Nécrarque

De La Bibliothèque Impériale
« La Sagesse a un prix. Nous possédons la plus grande Sagesse, aussi payons-nous le plus grand prix. »
- Lord Aristarchus, Philosophe Nécrarque


Les Nécraques : les Disciples du Maudit[modifier]

Lorsque leur grande bibliothèque fut incendiée par des mortels apeurés, de nombreux Nécrarques refusèrent d’en sortir et se laissèrent brûler avec elle tant était grande leur dévotion au savoir. Les Nécrarques sont les grands érudits des Vampires, ils sont beaucoup plus habiles à manier la sorcellerie que l’épée. Cependant, ils ont payé un lourd tribut pour obtenir leur maîtrise de ce savoir. Les Nécrarques sont les Maîtres de la Nuit les plus terrifiants. La plupart des Vampires gardent leurs traits humains lorsqu’ils rejoignent les rangs des Morts-Vivants, mais le sang des Nécraques est si corrompu et malsain qu’il fait d’eux des êtres difformes, cadavériques et nauséabonds. Les hommes ordinaires ne peuvent supporter de les regarder et beaucoup s’enfuient en hurlant à leur vue, car les Nécraques sont les pires abominations de la non-vie.

Histoire[modifier]

De tous les bien-nés, seul W'soran, père fondateur de la lignée des Nécrarques et soi-disant "Père des Vampires" fut véritablement loyal à Nagash. Neferata le vénéra pour un temps mais, s’estimant trahie lorsque Nagash choisit Vashanesh pour diriger les Vampires, elle se détourna de lui et les autres ne choisirent de s’allier au Grand Nécromancien que par opportunisme. C’est ainsi que lorsque Nagash tomba, W’soran fut le seul Bien-Né qui était resté à ses côtés et il hérita des œuvres du Grand Nécromancien. Nanti de ces grimoires et accompagné d’un groupe de privilégiés parmi les acolytes de Nagash, W’soran quitta la Terre des Morts en hâte afin de trouver un endroit où travailler en sécurité à l’accomplissement du rêve de Nagash.

W’soran entama la rédaction du Grimoire Necronium, qui recèle à la fois la quintessence de la magie de Nagash et une série de prophéties où W’soran présente sa vision du futur : un monde d’ossements, uniquement peuplé de Morts-Vivants et gouverné par sa lignée. Ce rêve d’un empire peuplé de cadavres n’avait qu’un seul défaut : l’absence de sources de sang. C’est la raison pour laquelle W’soran commença à rechercher des moyens de se libérer de la Soif Rouge. La puissance de la magie nécromantique le rendit moins dépendant de sa nourriture que ne l’étaient les autres Vampires et il apprit à se passer de sang pendant des mois, voire des années. Néanmoins, il lui fallut en payer le prix. Du fait qu’il alimentait son pouvoir à l’aide de Magie Noire plutôt que de sang, il prit une apparence hideuse, semblable à celle d’un cadavre.

Passer le Seuil

Pour des raisons inconnues, les Nécrarques souffrent d’une faiblesse très rare chez les autres lignées : ils sont incapables de pénétrer dans un bâtiment servant de demeure à des vivants à moins d’y avoir été invité. Certains prétendent que c’est à Nagash lui-même qu’ils doivent cette malédiction très particulière. Désireux de les utiliser comme de simples assistants dans ses recherches, il préférait les éloigner de la distraction causée par le contact avec l’humanité. D’autres prétendent que la haine des Nécrarques pour la vie est si puissante qu’ils sont repoussés par les endroits où elle se manifeste avec le plus de force. Devant une limite physique telle que le seuil d’une maison, un Nécrarque qui n’a pas été invité à entrer se trouve face à un barrage qu’il ne peut franchir qu’au prix d’une intense application de sa puissance mentale. Qu’il réussisse ou qu’il échoue, cette tentative lui fera du mal physiquement. Étant donné les risques, la plupart des Nécrarques préfèrent se faire inviter en faisant entrer clandestinement l’un de leurs sbires dans la demeure ou en contrôlant mentalement l’un de ses habitants.

Lorsque W’soran accorda le Baiser de Sang à ses acolytes vieillissants, il leur transmit cette malédiction par la même occasion. Ceux-ci firent appel à la puissance de la Dhar Véritable, à un degré bien supérieur à ce qu’avaient pu faire tous les autres Vampires, et leur apparence devint aussi monstrueuse que celle de leur maître. Au fil du temps, leurs âmes se corrompirent de la même façon que leurs corps et nombre d’entre eux sombrèrent dans la folie. L’un de ces infortunés se nommait Melkhior. Il fut le meilleur des apprentis de W’soran et également celui qui tua son maître puis le dévora. Craignant pour leur non-vie après cet incident, les Nécrarques se séparèrent. Ils étaient tous atteints de délire paranoïaque et, bien qu’ils travaillassent tous au même but, aucun d’entre eux n’avait la moindre confiance en les autres. Ils s’éparpillèrent dans les nations du Vieux Monde et les vociférations paranoïaques qui leur servaient de mode de communication se turent peu à peu.

