Leitdorf

De La Bibliothèque Impériale
(Redirigé depuis Marius Leitdorf)

Les membres de cette famille noble d’Averland sont considérés comme lunatiques et instables, principalement à cause du représentant le plus éminent de la dynastie, feu le Comte Électeur de l’Averland Marius Leitdorf. Ils possèdent de vastes territoires dans l’est de l’Averland (dont la lande des Dracs), dans les régions de Streissen et de Wuppertal.

Les couleurs de la famille sont le bleu et le bordeaux. L’épée magique des Leitdorf est nommée Wolfsklinge. L’arme est ancienne et frappée des armoiries de la famille. Elle n’est pas aussi prestigieuse que le Croc Runique qui repose patiemment dans les armureries de l’Averburg, mais elle n’en était pas moins redoutable, comme en témoignaient les runes gravées sur sa lame.

Comte Électeur Marius Leitdorf

« Ils disent que je suis fou… fou ! Mais c’est moi qui ai repoussé l’invasion de ces Licornes. Personne d’autre ! Pas mal, pour un soi-disant fou… »
- Marius Leitdorf, Comte Électeur de l’Averland
Marius Leitdorf, Comte Électeur "Fou" d’Averland, monté sur son destrier Pâquerette Kurt von Helboring II
La réputation de Marius Leitdorf, surnommé connu sous le nom du "Comte Fou d’Averland", le précédait dans tout le Vieux Monde. Sa renommée tenait avant tout à ses excentricités : sombre et morose, il était sujet à de violents accès de rage hurlante que personne ne pouvait calmer, ses phases mélancoliques et son comportement lunatique à la cour. A d’autres moments, il souffrait de périodes de profonde dépression. Il se refermait alors sur lui-même et ne parlait à personne pendant des semaines. Il est de notoriété publique qu’il écoutait les suggestions de son destrier, Pâquerette Kurt von Helboring II, avec autant d’attention que celles de ses autres conseillers. Son attitude cavalière, ses humeurs intenses et imprévisibles et ses espiègleries inconvenants vis-à-vis de la gent féminine des maisons nobles lui avaient valu de nombreux ennemis dans l’Empire. Il n’était le bienvenu ni dans les cours des Comtes Électeurs, ni même à la cour impériale. L’un de ses plus vifs détracteurs était Kurt Helborg, qui selon le Comte fou « avait une vilaine moustache, une hygiène buccale atroce et un sens de l’humour digne d’un Troll. » Sur ce dernier points, Leitdorf avait visé juste, et l’inimité ente ces deux personnages était devenue légendaire.

Cependant, la célébrité de Leitdorf lui causa grand tord, car si ses manières étaient peu orthodoxes et ses habits très extravagants, il possédait une intelligence acérée. En plus d’être un poète accompli et un inventeur productif, Leitdorf était un escrimeur d’exception et un tacticien expert qui dirigeait ses armées avec un talent et une intuition rares. En fait, l’Empire lui doit de grandes victoires, acquises uniquement grâce à son courage insensé et à ses inspirations inattendues.

Mais Marius Leitdorf causa aussi des problèmes à l’Empereur, défiant les autres Comtes Électeurs, menant des campagne insensé contre des ennemis imaginaires et, plus généralement, inquiétant ses voisins, aussi Karl Franz envoya son taciturne champion Ludwig Schwarzhelm pour qu’il fasse entendre raison au Comte-Électeur excentrique. Les ordres de Schwrazhelm était simples : il devait faire en sorte que l’attitude imprévisible de Leitdorf ne mette pas l’Empire en péril.

Ainsi, sous la direction ferme de Karl Franz, par l’intermédiaire de Ludwig Swhartzhelm, Marius Leitdorf nomma de nouveaux conseillers pour refréner ses pires excès. Revenu dans le giron des alliés dignes de confiance de l’Empereur, Leitdorf prévint sans tarder Karl Franz quand une Waaagh! se déversa depuis le Col du Feu Noir. Ce dernier répondit personnellement à son appel et partit affronter la horde de Peaux-Vertes. C’est avec une douleur sincère que l’Empereur fut témoin de la mort de Leitdorf des mains du Chef de Guerre Orque, au cours de la Troisième Bataille du Col du Feu Noir qu’ils livrèrent ensemble pour arrêter l’invasion. Bien que Marius fût imprévisible, l’Empire avait perdu un grand héros.


Marius Leitdorf possède l’Objet Magique suivant :
  • Malheur des Mères, le Croc Runique de l’Averland : En tant que Comte Électeur de l’Averland, c’est le droit le plus strict de Marius Leitdorf que de porter cette épée au combat. C’est de plus une fine lame qui manie une dague en plus de son Croc Runique.

