Hammerhal

De La Bibliothèque Impériale
Révision datée du 8 août 2021 à 22:49 par Zhaagtar (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

La Cité à Deux Queues est le parfait exemple de civilisation que le Dieu-Roi souhaite créer. Cette mégalopole s'étendant sur deux royaumes abrite un nombre incroyable d'habitants dans ses deux parties : Hammerhal Aqsha et Hammerhal Ghyra, reliées par l'immense Porte de la Faille Orageuse qui domine l’horizon des deux côtés.


Hammerhal-1.jpg


Hammerhal est le siège de la puissance de Sigmar dans les Royaumes Mortels, une conurbation gigantesque qui s'étire des plaines ardentes d'Aqshy jusqu'aux forêts verdoyantes de Ghyran. La Cité à Deux Queues fut fondée voilà de nombreuses années, lorsque Sigmar voulait exploiter les victoires remportées pendant les Guerres des Portes. Il choisit la Porte de la Faille Orageuse, un immense portail magique qui reliait les Royaumes du Feu et de la Vie.

La Faille Orageuse était auparavant entourée par des tribus d'Orruks des Bonesplitterz et des Ironjawz, qui la vénéraient comme la Gueule de Mork. Pas moins de trente Chambres de Stormcast Eternals menèrent l'assaut depuis les deux côtés de la Porte de Royaume. Ce furent les Hammers of Sigmar, le premier des Stormhosts, qui servirent de fer de lance à l'assaut, et qui eurent pour mission de protéger la ville qui s'éleva sur les cendres des campements des Orruks. Leur imposante forteresse, baptisée le Perspicarium, fut érigée pour garder la Faille Orageuse. Cet immense portail doré est quotidiennement emprunté par des armées de guerriers des Hammers of Sigmar partant en croisade dans tous les Royaumes Mortels. Lord Aventis Firestrike est l’actuel Magister d'Hammerhal, et détient le titre de Lord-Arcanum. Les habitants de Hammerhal sont très fiers d'être liés à ce célèbre Stormhost et se font un honneur d'être à la hauteur de sa réputation d'excellence.

Hammerhal comprend en réalité deux villes sous l'égide d'un seul gouvernement: dans le Royaume du Feu se trouve le bastion fortifié et industriel de Hammerhal Aqsha, tandis que le Royaume de la Vie abrite les jardins productifs de Hammerhal Ghyra. La relation presque symbiotique entre ces deux villes leur a permis de résister à de nombreuses menaces, aussi bien en provenance de l'intérieur que de l'extérieur de leurs murs. Des douves remplies de magma s'écoulant du Royaume du Feu traversent la Faille Orageuse et forment un périmètre défensif autour de Hammerhal Ghyra, tout en évitant que la végétation luxuriante se propage à l'intérieur des murs. Pour sa part, Hammerhal Aqsha bénéficie des céréales, de la viande et de l'Aqua Ghyranis originaires de sa sœur. Le commerce est essentiel pour toute grande cité, et il n'y a presque aucune denrée qu'on ne puisse trouver dans les marchés de Hammerhal. Une crevasse gigantesque court au centre de la ville, et forme une voie commerciale naturelle pour les dirigeables, les cotres volants et les scarabées géants des Sylvaneths. Les salles du trésor de Hammerhal recèlent des merveilles de tous les royaumes, récupérées aux cours de batailles ou d'expéditions, puis ramenées à la Cité à Deux Queues.

En tant que plus grand sanctuaire des peuples libres, Hammerhal a vu sa population croître de manière exponentielle depuis sa fondation. Toutes sortes de groupes trouvent refuge à la Cité à Deux Queues. Des Darkling Covens mènent leurs activités dans les quartiers les plus sombres. Des Aelven Wanderers patrouillent dans les jardins de Hammerhal Ghyra, et vivent au sein de caravanes nomades ou dans des villages installés dans la canopée, loin de l'agitation de la ville. Les talents de constructeurs des Dispossessed sont très recherchés, car Hammerhal est en constante expansion. À chaque nouvelle saison, les mécaforts qui gardent les abords de la cité se mettent en branle sur leurs immenses chenilles en fer, pour accroître le périmètre de la ville.

