Snotling

De La Bibliothèque Impériale
Révision datée du 19 novembre 2017 à 08:25 par Christer (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
« Que les Snotlings soient des formes infantiles de Gobelins et d’Orques ou qu’il s’agisse de l’espèce la plus petite et dégénérée de Peaux-Vertes reste un débat des plus ouverts. On ne saurait nier qu’ils ressemblent grandement aux Peaux-Vertes plus imposants, mais cela va dans le sens de chacune des deux théories. Les Orques et les Gobelins ne semblent pas leur accorder la moindre considération, si ce n’est pour les frapper quand le cœur leur en dit, et n’ont certainement aucune envie de débattre sur la question de leur origine, mais encore une fois, rien ne pousse à attribuer cela au comportement que les Peaux-Vertes adopteraient vis-à-vis de leurs propres enfants, plutôt qu’envers une espèce cousine mais foncièrement inférieure. La seule manière d’avoir le cœur net sur la question consisterait à capturer une meute de Snotlings et à bien les nourrir, pour pouvoir les observer pendant plusieurs années et déterminer s’ils donnent des Gobelins, voire des Orques. »
- Heinrich Malz, Grand Prêtre de Véréna à Nuln


Une bande de Snotlings, les plus petits des Peaux-Vertes et les êtres les plus stupides de la création
Les Snotlings ressemblent beaucoup à leurs cousins Gobelins, si ce n’est qu’ils sont sensiblement plus petits. Ils sont de couleur verte, présentent de courtes dents pointues, de petits yeux porcins, des membres fluets, des oreilles en pointe et un long nez. On pourrait dire d’eux qu’ils sont la race douée de conscience la plus pathétique qui soit, même si leur associer les mots "doué" et "conscience" est un trop grand honneur. Leur cervelle de la taille d’un pois chiche les fait se comporter comme des chiots tapageurs. Ils pullulent dans les campements Peaux-Vertes, fouillant dans les ordures et chapardant tout ce qui passe à portée de leurs petites mains : des vieilles frusques, des os, ou toutes sortes de trucs qu’ils s’empressent de cacher dans un coin secret comme s’il s’agissait de trésors. Aucun Orques ou Gobelins ne ferait la différence entre un gros Snotling et un petit Gobelin, tout ce qui est plus petit que lui est un « grot » qu’il peut frapper et exploiter quand ça lui chante, et tout ce qui est plus gros que lui est un « Chef » à évier de contrarier autant que possible.

Ceci étant dit, les Orques considèrent les Snotlings avec une certaine affection et les traitent comme des animaux de compagnie capricieux et espiègles. Certains Snotlings les plus intelligents peuvent même aller chercher des babioles et leur ramener, voire les gratter dans le dos, mais ils ne sont en vérité pas bons à grand-chose et finissent écrasés dès qu’ils essayent d’aider en quoi que ce soit. Les Gobelins, au contraire, méprisent les Snotlings, car leur tendance à chaparder concurrence la leur. En outre, ils auront des difficultés à fureter si une bande de Snotlings piaillant les suit. Pire encore, ces avortons ont l’habitude de pointer du doigt les coupables en poussant des cris stridents, de montrer les caches abritant des objets de valeur ou de mimer les scènes de meurtre auxquelles ils ont assisté. Et pour échapper aux représailles, un Snotling a tendance à se réfugier entre les jambes d’un Orque, ce qui a le don d’exaspérer les Gobelins !

Les Snotlings sont de grands imitateurs et sont fascinés par les activités de leurs grands cousins. Bien que leurs actions soient incompréhensibles à leurs yeux, les Snotlings les imitent joyeusement. Il est très courant de voir un important Chef de Guerre Orque se pavaner dans son camp suivi par un minuscule Snotling qui singe sa démarche et reproduit tous ses mouvements de façon exagérée. Ce comportement stupide peut déclencher la fureur des Chefs Orques qui ont tendance à se prendre très au sérieux, surtout les Orques Noirs qui ne sont pas réputés pour leur sens de l’humour.

Il arrive parfois que les Snotlings essayent de copier les chars de leurs grands frères verts. Nul ne sait trop comment ces minus y parviennent, mais des myriades de Snotlings farfouillent autour du village où ils vivent pour voler et récupérer des matériaux dans les ateliers et les tas d’ordure. Tout ce qui semble vaguement utile et peu surveillé est immédiatement réquisitionné pour leur œuvre, et une fois qu’ils ont accumulé un tas de débris assez haut, les Snotlings se mettent au travail avec leurs cordes et leur matériaux, et de cette masse grouillante qui scie, cloue, ricane et couine naît le Chariot à Pompe Snotling.

Lorsque les Peaux-Vertes marchent au combat, ils sont fréquemment flanqués d’une horde de "courageux" Snotlings en armes. Ce terme regroupe toutes sortes d’instruments insolites comme des branches, des champignons ou des bouts d’os, ainsi que des petites créatures étranges emmené pour servir de casse-croûte ou qui avait juste trop de dents pour pouvoir s’en débarrasser, mais il arrive qu’un Snotling manie une véritable arme, comme un bâton pointu ou une petite dague qu’il tiendra parfois même par le bon bout.

Les Snotlings prennent part à la bataille avec enthousiasme en se serrant les uns contre les autres pour s’encourager à accomplir des actes héroïque… pour des Snotlings, et s’ils sont rarement efficaces, leurs bilans catastrophiques n’entament jamais leur ardeur. Ils forment des bandes de petites créatures très méchantes… et très bêtes, si bien que la charge d’une unité de cavalerie lourde ennemie ne leur semble pas plus dangereuse que la baffe amicale d’un Orque qui passe, et en dépit de l’énergie qu’ils déploient dans la multitude de coups qu’il portent, seul un ennemi vraiment malchanceux s’en tirera autrement qu’avec quelques égratignures, et les Snotlings sont généralement exterminé en retour. Cela convient aux autres Peaux-Vertes, car une fois de retour au camp, ils découvriront de toute façon de nouvelles générations de Snotlings. Ces minuscules Peaux-Vertes constituent de fait une nuisance constante, mais ils sont très utiles à la horde verte car ils acceptent des corvées dont personne d’autre ne voudrait, y compris celle de servir de repas.

Sources[modifier]

  • Livre d’Armée des Orques et Gobelins, V8
  • Livre d’Armée des Orques et Gobelins, V6
  • Livre d’Armée des Orques et Gobelins, V4