Dockers d'Altdorf

De La Bibliothèque Impériale
Livre elfe.jpg Attention, lecteur/lectrice de la Bibliothèque !

Cet article ou cette section est une traduction non officielle d'un texte
édité par Games Workshop, qui n'a pas de VF officielle.

Bien qu'ayant cherché à rester le plus fidèle au sens du texte, nous ne
pouvons en assurer l'authentique et sincère exactitude.

« Chaque ville de l’Empire a fini par me montrer son vrai visage. En me réveillant dans une mare de mon propre sang dans le Niederhafen, après avoir survécu à un Crochet qui m’a pris pour un Poisson, deux Poissons qui pensaient que j’avais fraternisé avec le Crochet, et plusieurs membres d’une petite bande appelée les Excréments qui ne faisaient que suivre la tendance, j’ai vu le visage d’Altdorf. Ce n’était pas un joli visage. »
- Herbert Raffles, poète itinérant

Les quais mettent en contact une combinaison de pauvreté et d’hommes musclés, travailleurs et gros buveurs, ce qui entraînent la formation de gangs comme par une loi de la nature mystérieuse. Les dockers sont souvent des immigrants qui ont quitté leur famille pour trouver du travail et la sécurité dans la ville, bien qu’ils ne trouvent généralement que l’un ou l’autre plutôt que les deux. Les gangs de travail remplacent les liens familiaux laissés derrière eux, des liens de fraternité qui permettent aux dockers de se redéfinir et de trouver une place dans la ville. L’exclusion est essentielle au sentiment d’appartenance - un club n’est pas un vrai club tant que vous n’avez pas décidé qui n’a pas le droit d’y entrer. La rivalité entre les gangs est essentielle à leur existence ; un Crochet déteste le Poisson parce qu’elle fait de lui ce qu’il est autant que l’équipe de Bloodbowl qu’il préfère ou la taverne où il boit.

Histoire

Quand Altdorf était encore jeune, le mot "gang" était juste le nom des équipes de travail des docks et il n’y avait aucun sens péjoratif attaché à ce mot. Cela a changé à mesure que la colonie s’étendait et que les querelles entre les gangs de travail pour savoir qui travaillait sur quel quai et qui demandait le plus juste montant pour décharger un navire se sont transformées en bagarres qui se sont répandues dans les rues. Les échevins ont vu une solution simple à un problème qui menaçait leur industrie commerciale en pleine croissance. En offrant au plus important de ces gangs, un groupe appelé les Rats du Quai, l’appui du Conseil et leur propre statut officiel de Guilde, ils ont ramené les quais sous contrôle. Soit on avait signé un contrat d’apprentissage avec les Rats du Quai, soit on ne travaillait pas. La Guilde des Arrimeur est devenue un élément vital de l’économie de la ville et, par un heureux hasard, ils étaient beaucoup plus faciles à taxer que les gangs disparates.

Cet état de paix sur les docks dura jusqu’en 2051, date à laquelle Altdorf fut submergée par les réfugiés des provinces menacées par l’avancée de l’armée de Vlad von Carstein. La ville gémit et lâcha la bride, accueillant des centaines de personnes appauvries et effrayées à des kilomètres à la ronde. Ces nouveaux ajouts à la ville ont été pour la plupart logés dans le Niederhafen District. Il n’était pas suffisamment grand pour tout le monde et dans les logements surpeuplés, la famine et les maladies sont vite devenues courantes. Les anciennes querelles provinciales sont revenues et les nouvelles ont commencé alors que les citoyens se battaient pour la nourriture, l’espace et le travail. La Guilde des Arrimeurs refusa d’affronter les nouveaux ouvriers qui inondèrent les docks et les travailleurs furent obligés de s’organiser. Les bandes se sont de nouveau épanouies, d’abord divisées selon des lignes familiales et géographiques, puis simplement en opposition les unes avec les autres. Alors que les derniers navires transportant des fournitures d’urgence déchargeaient leur précieuse cargaison à Altdorf, des commerçants sans scrupules et des Contrebandiers ont également déchargé leurs marchandises, prévoyant de vendre des produits de base à des prix exorbitants. La Guilde des Arrimeurs refusa ce travail et c’est donc aux dockers indépendants, prêts à travailler peu importe le maigre salaire qu’ils pouvaient obtenir, de décharger ces cargaisons illicites. Des bagarres ont éclaté entre des équipes de travail rivales et des lignes de factions se sont solidifiées. Certains de ces dockers ont pris l’habitude de brandir les crochets qu’ils utilisaient pour décharger la cargaison comme armes ; ils sont devenus un gang redouté connu par la suite sous le nom de Crochets. D’autres équipages, qui travaillaient ensemble pour voler la cargaison pendant qu’ils la déchargeaient - souvent avec des alliés qui attendaient dans l’eau pour récupérer ce qu’ils avaient « accidentellement » laissé tomber par-dessus bord - sont devenus connus sous le nom de Poissons. D’autres gangs plus petits ont émergé et ont disparu, mais les Crochets et les Poissons étaient déjà dominants à l’époque. Pendant que l’armée de Vlad von Carstein faisait la guerre à la ville, les gangs des docks étaient en guerre les uns contre les autres.