Ce dynamisme signifie que des quartiers entiers de la ville sont en croissance alors que d'autres tombent en désuétude, y compris leurs comptoirs commerciaux. Le nombre d'Aelfs, de Duardins et d'humains vivant à Hammerhal est tel qu'il est impossible de loger correctement tout le monde. Ainsi, bien que les quartiers riches comme celui de la Chaussée d'Or, avec ses tours étincelantes, ou les villas de Sanctor Tulis suscitent la jalousie des autres cités, des millions d'habitants vivent dans les taudis des quartiers pauvres au taux de criminalité préoccupant. Des quartiers comme Cinderfall ou Ville Vermoulue sont de véritables coupe-gorge. En ces lieux, la vie est difficile et ne vaut rien, cependant ce sont d'excellents endroits où recruter des soldats aguerris. Une carrière militaire au sein des Freeguilds est d'ailleurs une bonne façon d'échapper à une vie misérable dans les quartiers pauvres.

Les armées de Hammerhal figurent parmi les plus pléthoriques et les mieux équipées du Dieu-Roi. Les Hammerhaliens sont un peuple militariste très fier de son héritage, qui fait preuve d'une ténacité légendaire au combat. Les Tuniques Dorées, ainsi que sont nommés les fantassins des Freeguilds, sont connus pour leurs talents martiaux et leur obstination, même face aux pires situations. Chacune des sept guildes militaires de la ville descend d'une des tribus que Sigmar fit pénétrer dans le Royaume des Cieux avant de sceller les Portes d'Azyr.

Plus que dans toute autre cité franche, la Freeguild de Hammerhal est fière de son héritage. Elle porte toujours les étendards de ses tribus ancestrales, des artefacts rares tissés avec du lin solaire de Hysh tendu avec la peau et les os de martyrs. Ces bannières sont brandies sur le champ de bataille pour inspirer aux Tuniques Dorées des actes de bravoure. Voir un de ces étendards capturé, endommagé voire détruit est un déshonneur impardonnable pour son régiment. Cela ne s'est produit qu'une seule fois au cours de toute l'histoire de Hammerhal. Suite à cela, les Lances du Griffon (le régiment ayant perdu ses couleurs) se lancèrent dans une charge de cavalerie suicidaire contre une horde de peaux-vertes dix fois plus nombreuse pour tenter de laver son honneur. Cet événement est depuis connu sous le nom de Charge de la Balacaqsha. Elle n'est pas perçue comme une tragédie inutile, mais comme un symbole d'héroïsme.

La taille et l'influence de la Cité à Deux Queues sont telles qu'elle dispose de toutes les formations militaires existantes, même les plus spécialisées. Les régiments d'arquebusiers et d'épéistes sont appuyés par toutes sortes de formations auxiliaires, choisies selon les besoins de chaque campagne militaire. Lorsque c'est nécessaire, les Seigneurs Généraux de la ville peuvent aligner d'agiles Shadow Warriors, des escadrilles de Gyrobombers ou les machines de guerre magiques du Collegiate Arcane. Ces puissantes armées ont souvent eu à intervenir pendant les jours terribles qui ont suivi le nécro-séisme de Shyish, et ont comme toujours fait preuve de leur efficacité et de leur bravoure.


Hammerhal-2.jpg


L'Acadamae Martiale

L'efficacité d'une armée est en grande partie dépendante du talent de ses généraux, et dans ce domaine, la Cité à Deux Queues est presque inégalée. En dehors de celles d'Azyrheim elle-même, les écoles de guerre et de stratégie de l'Acadamae Martiale de Hammerhal Aqsha sont les plus célèbres de tous les Royaumes Mortels. Tout un quartier de la ville a été transformé en terrains d'entraînement, en casernes et en places d'honneur où les officiers peuvent étudier aussi bien sur le terrain que dans la théorie les manœuvres d'infanterie et de cavalerie.

Les célèbres Généraux-dragons de Hammerhal sont les diplômés les plus brillants de ces écoles. Ils commandent généralement des régiments de cavalerie lourde sur Demigryph, et sont bien connus pour leur agressivité et leur témérité. Avec leurs écharpes flamboyantes, leurs heaumes ornementés et leurs barbes bien peignées, ils offrent un spectacle grandiose sur le champ de bataille.


Hammerhal Aqsha[modifier]

Chaque côté de la ville serait considéré comme une puissante métropole à part entière, mais ensemble, ils sont vraiment spectaculaires. Une population aussi vaste et éclectique devait donner naissance à des organisations et de puissants lieux qui sont devenus célèbres dans les Royaumes Mortels.

