Bel-Shanaar

De La Bibliothèque Impériale
(Redirigé depuis Culte du Plaisir)
L’Explorateur, 1-1669 (Calendrier Impérial - 4419 à - 2750)

Après la disparition d’Ænarion, le désordre régnait partout sur les terres d’Ulthuan. La Reine Éternelle était morte, le Roi Phénix perdu, et le Prince Dragon Caledor le Dompteur de Dragons|Caledor emprisonné à jamais sur l’Île des Morts avec les plus grands et les plus sages des sorciers Hauts Elfes. Après la perte de leurs chefs, les armées du Chaos se retirèrent, harcelées par les troupes d’Ulthuan qui les taillèrent en pièce. Le pays retrouva la paix mais l’Âge d’Or était passé pour toujours. L’invasion du Chaos avait donné de nombreuses leçons aux Elfes qui jurèrent de ne plus jamais se laisser surprendre par leurs ennemis. Les terres étaient ravagées mais de nombreux royaumes puissants s’étaient levés en Ulthuan, des cités nouvelles s’étaient développées autour des vieilles forteresses. La plupart des grandes cités Elfiques datent de cette époque, ce qui explique en partie leurs sites isolés et faciles à défendre. Les princes de ces royaumes décidèrent qu’ils avaient besoin de quelqu’un pour les guider dans l’éventualité d’une nouvelle guerre. Le premier conseil se tint au temple d’Asuryan, un an après la disparition d’Ænarion.

Là, les Elfes apprirent que les premiers enfants d’Ænarion étaient toujours en vie. Sentant la mort approcher, leur mère les avait envoyés se réfugier dans le Val de Gaen. Ils se perdirent et furent sauvés d’une attaque du Chaos par l’Homme-Arbre Cœur de Chêne et son peuple qui les avaient gardés en sécurité dans la profonde forêt alors que la guerre faisait rage. Yvraine était prête à devenir la nouvelle Reine Éternelle car en elle vivait l’esprit d’Astarielle.

Le Second Roi Phénix

La Lignée de Morelion

On ne sais pas pourquoi Morelion ne fut pas envisagé comme successeur potentiel d’Ænarion sur le trône du Roi Phénix. Morelion sembla satisfait de s’approprier plusieurs des plus puissants artefacts créés pour la guerre contre les Démons, puis il se retira en Avelorn, où il put continuer de veiller sur sa sœur, la Reine Éternelle Yvraine.

Le successeur le plus évident au trône du Roi Phénix était Malékith, le fils d’Ænarion et de Morathi. Il avait grandi et était devenu un puissant guerrier, un grand sorcier et un excellent général. C’était un bel homme et un grand orateur, doué d’un talent inné pour la diplomatie et le commandement. Mais ceux qui se souvenaient des jours cruels de la cour d’Ænarion à Nagarythe se demandaient si un enfant élevé là-bas pouvait être entièrement saint d’esprit.

D’autres se rappelèrent les funestes paroles de Caledor sur la malédiction de la lignée d’Ænarion. D’autres encore désiraient avant tout un mariage entre les deux trônes pour symboliser le renouveau des Rois Elfes et l’unité des anciens et des nouveaux dirigeants. Malékith ne pouvait rester prétendant, la Reine Éternelle étant sa demi-sœur. Malékith parla franchement et dit qu’il ne désirait le trône que pour honorer la mémoire de son père. Si les princes ne le choisissaient pas, cela n’aurait aucune importance, il rendrait hommage à celui qui serait élu. Les princes pensèrent que c’était là de justes paroles et le prirent au mot. Ils désignèrent Bel-Shanaar, prince de Tiranoc, un Elfe qui s’était illustré pendant la guerre et qui représentait maintenant la voie de la paix et de la raison. Morathi cria son mécontentement de voir son fils ainsi évincé, mais ce dernier l’apaisa et entérina cette décision. Il fut le premier à s’agenouiller devant le futur Roi Phénix. Les astrologues et les devins calculèrent le meilleur moment pour le début du règne et la cérémonie. Le jour du couronnement, les prêtres d’Asuryan chantèrent les incantations qui permirent à Bel-Shannar de traverser indemne la flamme sacrée. Les Garde Phénix, survivants des guerriers qui avaient été témoins de l’avènement d’Ænarion, l’attendaient au-delà de la flamme pour poser sur ses épaules le manteau de plumes royal. La voix de Malékith fut la première à l’acclamer. Ainsi débuta la grande période d’exploration et d’expansion. Durant les premiers siècles du long règne de Bel-Shanaar, les Elfes réparèrent les dommages de la guerre et explorèrent les contrées alentour. Leurs vaisseaux traversèrent les mers et longèrent les côtes des continents. Des colonies tentèrent de s’implanter en Lustrie, mais ils ne furent pas spécialement bien accueillis par les indigènes. D’autres colonies virent le jour dans le nord du Nouveau Monde et dans le Vieux Monde. Des contacts furent établis avec les Nains avec qui ils créèrent des échanges commerciaux et culturels. Au début, au moins, les Elfes avaient beaucoup à enseigner aux Nains et beaucoup à gagner sous la forme de richesses minérales, de fourrures rares et de joyaux précieux. Une ère de commerce et de paix s’ouvrit devant les Hauts Elfes.