Les combats n’ont pas cessé lorsque le siège a été levé. La Guilde des Arrimeurs refusa de modifier ses exigences selon lesquelles les membres devaient être officiellement inscrits sur la Grande Liste Civique d’Altdorf, faire un apprentissage et payer pour devenir un Rat du Quai officiel, de sorte que les Crochets et les Poissons se transformèrent en Guildes non officielles et alternatives par eux-mêmes. Ils prirent une petite partie du salaire de leurs membres et leur ont garanti une certaine quantité de travail, parfois en concurrence avec les Rats du Quai pour les emplois et parfois en envoyant des équipes pour faire le genre de travail que la Guilde refuse. Les rives se sont lentement fendues de longs embarcadères cachés. Les commerçants réguliers ont appris quel quai appartenait maintenant aux Crochets et pouvaient leur éviter de payer la totalité de la taxe s’ils décidaient de s’amarrer chez eux, et que les Vieux Docks étaient l’endroit à visiter si vous ne vouliez pas que votre cargaison de cognac bretonnien soit inspectée trop minutieusement.

Au fil des ans, les nouveaux gangs sont redevenus une partie intégrante et acceptée d’Altdorf. Les Poissons plongeaient leurs nageoires dans toutes les activités de contrebande d’Altdorf et, de là, dans le recel et le négoce de marchandises exotiques et illicites. Les Crochets ont pris des Gardes corrompus dans leurs combines par la corruption et le chantage et ont été pris à leur tour, prêtant leur muscle comme une faveur et recouvrant cette dette avec intérêt, renforçant leur position comme une des principales organisations des voyous et des gros bras dans la ville. Lorsque Mannfred von Carstein assiégea la ville en 2132 dans un sombre reflet de l’attaque de son aïeul, l’afflux de réfugiés retourna dans le Niederhafen et inonda à nouveau les rangées des Crochets et des Poissons.

D’autres gangs d’Altdorf, comme le réseau de contrebande terrestre dirigé par les Cochers des Transports Ratchett qui s’appelaient eux-mêmes les Cravaches, et le royaume mendiant des pêcheurs par la fenêtre et des trafiquants de déchets qui étaient appelés les Bâtons, ont brièvement été en conflit avec les gangs des docks à propos du territoire et du business avant qu’on les remette à leur place, le plus souvent au fond du Reik.

Une alliance improbable et éphémère entre les Crochets et les Poissons acheva les Cravaches, qui avaient découvert une entrée d’égout menant aux rives leur permettant un accès facile pour leurs pillages. Une inondation surprise habilement organisée a envoyé la plupart des Cravaches dans la rivière souterraine dans laquelle les égouts et les drains d’Altdorf se déversent, leur corps se retrouvant en aval, au confluent du fleuve Reik. Dans une tentative de cimenter l’alliance, la fille d’un chef de guerre des Crochets et le fils d’un célèbre Poisson furent autorisés à se marier et à consommer un amour qui traversait les quais. Les choses se sont détériorées lorsque la fille est retournée dans sa famille avec des ecchymoses, et la violence entre les deux gangs a éclaté de nouveau sur les quais.

La Nuit de la Valse Noire

Pendant la période où les Collèges de Magie ont été fondés à Altdorf, de nombreux événements inexpliqués y auraient eu lieu. Afin de calmer la population et d’éviter qu’elle ne tente de lyncher les Magisters qui se trouvaient parmi eux, ces événements ont été dissimulés. Il en a résulté une riche tapisserie de mythes, y compris de nombreux récits d’événements qui n’ont certainement pas eu lieu. On ne saura probablement jamais avec certitude si les histoires de rues entières qui se déplacent d’un côté de la ville à l’autre de leur propre gré ou si le Niederhafen District a vraiment dansé une valse noire, sont vraies.

