Peste Noire

De La Bibliothèque Impériale
Révision datée du 30 juillet 2023 à 12:56 par Saul Goodman (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
La faucheuse sous la forme d’un Skaven, image beaucoup utilisée à l’époque de la Peste Noire

La Peste Noire, la Grande Peste, ou tout simplement la Peste, nommée ainsi en raison des taches noires qui apparaissent sur la peau des victimes consumées par la maladie, est apparue en l’an 1111 CI dans les régions du sud du Vieux Monde, découverte après qu’elle ait décimée la population de Nuln et de Talabheim.

La maladie était très rapide, pouvant tuer ses victimes en quelques jours voire même quelques heures, ce bien avant l’apparition des premiers symptômes, empêchant une quelconque étude de celle-ci ou la création de remède efficace. L’épidémie fut vite considérée comme inarrêtable, touchant autant le Bon Peuple que les Nobles, entraînant la mort de plus de la moitié de la population de l’Empire dont l’Empereur Boris l’Avide lui-même qui mourut de la maladie.

La Peste Noire fut en réalité une épidémie fabriquée par les Skaven du Clan Pestilens, destinée à affaiblir suffisamment les Hommes du Vieux Monde pour permettre aux Hommes-rats de lancer avec succès un assaut qui amènerait à leur Grande Ascendance sur toutes les autres races mortelles du monde réel. Quelques mois seulement après l'apparition de la peste, les Skavens lancèrent leur invasion du monde de la surface, déclenchant le grand conflit connu sous le nom de Guerres des Skavens.

Histoire[modifier]

Bien que la Peste Noire de 1111 CI reste bien connue, les récits de l'Empire ont oublié ou délibérément omis l'invasion des Skavens qui l'a accompagnée, au cours de ce que l'on a appelé les Guerres des Skavens. Celles-ci ne sont devenues qu'une invasion de rats de taille inhabituelle, se nourrissant des nombreux morts de la peste jusqu'à atteindre des effectifs et une taille fantastiques. Aujourd'hui, les actes de l'Empereur Mandred Tueur de Skaven ont été amoindris, voire oubliés, le réduisant au simple rang de héros d'histoires pour enfants.

Tout commença pendant l'hiver de l'année 1111 CI, avec l'apparition apparemment spontanée d'une étrange et virulente maladie dans les villes de Altdorf, Talabheim et Nuln, une maladie qui devint rapidement connue sous le nom de "Peste Noire". Des milliers de personnes moururent lors des premières vagues et, alors que des colonnes de réfugiés en déroute se pressaient sur toutes les routes et au bord des rivières pour échapper aux effets de la peste, celle-ci se répandit rapidement à travers tout le sud de l'Empire. En réaction, nombre de villes fermèrent leurs portes, chassant les réfugiés sous peine de mort. Mais il était trop tard, car la peste tenait déjà l'Empire.

Dans les semaines qui suivirent l'arrivée de la peste, des villages entiers furent dépeuplés, tandis que dans les villes, l'ordre disparaissait, les citoyens effrayés se barricadant chez eux et les cadavres toujours plus nombreux jonchant les rues. De toutes les grandes villes, seule Middenheim fut épargnée, sauvée lorsque son dirigeant, le Comte Mandred, ordonna la destruction des viaducs qui permettaient d'accéder à la ville.

Pensant que la peste avait été envoyée pour les juger de leurs péchés, de vastes bandes de flagellants erraient dans la campagne, se flagellant eux-mêmes en implorant le pardon de Sigmar. À chaque coin de rue, des prophètes hérétiques proclamaient que la fin des temps était proche. Puis, lorsque l'hiver se transforma en printemps, il sembla que le pire de l'épidémie s'était calmé. Mais il s'agissait là de faux espoirs car, des profondeurs de la terre, surgit une menace encore plus grande : les grandes hordes malveillantes des armées Skaven émergèrent pour faire la guerre à un Empire fragilisé et ravagé par la peste. L'un après l'autre, les villes et villages dépeuplés du sud de l'Empire furent envahis, leurs protecteurs massacrés tandis que leurs installations étaient incendiées et que leurs récoltes et leur bétail étaient volés et emportés sous terre. Les armées du Comte, elles, étaient impuissantes, affaiblies tant par des années de corruption et de négligence de la part de l'empereur cupide et incompétent de l'époque, Boris Hohenbach, que par la peste. Bientôt, seules les grandes villes du sud parvinrent à résister aux hordes d'hommes-rats, tandis que la peste s'étendait inexorablement pour dévaster les provinces du nord de l'Empire.