L’Estalie fut la nation choisie par Norgul, l’un des compagnons des premiers jours de Nagash et W’soran. Déjà à cette époque, il rêvait de conquêtes et il avait attentivement observé les techniques et les tactiques de Nagash. En 1750, il décida d’aller au bout de ses projets, leva une armée de Morts-Vivants forte de dizaines de milliers de soldats et déclara la guerre aux petits royaumes d’Estalie. A chaque nouvelle victoire, il amassait livres et artefacts, collectant sans distinction les simples babioles et les plus puissants grimoires. Son objectif suprême était de parvenir à obtenir le Tome de la Sagesse qui était conservé dans la cité de Magritta. L’armée de Norgul assiégea la cité durant un mois, au bout duquel les défenseurs se turent soudainement de la plus étrange manière. Norgul entra triomphalement dans la cité en survolant les remparts sur sa monture, une gigantesque chauve-souris Vampire. Il pénétra dans le temple de Myrmidia, où se trouvait le Tome de la Sagesse. C’est dans ce temple, à côté du livre tant convoité, que l’on retrouva ses cendres calcinées. Nul n’a jamais pu expliquer ce qui s’était passé.

Bien loin au nord, dans le Bois Mort, en Ostermark, Melkhior s’efforçait d’accomplir le rêve des Nécrarques d’une manière beaucoup plus discrète. Devenu totalement fou, il était entièrement obsédé par ses bizarres visions et se livrait parfois à un massacre parmi ses serviteurs pour rompre un peu la monotonie de l’existence. L’un de ces serviteurs, le Nécrarque Zacharias, voulu réitérer l’assassinat de W’soran par Melkhior et le défia en duel de Magie. Melkhior remporta la victoire mais, bien des années plus tard, Zacharias devait revenir après avoir, d’une manière ou d’une autre, immensément accru sa puissance et il prit sa revanche sur Melkhior.

C’est ainsi que vivent les Nécrarques. Ce sont des maîtres de la Nécromancie, de l’Alchimie et de toutes les philosophies naturelles, mais ils sont handicapés par la profondeur de leur folie et leur défiance à l’égard du reste du monde.

Prophéties et Machinations[modifier]

Nécraque.jpg
« Eternel, le froid se répandra à la lueur du soleil, les rivières seront des lits de poussière et les forêts mourront, les étoiles pâliront, tremblantes, et puis elles rendront l’âme, et la mort régnera sans partage, pour les siècles des siècles »
- Extrait de La Noire Malédiction des Nécrarques

Les Vampires de la lignée de W’soran ne s’intéressent que très peu aux affaires humaines. Ils arpentent les voies lugubres du monde des morts, cultivant une sagesse que l’intellect humain ne peut appréhender, tandis que les indiciels arcanes de la nécromancie n’ont plus de secret pour eux. La plus infime parcelle de leurs connaissances suffirait à plonger l’esprit des mortels dans les abîmes de la terreur où la raison n’a pas sa place.

Depuis que W’soran a eu ses grandes visions d’un futur habité d’ossements et de chair morte, ses Nécrarques ont toujours fait grand cas des prophéties et du destin. Ils passent énormément de temps à essayer de prédire l’avenir, à tenter de percer les brumes du temps et à consigner leurs visions. Melkhior peignait les siennes sur des toiles faites de chair, dont certaines poussaient encore des hurlements à son contact, mais la plupart préfèrent rapporter les leurs dans de gros volumes semblables au Grimoire Necronium.

Pour aider le futur décrit dans ces prophéties à se réaliser, les Nécrarques mènent leurs recherches sur les vivants et les morts-vivants, afin de comprendre plus précisément comment on fabrique l’un avec l’autre, en préparation du jour où tous les vivants deviendront leurs serviteurs pour l’éternité. Lors de la Hexennacht et de la Geheimnisnacht, lorsque les deux lunes sont pleines, les Nécrarques lancent des sorts funestes destinés à dénaturer la terre, à aspirer la force vitale d’une région et à leur permettre d’approcher de la réalisation de leurs projets, une parcelle de terre dévastée après l’autre.

Cloîtré dans leurs tours, ils observent les rêves les plus noirs des hommes afin d’en tirer la puissance dont ils ont besoin pour lancer leurs sortilèges immondes. Mais quel rêve peut-il être aussi affreux que le visage blafard d’un Nécrarque ?