L’histoire raconte qu’alors que le brouillard se levait du fleuve une nuit où Morrslieb était pleine, beaucoup de citoyens du Niederhafen sont descendus dans la rue comme un seul homme, se déplaçant dans une série complexe de pas de danse occulte, changeant de partenaires et évitant tout contact physique avec les passant ébahit avec une élégance et une grâce jamais vue jusque-là. Incapables de s’arrêter, ils dansaient de plus en plus vite sur des flûtes sauvages qu’ils étaient les seuls à pouvoir entendre, toute la nuit. Ceux qui ont essayé de les arrêter ou de les délivrer ont été ignorés ou piétinés alors que les danseurs remplissaient les rues jusqu’à ce que, peu avant le lever du soleil, ils s’écroulent d’épuisement.

Du brouillard épais d’avant l’aube, les Prêtres de Morr sont apparus aux côtés d’hommes armés vêtus de noir. Ils se déplaçaient dans la foule à la recherche de ceux qui étaient morts au cours des événements de la nuit, qu’ils aient été frappés à mort dans la danse frénétique et tourbillonnante ou que leurs cœurs aient lâché à cause de la fébrilité. Les corps ont été cloués au sol avec des piquets, bénis et décapités avant d’être emportés sur des charrettes à peste. On ne les a jamais revus.

L’histoire officielle dans les journaux de la ville était que des festivités et des émeutes d’ivrognes avaient éclaté dans le Niederhafen, mais la légende de la nuit de la valse noire a perduré. Quelque soit la cause de ce qui s’est passé cette nuit-là, les morts et les disparitions ont eu raison des émeutiers d’Altdorf à un moment opportun.

En 2304, l’annonce par Magnus le Pieux que les Ordres de Magie allaient être implantés à Altdorf provoqua une panique dans toute la ville. La populace de la ville a réagi comme elle le fait souvent en déclenchant une émeute connue ensuite sous le nom d’Indignation d’Altdorf. Diverses factions politiques ont tenté de profiter de la loi martiale qui a suivi et les gangs des dock étaient parmi eux, organisant les habitants des bidonvilles en milices et tentant d’étendre leur domaine en dehors des docks. Cette consolidation du pouvoir a été minée par un événement rarement évoqué qui est entré dans la mythologie de la ville comme étant "la nuit de la valse noire".

Lorsque Marienburg a fait sécession de l’Empire en 2429, les Guildes et les sociétés commerciales d’Altdorf ont réagi par des sanctions économiques. Les chefs de guerre des Poissons ont réagi de façon plus pragmatique en dépêchant des envoyés dans la ville nouvellement indépendante et en créant une franchise. La Guilde des Débardeurs et Charretiers de Marienburg maintient une telle mainmise sur les quais de cette ville qu’ils n’ont pas été en mesure de s’établir sur le marché des dockers, mais les Poissons de Marienburg ont réussi à établir des relations avec leurs frères Altdorf, garantissant que même si le commerce légal entre villes était plus que jamais restreint, le commerce illicite se déroulerait sans encombres.

À la fin du 25e siècle, les tensions entre les Crochets et les Poissons étaient à leur comble. Une simple bagarre dans la rue des Cent Tavernes a dégénéré en ce que les journaux ont surnommé "la guerre de la rive". Les bagarres habituelles d’ivrognes se sont transformées en une campagne de batailles qui ont terrorisé les citoyens du Niederhafen District pendant cinq ans. Lorsque les chefs de guerre des Crochets et des Poissons ont mystérieusement disparu, la guerre de la rive a soudainement diminué en gravité, mais n’a jamais vraiment pris fin. Les vendettas et les batailles se poursuivent sur une plus petite échelle à ce jour. Pendant la guerre de la rive, les Poissons ont trouvé des alliés dans certaines organisations révolutionnaires de la ville, en particulier le Souterrain Kislevite, composé d’exilés du royaume de la reine des glaces, et la Guilde des artisans, qui avait été interdite pour ses tentatives de réunir les corporations artisanales en un bloc de pouvoir qui aurait été beaucoup trop puissant pour que les conseillers municipaux le permettent. Lorsque les Agitateurs de la ville trouvent une nouvelle cause de ralliement, les Poissons sont souvent là pour donner du muscle aux arguments.