Puis, en l'an 1115 CI, le très détesté Boris Goldgather succomba lui-même à la peste, donnant à son peuple en détresse au moins quelques raisons de se réjouir. Ironiquement, Boris fut l'une des dernières victimes de la peste. Après quatre années de dévastation, le pire de l'épidémie semblait avoir été atteint, mais entre la moitié et les trois quarts de la population de l'Empire étaient déjà morts. D'immenses étendues de l'Empire étaient devenues des terres désolées, tandis que les armées skavens faisaient rage dans le Reikland, l'Averland et le Talabecland. Pire encore, les pillages des hommes-rats et le dépeuplement de la ceinture céréalière du sud entraînèrent une terrible famine qui coûta la vie à nombre de ceux qui avaient réussi à survivre aux extrêmes de la maladie et de la guerre. Et pourtant, les horreurs vécues au cours de ces années étaient loin d'être terminées.

Alors que les terres étaient pratiquement à genoux après quatre années de peste, les Skaven commencèrent, au cours des sept années suivantes, à piller systématiquement les colonies survivantes et à réduire en esclavage leurs populations humaines. Au cœur de la nuit, des armées de Guerriers des Clans encerclaient une ferme ou un village et y mettaient le feu, assommant ou piégeant les habitants qui tentaient de fuir les flammes. C'est ainsi que des dizaines de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants furent capturés pour être conduits en colonnes traînantes et désespérées vers de grands camps d'esclaves installés dans les ruines des villes autrefois fières de Pfeildorf et d'Ubersreik. Là, les plus chanceux se retrouvaient forcés de travailler à cultiver de la nourriture pour les hommes-rats en surface, tandis que les moins chanceux étaient entraînés sous terre pour travailler dans les mines et les forges de l'Empire Souterrain, pour ne plus jamais réapparaître. Bientôt, des pans entiers du sud de l'Empire furent dirigés par les hommes-rats, tandis que les quelques poches qui résistaient encore - des villes comme Altdorf, Nuln et Talabheim - n'étaient plus que des îlots assiégés au milieu d'une vaste mer de mal.

La plus grande nation du Vieux Monde n'était plus que l'ombre de sa gloire passée, tandis que son peuple souffrait sous le joug de ses nouveaux maîtres inhumains. Si l'Empire s'était effondré, les autres royaumes du Vieux Monde auraient pu suivre, laissant les enfants du Rat Cornu exercer une domination illimitée sur le monde entier. Partout sur les terres de Sigmar, les gens regardaient le ciel à la recherche de signes avant-coureurs, espérant désespérément que leur dieu leur montre un signe qu'ils sont toujours dans ses faveurs, un signe de grâce. Surtout, ils priaient pour que, comme cela s'était déjà produit par le passé, un héros se lève parmi eux et les conduise à la délivrance. Ils priaient pour un héros. Et bientôt, leurs prières furent exaucées.

