Mouche à Peste

De La Bibliothèque Impériale
(Redirigé depuis Drone de la Peste)
Mouches à Peste, Drones de la Peste, Essaimeurs Épidémiques, Pyoptère, Bourdons Buboniques

Les Mouches à Peste sont des créations de Grand-Père Nurgle particulièrement affreuses, malveillantes et rancunières ; des insectes démoniaques colossaux dont l’apparence est si blasphématoire que leur simple vue marque l’esprit comme un fer rougi au feu marque la chair. Seuls les traités d’occultisme les plus hermétiques parlent de l’immonde procédé par lequel sont engendrées ces créatures, qui éclosent dans les recoins gluants du Jardin de la Pourriture, là où les fous et les clairvoyants errent en songe. Certaines Bêtes de Nurgle, déçues par la passivité de leurs jouets mortels, conçoivent du ressentiment au fond de leur âme enthousiaste. La confusion et la déception mènent à la frustration puis à l’amertume et au ressentiment. Au fil des millénaires, les germes de la méchanceté grandissent dans le cœur de la bête, se nourrissant de sa dépression et de son angoisse tels un cancer.

La dernière goutte, pour la Bête, est la trahison de ceux dont elle recherche l’amitié. Dans sa quête de réconciliation, la bête optimiste met ses doutes de côté et bondit vers les rangs des mortels qui ne peuvent lui échapper. Si l’un de ces ingrats tue la bête d’un coup chanceux, elle est bannie aux Royaumes du Chaos où, au cours des siècles suivants, elle devient une chrysalide protégée de la cruauté du monde par une couche de mucus et de dépit. Une métamorphose démoniaque s’opère à mesure que la haine tapie dans la bête croît en se nourrissant des restes de sa précédente incarnation. Enfin, une créature chitineuse adulte émerge de son cocon, pleine de malveillance impitoyable et avide de se venger de cet univers indifférent. Les Mouches à Peste ainsi engendrées sont encore plus convoitées par les Porte-Pestes que les Palanquins, car dans leur hâte de châtier les mortels qui les ont rejetées, elles se ruent au combat avec une célérité sans pareille, sans oublier que l’altitude leur permet de mieux recenser les maladies répandues sur le champ de bataille, et d’intervenir promptement en cas d’opposition aux plans de Nurgle.

Les Mouches à Peste fondent sur leurs proies en vrombissant et en plongeant leurs membres acérés dans la chair de leurs proies. Elles fixent leurs trompes préhensiles et leurs pièces buccales postérieures au visage des victimes, et elles gloussent méchamment en détachant les têtes, avant de les avaler. Quand elles ont affaire à de simples soldats du monde des mortels, les Mouches à Peste digèrent lentement la chair avant d’excréter des têtes funestes infectées, que leur cavalier Porte-Peste peut jeter sur l’ennemi, mais dès qu’elles en ont l’occasion, elles traquent les guerriers éminents qui ont abattu leurs incarnations antérieures. De tels individus ont droit à un traitement spécial : les Mouches à Peste écartent les mandibules à un point qu’on croirait physiquement impossible, avalent leurs proies entières, et les retiennent pour l’éternité dans leur abdomen distendu et glaireux.

Source

  • Livre d’Armée des Démons du Chaos, V8