Serres de Véréna

De La Bibliothèque Impériale
Livre elfe.jpg Attention, lecteur/lectrice de la Bibliothèque !

Cet article ou cette section est une traduction non officielle d'un texte
édité par Games Workshop, qui n'a pas de VF officielle.

Bien qu'ayant cherché à rester le plus fidèle au sens du texte, nous ne
pouvons en assurer l'authentique et sincère exactitude.

La justice dans le Vieux Monde est une marchandise que les pauvres ne peuvent généralement pas se permettre. Un citoyen aux moyens limités arrêté pour un vol même mineur est susceptible d'être sévèrement puni, alors que les nobles et les riches peuvent facilement s'en tirer pour un meurtre tant que leurs victimes viennent toutes des rangs des couches sociales inférieures. Lorsque les plus aisés sont effectivement surpris en train de commettre un crime, ils subissent rarement pire qu'une punition symbolique et des amendes, tant que leur infraction à la loi évite toute hérésie manifeste. Beaucoup pensent que c'est simplement la voie du monde. En effet, certains sont d'avis que même tenter de changer cet « ordre des choses » est séditieux.

Les Serres de Véréna croient le contraire. Fondés pour veiller à ce que justice soit rendue à ceux qui sont effectivement hors la loi et pour aider ceux qui ont été injustement accusés, les Serres existent pour mettre en lumière les crimes des coupables et punir exactement ceux qui ont transgressé. Les Serres font de leur mieux pour aider les innocents, quelle que soit leur classe sociale, et ont même, à l'occasion, sauvé des nobles honorables de rang inférieur des déprédations de leurs supérieurs. Les Serres concentrent bien plus souvent leurs efforts sur la punition des individus qui utilisent leur pouvoir ou leur richesse pour masquer leurs crimes et agissent comme s'ils pensaient qu'ils n'auront jamais à faire face aux conséquences de leur inconduite ignoble.

Il existe de nombreuses histoires fantastiques sur la tragédie, ou l'acte d'infraction épique, qui a provoqué la fondation des Serres de Véréna. L'un raconte l'histoire d'un cordonnier dont la famille a été tuée par amusement par des nobles indifférents à cause d'un clou saillant. Le cordonnier s'est engagé dans une vie de vengeance éternelle en prêtant un serment sacré dans un temple de la déesse de la justice. Un autre suggère que les Serres ont été fondés par un groupe de paysans afin de traquer un marchand qui s'était arrangé pour que toute la population de plusieurs villages meure de faim après que certaines sommités aient déclaré que leur mort était « financièrement prudente ».

Les quelques érudits qui connaissent quelque chose des Serres au-delà des contes fictifs désignent la Tilée comme leur pays d'origine. Même cette histoire est une conjecture trouble, longtemps obscurcie par les traditions orales d'un groupe qui a toujours été clandestin et taciturne. Les Serres ont toujours travaillé dans l'ombre car, ironiquement, leurs activités sont hautement illégales. Ceux qui ont une connaissance approfondie de la loi ou de la théologie savent qu'ils sont une secte "non officielle" des Templiers de la Lumière Éternelle - une secte que l'Ordre désavoue publiquement, mais qu'il soutient plus que probablement secrètement. Le symbole secret des Serres de Véréna est un pied de hibou stylisé, trois serres acérées enroulées sur le dessus d'une lame courte, avec la quatrième serre, venant du dessous, cassée. La rumeur prétend que l'on peut diriger leur colère en laissant des histoires détaillées de crimes commis liées dans des parchemins et marquées de leur symbole dans certains temples de Véréna ou dans l'un des rares bastions des chevaliers de la lumière éternelle.

Il existe plusieurs contes folkloriques indiquant que seul un imbécile appellerait les Serres à la légère, car les histoires abondent sur la terrible vengeance qu'ils ont prise sur ceux qui les ont fait venir sans raison valable. On dit que le prix de leurs services varie énormément, mais il est généralement ajusté aux moyens du demandeur. Certains sont simplement invités à rendre service aux Serres à l'avenir - peut-être leur sera-t-il demandé de garder quelqu'un chez eux en tant qu'invité d'honneur pendant quelques semaines, sans poser de questions, ou on peut leur confier un message qui doit être livré à un certain endroit et à une certaine heure sans faute. D'autres, en particulier les riches bénéficiaires des services des Serres, peuvent être invités à commander et à fournir entièrement un navire fluvial, ou ils peuvent être invités à contribuer une grande bourse de couronnes d'or.

Certains disent que ceux qui doivent pénitence à Véréna pour leurs transgressions, en particulier ceux qui ont les moyens d'aider les Serres à redresser une injustice, peuvent, à l'occasion, être « détachés » auprès des Serres pour une mission particulière, destinée à les aider afin d’obtenir l'expiation. Aucun prêtre vérénien ne l'admettrait jamais, pourtant, dans certains milieux, les rumeurs persistent.

Les Serres de Véréna sont attachées à leur cause et sont, dans une certaine mesure, ce qu'elles semblent être. Sous le couvert de l'obscurité, leurs actes pourraient être qualifiés d'"héroïques", mais si les autorités impériales les attrapent, ils sont tués, car non seulement leurs activités sont "criminelles", mais il y a encore une chose que vous devez savoir sur les Serres...

Ce sont tous des hérétiques « réformés ». Ce sont d'anciens meurtriers de masse, d'anciens cultistes, des mutants secrets et pire encore. Les Serres et un groupe spécial de prêtres de Véréna ont une série de rituels qui leur permettent de deviner quand quelqu'un se repent vraiment de ses crimes et souhaite l'expiation. Le prix de leur rédemption, d'être sauvés au sens littéral (de la potence ou du bûcher) ou spirituel est de consacrer le reste de leur vie à la justice et à la cause des Serres. Dans le rituel final qui intronise un pénitent dans les Serres, on dit que Verena elle-même leur parle dans leurs pensées :

A partir de ce jour, tu es à moi, maintenant et pour toujours. Tu serviras la justice jusqu'au jour de ta mort, où mon mari te prendra dans ses bras et tu connaîtras enfin la paix. Alors, seulement, tu seras vraiment pardonné.

Source[modifier]