Parmi les grandes villes de l'Empire, seule Middenheim survécut à la Grande Peste et à la famine qui s'ensuivit. Sur ordre de son souverain, le Comte Mandred, les viaducs de la ville avaient été détruits dès le début de la catastrophe. Réalisant que tant que Middenheim résisterait, l'Empire ne tomberait pas, une vaste armée de Skaven encercla la ville durant l'hiver de l'année 1118 CI. Les habitants de Middenheim se préparèrent avec confiance au siège, leur moral étant gonflé par le fait qu'en mille ans, leur ville n'était jamais tombée. Mais ils n'avaient jamais affronté un tel ennemi. Quelques jours après l'arrivée des principales armées skavens, les premiers hommes-rats infiltrés furent découverts dans le grand réseau de tunnels et de catacombes sous la ville. Encerclée, assiégée et attaquée simultanément depuis les profondeurs, la ville semblait sur le point de tomber. Mais c'est à ce moment critique que le comte Mandred s'imposa, démontrant son génie pour le commandement et la stratégie militaire : il ordonna que les souterrains soient inondés et qu'une série de barricades et d'avant-postes soient construits pour défendre le reste de la ville. Il chargea ses meilleures troupes, dont des régiments célèbres comme les Chevaliers du Loup Blanc et les gardes du corps de Mandred, la Garde Teutogen, d'assurer ces défenses. Il n'est pas rare que le comte patrouille lui-même dans ces défenses souterraines, cherchant à remonter le moral des défenseurs des tunnels soumis à rude épreuve. En coordonnant la défense des tunnels et de la ville elle-même, en repositionnant ses troupes d'heure en heure pour faire face à une menace en constante évolution, Mandred permit à la ville de résister pendant des mois, alors que la famine et leurs propres pestes commençaient à prélever un lourd tribut sur les hordes d'hommes-rats. Au début du printemps, les hommes-rats étaient tellement affaiblis et déchirés par des conflits internes que le siège fut levé.

Accueilli comme le héros de l'Empire, le comte Mandred ne se reposa pas sur ses lauriers : Il lança une croisade pour chasser les Skavens de l'Empire et, peu à peu, les armées skavens furent repoussées sous terre. Considéré comme le sauveur de l'Empire, Mandred fut élu empereur à l'unanimité, et sera désormais connu sous le titre d'honneur d'Empereur Mandred Tueur de Skaven. L'histoire de ce grand héros a été honteusement négligée et pratiquement oubliée de nos jours. Plus honteux encore, après la mort de Mandred, alors que les érudits de l'Empire cherchaient désespérément à nier l'existence des hommes-rats, il est devenu connu sous le nom d'empereur "Mandred Chasseur de rats". Le meurtre de l'Empereur Mandred est désormais considéré comme l'œuvre d'un mutant agissant seul plutôt que comme la vengeance de la race des Skaven.

Pathologie[modifier]

De Hendrik Grau, Principes de Médecine', Altdorf Press 2313 CI

Peste noire : Également connue sous le nom de "La Mort". Maladie infectieuse extrêmement virulente qui se caractérise par l'apparition soudaine de taches sombres, ou "marques de peste", sur la peau, qui s'étendent rapidement à l'ensemble du corps du malade. Les symptômes de la maladie, qui évoluent rapidement, sont les suivants : fièvre, hallucinations, convulsions, perte de contrôle des fonctions corporelles, enflure et blocage des principales articulations, entraînant la déformation des membres et la paralysie de ceux qui parviennent à survivre à la maladie. La mort survient dans neuf cas sur dix, à la suite de convulsions de plus en plus graves qui se manifestent de quelques minutes à une semaine après les premiers symptômes de la maladie.

Il n'existe pas de traitement efficace, mais un repos prolongé, des prières et des fluides peuvent améliorer les chances de survie du patient, tandis que des sangles peuvent être utilisées pour atténuer les pires effets des convulsions du patient. En raison de la nature hautement infectieuse de la maladie, les patients doivent être isolés et leur corps doit être incinéré après leur mort. De plus, afin de réduire le risque de propagation de la maladie, les effets personnels et les logements des patients doivent être brûlés et un programme d'extermination massive de la population locale de rats doit être mis en place dès la découverte d'un seul cas de maladie. Le vecteur serait le rat noir commun.

Sources[modifier]

  • Warhammer jdr - Les Fils du Rat Cornu
  • Dead Winterpar C.L. Werner