Næstra et Arahan

De La Bibliothèque Impériale
Arahan (à gauche) et Næstra (à droite), les Sœurs du Crépuscule
Dans les hauteurs des Pics des Pins, l’Aire du Crépuscule domine l’horizon. C’est la demeure raffinée de Næstra et Arahan, les Sœurs du Crépuscule. Les deux sœurs sont aussi différentes que le jour et la nuit, à la fois en apparence et en personnalité. Næstra à la crinière noire était noble et chaste, et son esprit aussi pur que la lumière d’une étoile. D’une caresse, elle peut guérir la pire blessure, et c’est à contrecœur qu’elle fait du mal, même à l’être le plus vil. Au contraire, la chevelure d’Arahan est de neige pure, mais son âme féroce, sauvage comme une flamme, se complaît dans la mêlée. Elle recherche toutes les sensations que la vie pouvait offrir, et se conduisait à la limite de l’inacceptable, même pour une société aussi permissive qu’Athel Loren. Næstra se bat par nécessité, Arahan se rend au combat avec une joie éhontée. En vérité, Næstra semble toujours désapprouver les actes de sa sœur, ce qui ne fait qu’exacerber la satisfaction d’Arahan. En dépit de leurs différences, les jumelles sont inséparables. On a jamais vu l’une sans l’autre depuis qu’elles vivent à Athel Loren, et l’une achève souvent les phrases de l’autre, même si on ne sais dire si la seconde poursuit le propos de la première, ou si elle infléchit la phrase selon son propre avis.

Les Sœurs du Crépuscule apparurent pour la première fois pendant le long exil que s’était imposé Ariel loin du monde des mortels, et agirent en tant que ses représentantes auprès du Concile des Elfes. Hormis la Reine Magicienne elle-même, nul ne connaît les origines des jumelles. Certains prétendent qu’il s’agit des deux moitiés d’une jeune Elfe qui se serait perdue dans Bois Sauvages, et qui fut remodelée pour mieux servir la Trame. D’autres racontent que les jumelles sont la manifestation des aspects les plus purs et les plus sombres d’Ariel, sa passion et sa miséricorde séparée de son âme pour qu’elles ne dominent plus jamais son esprit comme ce fut le cas par le passé. De rares histoires prétendent même que les sœurs sont des divinités au même titre qu’Ariel et Orion, mais les plus communes ont de loin les chants et les fables racontant que les jumelles sont les filles d’Ariel, et de part leur lignée, les princesses d’Athel Loren. Toutefois, les débats incessants à leur sujet ne sont motivés que par l’attrait des Asrai pour les contes et les légendes. Ils savent que Næstra et Arahan parlent au nom de leur vénérée Reine Magicienne : aucun secret du passé ne pourra changer cela.

Même parmi les habitants surnaturels d’Athel Loren, les jumelles sont exceptionnelles à leur manière. En effet, toutes les armes quelles touchent sont imprégnées d’une part d’elle-même. Celles que manie Næstra deviennent l’anathème des créatures de l’anarchie et de la discorde, tandis que les instruments guerriers d’Arahan infligent une douleur atroce aux âmes nobles. Ainsi équipées, les deux sœurs arpentent des voies que même les Forestiers évitent, et on dit qu’elles traversent les clairières du Bois des Songes avec aussi peu d’inquiétude que s’il s’agissait des chênaies d’Arranoc, perpétuellement baignées par les rayons du soleil.

En dépit de leur prédilection pour le combat à distance, Næstra et Arahan n’hésiteront pas à plonger en mêlée si la situation l’exige. Toutes leurs armes, flèches ou lames, ont été forgée sur l’Enclume de Vaul par Daith en personne. Le maître artisan traite les jumelles tel un oncle gonflé de fierté, et pardonne volontiers l’obsession de Næstra quant au parfait affûtage de sa vieille lame, tout comme l’exigence d’Arahan de manier une nouvelle lance à chaque bataille. Personne, pas même les seigneurs qui siègent au grand concile aux côtés de Daith, ne peut le solliciter comme le font les Sœurs du Crépuscule. Pourtant, chaque fois que les jumelles se présentent au maître artisan avec une nouvelle requête, il sourit simplement avant de s’en retourner à la forge.

