Catégorie:Gloomspite Gitz : Différence entre versions

De La Bibliothèque Impériale
(Histoire : L’ère des Lunatiks)
(Antres, nids et trous)
(2 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 141 : Ligne 141 :
  
  
[[Fichier:Débakle de Skrappa.jpg|700px|center|thumb|<center>'''<u>[[Débakle de Skrappa|La Débakle de Skrappa]]</u>'''</center>
+
[[Fichier:Logo Gloomspite 6.jpg|center|175px|thumb|
<center>Le plus vaste royaume Gloomspite et siège du pouvoir de '''Skragrott le Loonking'''</center>]]
+
Les Faucheuz Long'Pat sont très redoutées par les grots '''Moonclans''' et '''Spiderfangs'''. Les [[Troggoths|Dankhold Troggoths]], en revanche, s'en servent de familiers.]]
 
 
  
 
==La menace souterraine==
 
==La menace souterraine==
Ligne 198 : Ligne 197 :
 
|}
 
|}
  
 
[[Fichier:Logo Gloomspite 6.jpg|center|175px|thumb|
 
Les Faucheuz Long'Pat sont très redoutées par les grots '''Moonclans''' et '''Spiderfangs'''. Les [[Troggoths|Dankhold Troggoths]], en revanche, s'en servent de familiers.]]
 
 
==Les Hordes Gloomspite==
 
==Les Hordes Gloomspite==
  

Version du 27 mars 2020 à 03:23

Oyez ! Oyez !

Town crier.jpg

Cette page est actuellement
en Construction.



Les Gloomspite Gitz se composent de myriades de grots et de monstres. Tapis dans le froid et l’humidité, ils infestent les grottes, les cavernes, les marais, les ravins, les forêts constellées de toiles d’araignée. Leurs armées, constituées de diverses tribus de grots Moonclans et Spiderfangs, combattent aux côtés de troggoths massifs, de gargants irascibles et de masses de squigs aux gueules béantes. Pour qui se demande comment des êtres aussi grossiers peuvent s’unir en une armée capable de conquérir et de massacrer à grande échelle, la réponse se trouve dans les confins les plus sombres des cieux.

Le nécro-séisme de Shyish a libéré des énergies surnaturelles qui enflent en un raz-de-marée et menacent de noyer toute vie. Une ère de sinistres présages s’est abattue sur les Royaumes Mortels, dont le lever de la Mauvaise Lune s’est révélé le plus funeste. Cet astre monstrueux laboure les cieux en une course folle, semant les ténèbres et la folie dans son sillage, et préfigure une étrange éclipse accompagnée d’un déluge de pierres de louf et d’une infestation de champignons toxiques.

Dès que point la Mauvaise Lune, les hordes Gloomspite surgissent par centaines de milliers de leurs antres. Persuadés que ce corps céleste incarne l’un des nombreux aspects de Gorkamorka, dieu de la destruction, ils cherchent à attirer son attention en commettant des actes d’une violence si spectaculaire que la Mauvaise Lune interrompra sa course. Alors, selon eux, s’abattra une ère de ténèbres infinies. Parmi les ombres éternelles, ils seront enfin libres de se déchaîner et de ravager chaque bastion du Chaos, de l’Ordre et de la Mort, jusqu’au jour où la Mauvaise Lune régnera sur tout.


Alors que la Mauvaise Lune s'élevait au-dessus des Flèches de l'Echo, Skragrott le Loonking mena une horde Gloomspite à la guerre. Les Hammers of Sigmar tentèrent alors de les empêcher de saccager la ville à moitié construite de la pointe de Sigmar. Assaillis de toutes parts, les Stormcast Eternals furent bientôt submergés.


L’ascension des Gloomspite Gitz

Dans les recoins les plus sombres des Royaumes Mortels, une nouvelle puissance s’éveille. Une cacophonie de gongs, de tambours et de cris de guerre résonne dans les grottes et tunnels grouillants de grots. Des armées de guerriers goblinoïdes et de monstres titubants s’apprêtent à plonger la surface du monde dans des ténèbres éternelles.

Les peaux-vertes infestèrent les Royaumes Mortels dès l’Âge des Mythes. Lorsque Sigmar sillonna les royaumes en quête de tribus humaines à élever au rang de civilisation, orruks et grots proliféraient déjà à perte de vue. Si la croissance des villes et des empires les repoussa vers les étendues sauvages, elle n’entame jamais leur nombre ni leur capacité à semer des ravages. Alors que l’Âge du Chaos voyait l’anéantissement de royaumes entiers, orruks et grots subsistèrent à force de ténacité, de hargne et de ruse.

Devenues nomades, certaines tribus de peaux-vertes laissèrent un sillage de destruction à travers les royaumes. D’autres poursuivirent leur existence sauvage dans les forêts vierges si hostiles que même les hordes du Chaos ne purent les conquérir. D’autres encore, notamment les grots Moonclans et Spiderfangs, se réfugièrent dans les confins les plus sombres et humides des Royaumes Mortels.

Les segmapèdes sont utilisés pour diverses taches comme la création de nouveaux tunnels ou le transport de bagages et de bandes de grots.

Une menace insidieuse

Les grots ne sont pas réputés pour leur courage ni leur puissance. En revanche, ces petits vandales sont si rusés, sournois, vils et égocentriques que leur propension à la violence destructrice compense largement leur manque de vigueur physique et spirituelle.

Mais leur plus grand talent réside dans leur capacité à survivre. Ainsi, pendant les guerres de l’Âge du Chaos, la grande majorité de leurs tribus se réfugièrent au fond de leurs antres. Les grots Moonclans fuient la lumière du jour : elle leur brûle la peau et blesse leurs yeux perçants. S’ils vénèrent l’abomination céleste connue sous le nom de Mauvaise Lune, ils vouent une haine farouche à son opposé, Brilleface Krevzyeux, représenté comme une étoile cruelle ou une boule de lumière aveuglante et douée de raison. Aussi n’eurent-ils aucun remords à se tapir dans leurs repaires pour élever des squigs et cultiver d’étranges champignons, réservant leurs incursions à la surface aux proies les plus appétissantes.

Les grots Spiderfangs n’apprécient pas plus la beauté et la clarté des Royaumes Mortels que leurs cousins édaphiques. Leur culture entière est basée sur la vénération, l’élevage et la monte d’une kyrielle d’espèces arachnides. Ces abominations à huit pattes prospérant dans les environnements sombres, les grots Spiderfangs investirent aussitôt ces lieux. Ravins vertigineux tapissés de bois impénétrables, jungles fétides et marais où la canopée occulte la lumière, réseaux de grottes et temples en ruine si vastes qu’ils bénéficient de leur propre microclimat… Autant de lieux qu’envahirent des hordes de grots Spiderfangs et leur engeance monstrueuse.

