Héraldique Impériale

De La Bibliothèque Impériale

La plupart des citoyens de l'Empire n'ont pas droit au privilège de posséder d'authentiques armoiries familiales. Il existe malgré tout une longue tradition dans le domaine de la décoration et de l'héraldique. Les armures peintes, la bijouterie ouvragée, les armes gravées, les reliques, les amulettes en os sculpté et toutes sortes d'autres colifichets sont excessivement répandus. Dans ce domaine, l'objet le plus populaire est certainement le bouclier décoré, tout au moins chez les gens du peuple.

La noblesse ironise volontiers sur ces traditions populaires et les considère comme des pratiques de simplets et de gens de vile naissance. À la guerre, des armoiries officielles sont le moyen habituel d'identifier les nobles, les Électeurs et les différentes maisons mineures. Du fait que les chevaliers sont totalement enfermés dans leurs armures de plaques, leurs couleurs familiales aident les autres chevaliers et les guerriers à distinguer leurs amis de leurs ennemis dans le feu de l'action. Ce qui, au début, n'était qu'un simple système de couleurs et de symboles a fini par évoluer pour devenir une discipline aristocratique, incorporant des éléments relatifs au lignage et à l'histoire, qui permet de retracer une généalogie et de légitimer l'appartenance d'un individu à une lignée. Naturellement, les gens du peuple se moquent complètement de ce genre d'affectations.


Un blason est constitué de deux éléments fondamentaux : un arrière-plan (ou champ) et un ou plusieurs symboles. L'arrière-plan est généralement habillé d'une couleur ou d'un motif, mais il peut également être garni d'une simple bordure tracée autour d'un écu uni ou même sans couleur du tout. Le symbole placé sur cet arrière-plan est exactement ce que son nom indique : l'image d'un sanglier, d'un dragon ou d'un pin, par exemple. Chaque blason se distingue des autres par ses couleurs, ses emblèmes et la disposition de tous ces éléments.

Le champ de l'écu est parfois divisé en partitions, par exemple par tiers horizontaux, avec une couleur différente pour le haut, le milieu et la base. Il peut encore être divisé verticalement en deux moitiés, gauche et droite. La répartition des couleurs et des formes sur le champ est une autre façon de faire la distinction entre les différents blasons. Les partitions choisies pour constituer l'arrière-plan d'un blason constituent la base de celui-ci et le divisent en plusieurs sections. La largeur de ces bandes et partitions est également significative. Même si deux personnes possèdent un blason au champ divisé par une bande identique en forme et en couleur, on utilise alors des bandes plus ou moins larges afin de pouvoir les distinguer l'un de l'autre.

Motif du Champ de l'écu
Motif Signification courante
Uni, sans couleur Humbles origines, exclus de sa famille, incognito
Bordure de cuir Artisan ou accession récente à la classe moyenne
Bordure rayée Alliance du nord et du sud
Bordure à damier Alliance de l'est et de l'ouest
Partagé en deux Union de deux puissantes maisons
Bandes verticales Ancienne tradition militaire
Motif en X Relations avec la chevalerie
Motif en Y Relations avec les baronnies
Barre horizontale Signification incertaine, motif traditionnel
Bordure dorée Associations commerciales
Ligne brisée en forme d'éclair Famille honorée sur le champ de bataille
Losange Très grande fortune
Cercle Résolution extrême / lié par un serment
Carré Célèbre pour sa force d'âme
Écartelé en quatre quartiers Lignée établie depuis longtemps
Damier Lignée séculaire et vénérable

Dans l'Empire, les couleurs d'un blason dénotent l'allégeance d'une personne à un ordre particulier ou son appartenance à sa région d'origine. En dehors des couleurs officielles de l'État, les gens peuvent utiliser d'autres couleurs (ou émaux) parmi lesquelles le bleu (ou azur), le rouge (ou gueules), le pourpre, le noir (ou sable), l'orangé et le vert (ou sinople), ainsi que des métaux, parmi lesquels l'or et l'argent. Il existe également deux couleurs dites «bâtardes» qui sont rarement employées, le violine et le châtain. Lorsque l'ordre ou la province ne rentre pas en ligne de compte, le choix des couleurs est souvent une affaire de caprice personnel chez les gens du peuple. En revanche, dans la noblesse, la signification traditionnelle des symboles héraldiques reste un facteur déterminant.

