Duché de Bordeleaux

De La Bibliothèque Impériale
Blason de Bordeleaux
« Çui qu’est trop sobre, y les voit, pis y d’vient fou. Pouf ! »
- Bourgeois de Bordeleaux tout à fait sérieux


Le Bordeleaux est essentiellement composé de terres arables, mais également de quelques pâturages près de la côte. Les falaises de Bordeleaux sont particulièrement hautes et spectaculaires, mais s’il existe quelques îles en haute mer, les récifs et les courants marins qui rendent la côte du Duché de L'Anguille si périlleuse sont rares ici. Le meilleur port est la ville de Bordeleaux elle-même, mais il existe une douzaine d’autres ports naturels importants et encore plus de villages de pêcheurs, dont beaucoup sont taillés à même les hautes falaises.

L’extrémité sud-est du Bordeleaux est recouverte par la Forêt de Châlons. La portion occidentale de la forêt est moins dangereuse que celle qui couvre la Bastogne et un certain nombre de villages semblent s’y épanouir. Malgré tout, les raids des Hommes-Bêtes contre les villages sont plutôt fréquents et les habitants de ces bois sont autonomes.

Au nord, le Bordeleaux dispose d’une frontière conséquente avec la terre maudite du Duché du Moussillon. À l’embouchure du fleuve, il s’agit d’un haut escarpement où les falaises côtières du Bordeleaux jouxtent le marais qui forme le Moussillon. Toutefois, en amont, la côte du Bordeleaux s’abaisse tandis que la bordure du Moussillon gagne en altitude, de telle manière que sur la moitié de la longueur de la frontière, la Grismerie est la seule barrière entre les duchés. Elle n’est pas très efficace et beaucoup de choses arrivent à la franchir. Le problème principal vient des Morts-Vivants, mais les bandits, les Hommes-Bêtes et les Enfants du Chaos sont également des menaces fréquentes. Le fleuve est essentiellement délaissé à cause de la terreur que suscitent les créatures qui y vivent.

Les Habitants[modifier]

Le Bordeleaux
« Je crois que la tradition de Bordeleaux veut que les hommes restent sobres le jour de leur anniversaire, quand leur âge se finit par un zéro et que Mannslieb est pleine. »
- Gustav von Marksheim, étudiant et expatrié impérial, résidant à Bordeleaux depuis dix ans

Par opposition à leur Duc discipliné, les gens du Bordeleaux sont connus pour passer une bonne partie de leur vie complètement pompette, pour ne pas dire ivres morts. Naturellement, ce n’est pas une vérité universelle. Le Bordeleaux est la patrie de bien des marins expérimentés et ceux qui sont saouls en permanence n’acquièrent jamais ce statut. Il est vrai que le vin produit le long de la côte Bordeline est particulièrement fin, naturellement abondant, et essentiellement consommé sur place. Les Bordelins boivent même fréquemment du vin non coupé. Le vin local, quelle que soit sa qualité, coûte moitié moins cher en Bordeleaux. Le vin des autres régions coûte le triple de celui qui est produit localement.

Un bon nombre d’aventuriers Bordelins partent pour échapper à la spirale sans fin des beuveries, des bagarres, des séances de vomissements et du coma éthylique. Par conséquent, beaucoup sont profondément déçus par leurs compagnons. D’autres s’en vont parce qu’ils ont la malchance d’être nés près de la frontière du Moussillon et ont pensé que la vie d’aventurier leur apporterait plus de sécurité.

La popularité de Manann le long de la côte est un autre trait remarquable de la vie Bordeline. Si les marins de tous pays rendent hommage au Dieu de la Mer, les Bordelins sont particulièrement fervents et même la dévotion que lui témoignent les nobles n’est pas factice. Ces derniers ont tendance à penser que le domaine de la Dame du Lac se termine là où l’eau devient salée.

Les traditions maritimes du duché ont provoqué un schisme entre les nobles. Ceux qui vivent dans l’arrière-pays ressemblent à la plupart des nobles de Bretonnie, adorant principalement la Dame du Lac et tirant leur richesse de la terre. Ceux de la côte vénèrent avant tout Manann et possèdent peu de terres : leur fortune vient de la mer. Ces nobles sont aussi susceptibles d’envoyer leurs fils voyager en mer que de les lancer à l’aventure en tant que Chevaliers Errants. Il n’y a pas vraiment d’hostilité entre les deux groupes, mais simplement une incompréhension profonde.

Le Bordeleaux entretient de bonnes relations avec le Duché de Bastogne et le Duché d'Aquitanie, mais ses liens avec le Moussillon sont réduits au strict minimum : on donne aux Chevaliers des fiefs le long du fleuve avec pour devoir de renvoyer les monstres d’où ils viennent. Cependant, il existe une forte rivalité entre le Bordeleaux et le Duché de L'Anguille, issue de leur concurrence maritime. L'Anguille est de loin le port de commerce le plus important et cette rivalité touche par conséquent bien plus profondément les habitants de Bordeleaux.

Expressions de Bordeleaux[modifier]

  • « Complètement gâché » : absolument sobre. Se réfère à l’idée qu’on a manqué une occasion de s’enivrer, ou une occasion en général.
  • « Boire comme la mer » : boire de grandes quantités d’alcool.
  • « Il met du sel dans son vin » : il reste sobre la majeure partie du temps. Se réfère aux marins.
  • « Une tempête dans un verre à vin » : une querelle, une vendetta ou une guerre entièrement due à l’abus d’alcool.

Sites Notables[modifier]

Source[modifier]

  • Warhammer JdR - Les Chevaliers du Graal