Veneuses de Slaanesh

De La Bibliothèque Impériale
Les Cavalières de Slaanesh, les Disciples de la Décadence, les Sombres Courtisanes, les Chasseresses Sauvages
Ma première rencontre avec les chasseresses sauvages fut surtout marqué par l’horreur de leurs griffes et l’aspect obscène de leurs montures. Par bonheur, je suis à présent incapable de les revoir en mon fort intérieur, mais leur chant surnaturel résonne dans mes rêves. Ce son est à la fois terrifiant et merveilleux, et sa beauté éthérée n’est éclipsée que par sa perversité. Plus je tente de la bannir de mes pensées, plus mon esprit se montre avide d’entendre à nouveau son harmonie blasphématoire.
- Extrait du Liber Malefic


Les Veneuses de Slaanesh sont les éclaireurs du Prince du Chaos, des Démonettes montées sur d’agiles Coursiers Démoniaques. Maléfiques et rapides comme des serpents, les Veneuses écument les éternels champs de bataille des Royaumes du Chaos pour tendre des embuscades aux proies vulnérables.

Ces chasseresses Démoniaques sont incroyablement rapides. La légende veut qu’elles soient capables de charmer le temps même et de voyager entre les secondes. D’autres prétendent que leurs montures sont faites des désirs coupables des créatures vivantes et ne peuvent ainsi être battues en vitesse, car nul n’échappe à ses propres désirs ! Quelle que soit la vérité, devenir la proie des Veneuses de Slaanesh est une condamnation à mort particulièrement affreuse.

Les Montures de Slaanesh peuvent flairer les Vents de Magie et y chercher l’âme des mortels de la même façon qu’une créature ordinaire peut sentir des odeurs dans la brise. Chaque âme a un parfum particulier et il suffit qu’une monture le perçoive pour qu’elle soit par la suite capable de le suivre pour l’éternité. Les Veneuses apprécient cette capacité, car comme toutes les Démonettes, leur cruauté n’a pas de limite. Elles aiment poursuivre un malheureux mortel sur des lieues et des lieues puis, lorsque tout semble perdu pour leur proie, elles abandonnent la chasse, laissant à leur victime le temps de reprendre des forces et de nourrir un nouvel espoir de survie.

Pareilles traques peuvent se poursuivre sur des mois ou même des années, les Veneuses poussant le mortel aux limites de son endurance physique et mentale. Ce n’est que lorsque la victime s’effondre et finit par se rendre à leur étreinte que les Veneuses mettent fin à la poursuite et emportent son âme dans les Royaumes du Chaos. Par sa reddition, le mortel prive les Démonettes de leurs plaisirs, mais se condamne à une éternité de tourments exquis dans les chambres du Palais du Plaisir.

Source

  • Livre d’Armée des Démons du Chaos, V8