Karak Grimaz

De La Bibliothèque Impériale
Révision datée du 28 mars 2019 à 00:58 par Un ostlandais égaré (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Karak Grimaz était une forteresse Naine des Monts du Milieu surnommée la Morgramgariven, ce qui signifie Demeure de Pierre Muette. Elle faisait probablement partie du royaume de Karaz Ghumzul et ses mines étaient glorieuses. Abandonné par les Nains, le site a été repris par les hommes du Hochland qui ont construit une citadelle nommée Morgramgar au-dessus, mais les chantiers des profondeurs sont restés dans le calme et la paix. La margravine Anna-Louisa Margarete Emeludt von Kleister, qui est à la tête de plusieurs domaines familiaux au nord de la province à la lisière des Monts du Milieu, contrôle cette forteresse. Son blason représente une tête de mort blanche sur champ de sable.

Les remparts ont été construits par l'Empire, mais pas les fondations. La citadelle a été bâtie pour la survie, sculptée sur un éperon rocheux par des gens qui savaient ce qu’ils faisaient. Le tout se dresse sur un éperon robuste et les murs noirs dominent les plaines d’une bonne trentaine de mètres. L’eau bouillonne dans les entrailles, protégée par toute cette roche, à l’abri des pillards. Les réserves creusées dans la terre peuvent renfermer des mois de vivres. 

Sa base est robuste et anguleuse. Les murs sont disposés en forme d’étoile à cinq branches. Les blocs de pierre sont énormes, de la taille chacun d’une masure paysanne. Ils sont lisses et rectangulaires, si bien ajustés que les joints sont à peine visibles. Les fenêtres sont rares. En remontant les flancs de la citadelle, les murs se montrent plus effilés. Des grappes de tours émergent des fondations. Elles sont élancées et anguleuses, parées de la même pierre noire et surmontées de tourelles tranchantes. Des ponts suspendus et des balustrades sinueuses serpentent d’une aiguille à l’autre, par un réseau délicat et peu rassurant. Au sommet de la tour centrale, un pinacle qui domine la plaine de plusieurs centaines de pieds, on a bâti une vaste salle. Elle est trop grande pour son support et repose bizarrement au sommet de la sinistre citadelle.

Sources[modifier]

  • Chris Wraight, Les Armées de l'Empire Tome II: La Compagnie de Fer, 2010, Bibliothèque Interdite