Ordre du Feu Glacé : Différence entre versions

De La Bibliothèque Impériale
(Page créée avec « Contrairement à la plupart des Ordres Impériaux de Chevalerie, la loyauté des '''Chevaliers du Feu Glacé''' va à l'Empereur plutôt qu'à un Comte Électeur... »)
(Aucune différence)

Version du 11 septembre 2019 à 22:50

Contrairement à la plupart des Ordres Impériaux de Chevalerie, la loyauté des Chevaliers du Feu Glacé va à l'Empereur plutôt qu'à un Comte Électeur. Elle complète la compagnie personnelle de guerriers de l'Empereur, la Reiksguard, qui est beaucoup plus célèbre, plus grande et plus glorieuse. Là où la Reiksguard accompagne l'Empereur dans ses missions diplomatiques et se bat à ses côtés, les Chevaliers du Feu Glacé mènent beaucoup de ses batailles plus calmes et sournoises. L'Ordre du Feu Glacé est peu connu et un secret relatif lui est parfois essentiel. Il opère en petits groupes, le plus souvent à la périphérie de l'Empire ou à l'étranger. Ses chevaliers prêtent un serment de loyauté personnelle absolue à l'Empereur ; leur credo est Le service avant tout. Ils doivent à tout prix être prêts à agir rapidement et sans pitié contre les ennemis de l'Empereur, qu'ils soient internes ou externes.

Histoire de l'Ordre

L'Ordre a été fondé lors de l'accession de l'Empereur Wilhelm II Holswig-Schliestein en 2429C.I. ; ses membres fondateurs ont joué un rôle déterminant dans les manœuvres politiques qui ont conduit à l'éviction de son prédécesseur, Dieter IV von Krieglitz-Unfähiger.

Dieter s'est attiré la colère des comtes électeurs lorsqu'il a passé un marché avec les Burgomeisters de Marienburg qui leur a permis de se séparer de l'Empire en échange d'or. Une petite coterie de nobles mineurs autour de Wilhelm d'Altdorf a contribué à attiser les flammes de ce scandale et à rallier les partisans d'un coup d’État. Lorsque Wilhelm prit le trône, certains de ces nobles devinrent les premiers Chevaliers du Feu Glacé. Le nom rappelle à ses membres qu'ils doivent parfois être aussi destructeurs que le feu, mais qu'ils doivent toujours regarder le monde d'un œil froid et calculateur. Les nobles qui n'ont pas la faveur de la cour accusent parfois les Chevaliers du Feu Glacé d'être loyaux envers les princes d'Altdorf, plutôt qu'envers l'Empire lui-même. Jusqu'à présent, cette distinction n'a pas été testée, comme tous les empereurs depuis Wilhelm viennent d'Altdorf.

Usages de l'ordre

Comme Wilhelm avant lui, Karl-Franz Holswig Schliestein utilise les chevaliers à toutes fins qui peuvent protéger et étendre son pouvoir. Diverses unités de l'ordre pourraient en même temps garder un œil discret sur les activités des comtes électeurs les plus agités, réprimer les révoltes paysannes, enquêter sur les manifestations du Chaos ou assassiner des clercs déloyaux. Ses membres s'enorgueillissent de leur savoir-faire politique, de leurs prouesses martiales et même de leur connaissance du monde occulte. L'Ordre est autorisé à utiliser la Magie au service de l'Empereur. Les magiciens en exercice seront des intendants ou des compagnons (voir ci-dessous) plutôt que des chevaliers ; les vrais nobles ont mieux à faire avec leur temps que d'apprendre la sorcellerie.

Capitaine du Feu Glacé

Le chef actuel des Chevaliers du Feu Glacé est Heike Schlacht, une vieille femme aux lèvres serrées qui illustre bien l'expertise politique et l'implacabilité générale de l'ordre. Son titre est Capitaine du Feu Glacé. Elle agit comme conseillère de Karl-Franz ; sa présence fait peur aux autres courtisans. Chaque fois qu'il se passe quelque chose de sinistre dans l'administration de l'Empereur, des gens l'en blâment. Cela correspond parfaitement aux desseins de l'Empereur ; comme tout chef puissant, il a parfois besoin que des choses terribles soient faites, et il doit être capable de détourner la responsabilité sur quelqu'un d'autre. En réalité, elle préférerait se couper le bras plutôt que d'agir sans la bénédiction de l'Empereur.

La Loyauté avant tout

Toute la culture de l'Ordre est conçue autour de ce principe, les membres rivalisent férocement les uns avec les autres pour montrer la plus grande loyauté envers l'Empereur. Les membres gagnent le respect en accomplissant des missions avec succès. Ils gagnent encore plus de prestige s'ils réussissent à grands frais personnels, ou s'ils sont forcés de faire preuve d'être extraordinairement impitoyables. Les Chevaliers du Feu Glacé cultivent un mauvais sens de l'humour ; l'une de leurs blagues préférées est que la mission idéale est celle qui oblige un chevalier à se mutiler hideusement tout en poussant une charrette de femmes et d'enfants d'une falaise. Mais la cruauté gratuite ne gagne aucune admiration ; elle apporte une attention inutile sur l'opération et l'ordre. Si ça ne plaît pas à l'Empereur, ça ne vaut pas la peine de le faire. Si cela plaît à l'Empereur, il n'y a pas d'excuse pour l'échec.

