Ayadah : Différence entre versions

De La Bibliothèque Impériale
(Page créée avec « Chamon est le Royaume du Métal, riche en minéraux et en minerais, mais aussi en changements cycliques et en réactions alchimiques. Bien que l’énergie du Chaos ait so... »)
 
(Aucune différence)

Version actuelle datée du 27 mars 2020 à 03:27

Chamon est le Royaume du Métal, riche en minéraux et en minerais, mais aussi en changements cycliques et en réactions alchimiques. Bien que l’énergie du Chaos ait soufflé maintes merveilles de Chamon, il est si étendu qu'on y trouve encore de nombreuses terres assez pures et attrayantes pour susciter la convoitise des conquérants.

Ayadah était autrefois une région verdoyante, âprement disputée par les races les plus aptes à exploiter sa fécondité cyclique. Plongée dans les ténèbres sous le règne de Skragrott, elle s'est transformée en une région cauchemardesque tapissée de champignons.

Régir Ayadah[modifier]

Les Royaumes Mortels sont incommensurablement vastes, et se composent de myriades de terroirs. On pourrait croire d’après son nom que le Royaume du Feu n'est que brasiers et déserts volcaniques, ou que le Royaume de la Vie n'est que nature luxuriante, mais la réalité n'est que rarement aussi simple. En fait, dans les Royaumes, les plus stériles des régions ont le potentiel magique de faire prospérer la vie, tout comme le danger, la désolation et la mort peuvent se tapir derrière les paysages les plus paradisiaques.

La région d'Ayadah, en Chamon, en est un exemple. Située au sud des Nuages aux Harkrakens et baignée par les rivages de l’Océan d'Amethystine et de la Mer Interrompue, Ayadah est a priori arriérée et défavorisée.

Jadis, Ayadah était un terroir rude mais fertile, grâce à l'apport d’étranges puits alchimiques qui bouillonnaient loin sous la surface. De hautes montagnes dominaient des prairies et des garrigues qui s’étendaient sur des centaines de lieues, et les vallons humides abritaient des forets périlleuses et chargées de secrets. L'unique constante de Chamon est le changement, et Ayadah a connu en alternance pluies tièdes, brouillard dense et soleil accablant d'une façon qui évoquait le cycle de la convection dans un alambic d'alchimiste.

Ayadah connut la guerre à l'Age du Chaos, et elle en a payé le prix tout en demeurant une terre digne qu'on se la dispute. Malgré les destructions, elle demeurait une région propice aux colonies agricoles.

On pouvait même la considérer comme précieuse, car défendue de deux côtés par des océans déchaînes et au nord par les imposantes Montagnes Yhorn. Les Fyreslayers de la loge Greyfyrd revendiquaient Ayadah depuis leur magmafort du Tertre-aux-Portes, a l'ouest, tandis que les humains des Guildes Franches poussaient depuis le nord, et que les tribus orruks implantaient des villages-taudis et des fortins grossiers partout où elles pouvaient.

Puis vinrent Skragrott et ses Gloomspite Gitz. Le lever de la Mauvaise Lune permit aux hordes grots d'emporter plusieurs armées ennemies coup sur coup. Puis dans l'élan de leur férocité aveugle et de leur nombre, ils renvoyèrent les Duardins dans leurs retranchements, anéantirent les armées humaines et soumirent les Orruks trop bêtes pour les rallier. La Mauvaise Lune fut si impressionnée par la conquête grot qu'elle vomit une masse d’astéroïdes en pierre de louf qui domine encore à ce jour le ciel d'Ayadah et occulte en partie la lumière de Hysh.

C'est depuis lors que cette terre est plongée dans une pénombre sans fin, manifestation de la Grand' Moiteur — du moins à en croire Skragrott. Ce fut suffisant pour asseoir son emprise sur la région, qu'il régit depuis sa place forte de la Débâcle de Skrappa.

La Débakle de Skrappa
Le plus vaste royaume Gloomspite et siège du pouvoir de Skragrott le Loonking

Des yeux cachés[modifier]

Texte 1 Ayadrah.jpg

Les Sylvaneths observèrent tout cela sous le couvert de charmes protecteurs. A l'ouest d'Ayadah, une enclave d'Oakenbrow occupait une étendue sylvestre très ancienne, la Fôret Alembine, nichée entre les Montagnes du Givre d'Argent et les Landes de Sulphos. Leur enclave avait pour nom Neith'y'Ghallich, ce qui se traduirait dans la langue des hommes par le Miroir de l'Illumination.

