Chef Saurus

De La Bibliothèque Impériale
(Redirigé depuis Kuraq-Kaq)
« Nous sommes tous dans lé pétrin ! I’ai vou des tas d’armées dans toute la ioungle, et elles n’arrêtent pas de s’affronter ! L’or est là, des tonnes d’or, et tout cé qu’ils font c’est se battre ! Mamma mia, où ça nous mène, le folie des hommes, on court tout droit à notre perte ! »
-Marco Colombo
Les Kuraq et les Kuraq-Kaq constituent les plus redoutables guerriers qu’une armée d’Hommes-Lézards puisse compter.
Les Saurus furent créés pour la guerre. Elle est la seule raison qui motive leur existence, car ils sont entièrement voués au combat. Bien que lent à réagir, les Saurus ne sont en aucun cas stupides, mais leur intellect se concentre sur la bataille, et la bataille seule : ils connaissent tout ce qu’il faut savoir de l’art de la guerre, et ne font aucun cas des sujets annexes. L’organisation sociale des Hommes-Lézards veut que les Slanns décident de la stratégie générale que les Skinks veillent à son exécution. En temps de conflit, tous s’en remettent aux Saurus, qui à leur tour se tournent vers les plus anciens de leur race, car ils possèdent une compréhension innée de la stratégie et des manœuvres de combat. Néanmoins, pour atteindre le statut de vétéran, un Saurus n’a qu’une chose à faire : survivre.

Les Kuraq (« Vétéran Scarifié ») et les Kuraq-Kaq (« Sang Ancien ») sont de vigoureux et sauvages reptiliens de plus de deux mètres cinquante de haut, les spécimens les plus forts de leur espèce. Ce sont des créatures très âgées, certains étant vieux de plusieurs milliers d’années. D’ailleurs, aucun Saurus connu n’est jamais mort de vieillesse. Malgré cette longévité, rares sont les Saurus à vivre plus de quelques centaines d’années. En raison des menaces constantes qu’ils affrontent, la faune et la flore prédatrice de Lustrie et l’usure des innombrables batailles, seuls les plus féroces et les plus résistants demeurent. Quelques individus exceptionnels sont âgés de plusieurs millénaires, surmontant les dangers et surclassant leurs ennemis depuis l’aube du monde. Plus il vieillit, plus il devient endurant et féroce. Ses écailles se durcissent, et sa seule présence inspire aux Hommes-Lézards des actes de sauvagerie inouïs. Ce sont des machines à tuer parfaitement conçues, dont les aptitudes martiales sont encore améliorées par l’expérience du combat. Aux yeux de leurs ennemis, qu’ils soient héréditaires ou de simples intrus sur le territoire inviolable de leurs maîtres, les chefs Saurus sont la vengeance des Anciens incarnée.

Les indices les plus évidents de l’âge d’un Saurus sont les cicatrices qui sillonnent son cuir, toutes étant d’anciennes blessures subies tandis qu’il accomplissait la volonté de ses maîtres. Beaucoup de Kuraq et de Kuraq-Kaq portent des marques qui signalent les faveurs d’un ou de plusieurs Dieux des Hommes-Lézards. Il peut s’agir de variations de tons subtiles dans la couleur de leur crête, ou de signes plus évidents, comme une peau très pâle, voire de l’albinisme. Ces Saurus particulièrement favorisés par les Dieux sont destinés à devenir de grands héros et les chefs des armées des Hommes-Lézards.

Les chefs Saurus sont souvent assistés par des dizaines de Skinks afin que leurs ordres soient rapidement relayés sur le champ de bataille. Ces serviteurs l’aident aussi à revêtir son armure de bronze et à se préparer à l’aube de la bataille. Ils lui appliquent souvent des peintures de guerre et des huiles, le décorent de métaux précieux, des têtes réduites d’ennemis sacrifiés et d’autres trophées tout aussi macabres. Cela dénote le statut du chef Saurus et sert également à avertir l’adversaire que la vengeance des Anciens - incarnée par une bête reptilienne meurtrière - est sur lui.

Masse d’Ulamak

Ces armes aux proportions énormes sont utilisées lorsque deux chefs Saurus sont en désaccord sur un plan de bataille et qu’il ne se trouve pas de Prêtres-Mages Slanns ou Tupac Skink pour les guider. Chaque chef frappe alors l’autre avec l’arme, et celui qui reste debout est forcément celui qui était dans la vérité. Rarement fatale sur un guerrier de la stature d’un chef Saurus, il n’en va pas de même lorsqu’elle est utilisée contre des créatures plus chétives.

Chaque Saurus naît avec la science du combat, et plus il vit longtemps, plus il voit de batailles. Plus il survit, plus il comprend les limites d’un guerrier isolé et la nécessité d’une armée entière. Si un Kuraq est incapable de donner la définition d’un flanc refusé, il sait en revanche comment exécuter cette manœuvre. Un Kuraq-Kaq ne saurait expliquer pourquoi il a opté pour une défense en profondeur, mais il identifiera immédiatement les situations qui l’exigent.

À cause des décennies de combats incessants, les Saurus d’une génération sont de moins en moins nombreux au cours du temps. Ceux qui ont survécu sont ainsi les plus féroces et les plus coriaces de leur engeance. D’un long grondement ponctué d’un hurlement fulminant, un chef Saurus peut mettre une ligne de bataille d’Hommes-Lézards en bon ordre, mais une fois les combats engagés, il abandonne toute finesse, se ruant dans la mêlée où il laisse s’exprimer son incroyable efficacité. Ces vétérans sans pitié, chevauchant parfois un Sang-Froid ou un terrible Carnosaure, sont capables de massacrer des régiments entiers avec une sauvagerie atroce. Ils font preuve d’une efficacité mortelle et abattent un ennemi à chaque coup de leur arme. Chaque coup, chaque morsure défait un ennemi, qui se retrouve souvent complètement démembré par la sauvagerie de l’attaque. Un tel spectacle est une véritable boucherie, car l’ennemi est littéralement déchiqueté.

Lorsqu’un Saurus mène une armée, quelques-uns de ses pairs se voient assigner un rôle sur le champ de bataille. L’ennemi doit donc faire face à un mur de muscles et d’écaille inébranlable, commandé en ses points les plus importants par les meilleurs guerriers de toute la race des Hommes-Lézards.

  • Prédateurs Nés : Comme tous les Saurus, les Kuraq et Kuraq-Kaq sont de redoutable combattants dont le corps et l’armement ont été créés afin d’optimiser leur potentiel martial. Ils savent aussi bien utiliser leurs armes aiguisés que leurs mâchoires et griffes. Même leurs boucliers sont conçus pour frapper.
  • Traces de l’Âge : Plus un Saurus se fait vieux, plus il devient féroce et coriace. Les solides écailles qui couvrent son corps s’épaississent et certaines plaques se calcifient définitivement. Sa squame se fait plus pâle, signe supposé de la bénédiction des Anciens. Ainsi, leurs protections naturelles s’améliorent avec l’âge, ce qui les rend plus résistants mais aussi plus redoutables, car il n’est pas rare qu’ils soient recouverts d’épines osseuses. En plus de l’apparition d’excroissances acérées, les muscles noueux du vénérable Saurus deviennent encore plus puissants, le rendant capable de broyer la pierre à main nue. Les cicatrices, les brûlures et les morsures qui sillonnent le corps d’un Saurus témoignent également de son âge.


Sources

  • Livre d’Armée des Hommes-Lézards, V7
  • Livre d’Armée des Hommes-Lézards, V8