Des troggoths infestaient également les zones les plus infectes et humides, prospérant au milieu de la fange, loin de la lumière des cieux. Ils nichaient dans les racines des montagnes, rôdaient parmi les marais et dormaient dans des grottes constellées de moisissures, attendant le moment où leurs instincts carnassiers les pousseraient de nouveau au dehors.

Tout au long de l’Âge du Chaos, ces factions de l’ombre se propagèrent. Tandis que les champions des Dieux du Chaos s’affrontaient pour revendiquer les terres à la surface, les grots Moonclans arpentaient le sous-sol, creusant des fortifications grossières à l’entrée des cavernes, bâtissant des villes-taudis éclairées par d’étranges champignons et élevant une myriade de créatures difformes et d’insectes cauchemardesques.

Par endroit, ces expansions empiétaient sur le sous-œuvre de la chambre à magma d’un fyreslayer ou la tanière d’un skaven. Dans ces moments-là, la clameur de la guerre résonnait à travers les tunnels et plus d’un repaire Moonclans fut anéanti par les représailles d’ennemis dérangés par mégarde. Mais tout aussi souvent, des hordes de grots déferlaient, submergeant les défenseurs et permettant à de nouveaux antres de voir le jour parmi les ruines d’autres civilisations.

Alors que les grots Moonclans se répandaient à travers la roche mère des royaumes, ils tombèrent sur des couvains Spiderfangs et des tanières de troggs puants. Parfois, ces rencontres donnaient lieu à un bain de sang. Cependant, les grots ne sont pas aussi belliqueux que les orruks et moins enclins à la violence gratuite. Le plus souvent, grots et troggoths faisaient cause commune.

Les Moonclans étaient doués dans l’art de cultiver des champignons et de préparer des potions très prisées par les Spiderfangs. Ils les troquaient contre diverses substances toxiques ou hallucinogènes extraites des bêtes arachnides que les shamans Moonclans utilisaient à des fins peu ragoûtantes. De timides trêves et une économie de troc se transformèrent en de fragiles alliances lorsque les grots Moonclans et Spiderfangs découvrirent qu’en collaborant, ils pourraient repousser les prédateurs et les ennemis armés qui cherchaient à les chasser de leurs territoires. C’est ainsi que se formèrent les premières hordes Gloomspite. Elles naquirent dans les recoins sombres du royaume, issues d’un intérêt mutuel et du désir de massacrer tous ceux qui s’aventuraient dans leurs antres.

Les Bonnets-de-louf sont d'étranges champignons chargés de magie qui jaillissent partout où s'abat la lumière de la Mauvaise Lune.

Le lever de la Mauvaise Lune

Comme tous les peaux-vertes, les Gloomspite Gitz vénèrent Gorkamorka. Parfois considéré comme un dieu unique et parfois comme deux entités séparées appelées Gork et Mork, il allie ruse et violence, apanages respectifs de ses deux moitiés. Gorkamorka incarne le tonnerre des tambours, le bruit sourd des poings contre la chair, le rugissement de l’avalanche et le craquement des crocs à travers les os. Gorkamorka est un avatar de la destruction primaire qui mènera un jour la Grande Waaagh! à balayer toute trace de civilisation. C’est du moins ce que croient fermement orruks et grots.

Chaque sous-race de peaux-vertes vénère son propre aspect de Gorkamorka, et entretient ses propres mythes quant à ses exploits. Certains le considèrent comme une montagne vorace, une bête bardée de muscles ou un géant à deux têtes. Les Gloomspite Gitz, pour leur part, l’envisagent sous la forme d’un gigantesque corps céleste baptisé Mauvaise Lune, dont la masse éclipse la lumière des cieux pour la remplacer par une lueur blafarde qui provoque la prolifération d’étranges champignons et pousse les mortels à la folie. Au grand dam des autres races des royaumes, la Mauvaise Lune est tout aussi puissante que le prétendent les Gloomspite Gitz, voire plus.

Aujourd’hui, en cette ère de sombres présages, la Mauvaise Lune a atteint son zénith. Les morts se dressent en quantités effroyables et assaillent les vivants avec une férocité inédite. Des guerres sont livrées dans le but de posséder des âmes et gouverner les sous-mondes éternels. Des signes terrifiants et des visions funestes tourmentent les esprits des augures et des prophètes à travers les Royaumes Mortels. Le vide céleste convulse sous l’effet d’étranges phénomènes astrologiques et de conjonctions sinistres, et de ces derniers surgit la masse terrifiante de la Mauvaise Lune.

Cet astre malveillant a toujours tourmenté les cieux des Royaumes Mortels, semant la destruction et la folie sur son passage. Mais à présent il fonce à travers le vide tel un boulet de canon. Certains pensent que ce phénomène est dû au déchaînement incessant de sorts sur les royaumes, et que la Mauvaise Lune, attirée par cette magie indomptée, cherche à marauder à leurs côtés. D’autres prétendent que Gorkamorka – bien qu’il n’ait aucun enjeu dans la Guerre des Âmes – souhaite simplement se jeter de nouveau dans la mêlée ou que la Mauvaise Lune se nourrit des énergies psychiques déchaînées par ce conflit sans fin.

Quelle que soit la vérité, l’effet de la Mauvaise Lune sur les Gloompsite Gitz est saisissant. Les squigs et les araignées sont les premiers à sentir son arrivée et deviennent plus agressifs. Puis commencent les visions ; les shamans grots se mettent à chanter et à marmonner, leurs traits déformés en de grotesques parodies de la face lunaire tandis qu’ils montrent leur « lune » à leurs camarades ébaudis. Des tambours tribaux résonnent à travers les tunnels et les cavernes et les grots s’enfièvrent sous l’accès de démence appelé « Gloomspite ».

Lorsque la Mauvaise Lune plane au-dessus des terres, elle projette ses énergies ensorcelées aux tréfonds des cavernes. Prises d’une frénésie tapageuse, les hordes Gloomspite déferlent à la surface telle une marée soumise à l’attraction d’une lune peu conventionnelle. Des millions de grots hurlants, de troggoths titubants, de squigs sautillants, d’arachnides grouillants, et de gargants grommelants émergent de chaque brèche, fissure et caverne, mus par des envies de massacre.