Cinderfall est un de ces célèbres quartiers. Considéré par beaucoup comme le ventre miteux de la fière ville, cela n’empêche pas que des accords importants soient conclus dans ces rues exiguës et dangereuses - des groupes semi-légitimes comme les Spice Guilds peuvent travailler avec des gangs criminels.

Hammerhal Ghyra[modifier]

Alors que l’ensemble d'Hammerhal comprend des marchés de tous les biens et services imaginables, le quai Aether dans la moitié ghyranienne de la ville favorise et permet le commerce de tous les horizons. Vous trouverez des duardin Dépossédés, des vagabonds aelven, des humains fidèles à Sigmar, et bien plus encore… des populations exotiques vivant et marchant ensemble.

Les célèbres douves du Fire-Bastion de l’arsenal d’Ironweld maintiennent les forêts toujours plus envahissantes à distance avec des expéditions continues de magma d'Hammerhal Aqsha. En retour, les eaux abondantes de Ghyran sont envoyées pour donner vie aux sols desséchés du royaume du feu.


Hammerhal-3.jpg


Contre les Hordes Vertes

Les soldats de Hammerhal sont célèbres pour leur talent martial et leur bravoure, mais contre les clans brutaux des peaux-vertes qui rôdent dans les étendues sauvages des Royaumes Mortels, ces qualités: ne sont pas toujours suffisantes. Ce n'est qu'en faisant preuve d'une discipline parfaite qu'ils peuvent triompher de tels adversaires.

Il pleuvait des cordes, comme souvent dans cette région de Ghyran. Du moins, c'était l'impression qu'en avait Creel. La plume détrempée de son chapeau pendait mollement et les gouttes ruisselaient sur le plastron de sa cuirasse. Le sergent Freeguild plissa les yeux pour tenter d'y voir à travers le rideau de pluie. Par-delà les arbres, l'horizon était rouge. Quelque chose brûlait malgré la pluie. Au sud, il percevait le grondement des batteries de l'Ironweld. "Écoutez-les chanter..." murmura-t-il.

"Ça va plus tarder," grommela Brokk. L'Ironwarden duardin se tenait à côté de lui, son canon drac serré contre sa poitrine. Ille tapotait d'un air distrait. "Bientôt, nous aussi on va entonner notre chant guerrier, hein, vieux frère?"

Creel acquiesça. "Le signal, ce sera quand le sol se mettra à trembler." Posweil leur avait promis de leur amener l'ennemi au moment prévu, et Creel n'avait jamais vu le Précepteur se tromper sur ce genre de chose.

Les Demigryph Knights allaient faire leur boulot, et Creel le sien. Perdu clans ses pensées, il jeta un oeil fatigué à ses troupes, et fit la moue en voyant les hallebardiers avoir des difficultés à rester debout dans la boue. Leurs uniformes blanc et bleu étaient affreusement sales.

"Tenez le rang, bande de vermines!" rugit-il. "Je me tiens plus droit que vous malgré ma patte folle!"

Il leur indiqua d'un air sévère sa jambe de bois pour appuyer son propos. Elle était en duramen, avec des pièces de monnaie clouées dessus.

Il les appelait affectueusement son "magot pour les vieux jours". Creel avait passé sa vie au service des Lames Fidèles, un des plus vieux régiments de Hammerhal. Au cours de sa carrière, il avait perdu une jambe à la Gorge Pâle et un œil dans le Bois Maudit.

Certains soldats perdaient des morceaux de leur corps. D'autres la vie. Tout ça au nom du Dieu-Roi. Il vérifia d'un air sévère que ses troupes se remettaient correctement en rangs. Derrière lui, Brokk se mit à rire.

"On peut pas leur en vouloir... les Aqshians sont pas vraiment habitués à la pluie!"

Creel cracha. "Ces bons à rien de Cinderfall... la plupart d'entre eux n'avaient jamais connu un jour froid avant de venir ici." Il fit une pause. "Mais c'est des bons gars. J'ai jamais rencontré un Aqshian qui n'ait pas l'esprit combatif"

Les Lames Fidèles tenaient le centre de la ligne, comme c'était la tradition depuis la fondation de Hammerhal: un solide mur de hallebardiers Freeguild qui s'étirait jusqu'à l'orée de la forêt. Derrière eux, des unités d'appui d'arquebusiers des Serres Noires et d'arbalétriers des Griffons Dorés. Sur les flancs, les Dispossessed des Clans Forgejade, dans leurs armures en gromril aux reflets verts.