Le Conclave des Lumières en 2522 a apporté un autre afflux de nouvelles personnes dans la ville - non seulement des diplomates et des Mercenaires, mais aussi des nobles et des vadrouilleurs désireux de participer à cet événement social qui a marqué cette année ; des prédicateurs martyrs cherchant à inciter la population aux gestes de piété ; ainsi qu’une foule des gens ordinaire cherchant quelque pécule parmi les autres visiteurs. Lorsque les recruteurs de l’Armée Impériale ont parcouru les quais à la recherche d’hommes valides désireux de participer à la lutte contre la Tempête du Chaos, ils ont trouvé beaucoup de volontaires pour s’engager. Les membres des Rats du Quai, des Poissons et des Crochets se sont tous retrouvés côte à côte dans les Franches Compagnies de voyous et d’aventuriers qui étaient rassemblés et envoyés au nord pour se battre. Les liens tissés au cours de la guerre entre les membres des gangs ont réduit l’inimitié entre eux et auraient pu avoir un effet plus important sur la guerre que leurs frères menaient encore chez eux, si plus qu’une poignée de cette chair à canon mal entraînée et à peine armée avait survécu pour regagner son domicile. Au lieu de cela, leurs commandants insensibles ont gaspillé leurs vies durant des manœuvres sacrificielles à l’utilité parfois discutable.

Les Dockers d’Altdorf Aujourd’hui

L’Empereur Karl Franz étant occupé par la guerre et ses séquelles, ainsi que par ses fréquents voyages de chasse, un maréchal a été désigné pour le remplacer dans le rôle du Grand Prince de la ville. Comme prévu, le maréchal Mornan Braun a fait tout ce qu’il fallait pour nettoyer les quais et se débarrasser des gangs, mais peu de progrès ont été réalisés jusqu’ici. Le Spieler d’Altdorf rapporte des événements étranges le long des quais, mais comme d’habitude il y a peu de gens dans l’administration de la ville ou parmi les Gardes corrompus des docks qui s’en soucient. Comme d’habitude, seuls les dockers veillent sur les dockers, leurs familles ou les autres citoyens pauvres qui vivent à leurs côtés sur la rive. Les gangs durent parce qu’ils servent un but et répondent à un besoin qui n’a pas diminué au fil des ans.

Les Crochets et les Poissons partagent des structures similaires car tous les deux sont basés sur le gang de travail standard. Chaque équipe possède son propre quai et se compose d’environ une demi-douzaine de dockers, supervisés par un Contremaître. Les Contremaîtres des plus grands groupes sont élevés au rang de chef de guerre ; parmi eux, il n’y en a toujours qu’une poignée. Les chefs de guerre s’en remettent habituellement au chef avec le groupe le plus fort s’il est un jour nécessaire qu’un seul chef prenne une décision qui les touche tous, mais les affrontements entre eux ne sont pas inexistants. En tant que Guilde officielle de la ville, les Rats du Quai ont une structure de Guilde standard. Le Maître de la Guilde est au sommet avec un conseil de maîtres pour le conseiller, les compagnons forment les rangs de l’assemblée des membres, et les apprentis sont au tout dernier rang. Leurs équipes sont de la même taille que celles des gangs.

Buts et Motivations

  • un bon coup de poing : 2 po
  • les 2 yeux au beurre noir, coup en plus gratuit : 3 po
  • nez et mâchoire fracturé : 4 po
  • inconscient au fond d’une ruelle : 5 po
  • arracher l’oreille avec les dents : 10 po
  • poignard dans la jambe : 12 po
  • poignard dans une autre partie du corps : 15 po
  • emmené se baigner : 20 po
- Guide des prix pour les services,
trouvé sur Halberd Harolt des
Poissons, lors de son arrestation

Chaque gang de dockers travaille pour l’amélioration de sa tranche de la société, en maintenant un petit empire qui lui est propre. Bien qu’ils puissent parfois sembler altruistes en utilisant leurs fonds pour s’occuper des familles de leurs membres et améliorer les conditions de vie de chacun dans leur quartier, c’est essentiellement la cupidité qui les motive. Une plus grande part du gâteau pour leurs membres et affiliés signifie nécessairement une plus petite part pour quelqu’un d’autre et chacun des gangs est impitoyable dans la poursuite de cet objectif.

Les Rats du Quai ont longtemps voulu expulser les Crochets et les Poissons de la ville, mais jusqu’à présent, ils n’ont réussi qu’à garder la plupart d’entre eux à l’écart du Reiksport. Leur statut juridique de Guilde gêne les Rats du Quai, les empêchant d’enfreindre ouvertement la loi dans leurs tentatives de repousser les dockers affiliés aux gangs, ce qui en ferait une cible pour les autres Guildes de la ville.