Sous l’influence de la Mauvaise Lune, tout devient humide et poisseux. D’effroyables tempêtes de louf surgissent de nulle part dans un défilé de nuages effilochés tandis que des gravités déformées ravagent les terres. Les champignons blafards et puants appelés Bonnets-de-louf percent toutes les surfaces : pierre, terre, métal, chair ou os. Au milieu de cet étrange crépuscule lunaire, les hordes Gloomspite s’abattent sur tous ceux qui croisent leur chemin, avec une sauvagerie bien éloignée de leur couardise habituelle.

Pour prouver leur ruse, les Gloomspite Gitz poignardent dans le dos des nations entières et même des divinités, rasant des cités et détruisant des temples. Ainsi espèrent-ils impressionner la Mauvaise Lune au point qu’elle cessera sa course et s’installera à jamais au-dessus d’eux. Alors commencera l’ère bénie de la Grand’ Moiteur, et dans ce crépuscule perpétuel, les Gloomspite Gitz conquerront les mondes à la surface au nom de Gorkamorka.


Skragrott le Loonking brandit ses serres vers le ciel en hurlant de sinistres incantations tandis que des Krocs de la Mauvaise s'abattent sur la surface du monde en un déluge de météores dévastateur.


Faire table rase

La plupart des adeptes des dieux de l'Ordre, de la Mort ou du Chaos cherchent à conquérir les royaumes et à leur imposer leur propre vision. Ce n'est pas le cas des adorateurs de Gorkamorka. Habités par le besoin de maintenir la nature dans son état primaire, ils s'appliquent à détruire les plus grands bâtiments érigés par leurs ennemis.

Les forces de la Destruction sont majoritairement constituées de diverses sous-espèces de peaux-vertes et ogors. Chacune d'elles possède ses propres coutumes, qu'il s'agisse des féroces Bonesplitters, des Beastclaw Raiders couverts de givre, ou des Ironjawz aux instincts sanguinaires. Mais malgré toutes leurs différences, les tribus de Gorkamorka ont une chose en commun: elles sont mues par le besoin de débusquer et de détruire les bastions de la civilisation.

Hameaux isolés, mécaforts ambulants, forteresses tentaculaires et temples vertigineux; tous sont pris pour cible par les forces de la Destruction, vouées à massacrer leurs occupants jusqu'à ce que le paysage du royaume ait recouvré son aspect primitif. Que la plupart des peaux-vertes ou des ogors tirent une profonde jouissance de ces ravages ne constitue, du moins selon eux, qu'une conséquence naturelle de leur mode de vie belliqueux.

Bien évidemment, chaque tribu ou clan a sa propre vision de la façon dont l'ordre naturel devrait se présenter. Les nomades Ironjawz, par exemple, sont originaires des vastes savanes et des plaines déchiquetées du Royaume des Bêtes, une nature sauvage où tout n'est que prédation. Par conséquent, ils considèrent toute structure artificielle ou tout bâtiment utilitaire comme un affront à dévaster du sol au plafond.

Les ogors des Beastclaw Raiders, quant à eux, sèment les neiges désolées et le froid mordant de l'Hiver Éternel partout où ils vont. Par leur simple présence, ils réduisent le royaume civilisé le plus verdoyant à des friches glacées où la survie est affaire de résilience pure et d'instinct de chasseur. Plutôt que de saccager des bâtiments à la manière des Ironjawz, ils préféreront les réduire à des ruines gelées où seuls les prédateurs les plus résistants pourront subsister.

Les diverses créatures qui composent les hordes Gloomspite vivent dans l'obscurité et la moiteur. Elles sont issues des profondeurs souterraines où l'eau s'écoule de stalactites et s'accumule en mares noires, où des champignons lumineux poussent sur les pierres détrempées, et où des insectes grouillent parmi des piles d'os rongés. Partout où des souches pourrissent sous d'épaisses canopées, où des créatures multipèdes rôdent dans des fourrés tapissés de toiles d'araignée, où de la vase s'accumule dans des ravins ombragés et où des ruines croulent sous des masses de buissons épineux et de racines des profondeurs, résident des Gloomspite Gitz.

Aux yeux des grots et des troggoths qui occupent ces grottes, l'état naturel des Royaumes Mortels est une vaste étendue d'ombre fraîche et d'humidité propice aux moisissures. Ils détestent et craignent Brilleface Krevzyeux, le croque-mitaine des étoiles et des soleils du royaume, et déversent leur haine sur tous ceux qui semblent le vénérer, certains Shamans Moonclans allant jusqu'à l'associer avec Sigmar au sein du Royaume Céleste.

Pour les hordes Gloomspite, les royaumes ne recouvreront leur état naturel que lorsque la Mauvaise Lune dominera les cieux et que toutes les terres des Royaumes Mortels seront baignées d'une ombre blafarde pour former une immense et unique caverne. Ils cherchent à conserver leurs grottes dans l'ombre et l'isolement, emplies de voiles ténébreux et du bruit de créatures sans nom. Ils souhaitent que les forêts s'étendent en de vastes étendues sauvages pourrissant sous les branches tordues, chaque racine et crevasse couverte de moisissures lumineuse et grouillante d'araignées. Ils veulent enfin que les montagnes se dressent à l'assaut du ciel, leurs cols indomptés et peuplés de monstres.

Les Suffokeurs poussent en rideaux au-dessus de l'entrée des tunnels Moonclans. Ils agrippent, étranglent et absorbent lentement les imprudents.

La Gloomspite

Les espèces vénérant Gorkamorka canalisent ses énergies primaires d'une manière ou d'une autre. Cela leur permet non seulement de galvaniser les hordes de la Destruction, mais aussi de provoquer l'apparition de phénomènes surnaturel.

Les orruks, par exemple, sentent les énergies de ce qu'ils appellent la Waaagh! lorsque vient l'heure de marcher à la guerre. Cette force se manifeste partout où les peaux-vertes les plus massifs deviennent belliqueux et nerveux, et sert à les rendre encore plus agressifs jusqu'au moment où des éclairs verdâtres zèbrent l'air et où le paysage lui-même succombe à la fureur. Même les arbres tentent de se déraciner et de se joindre à la charge, tandis que les rochers s'entrechoquent avant de voler en éclats, et que des cris de guerre orruks résonnent pendant des jours avant de disparaître.

Les grots sont trop chétifs pour provoquer une véritable Waaagh!. Leurs voix fluettes ne leur permettent pas de hurler, et leur nature les porte plus à la malveillance qu'a l'intrépidité. C'est pourquoi leur équivalent de ce phénomène étrange est la Gloomspite, l'accès de violence effrénée qui les saisit lorsque la Mauvaise Lune plane au-dessus d'eux.

