Receleur

De La Bibliothèque Impériale
Révision datée du 17 septembre 2019 à 19:28 par Christer (discussion | contributions) (Source)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
« Mon gars, si ça vaut pas la peine de risquer ta peau pour m’l’apporter, alors ça vaut probablement pas la peine que j’me penche dessus. »

La majorité des Artisans et des Bourgeois acceptent de faire le commerce de biens acquis de manière frauduleuse. Ces marchandises constituent le fond de commerce des Receleurs dont le travail constitue à écouler des biens volés. Ils prennent en charge le butin d’un voleur pour une fraction de leur valeur (un peu plus cher si le risque est minime, moins si l’objet est particulièrement sensible) et le transportent jusqu’à une autre ville, voire un autre pays, où ils en disposent sans risque, les revendant avec un bon bénéfice à l’un de leurs clients ou même à un autre Receleur. Ils évaluent les objets qui leur passent sous les yeux et estiment le danger que représente leur vente. Plus le risque est élevé, plus leur part est importante. Toutefois, les lois impériales ne font pas beaucoup de différence entre celui qui vole et celui qui revend le fruit du larcin, par conséquent les Receleurs sont généralement des gens très prudents.

Les Receleurs évaluent leur prime en fonction d’une grande variété de facteurs. Quelle que soit la valeur normale d’un article, elle est potentiellement affectée par cinq facteurs discrétionnaires :

  • La disponibilité peut être abondante ou rare, ce qui entraîne une baisse ou une hausse des prix. Cela s’applique davantage à la banalité d’un élément dans un contexte donné, et non aux ajustements effectués par la personnalisation.
  • La demande pour ces articles dans les endroits où le Receleur déplace des marchandises peut être faible ou féroce. De plus, plus il en coûte cher pour déplacer un article là où la demande est forte, moins il y a d’avantages à le faire à l’échelle locale.
  • Les prix augmentent ou diminuent en fonction de la qualité et de la finesse d’exécution de chaque article.
  • Si un article a été possédé par quelqu’un qui exerce un pouvoir décisionnel, la provenance (vraie ou fausse) peut faire augmenter le prix d’un article pour le Receleur, mais rarement pour le vendeur à cause du risque.
  • La singularité ou la notoriété d’un article augmente les prix en fonction de chaque trait ou caractéristique distinctif, ce qui rend les articles personnalisés spécialisés (ou les articles courants utilisés de façon extraordinaire - « ce couteau a tué le Baron Kajrol ! ») coûteux.

Ce qui fait baisser le prix d’achat d’un Receleur, ce sont les risques et les difficultés :

  • La réputation (d’un objet ou de ses véritables propriétaires) peut à la fois augmenter la valeur d’un objet et les risques liés à son déplacement.
  • L’attention des forces de l’ordre ou l’intérêt à l’égard d’un objet peut entraîner des difficultés pour le déplacer discrètement.
  • La distance qu’un article doit parcourir pour se rendre à son meilleur marché de revente réduit également ce qu’un Receleur peut être prêt à débourser pour l’acquérir.
  • L’art des Receleurs consiste à équilibrer les récompenses et la valeur des objets par rapport aux risques liés à leur vente. Après tout, on ne peut pas recevoir des profits, peu importe la qualité des articles, si les propriétaires précédents peuvent retracer les articles jusqu’au Receleur.

Source[modifier]

  • Warhammer JdR : Livre de Règles V2
  • Warhammer JdR - Career Compendium (traduction par Christer)