Imrik, Prince Héritier de Caledor

De La Bibliothèque Impériale
Révision datée du 20 février 2018 à 11:33 par Dokhara de Soya (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Imrik, Prince Héritier de Caledor
Le Prince Imrik est issu de l’une des plus nobles lignées d’Ulthuan. Son sang est royal et descend de Caledor le Dompteur de Dragons, le plus grand des héros Elfe. Imrik est pourtant le dernier de sa lignée. Sans qu'il le sache, son sort est lié à celui de son espèce, car son peuple résistera aussi longtemps que le prince aura la force de brandir la Lance des Étoiles et le Cor Dragon de ses ancêtres. Lorsqu’il tombera, les Elfes périront peu après.

Durant les premières années de son règne, Imrik a dissimulé son dégoût pour les querelles de clocher et la prudence exacerbée dont faisaient preuve les Hauts Elfes. Pendant des années, Imrik attendit. Les princes de Caledor avaient toujours été d’une loyauté exemplaire, et Imrik refusait de jeter l’opprobre sur ses aïeux. Mais la timidité du Trône Phénix finit par éroder sa patience au fil des ans, et le prince se résolut à montrer l’exemple comme seul Caledor en était capable.

Ainsi, lorsque les sages de Caledor prophétisèrent un age du feu et de la destruction, Imrik voulut se tenir prêt. Il ordonna que les Dragons soient tirés de leur sommeil et qu’on mobilise les armées. Les guerriers de Caledor furent envoyés autour du globe, et apportèrent de l’espoir aux colonies lointaines d’Ulthuan. Des bannières à l’effigie de Dragons ornèrent les remparts de chaque forteresse et avant-poste de l’extrémité de la Lustrie aux îles du sud de Cathay. Par ailleurs, Imrik s’intéressa aux guerres dans les royaumes des hommes et leur fournit son soutien. Il menait la charge de nombre de ces batailles, monté sur le puissant Minaithnir, compté parmi les derniers et plus redoutables des Dragons.

Les actes d’Imrik ravivèrent la gloire d’Ulthuan, et son étincelante Lance des Étoiles brisa maints murs de bouclier, mais cela ne suffit pas. Partout, les forces du Chaos étaient en marche, et Imrik voyait que les royaumes civilisés auraient du mal à remporter la guerre qui les étouffait.

Par la suite, Imrik se lança dans cette nouvelle croisade, sûr de la justesse et de la nécessité de sa cause. Mais tandis que le temps passait et que le sang des fils de Caledor coulait pour défendre des terres distantes, le prince réalisa que son cri de ralliement n’avait pas été entendu. Peu de nobles d’Ulthuan avaient suivi son exemple, et certains se moquaient ouvertement de ses actions.

Imrik revint en Ulthuan bouillonnant de colère, déterminé à se confronter avec ses détracteurs. Toutefois, son domaine avait toujours été le champ de bataille, non les cours feutrées de Lothern, et ses arguments furent trop souvent balayés par les discours élaborés de ses adversaires. Peut-être que si Tyrion et Eltharion, qui partageaient ses préoccupations, avaient été présents, Imrik aurait eu plus de poids auprès de la cour du Roi Phénix. Hélas, les deux princes étaient loin, désespérément à la recherche de la fille de la Reine Éternelle, Aliathra.

L’humeur d’Imrik s’assombrit au point de requérir une audience auprès du Roi Phénix, mais il accumula les refus polis. Finubar ne siégeait même plus au conseil, et lorsqu’il s’en était allé, il semblait si exténué qu’Imrik se rendit compte que son soutien aurait été bien maigre. Pire, il était clair pour Imrik que plusieurs membres de la cour cherchaient à se placer en tant que successeur potentiel de Finubar. De telles tractations étaient bien entendu coutumières au sein de la cour, mais il planait un sentiment d’urgence qui était au mieux inconvenant, et de mauvais augure dans le pire des cas.

