Chef de Guerre Gobelin

De La Bibliothèque Impériale
Révision datée du 17 décembre 2017 à 17:05 par Christer (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Parce qu’ils ne sont pas aussi puissants que les Orques, les Chefs de Guerre Gobelins emploient toutes sortes de méthodes plus sournoises pour s’assurer la victoire.
« Les zoms y t’regardent et y rigolent. Les Orques, pareil. Va voir s’y s’marrent toujours quand tu tripotes leurs tripes avec ton kikoup’. Hé, si té plus p’tit c’est bien qu’tu dois êt’ plus malin, pas vrè ? »
- Gitsniker, Chef Gobelin

Les Orques établissent leur hiérarchie d’une façon simple et brutale : le meilleur combattant commande. Les Gobelins, qui sont à la fois plus fourbes et plus peureux que leurs cousins Orques, suivent une voie moins directe pour se hisser aux échelons supérieurs, privilégiant stratagèmes et manipulations. Un duel reste toujours possible, mais seuls les plus désespérés en arrivent à cette extrémité. Tous les Gobelins usent de coups pendables. Les plus fins comploteurs sont les plus dangereux de cette race chétive, et les plus enclins à s’élever au-dessus de la multitude. Ces Gobelins sont appelés Chef de Guerre, même s’ils s’octroient parfois des titres plus insolites comme Khanis Loupouss’, Grand Despot’, Archityran, Roi des Chefs, Maîtr’ dé Marais ou Gross’ Grif’.

Les Chefs de Guerres Gobelins ne sont certes pas aussi imposants que leur homologues Orques, mais cela ne signifie qu’ils ne soient pas mortellement dangereux à leur manière. Grotnik, le Chef de Guerre des Nez Kassés, a pris le pouvoir d’une manière typiquement Gobeline, en démontrant plus de ruse que ses ennemis. Ainsi, s’il parvint à la tête de la tribu en surclassant le Chef de Guerre Orque Raggat en combat singulier, ce fut parce qu’il l’avait drogué au préalable. Ce genre de ruse est coutumière chez les Gobelins et dans un tel climat, il n’est guère surprenant que la survie des rivaux soit pour le moins aléatoire, ceux-ci sont ainsi plus enclins à connaître de tragiques accidents ou à se voir confier des missions périlleuses qu’à être provoqué en duel. Ces fourberies varient d’une tribu à l’autre, allant des raids suicides des Gobelins sur Loups aux éboulements parfaitement minutés des Gobelins de la Nuit. Anecdote savoureuse, Gross’ Grif’ Snazgit Pik’Eul’Nez, chef de la Tribu des Klous Rouillés, n’est pas le même Snazgit qui dirigeait encore il y a peu. Ce dernier mourut accidentellement étranglé par son collier et son successeur, soucieux de ne point causer de désordre, usurpa son nom pour le bien de tous.

Les Chefs de Guerre Gobelins à la tête de tribus incluant à la fois des Gobelins et des Orques sont souvent soumis à ces derniers, mais certains ont trouvé le truc pour apaiser leurs robustes cousins mou du bulbe. Les Chefs Gobelins les plus machiavéliques parviennent à manipuler les Orques, devenant une sorte d’éminence grise capable de canaliser la violence de ces derniers dans la direction de leur choix. Maints Chef Gobelins rêvent de devenir suffisamment puissants pour pouvoir commander aux Orques d’un simple grognement ou d’un simple regard noir, mais le seul à y être jamais parvenu reste Grom la Panse des Monts Brumeux.

Source[modifier]

  • Livre d’Armée des Orques et Gobelins, V8