L'Invasion Vient Aussi de l'Est…

De La Bibliothèque Impériale
Révision datée du 7 novembre 2019 à 12:29 par Christer (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

L’historique Conclave des Lumières, réuni par Karl Franz, venait de se dissoudre et les hommes d’état du Vieux Monde s’en étaient retournés sur leurs domaines pour préparer hâtivement leurs défenses contre la tourmente qu’Archaon n’allait pas manquer de déchaîner. Le fardeau de la surveillance des Terres Sombres avait échu aux Nains, et leurs Rois l’avaient accepté avec une sombre détermination renforcée par des liens millénaires : depuis le temps de Sigmar, Nains et humains s’étaient toujours battus côte à côte pour repousser les forces du Chaos, et en avaient payé le prix fort ensemble. L’alliance allait être renouvelée, quel que fût le destin qui lui était réservé.

La Veille Commence

Dans toutes les Montagnes du Bord du Monde, des panaches de fumée et de vapeur s’élevaient des cheminées des ateliers Nains comme leurs maîtres se préparaient pour la guerre à venir. Le son des marteaux résonnait dans tous leurs royaumes, les forgerons travaillaient nuit et jour, les membres douloureux et les traits tirés, donnant naissance à de solides hauberts et à des haches effilées. Les Maîtres des Runes œuvraient comme ils ne l’avaient jamais fait, gravant les plus puissantes runes sur des heaumes, des marteaux et des machines de guerre de toute sorte.

Les Rangers étaient rappelés par centaines puis renvoyés dans les Terres Sombres pour observer les mouvements de l’ennemi. À Zhufbar, les grandes roues à aube gémissaient et craquaient, remontant des profondeurs de la terre des tonnes de minerai aussitôt envoyées vers les ateliers pour y être travaillées. À Karaz-a-Karak, les Ingénieurs s’épuisaient à la rude tâche de construire une flotte de Gyrocoptères pour surveiller les toundras et les plaines du nord et de l’est, guettant le moindre signe d’une attaque. Les routes qui menaient à Karak Kadrin étaient quant à elles encombrées de Nains déshonorés regagnant le Fort des Tueurs en quête d’un destin glorieux qui désormais ne tarderait plus.

Les jours, puis les semaines s’écoulèrent, sans que rien ne ressorte des agitations habituelles des Terres Sombres. Les pilotes des Gyrocoptères et les Rangers firent état de guerres intestines entre les Peaux-Vertes. Le Seigneur de Guerre Grimgor Boît' en Fer continuait d’occuper le Haut Col et en interdisait ainsi l’accès aux tribus de Maraudeurs, protégeant sans le vouloir l’Empire des attaques de l’est. Puis, lors d’une froide journée d’hiver, près de quatre mois après le Conclave des Lumières, un silence inquiétant recouvrit les Terres Sombres. Les pillards de toutes races, pourtant aussi répandus en ces lieux que les bourrasques glacées, avaient disparu, et les Nains craignirent qu’ils eussent rejoint quelque force plus importante. Les éclaireurs redoublèrent de vigilance, mais malgré leurs lointaines expéditions, ils ne résolurent pas davantage le mystère.

Une autre semaine passa sans qu’aucune nouvelle ne revienne, mais alors que les premières neiges hivernales recouvraient les pentes rocheuses des Montagnes du Bord du Monde, un Ranger solitaire frappa aux portes de Karak Azul. Bien que son corps fût ensanglanté et son armure ébréchée, il rejeta l’aide des gardes et tituba jusqu’à la salle du trône. Malgré son évidente douleur, il eut la fierté de refuser tout soutien et parvint à grand-peine devant le Roi. Laissant échapper un grognement, il tomba à genoux au pied du trône, et lâcha dans un souffle avant de s’évanouir :

« Ils arrivent. »

Les Nuées s’Accumulent

Les Kurgans vinrent du nord en une meute sauvage. Ils s’abattirent sur le Pays du Grand Crâne comme des sauterelles sur les récoltes, une horde immense bouillonnant et frémissant comme un raz-de-marée : une armée de nomades au regard barbare, suivant son puissant seigneur en quête de batailles. L’identité de ce guerrier ne faisait plus aucun doute car ses suivants chantaient son nom en marchant, des milliers de gorges difformes donnant naissance à la même syllabe bestiale pour témoigner auprès des Dieux de la puissance de leur champion. Ils étaient l’armée de Crom le Conquérant, le Porteur de Tempête, le Héraut d’Archaon.

La horde traversa la toundra sans ralentir. Les tribus de Peaux-Vertes qui se trouvaient sur sa route furent massacrées. Au-devant de l’armée, des cavaliers légers et des éclaireurs chassaient les patrouilles des Rangers et abattaient les Gyrocoptères, les Nains qui eurent de la chance tombèrent au combat, les autres finirent lentement sacrifiés à la gloire des Dieux Sombres. La horde de Crom s’étendait plus loin que ce que l’œil pouvait percevoir, et nul ne semblait être capable de la vaincre.

Ou presque. Avant que la marée ne déferle sur les défenses des Nains, un obstacle inattendu apparut. Tandis que Crom menait son armée vers le Haut Col, il trouva son chemin bloqué par des lignes et des lignes d’Orques et de Gobelins. Ce n’était pas la première fois qu’une telle chose se produisait, mais ces Peaux-Vertes, contrairement à tous leurs semblables rencontrés jusque-là, paraissaient disciplinés et prêts à se battre. Ils constituaient l’armée de Grimgor Boît’ en Fer qui, las des victoires faciles qu’il obtenait sur les Maraudeurs du nord et les Skavens à l’Ouest, avait conduit son armée hors du Haut Col pour se mesurer à un adversaire digne de lui.

