Les Forêts des Ténèbres

De La Bibliothèque Impériale
Révision datée du 12 février 2012 à 11:45 par Christer (discussion | contributions) (Page créée avec « La plupart des cités, des villes et des villages de l'Empire sont bâtis le long de ses voies fluviales. Peu de routes s'enfoncent au cœur des forêt, et celles qui ... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

La plupart des cités, des villes et des villages de l'Empire sont bâtis le long de ses voies fluviales. Peu de routes s'enfoncent au cœur des forêt, et celles qui le font doivent être constamment entretenues de peur de se voir rapidement recouvrir par la végétation. Les bois de l'Empire sont si dense qu'on peut y cheminer pendant des semaines sans voir la lumière du jour. Même un sentier pratiqué pratiqué ou pavé risquent de disparaitre alors que l'herbe, puis les branches viennent l'envahir, comme des voleurs dans la nuit, pour défaire ce que l'homme à fait. Seul un inconscient s'aventure hors des murs d'une ville lorsque la nuit tombe, car les ténèbres qui règnent sous les branches des bois sont le royaume des hommes-bêtes.

Les forêt du Vieux Monde sont en outre parsemées de lieux obscurs dans lesquels ne s'aventureraient aucune créature saine d'esprit. Des monolithes appelés Pierre des Hardes, autour desquels se rassemblent les hommes-bêtes, sont reliés les uns aux autres par des sentiers que seule les Sabots FOurchus connaissent. Et il existe bien d'autre lieux d'épouvante : les tombeaux hantés des rois de jadis, des temples du Chaos, d'immenses et anciens arbres-aux-sorcières décorés des restes de ceux qui ont eu la malchance de les découvrir, des labyrinthes malodorants abritant des Jabberlythes et es endroits qui peuvent paraitre sans danger mais qui conduisent vers des dimensions de démence. Tout ces lieux attirent les hommes bêtes, et ils s'y retrouvent pour chanter les louange des Dieux Sombres. Les brames de la Harde peuvent s'entendre à des lieux à la ronde, de même que les hurlements des suppliciés qui agonisent sur les autels ou sur le sol impie.

Lorsque Morrslieb est pleine, il semble que les tous les hommes-bêtes de la forêt hurlent, aboient, mugissent et grognent, comme s'ils participaient à un rituel sauvage. Les bois totu entiers résonnent de chants gutturaux conduits par les chamans. Les bûchers flambent haut et la puanteur de la chair brûlée, enrichie de décoctions immondes, recouvrent les terres, transformant les rêves des hommes en cauchemars.

Sombre Forêt.jpg

Source

  • Livre d'armée des Hommes-Bêtes, V7