Kouran

De La Bibliothèque Impériale
Révision datée du 20 février 2018 à 08:42 par Christer (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Kouran Main Noire, Capitaine de la Garde Noire, Maître de la Tour du Deuil
La Bataille de l’Aube de Sang
Kouran devint célèbre lorsqu’il mena sa Garde Noire contre Tor Anroc, la capitale du royaume de Tiranoc. Kouran haïssait cette cité plus que tout, car c’était le lieu de naissance de Bel-Shanaar.

La Garde Noire attaqua en pleine nuit, précédée par des groupes d’Ombres qui avaient réduit au silence les patrouilles et les sentinelles. Les guerriers de la Tour du Deuil purent alors emprunter la route sinueuse qui menait au cœur de la ville. Ils frappèrent par surprise, massacrèrent les gardes et les poussèrent à battre en retraite vers le palais. Les tapisseries furent brûlées, les tableaux saccagés et les statues brisées tandis que la Garde Noire envahissait le bâtiment et accomplissait la vengeance de son maître. Les guerriers de Kouran réduisirent au silence toute opposition et empilèrent les cadavres sur la place devant le palais. Alors que les premiers rayons du jour se levaient sur la citadelle dévastée, la Garde Noire se tailla un chemin hors de la ville. L’aube révéla l’ultime atrocité commise par Kouran, car les cadavres avaient été disposés selon la rune du Dieu du Meurtre afin que leurs âmes lui soient offertes en pâture.

Kouran est le Garde Noir dont les états de service sont les plus longs, car il sert le Roi Sorcier depuis près de mille ans. Son élévation au rang de Maître de la Tour du Deuil fut foudroyante, puisqu’il y parvint en moins d’une décennie. Kouran atteignit cette position en tuant son prédécesseur, Diathenar, lors d’un duel, l’étranglant avec ses propres cheveux. Il fit ensuite bouillir le crâne de son rival afin de le conserver comme trophée.

Kouran partit ensuite à travers le monde pour combattre dans l’armée du Roi Sorcier. Il se tailla rapidement une réputation de cruauté suite à ses exploits dans l’Empire, en Bretonnie et en Inja. Lors de son retour triomphal, Kouran alla trouver le Capitaine de la Garde Noire, Khanaleth, et le défenestra du haut du mur est de Naggarond. Malékith en fut impressionné et lui accorda en récompense le commandement de la Garde Noire, position qu’il occupe depuis plus de quatre cents ans. Les corps des dix-sept capitaines qui l’ont défié au cours du temps décorent aujourd’hui les murs de la Tour du Deuil.

Kouran est célèbre pour prendre souvent des risques insensés, même si cela lui a toujours porté chance. Il a déjà sacrifié plus de la moitié de son armée pour attirer l’ennemi dans un piège, car il n’a cure de la vie de ceux qui servent sous ses ordres. C’est un chef talentueux, à la fois respecté et craint par ses subordonnés.

Kouran est une rare exception dans un pays où la règle est la trahison ; c’est un guerrier honnête et indéfectiblement loyal au Roi Sorcier. Une telle qualité n’est guère appréciée à Naggaroth. En effet, elle est d’ordinaire considérée comme une faiblesse interdisant l’accès à un haut rang, et elle menace également la survie de l’individu. Pourtant, Kouran ne s’est pas contenté de subsister, il a prospéré. L’explication de cette incongruité réside dans la personnalité de Kouran. Certes, il n’est pas enclin à la tromperie, mais s’il considère que ses intérêts sont menacés, il n’hésitera jamais à agir promptement et sans la moindre pitié pour préserver sa situation.

Au fil des ans, de nombreux nobles ont sous-estimé Kouran, en interprétant son langage sobre et direct comme étant celui d’un esprit simple, et en voyant dans son dévouement obstiné un manque de volonté. Peu ont l’occasion de commettre cette erreur une seconde fois. Certains sont traînés nus devant le conseil de Malékith, le plus impitoyable des tribunaux, après que leurs traîtrises soigneusement planifiées ont été inexplicablement mises à jour par l’instinct du capitaine. Cependant, la plupart disparaissent simplement durant la nuit ou sont victimes de malencontreux accidents sur le champ de bataille, et leur destin demeure un mystère, sauf pour Kouran. Ces actions n’ont guère amélioré sa popularité auprès de la noblesse de Naggaroth, qui le considère comme un roturier aux ambitions déplacées. Cependant, la capacité de Kouran à pressentir les tromperies et le soutien généreux du Roi Sorcier ont protégé le capitaine contre ses ennemis jusque-là.

Aussi vif qu’il soit, l’esprit de Kouran reste moins affûté que ses capacités guerrières. Sans elles, il n’aurait pu se hisser à un tel rang, ni survivre aux défis de l’interminable file d’attente des prétendants. Le capitaine a étudié le maniement de l’épée et de la hallebarde auprès des plus grands maîtres d’armes de Naggaroth, qui sont morts pour la plupart en prodiguant leurs leçons. Il combine son art avec toutes sortes de coups brutaux et irrévérencieux dans lesquels de nombreux nobles voient la preuve que Kouran n’est pas digne de son rang. Pour lui, tout est une arme : une lame, une pierre, un subalterne ou quelque reliquat sanguinolent d’un précédent adversaire. La façon de tuer importe peu à Kouran, seul compte le résultat.


Kouran possède les Objets Magiques suivants :
  • La Mort Pourpre : Cette hallebarde, qui frappe avec une force exceptionnelle, fut brandie par le Seigneur Khalak de Ghrond, le premier capitaine de la Garde Noire. Chaque capitaine l’a arrachée des mains de son défunt prédécesseur.
  • L’Armure du Deuil : Cette armure enchantée fut forgée pour Arnaethron, un des premiers lieutenants du Roi Sorcier. Ceux qui frappent le porteur partagent la douleur qu’ils lui infligent.

Sources[modifier]

  • Livre d’Armée des Elfes Noirs, V7
  • Livre d’Armée des Elfes Noirs, V8