Razorgor

De La Bibliothèque Impériale
Razorgor.jpg
Les Razorgors sont de gigantesques cousins des Sangleboucs, des montagnes de muscles mutants et de fourrure dangereuses au plus haut point. Comme tous les rejetons du Chaos, les Razorgors sont défigurés par de hideuses altération, même s’ils conservent le plus souvent l’apparence d’un énorme et cauchemardesque sanglier couvert de piquants, de défenses et fourrure pestilentielle. Si les Razorgors sont omnivore, ils préfèrent la chair fraîche et les Hommes-Bêtes sont leur proie naturelles. Leur appétit et leur métabolisme sont cependant tels qu’ils sont à même d’engloutir un chevalier en armure et son coursier en quelques secondes. Les Sabots Fourchus estiment que le Razorgor n’a que deux type de comportement : une torpeur digestive qui l’envahit après qu’il s’est nourri à satiété, et une rage aveugle qui précèdent cette étape, ce comportement étant le plus fréquent.

Lorsqu’une Harde rencontre un Razorgor d’une taille inhabituelle, son chef tente de le dominer afin de prouver à sa tribu son droit à régner. Bien des Seigneur des Bêtes ont péri sous les cornes d’un Razorgor en pareilles occasions, mais le chef qui refuse de prendre ce risque se met à la merci de ces rivaux. Pour briser la volonté de l’animal, un Homme-Bête doit le frapper à maintes reprises sur la tête avec un gourdin clouté, tout en évitant d’être empalé par ses défenses acérées. S’il l’emporte sur un spécimen particulièrement imposant, un chef Homme-Bête ordonnera la construction d’un char qu’il montera avec un fierté manifeste, le char et son animal de trait étant un symbole éclatant des faveurs que lui accordent les Dieux du Chaos.

Il arrive de temps à autre qu’un Seigneur des Bêtes à la puissance hors du commun réussisse à soumettre plusieurs Razorgors à la fois. Ceux-ci sont alors rassemblé en une meute anarchique et libérés sur les lignes ennemis, ou harnachés à des chars montés par ses meilleurs Bestigors. Quel que soit le statut de leur conducteur, les chars à Razorgors sont pratiquement impossible à contrôler, l’équipage en étant réduit à tenter de rester à bord alors que le véhicule file vers les lignes adverses. Les yeux porcin des Razorgors souffrent d’une mauvaise vue, mais lorsqu’ils aperçoivent l’ennemi (comprendre « de la nourriture sur pattes »), ils deviennent enragés. Un Razorgor en charge peut traverser un mur et abattre des arbres, et le carnage qu’une de ces bêtes peut semer au sein d’un régiments est proprement effroyable.

Source[modifier]

  • Livre d’Armée des Hommes-Bêtes, V7