Les Crochets se considèrent comme des défenseurs de la justice, bien que, bien sûr, ils ne se considèrent pas comme des défenseurs de la loi. Avec un romantisme trompeur, ils se battent pour l’amélioration des opprimés, en utilisant soit leurs poings, soit les crochets à cargaison dont ils tirent leur nom. Lorsque l’un des segments d’Altdorf doit être blâmé pour la dernière augmentation d’impôts ou autre outrage, réel ou perçu, les Crochets sont parmi les premiers à descendre dans la rue contre lui. Qu’ils persécutent les étrangers, les non-humains ou d’autres indésirables de la ville, les Crochets sont des miliciens avides de justice. La Garde des Docks les considère secrètement comme étant utiles, comme des indésirables qui peuvent être utilisés contre les autres indésirables de la ville sans que la Garde ne soit mal vue.

L’argent motive les Poissons avant tout, plus encore que leur amour de la violence. Contrairement aux Crochets, ils préfèrent ne pas avoir à distribuer des coups sauf si quelqu’un, quelque part, peut être convaincu de les payer pour le service. Les véritables maîtres du monde souterrain sont heureux de payer les Poissons pour leur travail et ne voient pas la lente expansion de leur empire criminel comme une menace, du moins pas encore.

Symboles et Signes

À Altdorf, les tissus colorés sont beaucoup plus facilement disponibles, même pour les pauvres, que dans d’autres régions de l’Empire, de sorte que chaque bande de dockers privilégie une gamme de couleurs distincte pour annoncer ses membres. Les chapeaux chauds en tissu appelés bonnet en tricot sont les vêtements les plus souvent colorés, mais les dockers ostentatoires étendent parfois les couleurs du gang à l’ensemble de leurs tenues.

Les Crochets mélangent le gris ardoise et le bleu, les Poissons le vert et le jaune (les mêmes couleurs que les toges portées par les serviteurs du Grand Théogoniste, ce qui prête à confusion), et les Rats du Quai brun et rouge - ou un mélange sang et terre de ces deux couleurs. Les pièces de tissus aux couleurs ou portant les emblèmes de crochets, de poissons ou de rats sont également courantes. Les visiteurs qui, sans le vouloir, s’habillent de la mauvaise couleur sont parfois accueillis avec violence, et finissent noyés, mutilés ou simplement frappés jusqu’à l’inconscience pour leur sens douteux de la mode.

Les tatouages signalent également les dockers, une tradition empruntée aux marins avec lesquels ils sont en contact. Les Poissons aiment particulièrement se marquer de cette façon et ont des poissons tatoués sur leur corps, généralement quelque part où ils peuvent être visibles, comme leurs bras. Leurs chefs de guerre sont également ornés de représentations à l’encre de leur homonyme aquatique sur leur visage. Ces déclarations permanentes d’adhésion empêchent les membres de quitter les gangs, en particulier pour rejoindre leurs adversaires. Docker un jour, docker toujours, comme on dit.

« Je vais te chanter la chanson de ce cours d’eau,
Le Reik, ses flots clairs mais très agités aussi,
D’une fille de bac et d’son p’tit tourtereau,
Et d’sa perche qui lui a causé du souci ! »
- Verset d’ouverture de la Perche du Reik,
une chanson paillarde des docks

Pour marquer leur territoire, les quais appartenant à des gangs spécifiques arborent des graffitis avec des images simples du symbole de leur gang, tout comme les écussons qu’ils portent. La forme du crochet est également utilisée comme symbole de main parmi les Crochets, une déclaration de solidarité qui peut être affichée sur un bar bondé ou utilisée pour saluer. Les dockers des Poissons apprennent souvent les rudiments du langage secret des voleurs pour communiquer entre eux pendant qu’ils travaillent afin qu’ils ne soient pas entendus par les propriétaires de la cargaison, qui ne pourraient être qu’inutilement désemparés d’apprendre qu’une partie de leur cargaison est sur le point de passer par dessus le bord. De tels risques sont acceptés en raison des tarifs compétitifs des Poissons.

Une autre façon pour les dockers de se reconnaître est de chanter des chansons paillardes pendant qu’ils travaillent. Des rythmes simples, souvent empruntés aux chants de marins, fixent la vitesse à laquelle ils travaillent. Le sujet de ces chansons peut être utilisé pour préciser l’endroit précis où un docker travaille. Un auditeur attentif pourrait apprendre non seulement à quel gang appartient quelqu’un, mais aussi à quel quai travaille son équipe, par quelle version du refrain de La Fille du Bûcheron il chante.