Les esprits des grots saisis par la Gloomspite s'animent de vils complots visant à "donner un' bonn'leçon aux Krevards d'la surfass". Des ombres tournoient autour d'eux telle une nuée d'insectes, et d'étranges moisissures poussent avant de muer en spores hallucinogènes. De la bave coule des mâchoires des grots les plus gravement atteints, leurs yeux deviennent vitreux et ils se mettent à hurler et à bafouiller. Puis, à un signal silencieux, ils se lancent à l'assaut telle une marée verte.

Les Z'yeux d'Mork Kibrill' poussent parmi les planks Moonclans. Leur bioluminescence émet une étrange lumière opaline.

Histoire : L’ère des Lunatiks

Les Gloomspite Gitz rôdent sous terre depuis des siècles, jaillissant sporadiquement avant de disparaître aussi vite qu'ils sont apparus, ne laissant que rumeurs et légendes dans leur sillage. À présent que la Mauvaise Lune plane haut dans le ciel des Royaumes Mortels, les hordes Gloomspite se déchaînent comme jamais auparavant.


Appelés œufs de squigs par les grots Moonclans, ces petites moisissures rondes se trouvent partout où nichent ces créatures carnassières.

Les confins humides des Royaumes

Bien des races des Royaumes Mortels cherchent à conquérir des territoires riches en ressources ou d'une importance stratégique clé afin de les exploiter. Même si les hordes Gloomspite saccagent volontiers ce genre d'endroits, ils ne portent guère d'intérêt aux terres de la surface. Leurs antres enténébrés se cachent ailleurs...

Grots Moonclans et Spiderfangs, arachnides géants, troggoths de toutes sortes et gargants imbibés d'alcool; toutes ces créatures recherchent la fraîcheur, l'ombre et la moiteur avec autant d'avidité que les buissons entortillés et les champignons blafards. C'est pourquoi leurs campements et leurs bastions se trouvent dans les régions les plus humides et les plus ténébreuses des royaumes.

Les grots apprécient les régions que la plupart considèrent comme des friches fétides et inexploitables. Trop sombres ou trop détrempées pour être cultivées, trop instables pour y bâtir des campements ou des forteresses, grouillantes de parasites et polluées de fumées toxiques, elles n'attirent guère la convoitise. Aussi, à moins que leurs razzias n'attirent des représailles exterminatrices, les Gloomspite Gitz sont largement livrés à eux-mêmes. Ils se multiplient et rassemblent leurs forces à l'insu de tous. Les grots savent depuis longtemps tirer parti de la tendance de leurs ennemis à les ignorer ou à les sous-estimer et s'en servent comme d'une arme mortelle.

Plus d'un royaume fortifié, habitué à repousser des armées en maraude de ses frontières et à conquérir les terres voisines, a disparu après le lever de la Mauvaise Lune. Des hordes d'avortons considérés jusqu'alors comme de simples vermines ou des croque-mitaines surgissent de l'obscurité pour engloutir l'ennemi sous une marée hurlante. Nombre d'histoires évoquent des gyblers aux yeux rouges, des rôdeurs aux griffes suintantes et des grots aux chapeaux noirs qui jaillissent pour commettre les pires atrocités, mais bien trop de dirigeants les considèrent comme des balivernes jusqu'à ce qu'il soit trop tard.

Le bossfungus funeste est la marque de la faveur de la Mauvaise Lune. Il pousse uniquement près des individus qui sentent la Main Moite sur eux.

Antres, nids et trous

Les grots Moonclans sont troglodytes. Leurs campements, appelés planks, se trouvent dans les tunnels et cavernes les plus profondes, les plus sombres et les plus humides. Comme aucune lumière naturelle n'atteint de tels endroits, les grots utilisent des champions bioluminescents et des lumi-squigs phosphorescents pour leur fournir le peu de lueur diaphane dont ils ont besoin.

Les planks sont constituées de réseaux de grottes interconnectées, ornés de stalagmites et de stalactites, dans lesquels l'eau goutte en formant des mares. Des pellicules d'algues et de vase enduisent les parois, tandis que des moisissures tapissent les murs, les sols et les voûtes. Les plus petites grottes servent d'avant-postes appelés Kachet's. Les plus grosses regorgent d'abris fongiques évidés, d'enclos de squigs délabrés et de huttes constituées de ferrailles empilées abritant des personnalités telles que le shaman local ou le Loonking. Les cavernes adjacentes servent de pépinières à champignons, de dépôts de butin, et de prisons où croupissent les esclaves.

Les plus grandes planks s'étendent sur des kilomètres sous terre. Elles empiètent souvent sur les chambres à magma des Fyreslayers, des karaks duardins et des terriers skavens, et abritent des millions de grots. Jonchées de détritus, elles grouillent de toutes sortes d'insectes, et résonnent sans cesse de pépiements, de piaillements et de cris perçants.

Les campements Spiderfangs, quant à eux, se présentent sous la forme de nids. En vérité, la plupart d'entre eux appartiennent aux Arachnaroks et autres variétés d'arachnides géants qui rôdent en leur cœur. Généralement situés dans les profondeurs ombragées des bois les plus sauvages ou parmi les ruines de civilisations disparues, ils forment des cocons cauchemardesques de toiles collantes. Leurs fils translucides enserrent si étroitement les arbres pourris et les piliers branlants des nids qu'ils sont aussi impénétrables que des murailles. En outre, tout ennemi assez fou pour vouloir se frayer un chemin à travers se retrouve entravé et devient une proie facile pour les occupants du nid. Les tunnels de toiles et les chambres de couvée grouillent d'araignées et de grots, voués à s'occuper des œufs, à concocter des poisons et à vénérer le Dieu Araignée.

Les troggoths vivent dans les environnements les plus hostiles de tous : des antres baptisés trous de trog. Mares puantes au cœur de marais suppurants, gouffres enténébrés emplis de cendres d'os et de détritus, puits vertigineux pollués de gaz sulfureux et couverts de vase; tous ces lieux abritent des nichées de troggoths qui rôdent parmi la fange jusqu'au moment ou leurs instincts primaires les poussent hors de leurs tanières.

Les troggoths Rockgut, par exemple, ont tendance à creuser leurs trous parmi les racines ou les sommets des montagnes les plus désolées pour se repaître des rochers les plus goûtus. Les troggoths Fellwater, quant à eux, aiment à se vautrer dans la fange de cours d'eau engorgés et barboter dans les égouts au-dessous des cités les plus vastes et les plus peuplées.


