. Il élabora d’incroyables listes recensant toutes les mutations jamais vues sur le territoire du royaume. Ayant le sentiment que ces informations étaient insuffisantes, il s’efforça de comprendre l’espèce des Hommes-Bêtes. Il dépensa des fortunes à embaucher des mercenaires afin de traquer et de lui ramener des spécimens et de longues heures à disséquer les créatures capturées en notant toutes ses observations sur leurs caractéristiques. Ce faisant, il entreprit également de faire l’inventaire des mythes ruraux et des légendes, convaincu que, d’une façon ou d’une autre, les monstres légendaires devaient avoir une relation avec les Hommes-Bêtes des forêts.

Il produisit finalement une œuvre impressionnante et ses amis pensèrent qu’il en avait terminé. La tâche était accomplie, n’est-ce pas ? Il avait défini le Chaos et ses effets sur les territoires des hommes. Hochant la tête et souriant d’un air las, Hrodbert acquiesça. Mais en vérité, il ne voulait pas s’arrêter là, car, voyez-vous, au fil de ses recherches, le Chaos s’était insinué dans son âme et l’avait peu à peu attiré vers le cœur de la corruption. S’il faut en croire les rumeurs, il aurait signé un pacte avec le Grand Corrupteur afin d’accroître son savoir, mais le Démon se retourna contre lui et en fit son esclave. Certains disent qu’il partit quelques semaines après vers les Désolations du Chaos, dans l’intention d’explorer cette redoutable contrée et d’en apprendre plus sur ses peuplades et leurs coutumes. On pense qu’il arriva jusqu’à la frontière même des Royaumes du Chaos en compagnie de son assistant, Erich, mais ce ne sont que des spéculations.

En fin de compte, Hrodbert ne revint jamais. On n’entendit plus jamais parler de lui, pas plus que de son assistant. Il ne resta de lui que son mystérieux manuscrit. Celui-ci pullulait d’erreurs, de divagations et de mensonges éhontés et il semblait que le magicien avait gaspillé son existence. On archiva le livre dans la bibliothèque de l’une des relations d’Hrodbert et on s’empressa de l’oublier. C’est du moins ce que l’on dit. Le livre fut surnommé Tome de la Corruption et se révéla extrêmement précieux pour tous ceux qui désiraient découvrir les plus grands secrets du Chaos. Peu après la réapparition du livre, il fut volé et transcrit par des copistes pour être distribué à de nombreux cultes et à des criminels en liberté dans l’Empire. C’est un guide d’une valeur inestimable, mais il a la réputation de rendre fous ceux qui le lisent.

La plupart des copies de ce livre se présentent sous une forme assez grossière : des pages de vélin liées ensemble par des lanières de cuir. L’original a été déchiré en plusieurs parties pour mieux échapper aux recherches de ceux qui voudraient le détruire. Aujourd’hui, ces fragments sont disséminés dans tout le Vieux Monde et on dit qu’un certain Kristoff de Praag s’efforce de les retrouver afin de reconstituer ce grimoire blasphématoire.

Source[modifier]

  • Warhammer JdR - Tome de la Corruption