Seigneur Bretonnien

De La Bibliothèque Impériale
Pour le Roy et la Dame!
Les légendes Bretonniennes sont riches de faits héroïques dans lesquels de valeureux Chevaliers affrontent et défont des adversaires maléfiques. Dans ces gestes et ces poèmes, de nobles Chevaliers pourchassent des Dragons qui terrorisent la population, combattent les barbares et anéantissent des armées entières de Peaux-Vertes d'une seule main. Aucune de ses légendes n'est plus épique que celle de Gilles le Breton et des Compagnons du Graal, que les fils de la noblesse apprennent dès leur plus jeune âge. Il est fréquent de voir des enfants jouer autour du château de leur père, jouant le rôle de Gilles ou des Compagnons pour reproduire leurs victoires sur leurs vils ennemis qui souillait leurs terres. Baignés dans ces histoires d’acte de bravoure et d’héroïsme, savoir ses hauts faits commémorés et chantés par les troubadours même après sa mort est le désir le plus ardent de tout Chevalier. L'honneur d’un Chevalier est la chose la plus importante à ses yeux, et il préférera donner sa vie plutôt que de voir son nom disgracié.

En dépit de la conduite rigoureuse qu'ils s'imposent, certains parviennent à honorer leurs principes et deviennent des légendes. Ces héros se distinguent au champ d'honneur en terrassant des ennemis particulièrement redoutables. Leur réputation les précède, et leurs noms comme leur blason sont connus partout à travers tout le pays. Lorsque l'un d'entre eux entre dans l'enceinte d'une ville, la nouvelle de sa présence se répand comme une traînée de poudre parmi la populace, qui se précipite alors pour avoir une chance d'apercevoir cet individu hors du commun des mortels.

Beaucoup de ces héros sont des Chevaliers du Graal, ayant bu au Saint Calice et étant ainsi devenus les parangons de la Chevalerie. Toutefois, il est bien d’autres individus légendaires qui ne sont pas des Chevaliers du Graal, mais qui n'en sont pas moins de grands héros. Par moment, la nécessité d'administrer son domaine empêchera un Chevalier de se lancer dans sa quête, bien que cela puisse douloureusement lui en coûter. Les Ducs eux-mêmes sont de redoutables guerriers redoutables et renommés, et ils seraient de toute façon incapables d'asseoir leur autorité si cela n'était pas le cas. Le lignage en lui-même n'est pas suffisant, et les fils de la noblesse doivent prouver leur valeur au même titre que n’importe quel Chevalier. Ceux-ci, quel que soit leur rang (bien qu'en aucun cas issu de la roture), peuvent atteindre un statut héroïque à travers des actes de bravoure, s'élevant ainsi rapidement au sein de la Chevalerie.

Pendant la bataille, ces extraordinaires guerriers sont toujours en première ligne et inspirent leurs compagnons en les menant à la charge. Beaucoup d'entre eux suivent des idéaux de Vertu et sont à la fois des combattants hors pairs et des chefs charismatiques. On dit qu'ils sont capables d'endurer des blessures au-delà de toute résistance humaine et d'abattre plusieurs ennemis d'un simple revers de leur épée ou de les embrocher d'un coup de lance. Il n'est pas vain de dire que les héros Bretonniens vivent éternellement, car les balades relatant leurs exploits résonneront encore des siècles après leur mort.

Les Ducs sont les nobles les plus puissants du pays après le Roy lui-même - auquel ils doivent obéissance et loyauté - et ont obligation de défendre leurs domaines contre les envahisseurs. L’armée d'un Duc est composée de barons et de seigneurs au sein de son duché, en plus des Écuyers et Hommes d'Armes de son château, mais aussi les archers issus de la paysannerie.

Source

  • Livre d'Armée Bretonnie, V6