Cygor

De La Bibliothèque Impériale

Les Cygors sont de lointains cousins des Minotaures, mais comme ils sont originaires des régions les plus corrompues par la Magie du Vieux Monde, ils ont évolué différemment de ceux-ci. Ce sont des géants hideux et difformes, semblables aux Minotaures mais en même temps dotés d’un seul œil au centre de leur front. Grâce à celui-ci, un Cygor voit non pas le monde matériel, mais les Vents de Magie qui soufflent et s’enroulent autour des créatures qui peuplent le monde. Comme on pourrait d’en douter, le fait d’être affligé par de telles visions depuis sa plus tendre enfance ne manque pas de plonger un Cygor dans la démence la plus profonde.

Les Cygors parcourent les forêts du Vieux Monde en écrasant des arbres qu’ils ne peuvent pas voir et en semant la destruction. Ils ont constamment faim, car ils ne peuvent traquer les proies que les autres Minotaures n’ont aucun mal à capturer. Lorsqu’un Cygor parvient à s’emparer d’une créature, il la dévorera avec encore plus d’avidité qu’un Minotaure, même si la chair n’est que l’écrin qui abrite ce dont les Cygors se délecte réellement : l’âme de sa victime.

Les seules proies qu’un Cygor détecte facilement sont celles dotées de pouvoir magiques, car leur esprit rayonne à des lieues à la ronde comme un fanal. Il chasse donc constamment les mage, les sorcières et les enchanteurs afin de dévorer leur chair, et surtout l’âme succulente qu’elle renferme. Pour un Cygor, une mêlée apparaît comme un tourbillon indistinct et confus, cependant il peut parfaitement voir les ennemis dotés de capacités magiques, comme les Sorciers, les Démons, les Morts-Vivants et même les guerriers porteur d’objets magiques !

Les Cygors sont poussé au combat par la volonté des Dieux Sombres, ou plus rarement un Chaman Homme-Bête, qui leur envoient des visions de lumières irréelles. Ainsi, ils accompagnent les Hardes et poursuivent les buts du Chaos bien qu’ils soient affligé d’une vie de douleur, de faim et de démence. Une fois sur le champ de bataille, ils traquent les jeteurs de sorts et sont attirés à eux comme des requins par le sang. Ils portent des blocs arraché à des pierres gardiennes, des temples, des monolithes ou d’autres monuments magiques, car c’est le seul matériaux qu’ils sont capable de percevoir, et lancent ces projectiles sur l’ennemi qui leur barre le passage afin de pouvoir atteindre leur proie sans difficulté (bien qu’il puisse parfois maladroitement se faire tomber le rocher sur le pied).

La taille et la férocité d’un Cygor sont déjà suffisantes pour terrifier les mortels, mais ceux qui connaissent leur véritable appétit les craignent par-dessus tout. Pour un sorcier, un Cygor est une vision de cauchemar, car il sait que la créature est là pour le traquer personnellement, le saisir dans ses grosses mains calleuses et l’écarteler vivant avant de se repaître de son âme. Nombres de Magiciens ont perdu leur calme à la vue d’un Cygor, se retrouvant parfois incapable de canaliser correctement les énergies magique nécessaire pour lancer leurs sorts, ce qui entraine toujours des conséquences catastrophiques.


Cygor.jpg

Source

  • Livre d’Armée des Hommes-Bêtes, V7