Les Faucheuz Long'Pat sont très redoutées par les grots Moonclans et Spiderfangs. Les Dankhold Troggoths, en revanche, s'en servent de familiers.

La menace souterraine

Les hordes Gloomspite vivent dans l'anarchie la plus totale. Des bandes de grots Moonclans, de squigs bondissants, de grots Spiderfangs, de troggoths colossaux et de gargants hurlants déferlent en une marée que leurs ennemis pourraient légitimement croire totalement désordonnée. Cependant, ce n'est pas totalement vrai.


Kliques et squigs

Lorsqu'un groupe de grots Moonclans se rassemble pour semer des ravages et suriner quelque malheureuse victime, il est appelé skulkmob. Une fois qu'un chef Moonclan suffisamment sournois et intimidant a regroupé plusieurs skulkmobs en une force d'invasion, elle devient une klique.

Les kliques comprennent toutes sortes de Shoota skulkmobs armées d'arcs et de Stabba skulkmobs joueuses de couteaux, généralement renforcées de diverses bandes de grots éleveurs ou chevaucheurs de squigs. Des Sneaky Snufflers forment l'avant-garde, à l'affût des meilleurs champignons et de lieux propices à des embuscades.

Des meutes de Cave Squigs gravitent autour des flancs pour stopper et dévorer tout ennemi qui voudrait `fer l'malin', pendant que des Squig Hoppers et des Boingrot Bounders percent des brèches et répandent la panique dans les lignes ennemies. Renforcée par des bandes tourbillonnantes de Fanatics qui éventrent les rangs adverses dans des gerbes de spores et de sang, une klique Moonclan s'appuie sur un large effectif, des tactiques sournoises et une folie hallucinée pour dévaster les ennemis les plus fiers et les plus aguerris.

Une klique représente généralement la population au complet d'une plank Moonclan, même si les campements les plus importants peuvent engendrer plusieurs de ces hordes. Elles sont menées par un grot Moonclan parvenu au sommet à force de ruse, de contrainte et de meurtre, accompagné de ses divers lieutenants, tous déterminés à prendre sa place.

Les kliques sont généralement menées par des Loonboss conseillés par un groupe de shamans. L'inverse peut aussi se produire lorsqu'un shaman parvient à régner sur les grots en jouant sur leur peur superstitieuse et en usant de ses pouvoirs magiques. Dans ce cas, le Loonboss de la klique, s'il en existe un, est cantonné au rôle de champion du shaman, de chef de guerre et de brute. Il gère les trivialités comme le maintien de la discipline, laissant son maître libre de se concentrer sur des choses plus importantes comme se gaver de Bonnets-de-fou et interpréter les visions qui en découlent.

Les Vomissures poussent dans les tas de bouses Moonclans et servent à préparer le Dégueulard, un poison qui donne envie de 's'vider les trip'.

Pillards Spiderfangs

Tout comme un nid Spiderfang est bâti autour des Arachnarok Spiders qui rôdent en son cœur, les groupes d'assaut de grots Spiderfangs se concentrent autour d'un noyau formé de ces immenses araignées.

Ces arachnides massifs portent des groupes de grots au combat dans des howdahs placés sur leurs dos, construisent des `catatoiles' qui leur servent de pièces d'artillerie vivantes et - pour les Arachnaroks les plus jeunes et les plus agressifs - dévastent les lignes ennemies et sèment une violence aveugle. La réputation et la puissance d'un nid s'apprécient à l'aune du nombre d'Arachnarok Spiders qu'il peut mener au combat en une seule fois et ses guerres visent principalement à récolter des offrandes de chair avec lesquelles nourrir cette engeance gigantesque.

Appelée traqueuz', une armée Spiderfang est commandée par un ou plusieurs webspinner shamans, dont les plus importants s'élancent parfois à la guerre sur le dos d'Arachnaroks.

Les webspinner shamans règnent en maîtres incontestés sur les nids Spiderfangs car le venin sacré du Dieu Araignée coule dans leurs veines et ses visions inspirantes brûlent dans leurs esprits. Les grots Spiderfangs les plus gros et les plus vils seront élevés au rang de Scuttleboss, des chefs de guerre tribaux qui mènent des groupes d'assaut et conduisent leurs camarades au combat.

Autour des piliers de chitine que forment les pattes des Arachnaroks grouillent des Spider Rider Skittermobs. Cette cavalerie d'arachnides hurlants constitue l'essentiel de chaque traqueuz' et joue le rôle d'éclaireurs, de troupes de choc et de flancs-gardes. Malgré toutes les tendances anarchiques des grots, leurs montures arachnéennes chassent avec une ruse et une férocité instinctives, fonçant à travers les lignes ennemies, et s'abattant sur des unités isolées et affaiblies de manière à épuiser l'ennemi avant que les Arachnaroks ne portent le coup fatal.

L'Arachnachaudron deul'Grouillard est célèbre dans la mythologie grot pour rendre son maître extrêmement puissant mais à un prix terrible...
Konkérants de Skragrott.jpg

Déchaînement de Gloomspite

Lorsqu'un puissant chef grot se dresse et que point la Mauvaise Lune, une horde de Gloomspite Gitz se rassemble. Elle est composée de diverses kliques Moonclans et traqueuz' Spiderfangs. D'autres forces plus étranges les accompagnent.

Les grots Moonclans les plus sauvages forment des bandes nomades appelées Loufs. Ces grots s'efforcent de bondir jusqu'à la Mauvaise Lune et même de la mordre, en violation des anciennes traditions Moonclans. Bannis pour leurs lubies, les Loufs forment des Squigalanches dévastatrices qui traquent la Mauvaise Lune en chevauchant leurs montures et en s'alliant avec toute horde Gloomspite qui semblera la plus à même d'attirer l'attention de la Mauvaise Lune.

Troggoths et gargants se joignent parfois à la horde. En général, ils arrivent individuellement ou par petits groupes, mais il peut arriver qu'une bande de troggoths - appelée Troggpeau - surgisse pour combattre et dévorer l'ennemi.


