Le Coffret des Rêves

De La Bibliothèque Impériale
Révision datée du 22 juin 2018 à 07:32 par Christer (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Les Elfes Sylvains d’Athel Loren connaissent de nombreux mythes à propos des Démons. Ces histoires sont racontées par les Danseurs de Guerre, des bardes-guerriers qui font de ces légendes des danses sur la vie et la mort. Leur conte le plus poignant concerne d’ailleurs l’une des leurs, une jeune Danseuse de Guerre dont la fierté causa le malheur de ses pairs.

Cirienvel, car tel était son nom, possédait un talent pour la danse que bien peu pouvaient égaler, mais cela ne suffisait pas à satisfaire son orgueil. Elle priait Lœc, le dieu des Danseurs de Guerre, de lui donner un talent qui ferait d’elle la plus grande des danseuses, et la meilleure conteuse d’histoires de toutes. Elle pria ainsi pendant des semaines jusqu’à ce qu’enfin, une présence charismatique qu’elle crut être Lœc en personne la visitât dans ses rêves. La magnifique apparition appela Cirienvel par son nom et la conjura de pénétrer dans le Sépulcre de l’Hiver pour en retirer le Coffret des Rêves.

Lorsqu’elle se réveilla, Cirienvel alla chercher le conseil de Naieth la Prophétesse, la plus sage des oracles des Elfes Sylvains. Troublée par l’histoire de Cirienvel, elle lui interdit de pénétrer dans les cavernes, car elles renfermaient des horreurs que seules les Dryades pouvaient retenir, et Naieth doutait que quoi que ce soit de bénéfique pût se trouver dans les profondeurs glaciales de ces cryptes. Mais Cirienvel resta sourde à ces conseils, car le désir que sa vision avait éveillé était trop fort. Elle quitta l’oracle et se rendit au Sépulcre de l’Hiver. Prenant garde à ne pas éveiller l’attention des Dryades qui gardaient l’entrée, elle se glissa à l’intérieur.

Le temps semblait s’être arrêté dans les grottes glaciales que traversait Cirienvel. Elles étaient la demeure de nombreuses choses abominables d’où émanait une magie maléfique. Certaines restaient tapies dans les ombres et chantaient des mélopées dont les promesses inquiétantes restaient suspendues dans l’air, mais Cirienvel les ignora et continua son chemin. D’autres créatures dotées de griffes, de pinces et de dents pointues se jetèrent sur elle, cependant Cirienvel esquiva leurs attaques et les abattit en un instant en quelques coups de lames virevoltants.

Cirienvel traversa avec succès les dangers et les tentations jusqu aux cavernes les plus profondes. Là, elle découvrit le Coffret des Rêves, recouvert de givre. Sans plus se soucier de l’endroit où elle se trouvait ni des créatures qui la menaçaient, Cirienvel retira le coffret de son écrin, ouvrit le loquet et souleva le couvercle. Le pouvoir du coffret s’empara d’elle instantanément. En l’espace d’un instant, elle fut enveloppée par les rêves de milliers d’êtres, et par autant d’histoires et de danses pouvant les raconter. Alors que Cirienvel s’émerveillait de ce savoir, un rire sardonique résonna dans la grotte et la ramena à la réalité. Elle sentit qu’un ennemi trop redoutable pour qu’elle puisse le vaincre approchait. Elle emmena le coffret et s’enfuit du Sépulcre de l’Hiver.

La Danse des Rêves[modifier]

Cette nuit-là, Cirienvel dansa dans la Clairière du Roi pour le Concile des Clans devant des milliers d’Elfes. Naieth l’observait depuis le second cercle et s’aperçut que quelque chose n’allait pas dés que la danse débuta. Cirienvel était si rapide que des images brouillées restaient en suspens derrière elle, comme si le temps s’était suspendu dans un écrin de lumière. Alors que la danse s’accélérait, les silhouettes qui formaient ce tableau immobile prirent vie, et leur véritable nature apparut aux yeux de tous. Ce n’étaient plus les images de Cirienvel, mais des Démonettes de Slaanesh libérées par la magie de la danse, et attirées par la fragrance de la fierté de l’Elfe.

Les Démonettes se jetèrent sur les Elfes assemblés en faisant claquer leurs pinces et en chantant au rythme de la danse de Cirienvel. Les Elfes Sylvains se défendirent comme ils le purent alors que les arbres autour de la clairière commencèrent à se tordre, comme si la simple présence des Démons réussissait à les corrompre. Le tempo de la danse ne cessait d’augmenter. Des Horreurs Roses jaillirent de l’écorce des arbres et la clairière s’éclaira de lueurs fantomatiques lorsque les Démons déchaînèrent leur magie impie. Le sol prit la couleur du sang versé tandis que les Démonettes continuaient leur carnage. Des Sanguinaires s’extirpèrent de l’humus là où le bain de sang était le plus horrible. Et pendant ce temps, Cirienvel continuait à danser sans pouvoir s’arrêter ni mettre fin au cauchemar qu’elle avait créé. Une créature énorme commença à se former au centre de la clairière. Sa silhouette était d’abord translucide, mais elle devenait de plus en plus réelle au fil des mouvements de Cirienvel.

Les flèches se mirent à jaillir lorsque les Elfes répliquèrent. Certains traits se brisèrent sur la peau des Démons, mais d’autres y mordirent profondément. Les chefs de clans criaient leurs ordres. L’épée parait la lame infernale. Des centaines de combattants tombaient de part et d’autre, mais les Démons se moquaient des pertes. Les Elfes Sylvains ne pouvaient battre en retraite au risque de voir ces monstres envahir tout Athel Loren. Des Hommes-Arbres se joignirent aux combats, accompagnés de Dryades qui chargèrent en hurlant. Mais même leur intervention ne pouvait inverser le cours de la bataille.

La danse de Cirienvel ne cessait de s’accélérer. Et plus elle dansait, plus les Démons apparaissaient rapidement. L’œil ne pouvait presque plus la suivre, et au centre de la clairière, la silhouette cornue d’Amin'Hrith lança sa tête en arrière et laissa échapper un rire diabolique qui résonna à travers toute la forêt. C’est à cet instant que Naieth aperçut le Coffret des Rêves, intact au beau milieu de la clairière. La prophétesse se rendit au milieu du maelström magique qui l’entourait. Elle absorba une portion de cette énergie et la restitua sous la forme d’un projectile magique qui vint frapper par trois fois le coffret. Au troisième impact, celui-ci vola en éclats. Des fragments incandescents furent projetés en tous sens, et Cirienvel s’effondra, comme une marionnette dont on aurait coupé les fils. La forme cornue s’évanouit. L’air crépitait et formait un vortex la où se trouvait le coffret un instant auparavant. Les Démons furent aspirés dans cette faille par des bourrasques de vent magique qui ne frôlèrent aucun Elfe. En quelques secondes, tout fut terminé.

Même si l’action de Naieth avait sauvé Athel Loren, Cirienvel porterait les stigmates de son inconscience jusqu’à la fin de sa vie. Elle avait survécu, mais ses membres étaient affligés d’une faiblesse maladive. Le moindre geste la faisait souffrir. Elle ne pouvait plus danser, et son habileté avait été sacrifiée au créateur du Coffret des Rêves. Jusqu’à sa mort, le souvenir de ce qu’elle avait fait la hanta, de même que la bête cornue qui attendait son âme…

Source[modifier]

  • Livre d’Armée des Démons du Chaos, V7