Garde Noire d'Ostland

De La Bibliothèque Impériale
Livre elfe.jpg Attention, lecteur/lectrice de la Bibliothèque !

Cet article ou cette section est une traduction non officielle d'un texte
édité par Games Workshop, qui n'a pas de VF officielle.

Bien qu'ayant cherché à rester le plus fidèle au sens du texte, nous ne
pouvons en assurer l'authentique et sincère exactitude.

La Garde Noire d'Ostland est un régiment robuste et très expérimenté. Par leurs exploits, leur réputation a dépassé les frontières de leur province natale. Avec une telle réputation d'honneur et de courage, qui constitue la trame de leur longue histoire, il n'est pas étonnant que ces guerriers aient participé à d'innombrables campagnes pour le compte de nombreux Comtes Électeurs différents.

La Garde Noire est stationnée dans la ville de Wolfenburg. Les soldats prometteurs d'autres régiments, moins prestigieux, sont admis dans les rangs de la Garde uniquement sur la base du mérite. Le candidat doit avoir prouvé être un bon combattant, mais aussi un homme à l'âme robuste et au courage imperméable au feu de l'action. C'est alors seulement qu'il est jugé digne d'être pris en considération.

Rejoindre leurs rangs accorde du prestige, mais un statut social élevé ou des amis puissants ne faciliteront en rien l'entrée d'un homme dans la Garde Noire d'Ostland. C'est pour cette raison qu'ils restent une force de combat importante ; chaque homme a gagné sa place par des actions dures et éprouvées.

La Garde Noire est un régiment d'infanterie payé par la province et qui garde une force de combat complète d'environ cinq cents hommes dans le cadre de l'armée permanente. Ces hommes sont des soldats professionnels.

Le fait d'être remarqué, recommandé par un officier et incorporé dans ses rangs est la première étape sur le long chemin qui mène à devenir un Garde Noir. Le régime d'entraînement est punitif et seuls trois hommes sur dix tiennent jusqu'au bout. La plupart sont renvoyés dans leur ancien régiment, modérés et plus impressionnés que jamais par la Garde Noire :Akan. Ceux qui s'en montrent dignes sont invités à faire partie de l'un des régiments les plus célèbres de l'Ostland.

Une arme brutale et efficace[modifier]

Les gardes noirs sont formés à un haut niveau sur toutes les armes blanches, mais ils apprennent finalement à manier l'arme la plus difficile à maîtriser de toutes : l'épée à deux mains. La Flamberge, également connue sous le nom de zweihander, est une arme à deux mains de la taille d'un homme. Elle est extrêmement difficile à manier et il faut beaucoup d'adresse, de force et de discipline pour l'utiliser efficacement.

Bien que les lames soient fabriquées par les meilleurs forgerons d'armes de la province pour s'assurer qu'elles sont aussi souples, solides et légères que possible, ce sont des armes lourdes et il est dangereusement facile pour un homme de perdre le contrôle, surtout après un coup lourd sur un ennemi agile !

Chaque Province de l'Empire possède ses Joueurs d'Épée, ces guerriers d'élite qui sont la main droite d'un comte électeur, juste après ses Chevaliers. Leurs lames finement ouvragées sont de véritables objets de beauté, décorées d'un filigrane orné représentant les icônes de leur État ou de leur province ; pour Talabheim, il s'agit d'un lion d'or; pour les Joueurs d'Épée du Hochland, d'un faucon ou d'un autre oiseau de proie, et pour la Garde Noire d'Ostland, d'une tête de taureau. Chaque arme est également ornée de rubriques et de prières qui renforcent la foi du guerrier ou sa détermination au combat.

Les hommes de la Garde Noire d'Ostland s'entraînent tous les jours lorsqu'ils ne sont pas en campagne : ils s'entraînent à l'escrime, perfectionnant leur technique en prévision des batailles à venir.

Il est difficile pour un profane de comprendre comment la grande épée peut être utilisée au combat. Elle semble énorme, lourde et peu maniable ; en effet, elle est tout cela dans les mains de quelqu'un qui n'est pas entraîné à l'utiliser. Mais dans la poigne assurée d'un Garde Noir, c'est une épée mortelle et puissante, dont le pouvoir de neutraliser et de tuer n'a pas d'égal parmi les armes blanches.

Appelés les Gardes Noirs en raison de la couleur de leur armure de plate laquée et de leurs hauberts de cuir, ce sinistre titre honorifique provient également de leur comportement taciturne et de leur forte adhésion au credo de Morr. Avant chaque bataille, un prêtre du Dieu de la Mort et des Rêves bénit chacun des membres du régiment, dont les têtes sont inclinées au cours d'une génuflexion solennelle. Chaque homme porte également une pochette contenant deux pièces d'argent, la croyance étant que s'ils tombent au combat, cette offrande leur permettra d'être emporté par les bras de Morr dans son jardin et de ne pas être soumis aux assauts des démons et des nécromanciens.

Alors que la plupart des régiments d'infanterie se tiennent serrés les uns contre les autres dans le but de tenir l'ennemi à distance et de ne pas le laisser passer, les joueurs d'épée ont le même objectif, mais ils le poursuivent d'une manière différente. En raison de la longueur de la grande épée et de son mode d'utilisation - balancer la lame en larges cercles autour de soi, en visant les membres et les têtes - il faut beaucoup d'espace autour de chaque soldat pour s'assurer qu'il ne blesse pas ses camarades.