Konkérants de Skragrott

Les Konkérants de Skragrott figurent parmi les hordes de Gloomspite Gitz qui jaillirent à la surface d'Ayadah lors de sa funeste invasion — une armée de fous dont Skragrott décida de prendre la tête. Il ne s'agissait pas d'un simple caprice de sa part, car des plans machiavéliques se cachent derrière tous ses gestes. Parmi toutes les kliques et traqueuz' tapies dans les recoins sombres d'Ayadah, Skragrott considéra ces guerriers comme d'une cruauté, d'une ambition et d'une dangerosité exceptionnelles. Non seulement ils lui paraissaient comme les plus aptes à mener ses troupes à la victoire, mais il avait aussi conscience que ses champions étaient les plus susceptibles de contester son règne naissant. C'est pourquoi il décida de les garder auprès de lui, et de susciter des conflits internes afin qu'ils soient trop occupés à se combattre pour ne serait-ce que songer à le poignarder dans le dos.

Une kyrielle de parasites rejoignirent les Konkérants, soit par contrainte, soit par coïncidence. Les Frangins Ékrazeurs, par exemple, étaient trois gargants belliqueux que Skragrott embaucha au prix de six chariots de bière de champignon. La Squigalanche appelée les Béliers de Badgob se rallia à Skragrott parce que le Loonboss Badgob avait du flair pour les bonnes combines. En revanche, personne ne sait pourquoi les Troggs de Dungclubre joignirent la marche à la surface ni où ils disparurent à la fin du combat.

Les Hordes Gloomspite

Les Royaumes Mortels foisonnent de planks Moonclans. Avec la ténacité propre aux peaux-vertes, ces grots se sont installés jusqu'aux régions les plus inhospitalières, s'adaptant à toutes sortes de conditions difficiles et frappant les nations civilisées depuis les confins les plus inattendus.

Les grots Moonclans sévissent dans tous les Royaumes. Leurs robes et capuchons noirs, leurs symboles de la Mauvaise Lune grimaçants et leurs sanctuaires de pierre de louf sont connus et détestés de tous. Des rumeurs prétendent même que certaines planks auraient survécu aux purges Azyrite et qu'elles infesteraient encore les grottes les plus profondes, dissimulées avec tant de soin que même les Stormcast Eternals échouent à les éliminer.

La ruse et l'instinct de survie sur-développés des grots Moonclans leur confèrent une incroyable faculté d'adaptation. De plus, les myriades de moisissures, d'invertébrés et de squigs qu'ils développent, et avec lesquels ils vivent en symbiose, sont extrêmement résistantes. Quelques jours leur suffisent à infester n'importe quel endroit sombre et humide. Dans les paysages les plus hostiles des Royaumes Mortels, cette adaptabilité a engendré une variété de planks et de branches de cultures Moonclans particulièrement insolites.

Les bonnets rouges servent à fabriquer une décoction qui décuple la force, tandis que ceux qui les mangent voient leurs capacités magiques améliorées.

Étouffeurs d'Claggit

Vitrolia, dans le Royaume du Feu, il existe une étrange région connue sous le nom de Forêts Embrasées, où les bois couvrent des milliers de kilomètres sous un ciel écarlate et menaçant. Ce territoire en constante évolution est tourmenté par des esprits feux follets qui balaient les forêts en meutes piaillardes et embrasent tout ce qu'ils touchent. Des incendies dévastateurs dévorent des milliers d'hectares de bois sec quotidiennement, réduisant d'immenses zones à des tas de souches fumantes et à des nuées de scories. Cependant, malgré toute la vitesse avec laquelle ces esprits peuvent enflammer les bois, de nouvelles pousses surgissent aussitôt du sol et les arbres-du-bûcher jaillissent à travers les ruines calcinées de leurs prédécesseurs pour s'élever à l'assaut du ciel en quelques semaines.

La roche mère sous les Forêts Embrasées est truffée de grottes et de tunnels, la plupart déchiquetées par la croissance agressive des racines des arbres-du-bûcher. C'est parmi ces profondeurs que se trouvent les planks des Étouffeurs d'Claggit.

Le Loonboss Claggit - plus connu sous le nom de Grand Éteigneur - voue une haine farouche au feu. Convaincu que les brasiers qui balaient la surface sont le souffle de Brilleface Krevzyeux, il a persuadé ses adeptes que le meilleur moyen d'attirer la faveur de la Mauvaise Lune consiste à éteindre chaque source de feu qu'ils trouvent. Vêtus d'habits vert bouteille et gris censés représenter les grots parmi des nuages de cendre et de fumée, les Étouffeurs sillonnent le sous-sol en quête de la Mauvaise Lune, déterminés à étouffer les incendies les plus importants dans l'espoir d'impressionner l'astre sacré.

Cette croisade antifeu a mené les hordes Gloomspite à entrer en conflit avec un grand nombre de loges Fyreslayer, de Conciles Mécaniques des Clans Skryre et de cabales Tzeentchianes. Tous vénèrent le feu sous des formes diverses, et tous se sont fait agresser par une marée de grots Moonclans déterminés à éteindre l'objet de leur haine. Mais le pire est l'habitude qu'ont les Étouffeurs d'ordonner à leurs Fellwater Troggoths de vomir copieusement sur les tours de guet et les forges, noyant les flammes de leurs ennemis sous des torrents de vomi puants. La fumée et les nuages de fumée qui s'en dégagent fournissent une couverture parfaite pour permettre aux grots Moonclans de se faufiler parmi leurs victimes titubant à l'aveuglette et de les poignarder sauvagement.

Les champignons bonnet-de-mort est terriblement hallucinogène. Il est recherché par les Fungoid Cave-Shamans à cause des visions prophétiques qu'il induit.

Les Brakeurs

Un royaume de grots Moonclans très différent se cache parmi les ombres des Collines Feutrées, à Ulgu. Composé de sept planks énormes, cet empire souterrain est gouverné par Ogwotz Eul' Magnifique, dont les adeptes sont connus sous le nom de Brakeurs. Les adeptes d'Ogwotz sont bouffis d'arrogance, et ce à juste titre: leur foyer étant perpétuellement baigné de brume et de crépuscule, ils prétendent avoir inauguré l'ère de la Grand'Moiteur. Le fait que les Collines Feutrée aient toujours croupi sous une lune blafarde et moribonde importe peu - Ogwotz s'est vanté de son exploit assez souvent et vigoureusement pour que seul un idiot ose le contredire.

Convaincus d'être touchés par la Main Moite, les Brakeurs envahissent régulièrement la surface. Ils volent tout ce qui peut se porter, surtout les objets brillants ou précieux, leur prétendue supériorité au sein des grots les poussant à s'affubler d'une kyrielle de colifichets et de trophées. Les Brakeurs sont considérés comme extrêmement cruels même parmi leurs congénères et prennent un malin plaisir à émerger de l'ombre pour dépouiller leurs victimes de leurs biens les plus précieux, qu'il s'agisse d'un trésor, de leur premier-né ou même de leur cœur encore battant.