L'enclave était dissimulée au plus profond de la fôret, parmi des torrents qui creusaient un sous-bois dense à l'humus lourd, tout en bruyère de sang et en véritables tunnels formés par une canopée des pins vénéneux. Tout en entretenant des postes de guet et leurs clairières sacrées, les Sylvaneths passaient le plus clair de leur temps dans un vaste réseau de grottes autour des racines des plus grands arbres du Wyldwood.

Les esprits forestiers s’étaient aménagé un cadre souterrain stupéfiant de beauté, éclairé par des puits de lumière bordés de cristal qui diffusaient dans les cavernes des rais porteurs de vie. L'eau vive des torrents et cascades y étincelait parmi les clairières entre les fougères, buissons et lichens qui remplissaient Neith'y'Ghallich de vie et de verdeur luxuriante.

Les Dryads du clan Thyrynghall soignaient ces bois souterrains pendant que leurs Branchwychs s'occupaient des futaies à graines-âmes des cavernes les plus grandes et florissantes. Les Tree-Revenants des maisonnées claniques parcouraient avec vigilance les tunnels et les accès cachés de l'enclave, et les malheurs du monde échappaient aux Sylvaneths d'Oakenbrow, heureux de pouvoir se consacrer sans encombre a leur coin de royaume prospère.

Leur principal atout, garant de cette tranquillité, était le carrefour mystique qui donnait son nom à Neith'y'Ghallich. Dans la plus profonde grotte de l'enclave, les Sylvaneths veillaient sur une Porte de Royaume protégée. Il s'agissait du Miroir de l'Illumination. Son apparence était celle d'un lac paisible et chatoyant, tel un miroir sans tain qui répandait jusqu’à Chamon l'illumination en provenance de Hysh, le Royaume de la Lumière. Cette lumière était alors captée, absorbée, filtrée puis réémise par un prisme de cristal habilement façonné qui tenait suspendu en l'air au-dessus du lac. Il ne s'agissait pas là d'une véritable porte entre les mondes, car elle avait été gravement endommagée pendant l'Âge du Chaos. On pouvait plutôt la comparer a un portail entrebâillé, qui laissait filtrer la lumière a défaut d'être franchissable. Reflétée par le Prisme-miroir, l'illumination de Hysh répandait vie et sagesse par le biais de ses rayons.

Les Sylvaneths qui méditaient à la lueur du miroir bénéficiaient d'inspirations subites et avisées, et les Treelords qui supervisaient l'enclave étaient réputés pour leurs conseils exceptionnellement brillants. De plus, là où la lumière de Hysh filtrait dans les racines du Wyldwood, les arbres y croissaient avec vigueur, en créant une canopée enchanteresse au¬dessus de Neith'y'Ghallich.

C'est de la magie de ces arbres-ci que provenaient les sorts défensifs des Sylvaneths, ceux qui camouflaient l'enclave aux yeux des étrangers avec une efficacité telle que les voyageurs pouvaient traverser la forêt sans même imaginer la présence de ce qui nichait sous ses frondaisons.

Las, comme de juste, l'enclave n’était pas totalement sure et exempte de périls, car c'est chose rarissime dans les Royaumes Mortels. Des dankholds, ou antres de patauds Troggoths des cavernes, se trouvaient dans les recoins du réseau troglodyte et étaient synonymes de mort pour tout Sylvaneth assez impétueux pour s'y hasarder. Les guerriers des Maisonnées ont certes déjà entrepris à l'occasion des campagnes d’éradication des Troggoths, ce qui a même été couronné de succès en plus d'une occasion.

Or, cela ne fait que souligner la propension des odieuses bêtes à revenir tôt ou tard. Et il y avait pire, d’énormes vers et des vif-spectres blêmes qui hantaient les tunnels. Ces immondes créatures lançaient des raids sporadiques dans les salles périphériques de l'enclave, et à cela s'ajoutaient de temps à autre une harde de Gors en maraude voire une tribu de peaux-vertes égarée dans le Wyldwood à la surface. Envahisseurs et intrus étaient exécutés sans délai et Neith'y'Ghallich demeurait à l'abri. Par ailleurs, les contrées au-delà de leur domaine se font si dangereuses que les Sylvaneths préfèrent s'isoler du regard hostile de ce qui est étranger, et se contenter de profiter de la lumière du miroir.


