Isabella la Maudite

De La Bibliothèque Impériale
Isabella la Maudite, Fléau des Morts-Vivants
Quand Vlad von Carstein périt devant les portes d’Altdorf, son épouse Isabella devint folle de tristesse. Les deux Vampires étaient des amants inséparables depuis de longues années. Lorsqu’elle réalisa qu’elle avait perdu à jamais son âme sœur, Isabella préféra se jeter du haut des remparts de la cité au lieu d’affronter l’éternité sans lui. Son corps alla s’empaler sur les piques qui ceignaient les murs d’Altdorf, avant de tomber en poussière emportée par le vent.

Cet élan de dévouement absolu aurait dû être le dernier acte d’Isabella. Néanmoins, la Fin des Temps approchait et le pouvoir des Dieux du Chaos grandissait. Avant même que Nagash relève ses Mortarchs, quelqu’un d’autre extirpa l’essence d’Isabella de par-delà le voile. Nurgle ramena l’âme de la Comtesse sur la terre des vivants, non pas par altruisme, mais parce que le Dieu de la Peste, amusé par l’intelligence fertile d’Isabella, voulut la transformer en une arme d’ironie. Elle serait un avatar de l’entropie et de la renaissance, l’agent du châtiment de Nurgle contre les Morts-Vivants. Nagash et ses adeptes transgressaient l’ordre naturel depuis trop longtemps, insultant Nurgle à chaque inversion magique du cycle de la décomposition. Nurgle était ravi de faire d’un Mort-Vivant l’instrument qui causerait la perte de sa propre engeance.

La chose maudite que le pouvoir de Nurgle ressuscita était Isabella sans être Isabella. Si la Comtesse était restée aussi belle qu’avant, Nurgle avait enchaîné un Démon à son âme. Cette vile créature, une entité du nom de Bolorog, était un puissant Démon de la peste qui dominait irrémédiablement la volonté d’Isabella. Bien qu’elle suppliât et qu’elle se débattît pour retirer les chaînes enserrant son âme, Isabella ne put échapper à Bolorog, et fut forcée de se soumettre aux commandements du Démon. Bien sûr, elle n’était pas totalement réticente, car il lui en fallait peu pour haïr la plupart des Mortarchs de Nagash - ceux qui l’avaient toujours traitée avec mépris, tandis que ceux qu’elle ne connaissait pas ne signifiaient rien pour elle.

Cependant, la ruse la plus cruelle de Bolorog fut de corrompre les sentiments d’Isabella pour Vlad. L’amour le plus sincère peut virer à la haine la plus amère si la trahison est suffisamment douloureuse. En manipulant les souvenirs d’Isabella, Bolorog broda une histoire d’humiliation et de servitude qui aliéna la Comtesse. Elle voyait son passé à travers une lunette déformante, chaque acte de bonté de Vlad se muant en brimade et son amour séculaire en honte pathétique.

Assoiffée de vengeance contre Vlad et tous ses semblables, Isabella la Maudite marcha sur la Sylvanie en tant qu’avatar du pouvoir de Nurgle. Son contact rétablissait le cycle de la vie dans la chair des Morts-Vivants, accomplissant en quelques secondes le processus de décomposition suspendu depuis d’innombrables années. La Magie de la Non-Vie n’avait aucune emprise sur elle, alors que sa simple présence suffisait à défaire les enchantements asservissant les morts ambulants. Même les propriétés revitalisantes du Calice de Sang s’étaient dégradées, remplacées par des pestes attendant d’être libérées. Isabella était l’arme de Nurgle contre les Morts-Vivants, Bolorog l’incitant à exercer sa vengeance, tandis que la dernière once de raison de la Comtesse implorait qu’on la délivre.


Isabella la Maudite possède l’Objet Magique suivant :
  • Le Calice de la Peste

Source[modifier]

  • La Fin des Temps - Archaon