Rôle anti-chaos

Les armées de plus en plus nombreuses du Chaos représentent la plus grande menace pour l'Empire, et Karl-Franz en est venu à compter sur les Chevaliers du Feu Glacé pour enquêter sur les éruptions à petite échelle du Chaos à l'intérieur et à l'extérieur de l'Empire. Les Chevaliers du Feu Glacé ne sont pas une bande typique de Fanatiques, c'est pourquoi Karl-Franz les trouve efficaces. Ils ont raffiné leur propre fanatisme, qui donne de meilleurs résultats que le fanatisme habituel. Ils ne considèrent pas la lutte contre le Chaos comme une obligation religieuse ou un grand impératif moral. Ils considèrent le Chaos comme un ennemi de plus qui a besoin d'être exterminé rapidement, ce qui est caractéristique de leur froideur. D'autres qui se spécialisent dans la destruction du Chaos en deviennent souvent obsédés et commencent à voir sa trace partout. Rapidement, ils dépassent les bornes et brûlent sans distinction, permettant bien souvent aux vrais Esclaves des Ténèbres de s'enfuir. L'Ordre considère ces fanatiques avec mépris, les rejetant comme de simples renifleurs de sorcières. Les chevaliers sont fiers de garder leur sang-froid et leur calme pendant la chasse au Chaos, et de générer un minimum d'hystérie tout en le faisant. Leur culture encourage les chevaliers à se moquer de Tzeentch et compagnie ; ils ont l'habitude de s'armer pour le combat en faisant des blagues sur les Dieux du Chaos. Une des premières choses qu'on enseigne à un novice dans l'ordre est que le Chaos se nourrit de la peur et des fausses rumeurs sur ses pouvoirs. L'entraînement est destiné à faire craindre aux chevaliers le ridicule de leurs camarades plus que le chaos. C'est plus facile à dire qu'à faire. Lorsqu'ils se retrouvent pour la première fois face à face avec le Chaos, les chevaliers novices sont souvent aussi terrifiés que n'importe qui d'autre, malgré leur formation. Ceux qui sont capables de maintenir l'idéal de calme glacial de l'ordre face au chaos sont ceux qui progressent dans l'ordre, devenant ses leaders.

L'insigne de l'ordre est une flamme stylisée, peinte en bleu plutôt qu'en rouge. Les membres ont tendance à porter le symbole sur de petits bijoux ou comme motif de tissu plutôt que de l'afficher ouvertement sur des boucliers ou des étendards de combat. L'ordre n'attire l'attention sur lui que lorsqu'il y a un avantage direct et pratique à le faire.

Novices, intendants, compagnons

La plupart des missions de l'ordre exigent de petites équipes d'opérateurs pas beaucoup plus grandes qu'une bande d'aventuriers. Une telle équipe n'est que rarement composée exclusivement de chevaliers. Le nombre de membres de l'Ordre est habituellement d'une cinquantaine, et tous les membres ne sont pas en service actif. Certains chevaliers, à mesure qu'ils vieillissent, constatent qu'ils doivent accepter les obligations personnelles attendues des aristocrates impériaux et qu'ils doivent se retirer du service actif afin de gérer leurs biens familiaux. Ils demeurent membres de l'Ordre, mais ne sont mobilisés à son service qu'en cas d'urgence. D'autres sont affectés en permanence aux tribunaux de divers Comtes Électeurs, ou à d'autres organisations qui ont besoin d'un représentant impérial capable de mener des enquêtes et de briser quelques os au besoin. Les candidats à l'ordre ne sont pas automatiquement approuvés ; ils doivent subir une procédure d'examen rigoureuse, puis survivre pendant deux ans de service actif comme novices avant d'obtenir leur titre de chevalier. La plupart des missions sont menées par un ou deux chevaliers à part entière, l'un plus expérimenté que l'autre. Dans le cas de missions moins sensibles, un ou deux novices accompagneront et assisteront les chevaliers, afin de faire leurs preuves et d'apprendre les compétences attendues d'un chevalier. Les chevaliers sont aussi généralement assistés par un certain nombre d'intendants. Les chevaliers choisissent leurs propres intendants, qui sont invariablement des roturiers, et ils sont responsables de leur salaire. Lorsqu'ils entrent en service, les intendants prêtent serment de loyauté à l'Empereur d'abord, puis à leurs maîtres. Les chevaliers tiennent généralement leurs propres intendants à distance, les traitant avec une autorité brutale. Les intendants d'un autre chevalier sont considérés comme des cibles privilégiées pour les abus et les moqueries. Les intendants qui s'acquittent bien de leurs fonctions reçoivent parfois un statut officiel, au cours d'une cérémonie au cours de laquelle ils sont surnommés Compagnons de l'Ordre du Feu Froid et reçoivent une allocation supplémentaire du Trésor impérial. Les compagnons sont autorisés à porter une version modifiée de l'insigne de chevalier. Ils continuent à servir l'organisation après le départ à la retraite ou le décès de leur maître original. Les compagnons ont plus de respect que les intendants, mais ils ne sont pas traités d'égal à égal par les chevaliers. Dans de très rares cas, des compagnons particulièrement dignes d'être distingués sont élevés au rang de chevalier, malgré leur statut de roturier.

L'Ordre est inhabituel car ses membres sont de noble naissance mais ne sont pas des seigneurs féodaux ; ce sont le plus souvent de jeunes frères et sœurs qui n'héritent pas des terres familiales. Néanmoins, il n'est pas possible de simplement quitter l'ordre et de commencer une nouvelle carrière. Les chevaliers du Feu Glacé peuvent mourir en selle ou prendre leur retraite, mais ceux qui tentent de partir sont traqués comme des traîtres à leurs vœux. Leurs anciens collègues font preuve d'autant de détermination dans leur poursuite qu'ils le font contre tout autre ennemi de l'Empereur, et la punition qu'ils infligent est de nature permanente.

Source

  • Warhammer RPG v1 - Heart of Chaos