Licorne

De La Bibliothèque Impériale
« On a raconté beaucoup de choses sur la corne de ces créatures. Si l’on devait croire ne serait-ce que la moitié de ces rumeurs, on serait persuadé que la corne arrête les hémorragies, disperse les serviteurs du Chaos, déjoue l’impuissance, guérit les maladies et soigne les flatulences. D’après moi, une telle corne confère en effet une certaine protection contre la magie du Mal, mais le reste reviendrait à prendre ses désirs pour des réalités, ce qui n’empêche pas les chasseurs de faire tout ce qu’ils peuvent pour précipiter l’extinction des Licornes en vendant leurs cornes aux dupes. Si jamais vous recherchez un tel appendice, sachez que la majorité des cornes de licorne qu’on trouve sur les marchés de l’Empire proviennent en réalité de chèvres. Une véritable corne de licorne est luminescente, luisant faiblement mais distinctement, même en plein jour, et je peux vous dire, d’après mon expérience personnelle, que si jamais vous deviez en tenir une dans votre main, vous ne manqueriez pas d’avoir le sentiment de profaner quelque chose. Voilà une expérience que je ne recommande à personne. »
- Aponymous Rone, Maître Sorcier du Collège Lumineux


Les Licornes font partie des plus beaux thèmes de la symphonie du monde et restent sacrées aux yeux de Loec. Ce n’est pas un hasard si leur pureté est capable de repousser les enchantements maléfiques ou si elles sont les montures de guerre de certaines des plus prestigieuses vierges.

Bien qu'elles ressemblent à de grand chevaux, les Licornes en sont tout à fait différentes, comme le suggère la corne en spirale, pourvue de nervures, qui orne leur front, pointant entre leurs yeux. Comme toute les créatures magiques d'Athel Loren, les Licornes font partie de la conscience collective qui unit les différents éléments de la forêt, mais son caractère égoïste la conduit à n'entretenir aucun lien avec les êtres invoqués ou créés par la sorcellerie, malgré des origines communes. Si elle devait éprouver quelque chose pour eux, ce serait de la pitié, considérant leur infortune de ne pas posséder l’enveloppe d’une Licorne, et ne leur adresse donc pas la parole. Ce sont des créatures timides et intelligentes qui n’aspirent généralement qu’à la quiétude, et dont on raconte qu’elles seraient capables de percevoir la pureté, mais aussi la cruauté, chez les individus proches. Il n'est donc pas étonnant que la Licorne soit rangée parmi les créatures nobles, malgré son tempérament borné, égoïste et vaniteux.

Ses mouvement gracieux laissent deviner sa véritable vitesse. Au combat, une Licorne peut se cabrer et frapper de ses sabots dur comme la pierre, mais c'est lorsqu'elle charge en abaissant sa corne qu'elle est la plus dangereuse. Bien que l’on dise que les Licornes occupent de nombreuses forêts du Vieux Monde, les Elfes Sylvains d’Athel Loren sont les seuls êtres connus pour avoir parfois l’honneur de les monter au combat. En effet, les Licornes sont attirées par les mages de sexe féminin, comme enivrées par la magie. La plupart des Tisseuses de Charmes l’acceptent volontiers car une Licorne domptée (ou du moins, consentante) fait une excellente monture, et tous les témoins racontent qu’elles les chevauchent sans selle, sans bride et sans mors. Quoi qu’il en soit, seules une ou deux jeunes Elfes par génération peuvent se targuer d’avoir été portées par une Licorne. La résistance à la Magie de ces créatures est exceptionnelle, à tel point que même les plus grands mages ont du mal à les affecter de leur magie, si ce n’est par leurs plus puissants enchantements. Elles confèrent même cette résistance aux rarissimes personnes qu’elles acceptent sur leur dos. Les érudits estiment généralement que la source de ce pouvoir considérable n’est autre que leur corne.

L’ivoire des Licornes est un trophée très prisé dans certains cercles de la société Bretonnienne, et plus d’un galant chevalier a trouvé la mort en poursuivant un de ces animaux dans les profondeurs d’Athel Loren. Après une chasse qui peut durer des heures, et juste au moment où le brave guerrier croit avoir acculé sa proie, la créature disparaît brusquement, le plus souvent non loin d’une nuée de Farfadets ou d'une patrouille de Forestiers.

  • Empalement : La corne qui couronne le front des Licornes constitue une arme dont elles savent se servir avec adresse, et elles l'utilisent comme un chevalier une lance.
  • Aura de Magie : Les Licornes sont entouré d'une aura magique scintillante qui agit comme un filtre et hypnotise quiconque s'approche d'elles, un éclat chatoyant qui leur offre une certaine protection contre les attaques physiques comme contre les sortilèges. La seule présence d'une Licorne suffit à blesser les créatures nées de la Magie.

Sources[modifier]

  • Livre d'Armée des Elfes Sylvains, V6
  • Livre d'Armée des Elfes Sylvains, V8
  • Warhammer JdR - Bestiaire du Vieux Monde
  • Extension Warhammer : Tempête de Magie