Non content de se reposer sur ses lauriers, Ogwotz Eul'Magnifik rassemble ses hordes Gloomspite et sillonne les sous-sols pour s'attaquer aux royaumes voisins. Il a même conduit ses armées dans d'autres royaumes, ses skulkmobs menées par de nombreuses meutes de Sneaky Snufflers; après avoir 'réussi' à provoquer la Grand'Moiteur sur son propre domaine, les ambitions d'Ogwotz visent désormais des terres plus radieuses.

Le bonnets-de-louf est broyé et mélangé à du sang de squig et du bonnet-bilieux pour réaliser le breuvage des fanatiques.

La Gueule d'Mork

Sur les terres d'Yskia au sein du Royaume de la Vie, les habitants vivent dans la crainte d'un grondement sinistre. Les plus sages sont toujours à l'affût des moindres vibrations dans le sol quand ils traversent le Veld d'Yskian. Des animaux et des oiseaux en fuite, un glissement de terrain, un ciel qui s'assombrit; tels sont les signes de l'arrivée imminente de La Gueule d'Mork, et quand ils se produisent, seules la rapidité et la ruse vous éviteront d'être dévoré.

La Gueule d'Mork constitue une Squigalanche particulièrement vaste et dévastatrice, dirigée par le tristement célèbre Empiéteur. Ce Loonboss masqué, qui chevauche deux Mangler Squigs particulièrement féroces dénommés Gobard et Mâcheur, a forgé sa réputation en ne révélant jamais sa véritable identité. Il dissimule son visage dès le clair de lune, persuadé qu'en demeurant `un kogni tô', il lui sera plus facile d'échapper à la surveillance de la Mauvaise Lune et de lui bondir dessus.

Cette déclaration pompeuse a suffi à convaincre de nombreux Loufs de la ruse de l'Empiéteur. Son talent pour frapper tel le gourdin de Mork incarné et pour semer la dévastation n'y est pas étranger non plus. Mais le véritable secret derrière la réussite de l'Empiéteur se cache dans le sol utra-fertile d'Yskia. Partout où sévit la Gueule d'Mork, des cadavres de squigs sèment les germes de nouveaux champignons et de squigs aussi rapides que voraces. Des meutes de squigs rallient alors l'immense Squigalanche de l'Empiéteur jusqu'à ce qu'elle enfle en une nuée large de plusieurs kilomètres, composée de boules rebondissantes et hérissées de crocs.

La Gueule d'Mork ne fait pas dans la subtilité: ses adversaires sont terrassés par sa supériorité numérique. Par centaines, squigs et grots écrasent les armées ennemies tel un rouleau compresseur et entraînent les monstres les plus énormes dans les profondeurs pour les dévorer. Leur tactique de prédilection consiste à percer une brèche dans les défenses ennemies — qu'il s'agisse de l'entrée d'un Dreadhold, d'un point faible dans une ligne de bataille ou d'une entaille dans l'armure d'un monstre — d'où se répandent des myriades de squigs prêts à se repaître de nouvelles victimes.

À maintes reprises, l'Empiéteur a failli rattraper la Mauvaise Lune. Plus déterminé que jamais à l'agripper, il fait peser une lourde menace sur tout ce qui croise sa course imprévisible.

Tout comme les grots Moonclans prolifèrent dans les labyrinthes souterrains des royaumes, les grots Spiderfangs nichent dans les recoins sombres. L'environnement dans lequel ils construisent leurs nids a un énorme impact non seulement sur eux, mais sur les arachnides qu'ils élèvent. Il affecte leur couleur, leurs coutumes tribales ainsi que les armes avec lesquelles leurs traqueuz' combattent et les tactiques qu'ils utilisent pour vaincre leurs ennemis.

Le champigork bleu et le champimork vert sont en compétition constante dans les plus profondes cavernes. Mélangés, ils forment une pâte qui induit des visions prophétiques.

Chass'Lumière

Les traqueuz' Chass'lumièr' de Revelatia, à Hysh, illustrent à merveille ces particularités régionales. Elles tissent leurs nids dans le Gouffre de la Gueule Fendue, qui serpente à travers les sables étincelants du Désert de la Révélation sur plus d'un millier de kilomètres. Entrecoupé de méandres assez étroits pour qu'un humain puisse les franchir d'un bond, cet abîme s'étire sur plusieurs kilomètres de large et plonge à des profondeurs insondables. Des dizaines de nids Chass'lumièr' parsèment les recoins sombres du canyon, étirant leurs toiles frémissantes d'une paroi à l'autre, tandis que des myriades de créatures grouillent parmi l'ombre fraîche et les forêts de champignons blafards, sans jamais lever les yeux vers le rai de lumière du jour à moins que leurs chefs les y contraignent.

Les tribus Chass'lumièr' sont gouvernées par un conseil de huit webspinner shamans appelé les Yeux de l'Araignée. Voués à chasser à jamais la lumière d'Hysh, ils ont conclu un pacte avec les grots Moonclans des Surineurs de l'Ombre. Ces derniers résident à Ulgu et leurs antres sont accessibles via la Porte de Royaume de la Fosse Noire, dans les profondeurs du gouffre. Les Chass'lumièr' fournissent à leurs alliés du venin d'arachnide et des troupes de choc montées sur araignées, qu'ils troquent contre des dépôts de pierres de royaume d'Ulgu pillées. Cette substance éphémère se présente sous la forme de brins d'ombre mouvante. À force d'expériences, les Chass'lumièr' ont appris à la préparer pour la donner à manger aux Arachnarok Spiders. Les toiles qui en résultent sont empreintes de la matière même de l'ombre et de l'obscurité. Huileuses et inconstantes, elles répandent l'ombre en une voile qui absorbe toute lumière alentour.

Les grots Chass'lumièr' se servent de cette arme pour tisser les manteaux de leurs champions et des toiles de confusion poisseuse destinées à piéger leurs ennemis. Mais c'est lorsqu'ils attaquent en masse que la soie d'ombre prend toute sa valeur. Lorsque la Gloomspite s'abat sur elles, les tribus Chass'lumièr' chargent leurs catatoiles de masses de toile d'ombre et tirent en direction des cieux d'Hysh. Quand elles atteignent leur apogée, ces charges explosent, créant des nuages d'ombre qui assombrissent le ciel. Parmi cette nuit artificielle, les arachnides et les grots blafards Chass'lumièr' se répandent de leur gouffre en une marée grouillante et submergent leurs victimes tant que dure la brume de soie.