Faire Partie des Dockers

Les dockers sont presque tous des hommes. Bien que rien n’empêche une femme de s’y enrôler, on suppose que la plupart des femmes qui travaillent sur les quais le font dans le cadre d’une autre fonction. Une femme doit être exceptionnellement forte et travailleuse pour faire ses preuves auprès des dockers fièrement masculins. Les non-humains ne sont pas les bienvenus, surtout chez les Crochets puristes qui désapprouvent les étrangers, quand bien même ceux-ci sont issus de toutes les provinces de l’Empire. Il y a une poignée de Nains et de Halflings qui travaillent sur les quais, principalement dans la Guilde des Arrimeurs, mais le quartier Nain et le Kleinmoot d’Altdorf sont le siège de bien suffisamment de leurs propres gangs pour ne pas avoir à se joindre aux bandes des dockers. Les Elfes ne sont pas en sécurité même s’ils ne font que marcher dans les rues du Niederhafen District, alors tenter de se joindre aux gangs de dockers…

Dockers Indépendants

Certaines des maisons de commerce qui font des affaires à Altdorf essaient d’économiser de l’argent en employant leurs propres dockers privés plutôt que de compter sur les gangs et la Guilde pour le travail. Il en résulte généralement une visite rapide et violente de dockers spécialisés dans la démonstration du fait que les compétences de leur organisation vont bien au-delà du simple chargement et déchargement des marchandises. Malgré ce risque, la combinaison de l’avidité et du chômage dans la ville signifie que ces pratiques se poursuivent. C’est un secret de polichinelle qu’il y a certaines tavernes le long de la rive - en particulier les quais sur les petits canaux du fleuve, loin du port plus profond d’Altdorf - où les ouvriers qui ne sont pas membres de gangs passent leurs journées à boire, attendant qu’un contremaître indépendant siffle pour les appeler pour un petit travail intense. Ces dockers, bien que généralement non qualifiés, travaillent rapidement. Sachant qu’ils risquent d’être battus - ou pire - s’ils sont pris, ils finissent rapidement, perçoivent leur maigre salaire et recommencent à noyer leur soucis dans du gin bon marché.

Le docker typique est donc un jeune mâle impérial, généralement issu d’une famille que l’on peut retrouver à l’extérieur de la ville, que ce soit dans la campagne du Reikland ou dans une province plus pauvre. La condition physique est essentielle, tant pour le dur labeur qu’ils endurent que pour les tâches qu’ils accomplissent en dehors des heures normales de travail.

Recrutement

Comme la Guilde des Arrimeurs est une Guilde de travailleurs plutôt qu’une Guilde d’artisans, son système de recrutement et d’apprentissage est nécessairement informel, mais pas aussi informel que celui des gangs des docks. Quatre fois par an, la Guilde reçoit des apprentis potentiels, généralement encore adolescents, de familles qui ont fièrement leur nom sur la liste civique alors qu’elles sont pauvres. Bon nombre d’entre eux sont les fils d’Arrimeurs en place et leur entrée est pratiquement garantie. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une Guilde particulièrement prestigieuse, il y a encore beaucoup de jeunes hommes valides pour qui un apprentissage de Guilde est un ticket pour une vie qui n’implique pas d’être envoyé pour combattre des étrangers ou des Hommes-Bêtes, et les Maîtres et Contremaîtres ont à examiner beaucoup d’ouvriers en forme et désireux de rejoindre la Guilde. Ils choisissent les plus forts pour être leurs apprentis et leur enseignent les secrets des nœuds d’arrêt et des épissoirs, et comment manœuvrer une caisse qui semble déjà aussi pleine qu’elle peut l’être.

Les Crochets et les Poissons trouvent de nouvelles recrues en parcourant les courants de la rue des Mille Tavernes, une activité qui met les gangs en conflit constant, ce qu’ils apprécient. Les équipes ne partent pas toujours à la recherche de nouvelles recrues ; elles partent pour passer une bonne nuit, boire un verre, défoncer quelques têtes, et si quelqu’un arrive à suivre, il est digne de les rejoindre. Un membre potentiel impressionnera les membres de l’équipe dans un jeu à boire ou une bagarre de taverne et sera traîné avec d’autres personnes à haranguer ou à combattre, que ce soit des gangs rivaux ou des malfrats du quartier ou, vers la fin de la nuit, des objets inanimés qui les regardent bizarre. Se réveillant le matin avec un mal de tête atroce et éventuellement de nouveaux tatouages, la recrue potentielle sera emmenée avec l’équipe sur le quai pour une dure journée de travail. S’il peut charger ou décharger une cargaison dans cet état, il est admis.

