Ranger

De La Bibliothèque Impériale
« Ils ressemblent à de vulgaire trappeurs qui puent encore plus que leur gibier, mais lorsqu’il s’agit de faire une battue à l’Orque dans les montagnes, ils sont inégalables ! »
- Durek Tailleroc, haut prospecteur de Karaz-a-Karak
Harsk - Ranger.png

Les Rangers sont les yeux et les oreilles de la plupart des colonies Naines. Ils patrouillent en dehors de la forteresse, et passent souvent de longues périodes dans les étendues sauvages afin de traquer les bêtes dangereuses et de surveiller les mouvements ennemis. Ils explorent les vallées cachées et les zones à l’abandon de l’Ungdrin Ankor, et escaladent les flancs des montagnes pour établir de nouvelles routes. Les Rangers chassent et abattent les monstres isolés et les petites bandes de Gobelins, cependant, lorsqu’ils sont confrontés à de plus grosses créatures ou à des armées, ils se contentent d’avertir les avant-postes les plus proches, qui organisent une levée.

Bien que les forteresses soient reconnaissantes envers les Rangers pour les services qu’ils rendent, cela ne signifie pas qu’ils sont universellement respectés. En effet, les Rangers sont souvent des nomades qui voyagent d’une forteresse à l’autre. Après des mois passés dans les étendues sauvages, loin des sentiers battus, leur apparence est invariablement celle d’un déguenillé. Les autres Nains considèrent qu’ils appartiennent à des clans tombés en disgrâce, et qui cherchent désespérément à regagner l’estime du reste de leur race. Il arrive que ce soit le cas, mais le plus souvent, les Rangers sont simplement des esprits indépendants formant de petits noyaux familiaux plus à l’aise dans les alpages que dans les tunnels d’une forteresse. Ils dorment à la belle étoile, et changent régulièrement leur campement de place. Il n’est donc pas étonnant que les autres Nains se méfient des Rangers, car ils les considèrent comme bizarres, et trouvent qu’il est un peu malsain de respirer autant d’air pur et de passer autant de temps sous la lumière du soleil.

Pour survivre dans les montagnes sans pouvoir compter sur la proximité permanente d’une forteresse, les Rangers doivent être discrets et adopter un style de combat inhabituel. Ils sont passés maîtres dans l’art de l’embuscade et savent s’approcher de l’ennemi sans être repérés. S’ils en ont l’occasion, ils déclenchent des avalanches, canalisent l’ennemi vers des falaises ou le mènent droit vers une tempête de glace. Les Rangers portent en permanence tout un arsenal : une arbalète pour tuer leurs cibles à longue portée, des haches de jet pour l’abattre sans cesser de se déplacer, sans compter une hache plus ou moins lourde pour couper du bois pour le feu du soir et pour débiter en morceaux les adversaires les plus imposants. Ils cachent leurs couvertures, leurs ustensiles de cuisine et leur matériel d’escalade dans des campements secrets, bien qu’ils soient tout à fait capables d’emporter avec eux tout leur attirail en cas de nécessité.

Quand ils font face à une grande concentration d’ennemis, les Rangers essaient de prévenir les forteresses situées sur l’itinéraire de l’armée adverse, puis la suivent, à l’affût de la moindre occasion d’abattre les traînards et de lancer des raids. Ainsi, lorsque l’ennemi affronte l’armée rassemblée par les Nains, les Rangers sont en position pour attaquer de flanc.

Généralement, les faits d’armes des Rangers sont passés sous silence par les autres Nains, par exemple quand ils polluent les réserves d’eau adverses (de toute façon les Nains ne boivent que de la bière), sabotent ses munitions, ou leurrent des bêtes sauvages telles que des Manticores et ou des Vouivres afin qu’elles viennent semer la confusion dans le campement ennemi. En dépit de tous ces actes de bravoure, les autres Nains ne leur accordent que peu de respect et de remerciements.

L’aura de mystère qui plane autour des Rangers a donné naissance à de nombreuses légendes. La plus célèbre de leurs bandes est celle des Rangers de Bugman, des Nains revanchards qui suivent l’ancien maître brasseur Bugman. D’autres ont atteint une célébrité presque équivalente : les Barberouges de la Haute Passe, ou les survivants taciturnes nommés les Traqueurs d’Ulthar, qui sont connus pour les têtes de Gobelins qu’ils laissent empalées sur des pieux autour de Karak aux Huit Pics, ou encore le Clan de Barbegivre, dont les Rangers sont passés maîtres dans l’art de capturer des monstres au nord de Karaz-a-Karak à l’aide de pièges ingénieux.

Source

  • Livre d'Armée des Nains, V8