Lever de la Mauvaise Lune[modifier]

Peu importe la hauteur des murailles et la solidité des portes, l’habileté avec laquelle on tisse des illusions, la vigilance dont on fait preuve ou la munificence des monuments votifs qu'on érige, les tribus de la Destruction trouvent fatalement le moyen de tout démolir. En Ayadah, Neith'y'Ghallich ne bénéficiait que d'un sursis.

Tout changea pour les Sylvaneths de Neith'y'Ghallich quand s'abattit la malédiction de la Mauvaise Lune. Cela commença par des sinistres pressages et d’étranges divinations. Puis des graines-âmes mûres éclatèrent pour donner non pas des nouveau-nés sylvaneths mais des excroissances fongoïdes monstrueuses et suintantes qu'il fallut détruire sans délai. Le clan Thyrynghall connut une inquiétude croissante à la mesure des champignons qui se répandaient sur les parois de ses tunnels et les troncs de son bien-aimé Wyldwood. Des nuées d'arachnides infestaient les recoins de l'enclave et attaquaient les Dryads isolées. Une lumière blafarde se diffusait dans les souterrains, rendait les pierres poisseuses et faisait se flétrir les plantes, bientôt supplantées par des moisissures multicolores. L’inquiétude fit place à l'horreur quand les cours d'eau de l'enclave se mirent à ralentir puis à stagner, en provoquant inondations et reflux. Bientôt l'eau coula vers le haut, éclaboussant les plafonds rocheux des tunnels. Les bêtes et les oiseaux devinrent fous de terreur ou tombaient raide morts.

Les Sylvaneth identifièrent enfin la source de la corruption. Au lieu que la lumière de Hysh se diffuse via le prisme cristallin du Miroir de 1'Illumination, c’était la lueur nocive de la Mauvaise Lune qui se répandait. Et l’émanation maléfique était si intense près du miroir que nul n'osait s'en approcher. Les dirigeants de l'enclave comprirent que pour lever la malédiction lunaire, une âme vaillante devrait retirer le Prisme-miroir du lac, afin d'interrompre la réfraction de l’éclat de la Mauvaise Lune dans les tunnels de l'enclave. Or, les rares Sylvaneths qui s'y risquèrent furent promptement plongés dans la démence tandis que dans le même temps, leur corps pourrissait et se couvrait de champignons.

Puis vint I'Arch-Revenant Druanti avec sa bande de Kurnoth Hunters. Ces Esprits Libres avaient eu vent du malheur de l'enclave et vinrent l'avertir. Les charmes qui cachaient Neith'y'Ghallich à la vue de ses ennemis défaillaient suite à la corruption par la lueur de la Mauvaise Lune. Par ailleurs, Skragrott, le Loonking des Grots Moonclan, avait appris l'existence de l'enclave et de son miroir, et il voulait s'en emparer. Il avait dépêché ses laquais les plus véloces par des itinéraires souterrains afin d'attaquer l'enclave par-dessous et par surprise. Ils étaient déjà en chemin, et le temps pressait, expliqua Druanti, avant de rassembler tous les Sylvaneths volontaires pour défendre leur foyer, et de les conduire dans les profondeurs maudites.

Chronologie d'une terre déchirée[modifier]

L'histoire d'Ayadah et de ses tribus regorge d'exemples d’héroïsme exacerbé aussi bien que d'ignominie infâme. C'est une terre en proie depuis toujours aux troubles et aux convoitises, victime de sa propre richesse et de son relatif isolement, qui en ont fait le théâtre de mille luttes intestines. Et la guerre la menace plus que jamais.


Chronologie de la contrée d'Ayadah
Âge des Mythes


  • Les enfants d'Alarielle

C'est a l'Age des Mythes qu'Alarielle, déesse de la vie, sème les premières graines de Sylvaneths. Elle avait déjà pris ses distances avec le panthéon réuni par Sigmar; pour elle qui n'est que cycles naturels et harmonie, les querelles des dieux sont des plus déplaisantes. Pour avoir longuement parcouru les terres riantes du Royaume de la Vie, Alarielle sait combien elle est seule et distante. Par désir de compagnie et d’êtres à élever et éduquer, elle plante des semences qu'elle avait préservées depuis la chute du monde-qui-fut.

