Crâne Rouge

De La Bibliothèque Impériale
Symbole du Culte du Crâne Rouge
Le Culte du Crâne Rouge est une organisation secrète qui infiltre les confréries de combattants pour en faire malgré elles les instruments de Khorne. À l’instar de tous les disciples du Dieu du Sang, les Crânes Rouges pratiquent des sacrifices et ont un goût prononcé pour la destruction, mais ils sont suffisamment pragmatiques pour comprendre qu’ils n’auront aucune chance de survie s’ils embrassent aveuglément la rage et la haine qu’apprécient tant leur divinité et ses adeptes. Ils glorifient donc leur maître en détournant les nobles guerriers de la voie de la vertu vers le culte du Chaos. Ces hommes et ces femmes comptent parmi les individus les plus violents de l’Empire et sont présents dans presque toutes les organisations militaires impériales. Impitoyables et bien décidés à renverser le pouvoir en place pour entamer l’ère d’un royaume sanguinaire fondé sur une montagne de crânes, ils pensent être tout près de la victoire finale.

Si Khorne attend de ses disciples qu’ils tuent et massacrent avec désinvolture, les cultistes du Crâne Rouge tempèrent leurs ardeurs, car il leur faut entretenir le secret s’ils veulent survivre. S’ils se contentaient de prendre les armes et de massacrer les gens d’une ville, ils attireraient rapidement l’attention des Répurgateurs, puis de l’Empire tout entier. Cela ne servirait assurément pas les intérêts du Dieu du Sang et n’offrirait pas aux célébrants la moindre chance de trouver la gloire aux yeux de leur sombre maître. En fait, ces cultistes vénèrent Khorne avec une certaine discrétion. Ils organisent des rituels secrets au cours desquels les membres boivent du sang, dévorent de la chair humaine et se livrent à des combats sanglants, et sèment les graines de la discorde au sein de leur communauté. Ils encouragent les gens à s’abandonner à la haine et à embrasser leur nature bestiale. En revanche, les cultistes qui succombent à leur besoin de tuer et d’estropier sont passés par le fil de l’épée ou migrent vers le nord, pour y trouver gloire et récompenses dans les Désolations du Chaos.

Le Crâne Rouge est une organisation insidieuse prête à tout pour provoquer la fin de l’Empire.

Histoire

Culte puissant et déjà bien ancré dans la société, le Crâne Rouge est pourtant une organisation relativement jeune. Né des restes d’une dizaine de tentatives avortées de création d’un groupe cohésif visant à servir les intérêts du Dieu du Sang, il s’est formé juste avant le début de la Grande Guerre Contre le Chaos. À cette époque, l’Empire était en plein désarroi, en raison notamment des efforts de la Main Pourpre (un culte important de Tzeentch), de nombreux prétendants au trône luttant pour prendre le contrôle d’une scène politique complexe et chaotique. Alors que la tension croissait sur les terres de Sigmar, les forces du Chaos se rassemblèrent au nord et prirent lentement la direction du sud, pour anéantir l’Empire et asservir ou massacrer ses habitants.

Voyant là l’occasion d’abattre les défenses de l’Empire, un groupe de cultistes mécontents, dont les précédentes organisations avaient été dénoncées par les Frères à la Cape et terrassées par les Templiers de Sigmar, s’unirent à Middenheim et songèrent à un nouveau moyen d’affronter leurs ennemis tant haïs, les Sigmarites. Plutôt que de se tourner vers l’assassinat, ils optèrent pour la voie de la manipulation et du subterfuge. Ils prirent donc place au sein d’organisations militaires et laissèrent des soldats faire le sale boulot à leur place. Ainsi, pour vaincre Sigmar et ses prêtres velléitaires, le Crâne Rouge décida de corrompre des confréries alliées avec des religions rivales (la foi d’Ulric, par exemple) et de les pousser à la guerre ouverte contre les Sigmarites.

Juste avant la Grande Guerre Contre le Chaos, Sigmarites et Ulricains étaient farouchement opposés, et les conflits publics étaient monnaie courante. Le Crâne Rouge vit là l’occasion de manipuler les Ulricains en infiltrant l’un de leurs groupes les plus prestigieux, la Confrérie de la Hache. Aidé de son influence, il allait pouvoir prendre le contrôle du culte d’Ulric. Mais le Magus du culte, un homme vil surnommé le Siroteur Sanguinaire, ne vit pas venir Magnus le Pieux, qui arriva à Middenheim et se baigna dans la Flamme Sacrée (le symbole ardent de la bénédiction d’Ulric), un acte qui prêta crédit à son statut divin. Tous les efforts déployés pour opposer les deux fois furent anéantis, puis l’Empire réussit à repousser les hordes de Démons et de Maraudeurs surgies du nord.

Durant les deux siècles qui suivirent, les Crânes Rouges élargirent leur influence via la Confrérie de la Hache et d’autres institutions militaires. Mais bien que l’Ar-Ulric acceptât Sigmar le Pieux, les germes du doute et de la haine de Sigmar avaient porté leur fruit au sein du culte Ulricain. Les Crânes Rouges exploitèrent alors cette intolérance religieuse à leurs propres fins et corrompirent lentement la Confrérie de la Hache, entraînant ses dirigeants dans leur abject culte du Chaos.