Cette méthode de guerre individualiste remonte à l'époque de Sigmar, où les hommes étaient jugés sur leurs seuls actes d'héroïsme au combat, et où les attaques coordonnées en rangs disciplinés n'existaient pas. Au combat, un Garde Noir se tient seul face à l'ennemi, avec sa section de la ligne qu'il doit défendre à tout prix, armé seulement d'une épée, d'une habileté et d'un courage inébranlables face à une adversité écrasante.

Lors d'une grande bataille, la partie de la ligne de front gardée par des joueurs d'épée parait très vulnérable : ils se tiennent à plusieurs mètres les uns des autres, sur quelques rangs, en s'appuyant sur leurs armes gigantesques.

La longue portée de la grande épée avec les bras en pleine extension signifiait que les adversaires ne peuvent pas s'approcher pour infliger un coup ; entrer dans la zone de défense autour des joueurs d'épée est le moyen le plus sûr de perdre un membre.

Les gardes noirs marchent sur une corde raide au combat... S'ils manquent leur forçage ou leur prise sur la garde, ou s'ils perdent le contrôle de leur arme, ils peuvent se battre pour garder l'équilibre et tomber, ce qui donne à l'autre le temps de s'élancer et d'infliger un coup mortel. La survie de la Garde Noire est assurée par des coups bien ciblés et contrôlés ; leurs armes ne sont pas conçues pour les feintes et les parades, elles doivent frapper rapidement pour blesser ou tuer.

Stratégie et Tactiques

La supériorité numérique ou les technologies de pointe ne sont pas une défense si l'esprit qui les manie n'est pas enclin à modifier ses plans face à la stratégie de l'ennemi. Les généraux rusés chercheront toujours à exploiter un adversaire à l'esprit inflexible.

Un bon général doit être capable d'évaluer une situation, de juger les mouvements de l'ennemi avec rapidité et détermination et d'adapter sa tactique pour faire face aux changements et aux dangers au fur et à mesure qu'ils se présentent. Il doit être un maître stratège et un maître tacticien. Il est important de comprendre la distinction entre la stratégie et la tactique.

Une stratégie doit être planifiée avant la bataille ; c'est un plan d'attaque général qui détermine le déroulement de la campagne ou de la bataille. La tactique, ce sont les manœuvres et les décisions prises (petites ou grandes ; chaque décision est importante) pendant le conflit pour mettre en œuvre la grande stratégie et en assurer le succès. La maîtrise de ces arts est essentielle à la réussite d'un général.

La Garde Noire à Hel Fenn[modifier]

A la Bataille de Hel Fenn, ce n'est pas sans raison que le Stirland a placé des éléments de la Garde Noire sur les flancs de sa ligne lorsqu'il s'est préparé à affronter l'armée des morts de Mannfred von Carstein. Il était impératif qu'il protège son armée d'une attaque de flanc, et il savait que les gardes noirs étaient les soldats les mieux équipés sous son commandement pour le faire. Ces guerriers étaient prêts à affronter toutes les horreurs mortes-vivantes qui se déchaînaient contre eux. Ils étaient dirigés par Vladimir Ludennacht, champion du comte électeur d'Ostland et émissaire de ce dernier auprès du comte électeur Martin du Stirland, qui portait une arme de toute beauté, à la tête de faucon stylisée, ciselée, qui scintille sur la poignée de la grande épée à deux mains. Quatre mille redoutables guerriers en armure laquée noire se terraient dans un vieux fortin, et un autre millier dans la ferme voisine.

Outre leur professionnalisme farouche qui leur interdit de s'incliner devant un ennemi, aussi nombreux ou puissant soit-il, les armes de la Garde noire de l'Ostland sont extrêmement puissantes contre les forces des Morts-Vivants.

Les guerriers morts-vivants sont très différents des ennemis vivants et les coups habituellement mortels ou incapacitants ne parviennent guère à gêner ces créatures, et encore moins à les vaincre. Ils ne saignent pas et n'ont pas d'organes vitaux à détruire ; les morts-vivants doivent être taillés en pièces et détruits afin de les arrêter.

C'est là que la flamberge de la Garde Noire prend tout son sens. Il s'agit d'une arme tranchante qui donne des coups d'une telle puissance qu'elle permet de trancher des membres avec une relative facilité. A Hel Fenn, la Garde Noire avait pour objectif de trancher les têtes et de couper les torses, afin de neutraliser leurs adversaires le plus rapidement possible. Le plan a fonctionné avec un tel succès qu'ils ont retenu de vastes hordes de zombies et de squelettes pendant la bataille, s'assurant ensuite que les flancs de l'armée étaient sécurisés.

Tous les soldats de la Garde Noire de l'Ostland qui ont combattu à Hel Fenn ont reçu (souvent à titre posthume) l'Ordre de la Rose Épineuse, une prestigieuse récompense militaire propre au Stirland. C'est une récompense pour ce célèbre régiment d'hommes que d'avoir obtenu un tel honneur, car sans eux, les frontières de l'Empire seraient certainement moins bien tenues.

Sources[modifier]

  • Matt Ralphs, The Empire at War, Black Library, 2006 (traduit par un ostlandais égaré)
  • Steven Saville, Les chroniques des von Carstein Tome III - Châtiment, La bibliothèque interdite, 2010