C'est ainsi qu'Alarielle introduit une nouvelle lignée consciente dans son royaume d'adoption, avec la genèse des premiers Sylvaneths. Pleins de vie et d'allant, ces êtres magnifiques apprennent très vite au contact de leur déesse mère, et se multiplient à travers Ghyran et jusque dans les contrées sauvages les plus reculées des Royaumes Mortels. Ils recherchent avant tout les sites où la magie naturelle prédomine; là où les racines des Royaumes sont les plus promptes à se développer, les clairières à graines¬âmes prospèrent, et il est d'autant plus aisé d’ériger de splendides cités vivantes pour y demeurer. Alarielle regarde avec fierté ses enfants qui créent merveille sur merveille et font spontanément cause commune avec les autres habitants de bonne volonté des Royaumes.


  • Tribus belliqueuses

Alors que les adorateurs d'Alarielle répandaient la vie et l'harmonie dans les Royaumes, la myriade de tribus de la Destruction inféodées à Gorkamorka — le Grand Dieu Vert — font le contraire. Ce n'est qu’après avoir battu cette divinité bicéphale au cours de plusieurs épreuves de force physique que Sigmar met fin a la Grande Waaagh! de Gorkamorka, qui mobilisa des millions d'Orruks, d'Ogors, de Troggoths et de Grots au cours d'une invraisemblable orgie de dévastation gratuite d'un bout des Royaumes à l'autre, aller et retour. A la place, Gorkamorka devient l’exécuteur de Sigmar. Ses rejetons se font gardes-frontières et chasseurs de bêtes. Ils ont pour tâche d’empêcher que les Royaumes Mortels soient gênés par quelque menace sauvage contre les civilisations de Sigmar, Nagash, Teclis et Tyrion, Grungni et autres membres du panthéon. Cette responsabilité violente et gratifiante occupe Gorkamorka et les siens quelque temps. Il est dans leur nature de se battre, en accord avec leur devoir, mais les peuplades de la Destruction s'en lassent bientot. Leur desir de detruire est fondamentalement nocif a l'oeuvre civilisatrice dans les Royaumes Mortels, car il revient à vouloir tout ramener a l’état primitif ; en un sens, c'est une pulsion qui rejoint la démarche sylvaneth, bien que là où les enfants d'Alarielle créent, ceux de Gorkamorka détruisent. Il ne s’écoule guère de temps avant que les Grots fourbes et les Orruks bagarreurs se mettent à piller les marges des civilisations qu'ils étaient censés protéger, et les troubles se font plus graves de jour en jour.


  • Une terre riche

Dans le pays d'Ayadah, au Royaume du Métal, les conflits émergents entre les forces du panthéon de Sigmar s'expriment précocement. Ayadah est une belle région, débordante de vie et nantie de terroirs varies, des vastes plaines aux monts majestueux en passant par les forets profondes. Comme partout en Chamon, Ayadah regorge de métaux et alliages précieux aux yeux de tous. Et la contrée est suffisamment éloignée des grands centres de civilisation pour ne pas être exempte d'accrochages frontaliers et de raids bien qu’étant a l’essart des conflits majeurs.

Des flibustiers s'en prennent aux villages côtiers, pillant tout ce qu'ils peuvent avant de regagner leur repaire insulaire. Les mineurs duardins creusent loin dans la roche-mère d'Ayadah, et se heurtent aux Troggoths dont ils envahissent les dankholds et les antres. En même temps, les tribus de peaux-vertes locales, frustrées de proies dignes de ce nom par leur propre efficacité destructrice, s'en prennent aux colonies humaines et duardines des qu'elles ont la conviction de ne pas risquer l'intervention d'un adversaire notable. C'est une époque où la discorde sape le panthéon de Sigmar, alors même que se multiplient les rumeurs selon lesquelles les forces du Chaos s'insinuent dans les Royaumes par de fines failles dans la réalité. Avec de telles préoccupations, les dieux ne se soucient pas d'une contrée perdue comme Ayadah, et le conflit y connait une escalade sans entrave.