Un ennemi ferait mieux d’éviter tout affrontement avec les Sœurs du Crépuscule à moins d’avoir la certitude de pouvoir les faucher promptement toutes les deux. En effet, les blessures infligées à l’une des jumelles sont sans conséquences tant que l’autre respire toujours, car la vielle Magie de la forêt revigore la sœur abattue un instant avant son supposé trépas. Cette protection bénéficie aussi bien à Næstra qu’a Arahan, bien que cette dernière en tire partie bien plus souvent que sa sœur, et de la plus spectaculaire des façons. Pour en énumérer quelques-unes, Arahan s’est déjà taillé un chemin à travers le ventre d’un Ghorgon après qu’il l’eut avalée tout rond, elle a émergé indemne d’un nuage de Magie Noire lacérante pour trucider le lanceur du sort, et elle a même éviscéré un Vampire un battement de cœur après sa propre décapitation.

Les "morts" fugaces d’Arahan sont les seuls moments ou Næstra abandonne son calme pour devenir aussi féroce que sa sœur. Il est impossible de dire si l’esprit sauvage d’Arahan possède sa jumelle pendant l’instant où son propre corps gît sans vie, ou s’il s’agit simplement de la colère naturelle de Næstra en réponse au massacre apparent de sa moitié. Qu’elle qu’en soit la cause, les conséquences pour l’ennemi sont inévitablement sanglantes. Næstra ne manie pas sa lame d’une façon aussi étudiée qu’Arahan, mais son manque d’audace est plus que compensé par la précision mortelle de ses coups. En effet, l’ampleur du carnage que cause Næstra dans cet état enragé n’est égalée que par la virulence des reproches avec lesquels elle accueille sa sœur inconsidérée lorsque celle-ci se relève indemne : des critiques qu’Arahan ignore toujours avec la même désinvolture.


Næstra et Arahan possèdent les Objets Magiques suivant :
  • Serre de l’Aube : L’arc de Næstra ne tire pas de traits tangibles, mais des décharges de lumière qui font fondre les armures calcinent la chair. On dit que l’âme fauchée par cette arme cède son énergie pour annuler le mal qu’elle a causé aux alliés du porteur.
  • Serre du Soir : Les flèches de l’arc d’Arahan sont faites à partir de l’enveloppe spirituelle des Dryades les plus venimeuses des Bois Sauvages. Une fois décochées, elles éclatent en volée d’épines empoisonnées avides de la chair des ennemis d’Athel Loren.


Gwindalor et Ceithin-Har

Les Sœurs du Crépuscule combattent rarement au centre de la ligne de bataille, le plus souvent, elles sont portées au combat sur le dos d’une de leurs fidèles montures. Le vif Gwindalor est un allié sage et d’humeur égale, comme on peut s’y attendre chez une bête de la lignée directe de Talyn, Roi des Aigles. En outre, il possède la troublante capacité de porter les jumelles à l’endroit où leurs traits causeront le plus de dégâts. En revanche, Ceithin-Har est une créature passionnée, conformément à la nature des Dragons. Il ne pense qu’à se jeter, lui et les Sœurs du Crépuscule, au cœur de la mêlée, où elles pourront tirer leurs flèches à bout portant et se servir de leurs lames ensorcelées.

Bien qu’il soit regrettable de l’admettre, ces deux créatures ne s’entendent guère. Gwindalor considère le Dragon comme téméraire, tandis que Ceithin-Har reproche à l’Aigle sa réserve et sa prudence étouffantes. Cependant, en dépit de leurs différences de tempérament, Gwindalor et Ceithin-Har demeurent unis par leurs liens d’amitié envers Næstra et Arahan. Bien qu’on puisse douter qu’ils prennent des risques l’un pour l’autre, ils donneront volontiers leurs vies pour défendre leurs maîtresses.

Source

  • Livre d’Armée des Elfes Sylvains, V8