Grand Maître Hans Leitdorf

Hans, le Grand Maître des Chevaliers du Sang de Sigmar est le frère de feu le Comte Électeur fou d’Averland. C’est donc un héritier légitime au trône de l’Averland, toutefois il considère que son devoir au sein des Chevaliers du Sang de Sigmar prime sur tout le reste. Au fil des ans, Leitdorf est en effet devenu convaincu que les maux de l’Empire étaient principalement le fait de nobles décadents qui accordent plus d’importance aux bals et aux parades qu’à l’art de guerroyer ; il n’a donc aucune envie de rejoindre leur microcosme. Ainsi, Leitdorf préfère entraîner ses chevaliers afin qu’ils soient en mesure de défendre le peuple lors de la chute de l’Empire, qu’il considère désormais comme inévitable.

Baron Kastor Leitdorf

Si la famille Leitdorf contrôle en principe Averheim, leur base de pouvoir réelle vient de leur riches propriétés, à Streissen et Wuppertal. Mais les Leitdorf ne sont même pas capables de se mettre d’accord sur la couleur du ciel, et encore moins sur la marche à suivre pour reprendre le siège du Comte Électeur. La famille est divisée en multiples factions, chacune soutenant un candidat ou un autre. Beaucoup d’observateurs estiment que le baron Kastor, un homme de la même trempe que son illustre oncle Marius, a une bonne longueur d’avance sur les autres. Escrimeur de talent et bon orateur, Kastor tire toujours parti d’une situation donnée. Dans le cas de la fête du vin d’Averheim, il souhaite simplement s’amuser, mais également garder un œil sur les Von Alptraum. Kastor parcourt les rues en compagnie de sa suite, dont fait partie son neveu Raimund Leitdorf, offrant parfois des tournées de ses vins préférés à la foule. Inutile de le préciser, cela le rend des plus populaire.

Léopold Leitdorf

Léopold était le fils aîné, illégitime, de Marius Leitdorf. Alors qu’il semble que son père le formait à prendre sa succession, il meurt au combat à Middenheim au cours de la Tempête du Chaos avant d’avoir réussi à prendre le contrôle de la province.

Rufus Leitdorf

Rufus est le second fils illégitime de Marius Leitdorf. Il a les cheveux longs et châtains, comme ceux de son père, et grisonnants malgré son âge. Il possède également les yeux perçants et le nez aquilin de son géniteur. Néanmoins, contrairement à ce dernier, il est gras, n’a pas son allure martiale et semble incapable de manier une épée. Il a la réputation d’avoir passé sa jeunesse dans les tripots et les bordels. Il s’habille aux couleurs de sa famille et semble arrogant.

Ferdinand Leitdorf

Ce noble d’Averheim, grand et élégant, a environ 35 ans. Ferdinand est à la fois neveu de feu Marius et le cousin de l'actuel chef de famille (quoique contesté), le baron Kastor Leitdorf. Comme son oncle décédé, Ferdinand a une tignasse de longs cheveux gris bouclés et une expression quelque peu dédaigneuse, qui cède la place à un masque rougeâtre de pure fureur lorsqu'il est frustré ou effrayé. Ferdinand est richement vêtu de satin et de soie avec de nombreux bijoux coûteux. Il porte une rapière élégante et prétend être "presque aussi bon épéiste que mon oncle Marius". Son but est de démontrer la supériorité évidente de la famille Leitdorf et de rappeler à tous que son oncle était Comte Électeur.

Claudia Leitdorf

Claudia Leitdorf est une femme d'une vingtaine d'années, légèrement bâtie et pâle. Claudia est une cousine de Kastor et de Ferdinand Leitdorf. Elle est aussi l'épouse de ce dernier. Comme son mari, Claudia est hautaine et instable, et ses cheveux sombres et bouclés sont déjà fortement striés de gris. Contrairement à son mari, Claudia n'a pas de loyauté particulière envers le nom de famille Leitdorf et évalue les autres nobles pour en tirer un avantage potentiel pour elle et son mari dans la bataille de succession. Bien qu'elle n'affiche pas le comportement excentrique et instable de ses célèbres parents, Claudia souffre de douleurs chroniques qui la laissent souvent stressée et mélancolique. Elle garde ses opinions pour elle-même et parle très rarement, et quand elle le fait, sa voix est faible et tremblante.

Sources

  • Livre d’armée de l’Empire, V7
  • Livre d’armée de l’Empire, V8
  • La Fin des Temps - Nagash
  • Warhammer JdR v2 - Les Royaumes de sorcellerie
  • Chris Wraight, Les Epées de l'Empereur 1 : Schwarzhelm, Black Library, 2012
  • Warhammer JdR v3 - The Ennemy Within (traduit par un ostlandais égaré)