Stratège

De La Bibliothèque Impériale
Johann van Hal.jpg Attention, lecteur/lectrice de la Bibliothèque !

Cet article ou cette section contient des informations non officielles.


La guerre est une question d'importance vitale pour l'État : une question de vie ou de mort. La route à la survie ou à la ruine. Il est donc impératif qu'elle soit minutieusement étudiée. Évaluez-là en fonction des cinq facteurs fondamentaux et faites des comparaisons en les prenant en compte dans les calculs afin de déterminer avec exactitude le résultat de la guerre. Le premier de ces facteurs est la politique, le second est le climat, le troisième est la topographie, le quatrième est le commandement, et la cinquième est l’organisation.
- L'Art de la Guerre


Un Stratège observant attentivement le champ de bataille avant le début des combats.
Bien que L'Art de la Guerre de Tzu-Sun ait été écrit il y a plus de 3500 ans, cette œuvre reste indiscutablement la plus importante jamais écrite sur la stratégie militaire par un être civilisé, dépassant même ceux des immortels et très sages Hauts Elfes. Un général Cathayen attentif apprend des principes qui sont intemporels, des notions pragmatiques et universellement applicables à toute situation qui exige une victoire absolue. Tout aussi important, un stratège militaire peut apprendre à éviter les catastrophes. Le Ying et le Yan était maîtrisé par l'esprit vif et profond de Tzu-Sun, l'utilisant pour maîtriser la stratégie. Pour les Cathayens, l'Art de la Guerre est inestimable, plus précieux que le jade vert, un présent digne à l'Empereur.

La tablette de bambou sur laquelle l'œuvre fut peinte était destinée à l'usage personnel de Tzu-Sun, ces écrits expliquant les idées, les concepts et les techniques sur la stratégie qu'il avait testé et trouvé efficace. Il a établi un classement basé sur des critères de performance des Seigneurs de Guerre utilisant ses stratégies. Les pires étaient ceux qui envoyaient leurs armées escalader les murs des villes ennemis. Les meilleurs étaient ceux qui gagnaient des batailles sans même tirer une flèche.

Un proverbe populaire affirme : « Quand le tonnerre éclate, il est trop tard pour se boucher les oreilles. » L'initiative, l'élément de surprise et la rapidité des mouvements des troupes constituent les trois paramètres essentiels dans l'approche stratégique de la guerre. Comprendre les plans ennemis et contrer leurs stratégies est un autre aspect fondamental des opérations militaires. En fait, peu importe la préparation, le général victorieux est toujours celui qui sait profiter de la moindre occasion. La guerre n'est pas une chose prédéterminée ; profiter rapidement de chaque situation qui se présente montre la véritable habileté et le tempérament du commandant général. Ce faisant, il ne met pas le poids de la bataille entièrement sur les épaules de ses subordonnés.

L'initiative reste un élément majeur de toute victoire stratégique. Il est important d'amener l'adversaire sur le terrain que le général a choisi et de l'occuper en premier afin d'y déployer son armée à son avantage à la place de son adversaire. Encore aujourd'hui, les Cathayens s'appuient très fortement sur l'Art de la Guerre qui reste leur principale source de tactique militaire. Certaines personnes ont en fait une profession ; les savants érudits l'étudient attentivement et y ajoutent de nouvelles tactiques chaque année. Ces Stratèges sont souvent embauchés par les Seigneurs de la Guerre comme des conseillers militaires sur le champ de bataille. Les Stratèges sont formés pour identifier les faiblesses les plus infimes d'une armée ennemie et les exploiter. Dans le même temps, ils doivent masquer leurs propres faiblesses et tirer pleinement parti de leurs forces. Les Stratèges préparent les troupes et dressent les plans de bataille, les exécutant avec la plus extrême précision. Si tout général est formé à l'Art de la Guerre, personne n'y est aussi accoutumé que les Stratèges de Cathay, génies militaires sans égal.


Source[modifier]