Langue-de-Sangsue

De La Bibliothèque Impériale
Le Porte-Famine, le Pantin Macabre, le Seigneur de la Récolte Noire

La créature repoussante connue sous le nom de Molokh Langue-de-Sangsue est l’ennemi juré de l’équilibre naturel. Tout ce que l’homme fait pour dompter la nature, tout acte visant a instaurer de l’ordre dans le chaos du monde sauvage peut être défait par Langue-de-Sangsue d’un seul geste de ses griffes. Il est l’incarnation du froid perçant de l’hiver, et la famine suit chacun de ses pas.

Langue-de-Sangsue parcourt les terres des hommes sous la forme d’une silhouette encapuchonnée et voûtée. Il transforme les vallées les plus fertiles en désolations gelées infestées de vermine. Au premier abord, on pourrait le prendre pour un avatar de la mort, car sa tête n’est rien de plus qu’un crâne de bovin et son corps rachitique est couvert de scrofules et de touffes de poils blancs. Mais si on y regarde de plus près, il regorge de vie, même s’il s’agit de sa forme la plus méprisable : des colonies de poux gras, des puces sautillantes, des tiques boursouflées, des vers et des cafards infestent les moindres recoins de son corps. Des scolopendres jaillissent de ses orbites vides et des larves gigotent entre ses dents pourries lorsqu’il prononce d’une voix rocailleuse de lentes malédictions. Comme si cela ne suffisait pas, il est constamment entouré par une aura glaciale, son souffle gelé se condense pour donner naissance à des formes étranges et des gouttelettes de liquides purulents s’accrochent a ses robes.

Les signes du passage de Langue-de-Sangsue sont tout aussi effrayants que son aspect. D’un seul mot, il peut libérer des fléaux sur les terres et sur ceux qui les défendent. Des nuées de criquets cadavériques dévastent les récoltes, les rivières d’eau cristalline se transforment en marécages de bile au son de son rire caverneux. Les cieux s’emplissent de nuages noirs qui éclatent pour libérer sur les terres des averses d’asticots. Les sacs de blé et d’orge qui remplissent les greniers pourrissent à une vitesse accélérée, et les tonneaux de bière ne contiennent plus qu’un gruau immonde où baignent des larves replètes.

Chacune de ces transmutations fait la joie de Langue-de- Sangsue, car il sait que le désespoir assaille les gens affamés. Il ne faut pas longtemps pour que ceux qui sont en proie à ses ravages rassemblent leurs armées pour tenter de le stopper. Mais les serviteurs du Seigneur de la Récolte Noire les attendent en sachant que la famine précède la guerre tout aussi sûrement que l’hiver suit l’automne. Lorsque les armées des hommes font face à Langue-de-Sangsue, elles doivent affronter des hordes d’Hommes-Bêtes bien nourris et avides de sang qui les assaillent de toutes les directions à la fois. Il n’est guère difficile pour les Hommes-Bêtes d’exterminer ces ennemis affaiblis par la faim qui osent s’opposer aux desseins de Langue-de-Sangsue, pendant que le rire sépulcral de ce dernier est porté par le vent.

Source[modifier]

  • Livre d'armée des Bêtes du Chaos, V7