Le culte d’Ulric tient en très haute considération la Confrérie de la Hache, car l’histoire de l’organisation remonte aux premières heures de l’Empire. Censés être les plus pieux et impitoyables guerriers d’Ulric, les frères symbolisent l’aspect martial du Roi de l’Hiver. Avec la Tempête du Chaos menaçante à l’horizon, les cultistes patientèrent en se demandant si Middenheim allait tomber. Ils contribuèrent à la défense de la cité et réaffirmèrent la puissance et l’honneur de l’institution. La raison en était que les dirigeants du culte savaient qu’avec Valten (pris pour la réincarnation de Sigmar), l’Empire allait l’emporter. Plutôt que de se dresser contre Valten, les Crânes Rouges espéraient attiser sa rage et sa haine, et le faire basculer dans les rangs du Chaos. Cependant, l’homme disparut avant que le culte n’ait le temps de mettre son plan en oeuvre.

Les Crânes Rouges sont fermement persuadés que leur heure est venue. Ayant récemment découvert des informations au sujet du Démon Xathrodox, dont l’essence est répartie au sein de trois artefacts, le culte pense pouvoir assembler l’entité et gagner ainsi un puissant allié qui lui permettra de détruire Middenheim. Reste cependant à voir si cette entreprise sera couronnée de succès.

Organisation

Malgré son étroite implication au sein de la Confrérie de la Hache, le Crâne Rouge est très largement répandu et dispose de cellules dans la plupart des villes de grande taille. Agissant par petits groupes de huit individus, chaque cellule est constituée d’un acolyte et de sept cultistes, trois d’entre eux au moins connaissant les véritables desseins et l’allégeance de l’organisation. Les acolytes font un pèlerinage à Middenheim une fois par an, se rendant au Conclave du Sang où ils rencontrent le Magus, un tueur sanguinaire du nom de Boris Eichermann, un ancien prêtre d’Ulric qui est le descendant du chef Teutogen de l’ère de Sigmar. Il a mis en scène sa mort il y a cinq ans, après avoir tué trente-cinq jeunes femmes à mains nues.

Symbole

Quand ils se livrent aux rites de Khorne, les cultistes vénèrent un crâne sanglant, généralement représenté par le visage hurlant d’un homme dont le crâne a été dépecé. Pour empêcher la victime de mourir en raison du traumatisme, ils le gavent de stimulants, ce qui a pour effet de le maintenir en vie jusqu’à la fin de la cérémonie.

Desseins et motivations

Le culte est voué à la destruction de la foi Sigmarite et, par conséquent, de l’Empire. Depuis toujours, les Répurgateurs se font un plaisir de traquer les cultes de Khorne pour éviter que l’Empire ne devienne un charnier. Le seul moyen de renverser l’Empire et les adversaires du Chaos est donc de s’en prendre directement au culte de Sigmar.

Recrutement

Les Crânes Rouges sont prudents dans le recrutement de nouveaux membres. La plupart des disciples de Khorne sont instables et pas très subtils, ce qui constitue des vertus, certes, mais des plus dangereuses. Le culte recherche des individus qui, tout en étant attachés à la propagation de la mort et de la destruction, ont assez de patience pour tempérer leurs désirs de violence. Ils recrutent également parmi les adversaires naturels de la foi Sigmarite, ce qui explique que de nombreux membres sont issus des rangs des prêtres et des guerriers d’Ulric.

Les candidats potentiels sont choisis parmi ceux qui ont un penchant pour les tueries et que la violence séduit. Le candidat est invité à rejoindre le cercle intérieur d’un groupe militaire établi où les cultistes pourront le submerger de propagande antisigmarite. Ce travail se poursuit jusqu’à ce que le candidat commence lui aussi à vomir sa haine, démontrant ainsi sa colère et sa rancune envers la foi rivale. Cette ardeur est alimentée jusqu’à ce que l’individu tue «accidentellement» un prêtre de Sigmar, meurtre le plus souvent orchestré par des Crânes Rouges (l’événement est organisé par les cultistes, qui disposent ensuite du corps). C’est à ce moment que le culte accueille l’assassin dans son giron, lui présentant alors les véritables secrets de Khorne. Ceux qui regimbent contre le culte sont massacrés et dévorés.

Cérémonies

Le Crâne Rouge fait des offrandes régulières à son dieu. Le culte pense que chaque noble ou prêtre qui est tué est un signe de dévotion. Quand les membres se réunissent, ils font toujours des sacrifices sanguinolents impliquant des heures de combats durant lesquels des prisonniers sont massacrés (les affrontements entre membres n’étant pas rares). Après cette orgie de violence, ils choisissent l’un des prisonniers qui sera sacrifié. Le leader dépèce alors le visage du malheureux, prononçant une invocation dans la langue des Démons pendant que la victime se tord de douleur. Lorsque la proie meurt, les autres cultistes s’approchent et en arrachent des bouts de viande encore chaude, sirotant le sang qui s’écoule du corps sans vie.

Source

  • Warhammer JdR - Le Tome de la Corruption