  • L'ensemencement

Quand la guerre éclate pour de bon en Ayadah, ses ressources sont pillées par les ingénieurs, alchimistes et autres seigneurs soucieux de s'armer au mieux. C'est Alarielle qui, seule parmi les dieux, envoie du secours. Partie des Grands-bois Radieux a Hysh, une puissante sylve de guerre de la Clairière Oakenbrow arrive par la Porte de la Foret Alembine au pied des Montagnes du Givre d'Argent. Elle est accompagnée des clans Thyrynghall, Challeich, Reith'ghaln et Achemblyn. Les Dryads et Branchwraiths établissent au plus vite une enclave sur des lieues sous terre comme en surface, acte fondateur de Neith'y'Ghallich. Entre-temps, les Treelord Ancients et les Branchwychs a la tête de la sylve Oakenbrow mettent en application la sagesse glanée depuis des siècles a Hysh pour résoudre les problèmes d'Ayadah. Certaines des factions belligérantes finissent par s'entendre grâce a des traités négociés sous l’égide de la sylve. D'autres sont écrasées sans pitié. Il semble pour un temps que l'intervention sylvaneth ramène la paix et la civilisation en Ayadah dans un climat de prudence.


  • Fuite face à la fureur

Les dieux du Chaos lâchent leurs myriades de hordes sur les Royaumes Mortels. Le panthéon de Sigmar riposte certes par tous les moyens dont il dispose, mais les fractures de l'alliance s’élargissent. La forfaiture entraîne la défaite, puis le désastre. Les victoires initiales tournent à la catastrophe sur d'innombrables fronts, et le désespoir enfle à mesure que les forces du Chaos volent de conquête en conquête. En Ayadah, l'enclave de Neith'y'Ghallich se retrouve bientôt défendue par l’équivalent d'une poignée de Maisonnées. Ses autres combattants sont en effet rappelés en Ghyran, où Alarielle affronte âprement les hordes de Nurgle. Et au moment où les factions rivales d'Ayadah menacent de reprendre les hostilités, des hordes d'adorateurs du Chaos déferlent sur elles et commettent un terrible massacre.

Âge du Chaos


  • Un lent déclin

Des siècles s’écoulent, au cours desquels l'enclave de Neith'y'Ghallich parvient à perdurer en exerçant une extrême prudence. Cela, en se dissimulant derrière des charmes et des illusions en ignorant ce qui arrive aux tribus d'Ayadah, ce qui va a l'encontre de la noble nature des Sylvaneths d'Oakenbrow. Ils sont nombreux à souffrir de ne pouvoir aider ces peuples qu'ils tentèrent de faire vivre en paix, et qui à pressent sont éparpillés et martyrisés par les envahisseurs du Chaos.

Cependant, coupés du reste des leurs à Hysh, et ne percevant que les plus lointains échos du chant spirituel grâce aux racines des royaumes soigneusement entretenues, les ainés de l'enclave se savent impuissants. Leurs bosquets à graines-âmes, leurs lamentiri, voila ce qu'ils se doivent de préserver a tout prix. C'est leur devoir élémentaire envers leur déesse, et les obligations envers Alarielle sont primordiales aux yeux de tous les Sylvaneths.

Ainsi, les siècles passent et les Sylvaneths défendent leurs frontières en subissant une lente usure de leurs forces, jusqu’à ce que seuls le clan Thyrynghall et le clan Achemblyn occupent encore Neith'y'Ghallich et gardent le Miroir de l'Illumination.


  • Les bêtes de fer

C'est à travers les Montagnes Yhorn que migrent un jour des bêtes de fer et d'airain, aux veines d'acier dans lesquelles coule du métal en fusion. Un brasier infernal couve dans leur poitrail et irradie son ardeur par leurs yeux et leur gueule. Les âmes de ceux qu'elles dévorent partent droit vers les autels des dieux sombres. Cette invasion de machines de guerre dévaste Ayadah, défonce les remparts et abat les portes de Dreadhold, en massacrant tout sur sa route. Quand leurs tunnels périphériques sont débordés, les Fyreslayers du Tertre-aux-portes effectuent une sortie pour abattre les bêtes. Pour leur part, plusieurs chefs de guerre orruks et grots proclament qu'ils tueront les bêtes au nom de Gorkamorka. Ainsi commence la Guerre de la Chasse qui embrase Ayadah pendant des décennies, jusqu’à ce que l'ultime monstre mécanique soit précipité vers sa perte par des Grots Moonclan surgissant du dessous. Toutefois, le mal est fait: les vestiges de civilisation qui avait réchappé au début de 1'Age du Chaos n’étaient plus, et Ayadah se retrouvait réduite à l'état de désolation sauvage et dangereuse.