La Tempête Éclate

Le jour se levait à peine lorsque les deux armées se rencontrèrent. Deux lignes de guerriers s’étendaient d’un horizon à l’autre entre les ossements de monstres gigantesques depuis longtemps éteints, des milliers de soldats en ordre de bataille sur la plaine enneigée. Pendant ce qui sembla être une éternité, Peaux-Vertes et humains se firent face en silence. Puis, comme s’il en avait été convenu, les deux armées lancèrent leurs cris de guerre qui se mêlèrent en une cacophonie sauvage de défis et d’injures. Lorsque les hurlements du vent eurent repris leurs droits, les deux armées se mirent en branle, les pas de milliers de pieds résonant contre les falaises désolées. La plus grande bataille que les Terres Sombres aient jamais connue commença alors.

Les deux hordes se heurtèrent dans un bruit de tonnerre, leur fureur rougissant la neige. Les guerriers Kurgans se battaient comme des possédés, leurs haches et leurs fléaux tuant des Peaux-Vertes par dizaines. Les Orques, de leur côté, se souciaient peu de leurs pertes et abattaient autant d’humains avec leurs kikoup'. Sur les flancs, les sauvages cavaliers de la tribu des Yasuks livraient bataille aux Chevaucheurs de Loups Gobelins, leurs montures s’écharpant dans une mêlée de dents, de griffes et de sabots tandis que leurs cavaliers faisaient de même avec leurs lames primitives. Les Chevaucheurs de Sangliers enfoncèrent les lignes des Maraudeurs, puis furent massacrés par la contre-charge des sanguinaires chevaliers Tokmars, leurs armures étincelant comme de l’or rouge sous le soleil matinal. Les flèches noires des Orques assombrissaient le ciel avant de s’abattre sur les boucliers des Kurgans en une pluie inefficace. Les chars des deux camps zigzaguaient entre les ossements massifs qui couvraient la plaine, broyant Orques et humains en nombre égal sous les faux de leurs roues. Les gigantesques Lance-Rocs projetaient au milieu des rangs du Chaos d’énormes rochers qui y prélevaient un tribut sanglant, mais à chaque Maraudeur qui tombait, trois venaient prendre sa place.

Dans l’Œil du Cyclone

Crom était au cœur des combats et menait sa propre tribu, les Kuls, au travers de la horde verte. Il se moqua de la charge des Chevaucheurs de Sangliers et les jeta à bas de leurs montures par de grands revers de sa lame. Avec sa hache, il éventra un Chef Orque Sauvage et massacra sa suite avec une aisance méprisante. Son cri de défi résonnait sur tout le champ de bataille : quand donc les Dieux allaient-ils enfin lui envoyer un adversaire à sa mesure ? Mais alors qu’il achevait un Chaman Orque, son regard rencontra celui de Grimgor. Les deux guerriers comprirent immédiatement qu’ils avaient enfin trouvé un ennemi digne de leurs prouesses. Ils se frayèrent un chemin à travers la masse des combattants et s’affrontèrent au centre du champ de bataille.

Serrant le manche de sa hache, Crom laissa choir son épée et se saisit de son bouclier. Il se jeta sur Grimgor avec la force d’un Ogre, faisant reculer l’imposant chef de guerre. Profitant de son avantage, Crom poursuivit l’assaut, faisant décrire de grands moulinets à son arme avec une vitesse inhumaine. Grimgor avait le plus grand mal à parer les attaques de son ennemi, et seule la vivacité surnaturelle de sa hache lui permit de survivre à l’élan frénétique de l’humain. Acculé contre les restes d’un char, l’Orque Noir para d’un grand revers l’arme de Crom et profita de cet instant de faiblesse pour se jeter sur lui, le forçant à son tour à reculer.

Le duel épique se poursuivit pendant des heures, aucun des deux ne parvenait à prendre l’ascendant car ils étaient de force égale. Chaque coup était paré, et même la fatigue ne semblait pas pouvoir venir à bout de l’un ou l’autre. Ils étaient entièrement absorbés par leur combat et n’avaient plus conscience de la bataille autour d’eux et même lorsque les Orques furent finalement battus et s’enfuirent, Grimgor poursuivit le combat, refusant d’admettre sa défaite. Les coups succédaient aux parades, tout deux étaient épuisés, mais chacun pensait pouvoir l’emporter.

Ce ne fut que lorsque les rayons écarlates du soleil disparurent enfin derrière les Montagnes du Bord du Monde qu’ils s’écartèrent l’un de l’autre, vidés de leur énergie et saignant de dizaines de blessures. Autour d’eux, la plaine était jonchée de milliers de cadavres, et le chœur des corbeaux commençait d’emplir le crépuscule. Leur souffle se faisant brume dans l’air glacial, les deux adversaires se jaugèrent un long moment avec un respect haineux. Lentement, Crom secoua la tête et fit un pas en arrière. Grimgor rugit de colère face à cette insulte. Les dents serrées, bouillonnant d’une fureur tout juste contenue, il balaya le Seigneur du Chaos et ses serviteurs d’un œil menaçant puis, défiant quiconque de soutenir son regard, il tourna les talons et alla rejoindre ses troupes en déroute.

Des Cendres de la Défaite…

Lors des jours qui suivirent la bataille contre Crom et ses Kurgans, Grimgor Boît’ en Fer fut miné par une honte douloureuse dont il n’était pas coutumier. Alors qu’il commençait le laborieux processus de ralliement de ses troupes, il fit le vœu solennel de se racheter aux yeux de Gork et Mork. Il allait se lancer dans une Waaagh! si gigantesque et destructrice qu’elle laverait sa fierté blessée dans le sang…

Source

  • White Dwarf N°110 (Juin 2003)