Couleurs Officielles des Provinces de l'Empire
Province Couleurs
Reikland blanc/beige
Altdorf bleu et rouge (touches de blanc)
Bögenhafen pourpre ou violine et blanc
Hochland rouge et vert
Middenland bleu (touches de blanc ou d'autres couleurs contrastées)
Middenheim bleu et blanc (touches de jaune)
Drakwald jaune[1]
Carroburg Rouge sombre[2]
Nordland bleu et jaune
Wissenland blanc et gris/noir (Rouge et gris avant la Waaagh! Gorbad[3])
Nuln noir (touches de rouge, bleu et blanc)
Ostermark jaune ou blanc et violet ou rouge
Ostland blanc et noir (parfois des touches bleu azur)
Stirland vert et jaune/noir
Averland jaune et noir
Talabecland jaune et rouge (touches de bleu)
Talabheim rouge et blanc
Marienburg rouge, jaune et bleu

On peut voir fleurir de nombreuses autres catégories de motifs sur les champs des armoiries, depuis les lignes ondulées jusqu'aux formes géométriques, en passant par d'étranges volutes. Il est également très courant d'y incorporer un animal ou un objet en guise d'emblème : un soleil souriant, une main levée, une épée, des chausse-trappes, des meules de foin, des arbres, etc. Le lys est un emblème fréquemment utilisé sur les écus des Bretonniens où il symbolise le dévouement à la Quête du Graal. D'autres personnes y inscrivent des images religieuses, comme le marteau de Sigmar ou le symbole sacré d'Ulric ou encore les glyphes magiques du Chaos ou d'un seigneur démon en particulier. Si le champ de l'écu est divisé en croix, un symbole particulier peut être placé dans chacune de ses partitions. Lorsqu'un animal ou un monstre est inclus dans un blason, son apparence et son attitude sont des moyens supplémentaires de distinguer celui-ci d'autres blasons similaires.

Symboles régionaux
Province Symboles
Altdorf Squelette à la tête encapuchonnée, Marteau, Couronne, tête de griffon
Nuln Canon, lion, pont, balance, jeune femme aux yeux bandés
Middenheim quatre tours, loup blanc et autres symbole d'Ulric
Talabheim Chaland de rivière, comète à deux queues, vierge guerrière, arbre, tête de cerf et autres symboles de Taal
Coq Moot
Ours Kislev
Cheval blanc Estalie
Pièces de monnaie Tilée
Middenland Citadelle, loup blanc et autres symbole d'Ulric
Ostermark Étoile, Manticore
Nordland Lion, navire, poisson, croix, aigle de mer, ancre, couronne à 5 pointe de Manann
Averland Lune, soleil, marteau, croix
Reikland Tête de mort, Aigle
Talabecland Rivière, aigle, arbre, ramure, et autres symboles de Taal
Stirland Reine guerrière, cor de chasse, Squelette
Hochland Cor de chasse, arc, croix
Ostland Tête de taureau
Wissenland Soleil, lion

En plus des décorations liées à la myriade de dieux du Vieux Monde et à leurs symboles dont se parent couramment les soldats et les voyageurs, de nombreuses personnes portent une bannière aux couleurs de l'Empire, des amulettes, un uniforme ou encore agrémentent leur armure et leurs vêtements de symboles impériaux importants. Il existe de nombreuses variations possibles sur ces thèmes, mais la plupart des symboles et des éléments suivants sont utilisés d'un bout à l'autre de l'Empire.

