Grand Conclave

De La Bibliothèque Impériale
Grandconclave.png

Comme nous pouvons nous en douter, les différents cultes de l'Empire entretiennent depuis toujours des relations plutôt orageuses : il suffit de voir les nombreux conflits entre Sigmarites et Ulricains pour comprendre. Dans les rares occasions où ils sont parvenus à se mettre d'accord, leurs précaires alliances ont quasiment toujours éclaté par la faute de leurs âpres disputes, de leurs chicaneries sans fin et de divers scandales. Il faut reconnaître que l'histoire de l'Empire fourmille d'exemples des luttes internes et des machinations des cultes, chacun jouant des coudes pour s'assurer pouvoir et influence, même aux dépens de leur Empire bien-aimé. A la fin de la Grande Guerre Contre le Chaos, Magnus le Pieux organisa un grand conseil, auquel il convoqua les grands prêtres de tous les cultes reconnus, et décréta que ceux-ci auraient dorénavant l'obligation de se réunir tous les cinq ans, à Nuln, afin de résoudre leurs éventuels désaccords. Parce que cette réunion devait se dérouler sous l'œil vigilant de l'Empereur lui-même, on pouvait espérer que les participants conserveraient la tête froide de peur que la colère impériale ne s'abatte sur eux. C'est ainsi que fut constitué le Grand Conclave.

Depuis ses débuts, le Grand Conclave a plusieurs fois changé de siège et suivi l'Empereur dans ses déplacements à chaque fois que l'Empire changeait de capitale. Après Nuln. le Conclave a siégé dans presque toutes les grandes cités de l'Empire et il est aujourd'hui bien installé à Altdorf. Chaque Conclave est l'occasion de grandes célébrations, de festivités et de liesse. Les habitants du Vieux Monde viennent de toutes les provinces environnant la capitale pour admirer le spectacle des grands prêtres accompagnés de leurs fantastiques entourages défilant dans les rues de la cité bien-aimée de Sigmar. On peut ainsi voir les représentants de Manann, de Morr, de Myrmidia, de Shallya et de Taal et Rhya et d'autres cultes cheminer le long des méandres labyrinthiques des rues de la majestueuse métropole, tandis que les adeptes de Sigmar donnent des représentations théâtrales illustrant les mystères de la Passion de Sigmar sur le parvis de la cathédrale. Ces dernières années, les cultistes de Haendryk ont exercé de nombreuses pressions pour être officiellement reconnus par le Conclave, mais leurs pots-de-vin et leurs discours enflammés n'ont pas impressionné grand monde. Malgré ces échecs, nombre de citoyens de l'Empire sont convaincus que ce n'est qu'une question de temps et que le Conclave finira bien par céder à la demande populaire.

Une fois passées les réjouissances et les arrivées théâtrales des divers participants, l'événement se déroule dans une atmosphère plutôt sombre et protocolaire bien qu'il s'agisse d'une rencontre entre ordres religieux. Le Grand Conclave dure une semaine. Le premier jour, chaque grand prêtre remercie son dieu avec beaucoup d'emphase et l'implore d'accorder sa faveur divine à l'Empire. La cérémonie se poursuit jusqu'à ce que le grand théogoniste prononce la bénédiction finale. L'Empereur s'adresse alors à l'assemblée et l'exhorte au respect, à la compréhension mutuelle et à la communion spirituelle pour la durée des séances. Tout usage de la magie est strictement prohibé tant que le Grand Conclave est en session, quelle qu'en soit la source ou l'intention.

Cette période donne lieu à de nombreux banquets et a une intense activité politicienne. On voit affluer et repartir les pèlerins. On entend des rumeurs de miracles. On octroie des titres, des promotions et plus encore. C'est la saison des intrigues, des alcôves ténébreuses bruissantes de murmures, des liaisons amoureuses et des rendez-vous galants et de mille autres choses. C'est le moment où les cultes peuvent exposer leurs doléances, exprimer leurs inquiétudes et argumenter entre eux ou les uns contre les autres. Ces discussions, quoique théoriquement courtoises, dégénèrent souvent en échanges de hurlements et de menaces. L'omniprésence de l'Empereur (et de sa garde) empêche toutefois la situation de tourner au bain de sang. II est intéressant de remarquer que les débats théologiques ne sont pas autorisés durant le Grand Conclave qui doit uniquement traiter des affaires urgentes liées aux relations journalières des cultes et à leur impact sur l'Empire dans son ensemble. Comme les grands prêtres ont beaucoup de mal a s'empêcher d'utiliser ce genre d'arguments, c'est l'Empereur qui a le dernier mot lorsqu'il s'agit de ramener les discussions vers des questions strictement œcuméniques.

Les questions couramment évoquées incluent les droits des prêtres au regard de la loi impériale, la taxation appliquée aux institutions religieuses et à leurs patrimoines, les litiges fonciers entre cultes et les transactions entre cultes et puissances séculières. En plus, chaque représentant proclame officiellement les décrets relatifs à son organisation qui sont alors inscrits au Registre Impérial : l'annonce de nouveaux jours fériés, la nomination des nouvelles Âmes Vénérées et le décès de ses membres les plus estimés.

Il n'est nul besoin de préciser que le Grand Conclave donne lieu à une débauche de tractations dans l'ombre, d'intrigues et de maquignonnages en tous genres. Chaque grand prêtre arrive habituellement à Altdorf accompagné d'un vaste entourage de cultistes chargés de toutes sortes de missions tandis qu'une foule d'individus se précipitent eux aussi vers la capitale dans la ferme intention de faire pencher les opinions en faveur de leurs intérêts particuliers.

Source

  • Warhammer JDR - Tome de la Rédemption