  • La souillure insidieuse

Licentor Absolutis, un puissant champion de Slaanesh, envahit Ayadah depuis l’Océan d'Amethystine. Ses magnifiques navires dorés accostent sur la Péninsule Striée. Après avoir asservi les tribus locales en faisant des milliers de captifs, Absolutis leur fait ériger un grand palais au sommet du Cap du Changement. D'abord, les Sylvaneths préfèrent ne pas s'en mêler, car le palais de Slaanesh est loin au sud de leur enclave cachée. Or, la corruption d'Absolutis est si insidieuse que des bancs de brouillard mutagène progressent à l’intérieur des terres, illuminés par des feux follets maléfiques et pervertissant tout ce qu'ils couvrent.

Les Sylvaneths comprennent qu'il n'est pas question de laisser ces vapeurs souillées s'infiltrer dans leur enclave sous peine de folie, de mutation et de mort. Aussi, non sans dilemmes et tiraillements, ils mobilisent leurs forces avec prudence pour donner l'assaut. Ils espèrent remporter une victoire décisive sans délai, mais Absolutis est un commandant habile qui ne se laisse pas démonter par l'attaque surprise sylvaneth, et riposte avec joie. Ainsi commence une guerre âpre qui dure plusieurs années.

Les Sylvaneths finissent par l'emporter, en piégeant Absolutis et ses derniers fidèles dans une cage de ronces qui se contracte inexorablement dans les ruines du grand palais. Hélas, la guerre est fatale au clan Achemblyn, qui s’éteint lors de l'ultime bataille.


  • Guerre souterraine

Les Skavens du clan Skurritus creusent l'assise rocheuse d'Ayadah et établissent un bastion. Les hommes-rats mégalomanes entrent vite en conflit avec les Grots Moonclan quand ils font intrusion dans leurs dankholds et s'emparent du Trou du Lech'bottes. Outrés et paniqués, les peaux-vertes contre-attaquent et la guerre souterraine s'intensifie jusqu’à impliquer les Fyreslayers du Tertre-aux-portes.

Une décennie de conflit incessant fait rage sous terre, et semble promettre de s’éterniser. Puis vient l’épisode que les récits Fyreslayers qualifient simplement de "moment de la lune haineuse" sans qu'on en sache plus sur cette période d'horreur. Les Grots Moonclan assaillent les tunnels telle une marée rageuse, anéantissant les Skavens et obligeant les Fyreslayers à se replier en catastrophe, en faisant s’écrouler un certain nombre de tunnels derrière eux, avant de graver des runes d'avertissement aux générations futures. Ce n'est qu'ainsi qu'ils échappent a l'annihilation.


Âge de Sigmar


  • L'orage se déclare

Après des siècles de préparatifs, le Dieu-Roi Sigmar envoie ses premiers Stormcast Eternals à l'assaut. Ils apparaissent dans le fracas de la foudre pour frapper les points clefs des Royaumes Mortels, déverrouiller des Portes de Royaumes scellées et briser le joug du Chaos. C'est le tout début de la plus vaste entreprise que les Royaumes Mortels aient jamais connue, et les forces de l'Ordre sont loin de remporter uniquement des succès sur tous les fronts. Cela demeure néanmoins suffisant pour attiser les braises de l'espoir.

En Ayadah, un assaut mené par une Chambre des Guerriers des Celestial Vindicators met fin a une tribu de charognards adorateurs du Chaos au tours de la Bataille au Pied de la Montagne. Les forces de Sigmar poursuivent au nord afin de prendre une Porte de Royaume perchée dans la chaîne Yhorn. Les peuplades peaux-vertes s'empressent de venir occuper le territoire des défunts et établissent des chefferies rivales. En passant par des souterrains, les Grots Moonclan des planks du Trou des Krevards et de la Fosse à Fange s'emparent tranquillement des ruines abandonnées de plusieurs Dreadholds, pour en faire des postes de guet et des tours de garde couvrant en surface les abords de leurs colonies troglodytes.


  • Guerre dans le noir

Enhardis par l’avènement de ce nouvel age, les Fyreslayers de la loge Greyfyrd reverrouillent les runes sur une partie des tunnels scellés à l'Âge du Chaos. Les robustes fils de Grimnir s'engagent torche au poing dans le noir oppressant et, malgré la farouche résistance des peaux¬vertes omniprésents, parviennent reprendre et à fortifier bon nombre de galeries jadis perdues.