Ils avaient pris position dans une clairière récemment taillée. Les clans d'ouvriers duardins avaient rapidement coupé les arbres avant de les transformer en palissades protégeant le sud et l'est, là où l'Ironweld avait positionné son artillerie. Creel observa les troncs nus et ruisselants et fronça les sourcils. La forêt n'oubliait pas ce genre d'affront. Elle se vengerait tôt ou tard du peuple de Hammerhal, même si cet acte était justifié.

Brokk renifla bruyamment.

"Tu sens ça?"

"Je le sens depuis qu'on a quitté la ville." L'ennemi avait attaqué soudainement et rapidement.

Des avant-postes le long du Fleuve Embourbé n'avaient plus donné de nouvelles. Le trafic fluvial avait été coupé, et le vent charriait une odeur rance et humide. Quelque chose approchait par les collines orientales, en direction de la Cité à Deux Queues. Quelque chose de vert.

Le tonnerre distant de l'Ironweld monta en gamme. Les détonations se firent plus nombreuses.

On reconnaissait le staccato des Helblaster. Cela signifiait que l'ennemi était trop près pour tirer au boulet.

Il se tourna vers Brokk qui sourit. "On se revoit après la fête, d'accord?" dit-il en enfilant son casque.

"Après la fête..." répondit Creel. Brokk hocha la tête et rejoignit ses Irondrakes.

Creel dégaina son épée et beugla: "En formation!"

À peine quelques secondes plus tard, il entendit des arbres qu'on déracinait et qui se brisaient comme des brindilles. Quelque chose hurla dans la pénombre, un cri de colère et de faim. Creel cracha de mépris. "Des Troggoths..." marmonna-t-il. Les Troggoths étaient encore pires quand il pleuvait. L'eau les réveillait et les énervait.

D'autres rugissements résonnèrent et se perdirent en écho dans le son granuleux de la pluie. Le vexillaire du régiment glissa sur la boue et faillit faire tomber son étendard. Creel se tourna vers lui. "Belkis, tiens cette bannière haute et droite, ou c'est moi qui vais t'étriper avant eux!"

"J'ai glissé, chef! J'ai pas fait exprès !" protesta Belkis.

Creel s'approcha. "Tu crois que l'ennemi en a quelque chose à faire?" grogna-t-il. "Tu crois qu'il va gentiment attendre que tu te remettes debout?" Il éleva la voix pour s'adresser à la troupe. "Non ! Alors restez debout, tenez la ligne et priez Sigmar ! C'est tout ce que je vous ordonne pour l'instant !" Quelques instants plus tard, les premiers Demigryphs jaillirent des frondaisons. Les créatures félines à tête d'oiseau galopèrent vers les hallebardiers avec aisance en dépit des chevaliers en armures lourdes qui les chevauchaient.

Creel distingua Posweil à la tête de l'escadron, car il était tête nue et portait la barbe impeccablement taillée typique des diplômés de l'Acadamae Martiale de Hammerhal Aqsha. L'imposant guerrier cria un salut joyeux aux hallebardiers quand sa monture pommelée les dépassa. "Ils nous talonnent, Creel. À vous de jouer!"

Creel hocha la tête sans quitter des yeux la lisière des arbres. Quelque chose s'y déplaçait, et rapidement. Il eut un frisson. Il avait reconnu ce son, semblable à un battement de tambour un peu mou. "Abaissez les hallebardes!" ordonna-t-il. "N'oubliez pas: tenez la ligne et priez Sigmar!"

Le premier squig jaillit des arbres tel un boulet de canon hérissé de crocs. La créature sphérique effectuait des bonds erratiques dans des jets de bave. D'autres arrivèrent: un raz-de-marée rouge irrésistible. Une gueule gigantesque garnie de dents de trente centimètres surplombait la masse.

Creel sentit des crocs se refermer sur sa jambe de bois. Il poussa un juron et porta la main au pistolet à sa ceinture. Il peinait à rester debout alors que le squig serrait le bois dans sa gueule comme dans un étau.