  • La couronne : Généralement combinée à un autre symbole, la couronne est le signe de la noblesse et de la souveraineté. Certains nobles puissants l'utilisent pour souligner leur lien de parenté avec l'un des chefs des origines, de ceux qui se joignirent à Sigmar à l'époque préimpériale, marquant ainsi leur droit divin à gouverner. De nos jours, la couronne a fini par supplanter la guirlande.
  • La croix : La croix est un emblème d'unité, très semblable en cela au marteau sigmarite. Lorsque Sigmar unifia les tribus des hommes et marcha sur le Col du Feu Noir pour combattre aux côtés des nains, ses légions convergèrent depuis les trois zones géographiques principales de l'Empire, le nord, l'ouest et l'est, chacune étant représentée par l'un des bras de la croix. Le quatrième représente les nains et, ainsi, la croix symbolise également l'honneur et le respect de la parole donnée. À l'occasion, la branche descendante de la croix peut être allongée et prendre la forme d'une épée. C'est un symbole commun dans l'Empire qui représente aussi la loyauté à l'Empereur. Elle est particulièrement fréquente au Hochland.
  • L'épée: Bien que l'épée soit le symbole attitré de Myrmidia et de Véréna, elle est également celui des prouesses martiales. De nombreux régiments au service d'un chef revendiquant une ascendance noble l'incorporent dans leur blason. L'épée représente également le Croc Runique, emblème tangible du Comte Électeur et de la légitimité de son droit à exercer son autorité.
  • Le griffon: Lorsque Magnus le Pieux fut élevé à la dignité d'Empereur et installa sa cour à Altdorf, il devint le premier des Empereurs du Griffon, une dénomination qui a traversé le temps jusqu'à Karl Franz. Au fil des siècles écoulés, le symbole du griffon est devenu de plus en plus fréquent dans l'Empire et il en est venu à symboliser l'Empereur lui-même, l'Empire dans son entier, la faveur de la cour impériale ou un régiment chargé d'accomplir une mission au nom de l'Empereur.Dans ce dernier cas, on le voit souvent sur un étendard secondaire qui sert d'insigne de campagne aux régiments combattant par ordonnance impériale.
  • La guirlande: La guirlande de laurier représente les dirigeants et la victoire. Avant que les nains ne forgent la couronne de l'Empereur, les chefs des tribus portaient couramment une couronne de laurier comme symbole de prestige. Lorsque le chef n'était pas présent en personne, son héraut ou son champion la portaient parfois pour montrer qu'ils avaient sa faveur. Ainsi, les lauriers de la victoire sont parfois remis à un guerrier ou à un régiment qui se sont particulièrement distingués au cours d'une bataille ou d'une campagne, ou qui ont démontré leur valeur d'une autre façon.
  • Le lion: Le lion est un symbole très répandu de courage, de puissance et de virilité. Parmi les plus fiers régiments impériaux, beaucoup l'emploient pour faire étalage de leurs exploits au combat. Toutefois, il est tellement courant qu'il a fini par perdre un peu de son impact au fil du temps.
  • Le sablier: Le sablier rappelle que tout à une fin, qu'un homme est jugé suivant les actes qu'il a accomplis dans sa vie et que le temps qui lui est imparti pour faire ses preuves n'est pas infini. Le sablier possède également une signification particulière depuis la bataille du donjon d'Elstwater, en 2015, au cours de laquelle le comte Ostrein de Nordland apporta un grand sablier sur les remparts de son château assiégé et implora ses hommes de tenir encore une heure. Il retourna son sablier au moment où les troupes du Middenland se lançaient à l'attaque et, pendant une heure, les défenseurs tinrent bon devant l'armée pourtant largement supérieure en nombre du graf de Middenheim. Au moment où les derniers grains de sable tombaient, une terrible tempête se déclencha et les assaillants furent obligés d'abandonner. C'est ainsi que le sablier est devenu un symbole de bravoure et d'entêtement dans les régiments des provinces du nord.
Symboles religieux
Symbole Dieu
Marteau Sigmar, Unité
Comète à deux queues Sigmar, la volonté des dieux
Tête de loup Ulric
Pointe de lance Myrmidia
Balance Véréna, justice
Dés à jouer Ranald, chance
Colombe blanche Shallya
Rose noire Morr
Trident Manann
Cerf Taal
Gerbe de céréales Rhya
Spirale Taal et Rhya

Sources[modifier]

  • Warhammer JdR v2 - L'Arsenal du Vieux Monde
  • Uniform and Heraldry of the Empire
  1. Inferno! 6 page 16
  2. White Dwarf UK 146
  3. Gav Thorpe, Slaves to Darkness 3 : The Heart of Chaos, Black Library, 2004