  • Nouvelles éclosions

Au Royaume de la Vie, au plus fort des Guerres des Portes, Alarielle renaît sous son aspect guerrier. Quand elle prend la tête de la contre-offensive pour bouter les viles armées de Nurgle hors de Ghyran, les Sylvaneths d'Ayadah perçoivent l'ire et la vitalité de leur déesse-mère via les racines des royaumes. Leur enclave endeuillée et déclinante connait un regain de fertilité, et de nouveaux Tree-Revenants éclosent des futaies à graines-âmes pour veiller sur Neith'y'Ghallich.

  • Du haut des pics

Après la conclusion des Guerres des Portes vient une période de reconstruction pour les forces de l'Ordre. En de nombreux sites des Royaumes Mortels, elles ont repoussé les guerriers du Chaos et consolidé des têtes de pont, pour y bâtir des bastions et stimuler la croissance de civilisations. Des armées longuement entraînées au Royaume des Cieux se joignent elles aussi à la guerre de vengeance.

C'est lors de cette période qu'avec force roulements de tambours et déploiement d’étendards, plusieurs régiments de guilde franche sous les ordres du général Ortmund Cleng descendent de la Porte de Yhorn pour établir des fortifications au pied de la chaîne. Avec l'appui du mecafort Brandon et d'une flottille d'aéronavires duardins venus de Barak-Urbaz, les soldats humains entreprennent de purger la région de ses peaux-vertes. A leur insu, ils sont aidés en cela par les discrets guerriers de Neith'y'Ghallich.


  • L'ascension de Bogg

Aiguillonnées par les armées duardines et humaines, les forces de la Destruction en Ayadah défendent leur territoire de plus en plus méchamment. Les Orruks se repaissent de violence, et des bandes d'Ironjawz itinérantes venues de loin accentuent la menace peau-verte, de même que des Webspinner Shamans qui poussent à la frénésie leurs partis de combattants Spiderfang. Plusieurs chefs de guerre orruks et grots éminents acquièrent bientôt une position dominante et rassemblent des hordes concurrentes tout aussi ravies d'affronter les forces de l'Ordre que leurs propres congénères.

Si le Scuttleboss Wazzuk et le Loonboss Zotblatt sont deux de ces redoutables belligérants, c'est l'effroyable Megaboss Bogg, chevauchant son Maw-krusha baptisé Skurj, qui se taille le plus grand territoire. Les sbires de Bogg ramassent les armes et armures des défunts après chaque bataille et en font des monceaux de trophées, qui atteignent une telle ampleur qu'on peut y creuser des tunnels et les habiter comme des forteresses. Les forces du général Cleng sont repoussées dans la montagne par la marée verte, ce dont les Sylvaneths de Neith'y'Ghallich sont témoins avec une inquiétude croissante.


  • La raison éclipsée

Le premier avertissement est l'assombrissement du ciel sous l'effet d'une rude tempête venue de nulle part. Cauchemars et visions d'horreur affligent aussi bien les peaux-vertes que les Sylvaneths, les Duardins et les humains. On voit des oiseaux voler à reculons, et des insectes apparaître pour dévorer les vivres ou tourmenter les malades et les faibles. L'eau dégoutte vers le haut depuis des bassins limpides tout à coup infestes d'algues. Un crépuscule poisseux s’étire sur Ayadah et, du Golfe Mordu aux Montagnes Alkaliennes, des grappes de champignons grotesques poussent sur le métal, la pierre, la chair et l'os.

Interrompant leurs violentes batailles pour lever la tête, les peaux¬vertes voient les nuages s’écarter pour révéler une terrible apparition céleste. La Mauvaise Lune bouffie s'est levée, et elle annonce la mort d'un air narquois. Surgissant du sol, les hordes Gloomspite de Skragrott se lancent frénétiquement a l'assaut sur douze fronts à la fois.

Sous terre, les Fyreslayers de la loge Greyfyrd sont chassés du terrain reconquis par des vagues de Grots détraqués et de Troggoths braillards. Dans les montagnes, le général Cleng et ses soldats sont cernés par des milliers de Grots Spiderfang a dos d'arachnides rallies à l’étendard de Skragrott. Mais la pire tuerie a lieu dans les plaines d'Ayadah quand, par ruse et sorcellerie, Skragrott trouve à faire basculer les montagnes de trophées sur les armées adverses telles des avalanches de lames.