Il parvint à dégainer le pistolet et à le pointer vers l'œil de la créature. Le tir lui perfora la tête, qui explosa comme un fruit trop mûr.

Il fit volte-face. Derrière lui, les squigs s'étaient rués sur les rangs serrés de soldats. Des corps volaient dans les airs, au milieu des cris et des imprécations. La ligne tenait bon malgré la violence de l'assaut. Les hallebardes frappaient et embrochaient les squigs en les maintenant à distance avant de les achever. Tout fut terminé rapidement.

Ils n'eurent guère le temps de célébrer leur victoire. Les squigs n'étaient que la première vague. Ils étaient suivis par de petites silhouettes encapuchonnées. Des Grots. Des centaines de Grots. Ils formèrent une horde qui s'arrêta à l'orée de la clairière.

"Qu'est-ce qu'ils attendent ?" demanda Belkis en reprenant son souffle. Il était maculé de sang de squig.

Creel n'eut pas le temps de répondre avant que la première volée de flèches s'abatte sur eux. Les Grots n'étaient pas de bons tireurs, mais ils n'en avaient pas besoin vu les rangs serrés qu'ils visaient. Des hommes s'écroulèrent en hurlant. Derrière eux, Creel perçut l'aboiement des arquebuses au moment où les Serres Noirs et les Griffons Dorés ripostaient. Le tonnerre des canons dracs résonna à gauche, accompagné du chant guerrier des Duardins. Brokk et ses frères entretenaient une longue vendetta avec les peaux-vertes.

Belkis cria de surprise et de peur lorsqu'une flèche se planta dans la hampe de son étendard, à quelques centimètres de ses doigts. Creel arracha un trait fiché dans sa jambe de bois et le jeta au sol avec colère. "Reformez la ligne!" ordonna-t-il. "Préparez-vous à l'impact!"

Au même instant, les archers grots battirent en retraite sous les arbres et le reste des peaux-vertes chargea. C'étaient des créatures laides, petites, mais dangereuses. Elles formaient des hordes équipées de façon disparates qui avançaient au son de gongs retentissants.

Creel planta fermement son pied au sol lorsque la marée verte les percuta en portant des coups frénétiques.

Il se battait adroitement, son seul but étant de tuer le plus d'ennemis possible, le plus vite possible. Belkis et les autres s'inspiraient de son exemple en criant le nom de Sigmar à plein poumons. Si le Dieu-Roi les entendit, il ne le montra pas.

Creel perçut un hurlement de terreur et se retourna. Une chose énorme qui puait l'humidité le surplombait. C'était le plus gros Troggoth qu'il eût jamais vu, aussi grand qu'un mécafort. Le monstre se pencha et s'empara d'un soldat. Creel le vit soulever sa victime d'une main avant de la presser et de la faire exploser comme une tomate. Le Troggoth eut un rire amusé, qui parut plus terrifiant que tous les rugissements du monde aux oreilles de Creel. Le monstre jeta le corps broyé et ensanglanté et se pencha pour en saisir un autre.

Creel beugla un ordre. Des hallebardes pointèrent vers les flancs et l'abdomen du Troggoth, qui recula de quelque pas, une rage animale sur le visage. Son regard, sans doute attiré par les couleurs vives de la bannière, se posa sur Belkis, et il tendit le bras vers lui.

Creel attrapa le soldat par le col et le tira en arrière tout en frappant avec son épée. Le monstre retira sa main en poussant un cri de douleur et de frustration.

Une seconde plus tard, ce rugissement se mua en hurlement d'agonie lorsqu'un chevalier sur Demigryph le percuta dans le dos de tout son poids. Le Troggoth tituba alors que le Demigryph l'escaladait, son cavalier portant des coups d'épée répétés. D'autres Demigryphs apparurent pour massacrer les Grots qui grouillaient à ses pieds.

"Vous m'avez sauvé la vie!" souffla Belkis.

Creel rit et lui donna une claque sur l'épaule. "Je te l'ai dit, mon garçon: tiens la ligne et prie Sigmar." il se tourna en entendant le beuglement d'un autre Troggoth dans les arbres. "Maintenant, retourne à ta place. On a encore du boulot…"


Sources[modifier]

  • Order Battletome : Cities of Sigmar
  • Hammerhal – A Closer Look - Warhammer Community - 5 juin 2020