Seul un idiot effleure la rue grisonnante, car ce champignon explose au moindre contact, répandant des spores qui rendent fou.

Krokibrill'

Les traqueuz' Krokibrill' de Charron utilisent les toiles de leurs araignées d'une manière bien différente. Lorsque ces peaux-vertes sont sous l'influence de la Gloomspite, ils volent toutes les babioles et tous les fragments de métal précieux qu'ils peuvent trouver. Une partie leur sert de piercings et d'ornements tribaux destinés à renforcer leur aspect féroce: anneaux de nez, serres, et même faux crocs en argent sont courants parmi ces grots avares. La grande majorité de leurs trésors sont cependant offerts en pâture aux araignées, afin de transformer leur soie en une matière aussi solide que des câbles métalliques.

La soie d'acier qui en résulte s'avère d'une redoutable efficacité en tant qu'arme, mais elle permet également aux grots Krokibrill' de tisser des parachutes capables de planer sur les courants alchimiques de Chamon. À l'aide de ces canopées de soie, les traqueuz' suivent la Mauvaise Lune sur des centaines de kilomètres avant de fondre sur leurs ennemis depuis les cieux assombris.

La spore fulminante et le stalasquig ne sont que deux des créatures parmi celles qui rampent, sautillent et rôdent dans les Dankholds.

Les Masses Grouillantes

Une kyrielle d'autres traqueuz' parsème les royaumes, leur apparence et leur façon de combattre foncièrement variées. La tribu Bruine eud'la Mort des jungles Humidianes, par exemple, élève des arachnides extrêmement venimeux à la chitine brillante et multicolore. Barbouillés de peinture de guerre tout aussi criarde, ces grots se camouflent parmi la flore éclatante d'Humidia afin, disent-ils, de se rapprocher du Dieu Araignée.

Dans le Domaine de la Mort, le royaume de Nulahmia est sporadiquement envahi de hordes Gloomspite menées par des tribus de Grouilleuz' Sombres. Ces `Grotz eud'la Mort' adorent le Dieu Araignée avec plus d'ardeur que les autres, et chaque tribu vénère un Skitterstrand Arachnarok différent en tant que saint patron. Affublées de sceaux en forme de huit, les Grouilleuz' Sombres posent des pièges primitifs, qui consistent en des trous hérissés d'éclats d'os empoisonnés ou des réseaux de toiles enchevêtrées, et brandissent des fémurs de gargants pour faucher des rangs ennemis entiers. Il est d'ailleurs rare de rencontrer une traqueuz' Grouilleuz' Sombre sans la présence d'au moins un Skitterstrand Arachnarok, car la vénération fanatique de ces grots semble plaire à ces créatures bouffies.

Les schlinguilles émettent une telle puanteur que même les squigs les évitent. Ils sont récoltés par des 'volontaires' et utilisés dans de nombreux poisons.

Troggpeaux

Les Fellwater et les Rockgut Troggoths vivent habituellement en petits groupes, et il est très rare de les voir rassemblés en troupeaux plus nombreux. Toujours affamés, dotés d'une conception de la territorialité plutôt rudimentaire, ces troggoths cherchent des étendues isolées où ils pourront dévorer tout ce qui s'aventure à portée en évitant d'entrer en conflit avec les autres membres de leur espèce.

Cependant, sous l'influence d'un Dankhold Troggoth particulièrement vieux et puissant, il peut arriver que de multiples meutes de troggoths fusionnent en un semblant d'armée. En général, ces rassemblements sont appelés Troggpeaux, même si la plupart des gens sont trop occupés à fuir en hurlant pour se soucier de leur donner un nom.

Personne ne sait si c'est l'instinct, la Gloomspite ou une autre force qui pousse les troggoths à suivre un Dankhold Troggboss. En tout cas, ils communiquent peu à l'exception de quelques grognements, de jets — parfois involontaires — de fluides corporels et d'une bonne dose de baston. Néanmoins, les meutes de troggoths parcourent des centaines de kilomètres pour rejoindre ces migrations. Les troggoths semblent simplement savoir où aller et, une fois regroupés, ils agissent avec une harmonie qui serait impressionnante si elle ne s'avérait pas aussi bêtement dévastatrice.

Le Dankhold Troggboss donne la direction d'un Troggpeau. Une fois les troggoths en mouvement, ils sillonnent les terres telle une avalanche au ralenti et dévastent tout sur leur passage. Tout ce qui n'est pas ramassé et dévoré par ces troggoths voraces est généralement dissous dans des gerbes de vomi corrosif, broyé à grands coups de poing et de gourdins, recouvert de bouse, détruit ou simplement piétiné dans la poussière. Les Troggpeaux marchent en ligne droite en écrasant tout ce qui se trouve sur leur chemin, et sont connus pour leur tendance à fracasser les murailles des forteresse ou des bastions pour ressortir de l'autre côté, laissant des défenseurs éberlués dans leur sillage.

Des érudits ont émis l'hypothèse que les Troggpeaux suivent instinctivement des voies que la Mauvaise Lune a déjà parcourues ou qu'elle ne tardera pas à traverser. Certains d'entre eux sont clairement possédés par la Gloomspite, et forment le cœur involontaire de hordes Gloomspite lorsque la Mauvaise Lune enfle dans les cieux.

D'autres Troggpeaux déboulent de l'arrière-pays sans motif apparent et foncent à travers tout ce qui se trouve sur leur chemin. Ils sont connus pour avoir fait avorter de batailles déjà engagées, pillé des sites sacrés demeurés intacts depuis d'innombrables siècles, et dans quelques cas, s'être autodétruits en se jetant de manière inexplicable par-dessus le rebord d'une falaise ou dans un océan. Cependant, ce n'est qu'un maigre réconfort pour ceux dont les foyers ou les domaines se trouvent sur le chemin d'un Troggpeau, car lits n'ont d'autre choix que d'abandonner tout ce qui leur est cher sous peine de devoir affronter une bande de monstres gigantesques, voraces et incroyablement résistants.


La Mauvaise Lune plane dans les cieux empoisonnés au-dessus d'une vallée tapissée de toiles où des mines duardin s'étiraient jadis dans le soubassement du royaume. Seuls restent leurs os et leurs armures rouillées, enfouies sous les sacs d’œufs et des fils de soie.

Source

  • Destruction Battletome : Gloomspite Gitz

Sous-catégories

Cette catégorie comprend seulement la sous-catégorie ci-dessous.