Personne ne sait d'ou vient ce seigneur de guerre Moonclan à la puissance démesurée, ni par quels artifices il a pu acquérir un tel pouvoir. Mais en la circonstance ces questions sont bien les dernières qui viennent à l'esprit des chefs peaux-vertes. Une par une, leurs armées sont balayées jusqu’à ce que le Megaboss Bogg lui-même soit désarçonné après que Skragrott ait transformé Skurj en une masse fongoïde tremblotante. Étouffé par les spores, à moitié aveugle et fou de rage, Bogg ordonna a Skragrott de l'affronter à la loyale. A la place, il distingue l’éclat de mille poignards sous la lumière lunaire, ceux des Grots agglutinés qui convergent pour mettre un terme a son règne.


  • Un âge de gène

Suite à la victoire de Skragrott, Ayadah se retrouve affligée par une pénombre surnaturelle, et partout, les forces autres que Gloomspite ont été anéanties, asservies, ou repoussées dans leurs ultimes retranchements. Comparés à la plupart, les Sylvaneths de Neith'y'Ghallich s'en sont bien sortis. Ils ont eu la présence d'esprit de ne pas s'impliquer dans les rivalités territoriales d'Ayadah, et ont dans l'ensemble échappé a la détection.

Depuis des décennies, les Treelords et Branchwychs méditent à la lumière du Miroir de l'Illumination, en espérant recevoir un conseil de leur déesse ou quelque autre forme d'inspiration sur ce qu'il convient de faire. Ils font leur possible pour déjouer les incursions peaux-vertes, en concevant des méthodes subtiles pour piéger les intrus grots qui ont le malheur de s’égarer dans leur enclave, sous terre ou en surface. Pour l'heure, il s'agit d'abord de survivre, et il y a toujours l'espoir qu'Alarielle cherche a joindre ses lointains enfants pour les secourir.


  • Réalité ébranlée

Du côté de Shyish, le grand dessein de Nagash arrive a son terme, pour être gâché par l’interférence d'agents skavens. C'est alors que le nécro-séisme de Shyish se déchaîne.

L’énergie débridée de la non-vie court à travers les Royaumes Mortels et une effroyable sorcellerie s'y diffuse. En Ayadah, l'histoire sanglante des guerres locales tourmente par son echo ceux qui y vivent présentement. Des revenants se lèvent des Sables Gémissants pour assiéger la garnison peau-verte du Rocher Flétri. D'antiques fosses communes vomissent des vagues de cadavres titubants, de Galhalla a la Côte des Crétins. D’étranges sorts sauvages et essaims de lueurs sorcières rodent et chassent sans entrave, traquant les imprudents pour aspirer leur essence vitale.

Les Gloomspite Gitz et les Sylvaneths se retrouvent en posture défensive. Des affrontements sporadiques contre les morts-vivants éclatent et prennent fin a travers Ayadah, et alors même qu'il cherche à consolider son emprise sur la région, Skragrott doit lutter plus que jamais pour chasser les morts de son seuil. Mais rusé comme il l'est, Skragrott fait en sorte que les batailles tournent à son avantage, en envoyant à la boucherie les rivaux potentiels et autres boss contestataires tout en préservant et en récompensant ses fidèles.


  • Le Miroir de la folie

Le lever de la Mauvaise Lune sur Hysh fait luire le clair de louf jusque dans Neith'y'Ghallich.

La défaillance des enchantements sylvaneths révélé à Skragrott une arme puissante — et des ennemis dangereux — cachés au seuil même de son empire. Le crâne de sa baguette babillarde lui parle du prisme suspendu et du Miroir de l'Illumination, et les captifs de son asile fongique cauchemardesque radotent sur la capacité du Prisme-miroir à invoquer à volonté le clair de la Mauvaise Lune, pour répandre sa malédiction plus loin que jamais.

Bien décidé à prendre cet artefact, Skragrott dépêche une Squigalanche sous les ordres du fameux Loonboss Zaggit. Alors qu'elle quitte les tunnels creuses sous la surface d'Ayadah, Skragrott s’apprête à balayer ses ennemis et à accroître son pouvoir d'un seul coup audacieux.


Source[modifier]

  • Destruction Battletome : Gloomspite Gitz
  • Supplément Age of Sigmar : Damnalouf pages 4-11