Société[modifier]

Les Nécrarques sont incompréhensibles, même pour les autres Vampires, et certains semblent même fous, mais cette folie est tempérée par leur indéniable génie et par leur maîtrise de l’alchimie et de la Nécromancie. Ils diffèrent de leurs frères Vampires sur de nombreux points. Le premier, et le plus flagrant, est leur apparence : ils sentent mauvais et sont complètement décrépit, et peu d’hommes peuvent soutenir leur horrible regard sans trembler. Les Nécrarques sont aussi laids que les Lahmianes sont belles.

Les résidences favorites des Nécrarques sont des tours d’allure menaçante, perdues dans les recoins les plus sauvages du monde. Il y a plusieurs raisons à cela. Depuis le sommet d’une haute tour, on se trouve en position stratégique pour avoir accès à Azyr, le Vent Bleu de la Magie, que les Nécrarques observent afin d’y puiser des visions du futur. En outre, une tour est facile à défendre et, étant donné qu’ils peuvent assez facilement se passer de sang, les Nécrarques préfèrent se tenir à l’écart de la civilisation et rester reclus pour se concentrer sur leurs études sans risquer d’attirer sur eux l’attention des Répurgateurs. Enfin et par-dessus tout, qu’ils l’admettent ou non, le fait de demeurer ainsi tout près du ciel les rapproche de ce qu’ils pensent intimement être : des Dieux. De tous les Vampires, ce sont les Nécrarques qui s’intéressent le plus aux Morts-Vivants en tant que remplaçants des êtres vivants, qu’ils considèrent comme les créations faibles et imparfaites de Dieux faibles et imparfaits. Ils partagent leurs tours avec des formes de vies "améliorées", leurs propres créations nécromantiques monstrueuses. Ces créatures faites de bric et de broc sont assemblées à partir de chair et d’objets inanimés soudés par une noire sorcellerie et amenées à un semblant de vie tressautant par la force de leur volonté.

De tous les Vampires, les Nécraques sont de loin les Nécromanciens les plus puissants. Aucun autre Mort-Vivant ne peut se vanter de posséder les pouvoirs magiques qui sont monnaie courante chez ceux de la lignée de W’soran. Dans leur sanctuaires secrets, éclairés par des chandelles faites de graisse humaine, il se penchent sur des grimoires et des parchemins interdits pour étudier les œuvres maléfiques de sorciers morts depuis des siècles. Tapis dans les ténèbres, cachés au regard des hommes, les Nécrarques continuent leurs travaux impies. Un jour peut-être, leurs expériences aboutiront et le monde connaîtra alors une époque de cauchemar sans fin.

Les Nécraques invoquent souvent leurs serviteurs Morts-Vivants pour pouvoir approfondir leurs connaissance sans être dérangés. Quand on les interroge sur les motivation des Nécraques, les Chasseurs de Vampires qui ont dédié leur vies à leur extermination restent silencieux, se contentant de jurer de continuer leur tâche jusqu’à ce que le dernier de ces êtres de cauchemar ait disparu de la surface du monde.

À côté de ce genre d’expérimentations nécromantiques, les Nécrarques s’efforcent de maîtriser un certain nombre de philosophies naturelles dont la nature dépend de leurs inclinations personnelles. Un Nécrarque pourra être un expert en astronomie, en alchimie, en ingénierie ou dans n’importe laquelle des sciences, pourvu qu’elle l’intéresse. Ce sont également les plus grands experts sur eux-mêmes. Les Nécrarques connaissent bien mieux que n’importe qui les forces et les faiblesses de leur propre espèce et c’est peut-être une autre des raisons de leur isolement. La trahison est pour eux une menace constante. Ils amassent jalousement les connaissances pour les soustraire aux autres, leurs enfants des ténèbres sont souvent leurs apprentis et il est dans la nature des apprentis de vouloir surpasser leur maître même si cela doit se solder par des vols et des meurtres. Ce sont leurs divisions internes qui les ont empêchés de conquérir leur propre nation. En dehors de la grande marche de Norgul à travers l’EstaIie, la plupart des Nécrarques s’abstiennent de tenter de se construire des empires à court terme. Ils préfèrent rêver d’un futur entièrement débarrassé des vivants et ils bâtissent lentement leurs royaumes miniatures habités de Morts-Vivants et d’exclus de la société.

Si les Nécrarques passent le plus clair de leur temps enfermé dans leurs tours, ils n’en sortent pas moins régulièrement à la tête de leurs légions de Morts-Vivants, pour capturer de nouveaux cobayes, ou pour défendre leur domaine contre les sombres habitants des forêts : Hommes-Bêtes, Gobelins des Forêts, ou tout autre créatures monstrueuses. Dans de tels cas, des hordes de Zombies émergent des cryptes pour submerger leurs adversaires, accompagné des terribles Émissaires d’Outre-Tombe et, inévitablement, de créatures nécromantiques de grandes tailles, comme des Cauchemars Ailés ou des Dragons Zombies. La puissance des sortilèges est telle que ces monstres n’ont même pas besoin de cavalier pour les lancer au combat !

