Langue Sombre

De La Bibliothèque Impériale

Les secrets du Chaos ne sauraient être énoncés dans les langues frustes des mortels. Le Reikspiel ne peut exprimer l’émerveillement et les sensations de la transformation. Le Tiléen manque de mots pour capturer l’essence du Chaos. Même l’Eltharin ne peut pas précisément définir la nature du Chaos par des mots. Non, le Chaos est fuyant, incompréhensible, dément. Pour soulever le couvercle, pour jeter un œil sur ses secrets et comprendre ce que l’on voit, il faut avoir une tournure d’esprit capable d’accepter et de décrire l’expérience.

Tel est le Langage Sombre. Il s’agit d’une langue bien structurée, vaguement issue du langage mystique des Démons. C’est elle qu’utilise ceux-ci lorsqu’ils pénètrent dans l’univers matériel, c’est également elle qu’emploient la plupart des serviteurs des Dieux Sombres, y compris les Hommes-Bêtes. La Langue Sombre, parfois appelé le Langage Obscur, est le dialecte du Chaos que parlent ses serviteurs et disciples. C’est le seul langage capable d’exprimer correctement les mystères du Chaos, de capturer son caractère mystique et occulte comme nul autre ne le pourrait. S’il rappelle un peu le Démonique (le langage magique utilisé pour les sorts et les rituels du Chaos) le Langage Obscur n’a pas l’influence magique de cette autre langue blasphématoire. S’exprimer en Langage Obscur n’attire pas (toujours) l’attention des Dieux Sombres, et on ne peut pas s’en servir pour prononcer les incantations nécessaires aux sorts ou pour accomplir un rituel. Le Langage Obscur est également la racine de plusieurs autres langues parlées dans le Vieux Monde et en dehors. Le Queekish est la version la plus abâtardie du Langage Obscur, déformé par les défauts de prononciation et l’adjonction de couinements, de pépiements et autres, car la conformation de la bouche des hommes-rats les empêche de prononcer les mots correctement. Les Elfes Noirs de Naggaroth parlent également une langue issue du Langage Obscur appelée le Druck Eltharin. Elle mélange du vocabulaire Eltharin (la langue des Hauts Elfes) et des mots de Langage Obscur, mais ils utilisent ce dernier dans sa forme pure quand ils parlent de sorcellerie.

Comme indiqué plus haut, le Langage Sombre est riche en expressions et en mots exprimant la nature complexe du Chaos. Beaucoup font l’erreur de s’en tenir au sens littéral des mots, mais ces derniers ont une signification qui va bien au-delà d’une simple traduction. Chaque substantif englobe un vaste éventail de concepts, dont chacun a une connotation différente en fonction de son association avec d’autres mots et de l’addition de préfixes et de suffixes, révélant des sens différents et plus profonds associés à la racine d’origine. Et bien sûr, en modifiant la racine, on obtient encore plus de significations différentes. Ce langage peut donc s’avérer extrêmement complexe ou au contraire incroyablement simple, mais si les mortels se contente de donner une valeur à chaque mot, leur signification est bien plus profonde et lourde de sens pour les Démons. Chaque terme renferme en effet une myriade de concepts associés et même parfois une certaine forme de pouvoir. Les Sorciers qui vénèrent les Dieux Sombres tentent de s’approprier les subtilités et les richesses de la Langue Sombre, mais même les plus puissants d’entre eux ne parviennent qu’à en entrevoir le véritable potentiel.

Bien que les mots en eux-mêmes soient incroyablement lourds de sens, il y en a bien moins dans le vocabulaire du Langage Obscur que dans bien d’autres langues, même si les mutations des racines et l’adjonction de préfixes et de suffixes permettent d’innombrables variations. Par conséquent, rares sont les pratiquants du Langage Obscur qui le parlent couramment ou qui connaissent les nombreux secrets qu’il dissimule. Ainsi, cette langue est un moyen de communication efficace en matière de savoir occulte, mais peu de mortels sont capables d’en percer tous les secrets, même si cela n’est pas indispensable pour parvenir à communiquer correctement. Si les Guerriers du Chaos et les Maraudeurs habitant les terres du nord possèdent chacun leur propre version tribale du Langage Obscur, cela n’empêche pas les différentes tribus de se comprendre, bien que cela puisse parfois être laborieux.

Les Runes du Chaos

Pour coucher la Langue Sombre sur le papier, on utilise les blasphématoires Runes du Chaos. Même tracées avec des matériaux ordinaires, elles semblent onduler et se tordre sur la page. Seuls ceux qui ont l’esprit dépravé et qui se sont donnés corps et âme aux Puissances de la Corruption sont en mesure d’apprécier les nuances de cet outil indispensable aux serviteurs du Chaos et à ses créatures. On trouve ces inscriptions sur tout ce qui est lié au Chaos, depuis les bannières et les monolithes qui marquent les frontières des Désolations du nord jusqu’aux traces griffées à la hâte sur les Pierres des Hardes, en passant par les gravures des armes et les marques sur les temples et les sanctuaires, faites de sang ou d’excréments. Les Runes du Chaos sont faciles à distinguer et à identifier pour ce qu’elles sont, et on ne risque pas de les prendre pour autre chose.

Les Runes du Chaos en Tant que Signes

Les Runes du Chaos représentent des idées et des expériences. On pourrait dire qu’elles sont des raccourcis de phrases plus complexes, une seule rune pourrait représenter une mutation, ou même désigner un lieu doté de réserves de Dhar importantes. On croit qu’il existe une rune unique pour chaque mutation, chaque changement qui a été ou qui sera un jour. Bien des créatures bénies par les Dieux Sombres découvrent ces étranges runes qui semblent se presser contre leur peau depuis l’intérieur même de leur corps. Des Mutants qui veulent rester cachés peuvent couper les lambeaux de leur peau que couvrent ces symboles pour préserver leur couverture. C’est pourquoi les cicatrices de taille suscitent la suspicion des Répurgateurs.

Runes Phonétiques

Les sons de la langue du Chaos sont représentés par des runes phonétiques. On les utilise exactement comme des lettres, en les associant pour former des mots et des phrases. Ces caractères sont issus des runes phonétiques du Langage Démonique, utilisées pour rédiger les sorts et les rituels. Ce genre d’écrit est extrêmement recherché dans l’Empire et au-delà. Les Répurgateurs et autres agents du culte de Sigmar cherchent à les détruire, tandis que les cultistes les convoitent pour les secrets qu’ils renferment.

Lien Externe

Exemples de Runes du Chaos

Sources

  • Warhammer JdR - Le Tome de la Corruption
  • Livre d’Armée des Hommes-Bêtes, V6