Avantages et Responsabilités des Membres

L’avantage le plus évident en rejoignant les dockers est un travail relativement stable. Les quais d’Altdorf sont généralement très fréquentés, bien que le salaire ne soit pas élevé et qu’il y ait inévitablement un manque à gagner lorsque le fleuve gèle en hiver. Le salaire est suffisant pour vivre, pas toujours très bien cependant. Les frais d’adhésion sont toujours très élevés, ce qui réduit encore plus les shillings dans la poche d’un docker à la fin de la journée et encourage à faire des extras - pas toujours légaux - pour ajouter un petit plus. La parenté entre dockers est un avantage important pour beaucoup d’entre eux ; un docker a toujours des compagnons de beuverie et des camarades qui protégeront ses arrières en cas de bagarre. Les dockers se protègent les uns les autres et vengent ceux qui succombent. C’est une arme à double tranchants et ceux qui rejoignent les dockers se verront obligés d’égaliser le score quand un Poisson est pendu à un crochet, ou quand un Crochet est amené à se baigner avec les pieds lesté par des pierres, ou quand les crapules sont utilisées pour travailler pour moins cher que ce qui est prévu dans le règlement des Guildes.

Étant le genre de travail où l’on sais quand on s’arrête mais pas quand on commence, on s’attend à ce que certains dockers cherchent du travail ailleurs une partie de l’année, et il n’y a pas de pénalité quand on s’absente, ce qui en fait un travail parfait pour ceux qui veulent se lancer à l’aventure. Le travail est généralement là quand vous en avez besoin et vous attend à votre retour. Bien que les membres des Rats de Quai évoluent généralement d’Arrimeur à Contremaître, les Crochets et les Poissons sont beaucoup moins exigeants quant aux compétences de leurs membres : Voleurs, Racketteurs et autre Coupe-Jarrets sont courant parmi les gangs. Un autre avantage évident pour un docker aventurier, ce sont les six à douze durs à cuire de son gang qui seront prêts à se ranger de son côté quand il décidera de nettoyer un taudis infesté de Mutants ou de faire la peau au jeune nobliau et son entourage qui l’ont tabassé la nuit dernière. Toutefois, dans les situations qui exigent des solutions plus réfléchies, ils seront bien moins utiles.

Les Secrets des Dockers d’Altdorf

De nombreux secrets parmi les moins bien gardés d’Altdorf se trouvent sur les docks - le genre de choses que les citoyens bien informés sont susceptibles de connaître, bien que personne ne fasse rien à ce sujet. La facilité avec laquelle un gang de voyous peut être engagé ou une équipe de travail indépendante peut être constituée - et ce sont souvent les mêmes choses - est bien connue de la population locale. Le fait que les comités de vigilance des citoyens mis sur pied par la Garde pour encourager les membres de la collectivité à s’occuper eux-mêmes de la criminalité ne sont qu’un moyen d’appuyer officiellement les Crochets infligeant une correction à quelque individu qui ne plait pas à la Garde du quai est aussi un secret de polichinelle. Il y a cependant des secrets plus sombres et plus profonds à découvrir sur la rive.

Quelque chose à Altdorf, qu’il s’agisse de la présence de tant de sorciers ou de la culture des habitants de la ville, la rend vulnérable aux attaques de tueurs en série surnommés "tueurs à motifs" par les journaux. Ces tueurs à motifs, qui ont chacun une façon différente et horrible de traiter les victimes, favorisent les bidonvilles sans loi comme les docks pour faire leur travail. Actuellement, la rive est terrorisé par un tueur surnommé "Sieur Croix" pour les entailles en forme de X trouvées sur les corps des victimes, qui sont mutilées de multiples façons et parfois amputées de tout leurs membres lorsqu’on retrouve la victime en train de se vider de leurs sang dans les ruelles. Les théories actuelles parmi les commérages des tavernes disent que Sieur Croix est soit un Rat du Quai mécontent, un Répurgateur corrompu par le Chaos contre qui il se bat, soit un prêtre-filou de Ranald qui en veut aux gangs.

Alliés

Les Crochets prospèrent grâce à leur alliance avec la Garde des docks, qui détourne le regard lorsqu’un Poisson est éviscéré ou qu’un ivrogne qui erre dans la mauvaise allée se fait dépouiller. L’autre moitié de l’entente est que les Crochets limitent leurs activités aux quais et prennent les mesures d’autodéfense nécessaires au nom de la Garde. Chaque fois qu’un des ghettos ethniques de la ville, un gang d’étudiants ou une cabale révolutionnaire dans un café crée des problèmes, les Crochets sont sur place pour fournir une bonne raclée qui ne peut être attribuée à qui que ce soit d’officiel. Pour leur part, les Crochets ne sont que trop heureux d’aider, à la fois par leur sens déformé de la fierté civique et par leur goût de la violence la plus élémentaire.