Les parias sont attirés par les Nécrarques. Les mutants et toutes les autres aberrations de la nature peuvent trouver chez eux une acceptation qu’ils ne pourraient jamais rencontrer chez les humains. Ces rebuts de la société leur servent d’assistants laborantins et, occasionnellement, de source de nourriture, de sujets d’expériences et d’apprentis potentiels. Ce sont également eux qui sont chargés de partir en quête de diverses fournitures et de protéger leurs maîtres pendant les heures diurnes, ainsi que d’inviter les Nécrarques à passer le seuil des maisons lorsque cela s’avère nécessaire.

Alimentation et Reproduction[modifier]

Necrarque.png

Les Nécrarques ressentent rarement le besoin de boire. Ils peuvent s’en passer pendant des mois et même des années. Lorsqu’ils se nourrissent enfin, c’est souvent sur les parias dont ils s’entourent. Cependant, ce n’est pas toujours le cas. Certains Nécrarques préfèrent se gaver lorsqu’ils se nourrissent et ils se font alors accompagner de leurs serviteurs qui les aident à accéder aux demeures des vivants. Là, ils massacrent des familles entières dans une frénésie sanglante avant de retourner à leur tour, pour y passer les prochaines années dans l’étude et la tranquillité avant que ne revienne la nécessité de se nourrir.

Les Nécrarques consacrent une partie de leurs études à leur soif de sang. Il ne leur suffit pas de réduire la fréquence à laquelle ils ont besoin de se nourrir, ils désirent parvenir à se libérer entièrement de leur soif. Jusqu’à présent, Zacharias est le seul à avoir découvert le secret qui permet d’y parvenir. D’autres Nécrarques ont tenté des expériences visant à les transformer en amas mouvants d’énergie magique noire et à remplacer leur besoin de sang par un besoin de Malepierre, ou encore à recréer l’Élixir de Vie selon la formule originale de Nagash, mais tous ont échoué. Un bon nombre ont même connu des échecs catastrophiques qui les ont rendus encore plus contrefaits et pervertis qu’ils ne l’étaient auparavant. Ils sont devenus des abominations distendues, incapables de se déplacer, des créatures bestiales encore pires que les Stryges, des choses horribles semblables à un Enfant du Chaos, à la forme impossible, trop étrange pour conserver une cohésion.

En règle générale, les Nécrarques accordent le Baiser de Sang à leurs apprentis les plus doués, mais il est rare qu’un individu leur inspire suffisamment confiance pour qu’ils estiment sans danger de lui accorder un tel pouvoir, car ce pouvoir peut naturellement être retourné contre eux. C’est la raison pour laquelle leur lignée est la moins nombreuse de toutes, et du fait de leur rareté, beaucoup d’érudits impériaux ne croient pas en leur existence. Les Nécrarques nouveau-nés n’acquièrent pas immédiatement leur apparence monstrueuse, mais cela ne prend pas très longtemps. En l’espace d’un mois, ils sont réduits à une silhouette squelettique et cauchemardesque. Dans les premières semaines de leur non-vie, ils sont soif de sang, tout comme les autres Vampires, et ils en boivent de grandes quantités pour alimenter l’énergie qui les transformera de monstres en abominations. Cette expérience extrêmement pénible fait souvent voler en éclats le peu de santé mentale qu’il leur reste.

Les yeux d’un Nécraque perçoivent le monde réel comme une succession d’image confuses et brouillées, alors que le monde des morts, les cadavres dans leur caveaux, les corps boursouflés des noyé et les carcasses pourrissantes des charniers leurs semble net et rassurant. C’est à cause de leur puissant Troisième Œil qui leur permet de voir les esprits des morts aussi distinctement que s’ils étaient faits de matière solide et les Vents de Magie leur apparaissent plus clairement que le ciel ou les arbres. À l’inverse, le monde réel leur apparaît dépourvu de substance, comme s’il était à peine là. À cause de cela, les Nécrarques sont souvent déconnectés de la réalité. Au fur et à mesure du lent écoulement des années, leur environnement finit par devenir totalement insignifiant à leurs yeux.

Traditionnellement, les Nécrarques adoptent un nom Nehekharéen en rejoignant la lignée, abandonnant leur ancien nom avec leur ancienne vie. Les Nécromanciens qui se consacrent à Nagash adoptent souvent la même pratique.

Grandes Figures des Nécrarques[modifier]

Les personnalités suivantes font partie des Nécrarques les plus puissants et les plus terrifiants :

Sources[modifier]

  • Warhammer JdR - Les Maitres de la Nuit
  • Livre d’Armée Comtes Vampires V5