La patience d’Imrik atteint sa limite, et le prince fut au bord de la trahison. Cela s’instilla lentement. La puissance de Caledor, jusque-là librement accordée aux Dix Royaumes, était à présent réservée aux seuls seigneurs et princes disposés à soutenir Imrik dans la course au Trône Phénix. Subitement, ceux qui raillaient le prince devinrent de proches alliés, après avoir constaté la faiblesse de leurs armées. Lorsque revint la comète à deux queues, et qu’Ulthuan fut assailli par les Démons à un degré inédit depuis l’époque d’Ænarion, plus personne ne se riait d’Imrik, car tous suppliaient son aide.

Ce fut à ce moment précis que Finubar accorda enfin une audience à Imrik, convoquant le prince de Caledor dans sa tour au milieu de la nuit. S’attendant à être réprimandé pour sa conduite, Imrik fut surpris de voir le Roi Phénix approuver calmement ses actions, du moins pour ce qu’il put en dire. Finubar parla par énigme et sans finir ses phrases cette nuit-là, comme s’il tentait de transmettre une vérité qu’il avait peine à saisir. À écouter son discours dysarthrique d’autres auraient pris Finubar pour un fou, mais Imrik sut que le futur qu’avait entrevu le roi ne pouvait être expliqué simplement. Ainsi, lorsque Finubar annonça sereinement l’imminence de sa mort, Imrik le crut sans concession.

Lorsqu’Imrik quitta enfin la tour de Finubar, sa résolution était raffermie, et il redoubla d’efforts pour s’assurer du soutien de la cour du Roi Phénix. Cependant, la discorde grandissait à travers Ulthuan, et les princes des royaumes furent de plus en plus divisés entre Imrik et ceux qui se prétendaient agir en accord avec les souhaits de Finubar. Ainsi, lorsque Tyrion revint sur l’île-continent, il tint Imrik pour responsable de la division d’Ulthuan et s’opposa à lui au sein de la cour su Roi Phénix. Abandonné par ses sympathisants versatiles, Imrik dut quitter sa place au conseil et rentra en Caledor. Depuis Tor Caleda, il regarda Tyrion et Teclis repousser les Démons hors d’Ulthuan, mais ne s’impliqua dans le conflit que lorsque Caledor ou ses quelques alliés restant étaient directement menacés.

Petit à petit, la Guerre de Reconquête tourna en faveur des Elfes, mais Imrik ne tira aucune joie des victoires remportées. Il avait perçu dans le déroulement des événements trop de choses soufflées dans les balbutiements de Finubar, et regarda avec méfiance Tyrion s’épanouir au sein de la cour du Roi Phénix. Prenant conscience que la guerre contre les Démons n’était qu’un prélude à quelque chose de pire, Imrik envoya ses cavaliers dragons à travers les océans, et ordonna à toutes les troupes de Caledor de rentrer. Le prince n’était pas certain de ce qui allait se produire, mais il était déterminé à ce que Caledor y survive.

Peu après, la déesse Lileath visita Imrik en songe. Elle guida le prince au cœur du Grand Vortex, jusqu’à son illustre aïeul, Caledor le Dompteur de Dragons. La déesse et l’Archimage lui parlèrent alors d’un trône usurpé enfin restauré, et d’un terrible futur qui ne pourrait être empêché que si la haine de jadis était laissée de côté. Imrik se réveilla en sueur froide, l’estomac noué. On lui avait demandé d’accomplir l’impensable, mais il sut que Caledor avait dit la vérité, et qu’il n’y avait aucune alternative.

Le matin suivant, un vaisseau naggarothi solitaire gagna le port de Tor Caleda. Ses voiles portaient le signe de Lileath et le Dragon de Caledor ornait sa proue. Son arrivée bouleversa irrémédiablement le destin du prince Imrik…

Source[modifier]

  • La Fin des Temps - Khaine