Ces mêmes cabales révolutionnaires se retrouvent souvent à faire appel à leurs alliés au sein des Poissons pour se venger. Des groupes comme les exilés du Souterrain de Kislevite, les militants des droits des travailleurs de la Guilde des Artisans, les rebelles et les agitateurs de la Ligue Populaire Contre la Noblesse et la Fiscalité et la Révolution Glorieuse du Peuple (Réformée) doivent aux Poissons de nombreux bienfaits que ceux-ci sont heureux de réclamer quand ça les arrange le moins. Au-delà du Vieux Docks se trouve la fosse labyrinthique qui abrite la racaille de la ville, le Reikerbahn, dirigée en secret par le soi-disant "Empereur du Monde Souterrain d’Altdorf" connu sous le nom deSieur Klasst, dont l’organisation comptable et pratique est si efficace qu’on l’appelle parfois ironiquement la Guilde des Voleurs, mais le système des contrôles et des contre-vérifications et les sévères sanctions pour ceux qui violent ses lois, font que le monde souterrain est géré à un niveau supérieur aux autres Guides de la ville. Les Poissons sont utilisés comme une source de brutes et de muscle générique lorsque Klasst veut envoyer un message mais ne veut pas déployer ses assassins personnels. En retour, les receleurs des Poissons font beaucoup d’affaires par l’intermédiaire des marchands noirs de Klasst, comme la célèbre Mère Mandelbaum, qui a de bonnes relations. Les contacts de Klasst font partie des rares clients qu’ils ne dépouillent pas.

Les Rats du Quai sont étroitement liés à la Guilde des Charretier, qui est également à l’origine des nombreux voyous et brutes de la ville. Ensemble, ils font des raids sur le territoire de leurs rivaux, ce qui est officieusement cautionné par leur maître de Guilde, mais sont en fait considérés comme des incidents isolés causés par la bonne humeur si les journalistes d’Altdorf posent des questions. En ce qui concerne les questions plus formelles, les Rats du Quai ont la Guilde des Marchands, ainsi que les échevins de la ville, de leur côté.

Ennemis

Les principaux ennemis des bandes de dockers sont les autres bandes de dockers, mais étant donné la nature enchevêtrée du réseau d’influence qui s’étend parmi les cliques et les cabales d’Altdorf, chaque allié qu’ils gagnent dans leurs luttes les uns contre les autres apporte avec lui un nouvel ennemi aussi.

L’alliance entre les Poissons et le mystérieux Sieur Klasst qui dirige le Reikerbahn met le gang en concurrence directe avec les autres réseaux de contrebande et les criminels de la ville, ainsi qu’avec les trafiquants des autres villes avec lesquelles ils sont aux prises. Les Poissons de Marienburg leur sont bien sûr loyaux, mais le gang des Huydermans de Nuln est une épine dans leur pied qu’ils seraient heureux de voir disparaître. Bien qu’ils n’aient pas la roublardise et le sens des affaires nécessaires pour s’emparer des bas-fonds criminels de l’Empire, les Poissons veulent tout de même les marquer le plus possible de leur empreinte.

Les Guildes d’Altdorf sont un groupe compétitif et dans le passé, ceux qui ressentaient le besoin de descendre la Guilde des Arrimeurs ont manipulé les lois de la ville, comme avec la Convention sur les Miasmes, pour entraver le travail des Rats du Quai. La Guilde des Marchands, dont les membres n’ont pas le droit d’employer des travailleurs qui ne sont pas des Arrimeurs officiels approuvés par la Guilde, est leur principal allié contre de telles manœuvres.

Certaines des maisons de commerce qui préfèrent faire affaire avec la Guilde des Arrimeurs, peut-être parce qu’elles espèrent obtenir des faveurs de la Guilde des Marchands, embauchent leurs propres gardes appelés "Gardes d’Entreprise" pour les protéger des gangs des quais. Cela en fait souvent une cible de choix pour lesdits gangs, qui aiment les bons défis et qui, pour s’amuser, s’en prennent à un groupe de Gardiens d’Entreprise chevronnés.

Source

  • Warhammer JdR - Shades of Empire (traduction par Christer)