Les gens commençaient à oublier les horreurs de la longue guerre et la population augmentait. Bel-Shanaar, marin d’une très grande habilité, visita personnellement toutes les colonies. Il s’aventura jusqu’à Karaz-a-Karak dans les Montagnes du Bord du Monde pour signer un traité d’amitié avec les Rois Nains. Malékith devint son ambassadeur personnel auprès de ces derniers, scellant ainsi la tragique destinée des Elfes.

Le Culte du Plaisir

Cult of Pleasure.png

En ce temps là, les Elfes s’étendirent et se multiplièrent. Les vaisseaux qui revenaient d’Ulthuan étaient chargées de richesses et son trésor grandissait. Les cités étaient magnifiques et décorées des plus belles choses de la terre. Bien que le peuple ne s’en aperçoive pas, le Chaos refaisait surface lentement et insidieusement. Il réapparut sous une forme contre laquelle ils ne purent rien. Aucune armée ne pouvait le vaincre, aucune arme ne pouvait le blesser car il se présentait sous la forme du Culte du Plaisir. Alors que les richesses ne cessaient d’arriver, les Elfes devenaient de plus en plus indolents et se complaisaient dans le luxe. Le culte se pratiquait au grand jour sans que personne ne se doute que le Chaos était de retour.

Pendant ce temps, Malékith avait entrepris de nombreux voyages et était devenu célèbre parmi les Elfes. Dans les colonies, il mena ses armées à la victoire contre les Orques et les serviteurs du Chaos. Il s’aventura sur l’Île Blafarde à la recherche de l’armure de son père. On dit qu’il se tint en extase devant l’autel de Khaine et qu’il posa la main sur la poignée de l’arme maudite. Elle lui apparut comme un sceptre et non comme une épée. Peut-être prit-il cela comme un signe du destin. De son père et d’Indraugnir, il ne trouva aucune trace. Son expédition le mena jusqu’aux froides colonies du nord du Nouveau Monde. Là, dans les ruines d’une cité pré-humaine abandonnée, il trouva la Couronne de Fer, un puissant talisman de sorcellerie.

À son retour, il trouva Ulthuan rongé par la méfiance. C’était à Nagarythe, sa terre natale et le siège de la cour de son père que le Culte du Plaisir était le mieux impliqué. Sa mère, Dame Morathi, était depuis longtemps une adoratrice de ce culte. Des légendes prétendaient même qu’elle en était un des membres fondateurs, voire sa grande prêtresse. Le Roi Phénix était inquiet de la prolifération de ce culte de luxure auquel était de plus en plus associé le nom de Slaanesh. Ses excès avaient déjà dégénéré en sacrifices humains et sa nature chaotique se faisait de plus en plus évidente.

Malékith fut horrifié par ce qu’il trouva à Nagarythe. Il dénonça les adorateurs de Slaanesh, y compris sa mère, et les livra au Roi Phénix. Pour le peuple de Nagarythe, qui se sentait déjà le peuple le plus méprisé d’Ulthuan, ce fut la goutte qui fit déborder le vase. Ils avaient été les principaux acteurs de la défaite du Chaos et il fallait maintenant qu’on fasse d’eux ses serviteurs. Les princes avaient accepté d’entériner la désignation de Bel-Shanaar alors que leur prince était le vrai descendant d’Ænarion. Et maintenant, leur Culte du Plaisir était montré du doigt par les agents du lointain Roi Phénix.

Une fois de plus Malékith intervint. Sa loyauté au roi et sa haine du culte étaient indiscutables. Il prit le commandement de la guerre contre le culte et une vague de terreur et de suspicion s’abattit une fois de plus sur Ulthuan. Personne ne savait si son propre voisin faisait ou non partie de la secte proscrite, les agents du Roi Phénix pouvaient surgir à n’importe quel moment et se saisir des personnes les plus respectables. Il semblait que les serviteurs de Slaanesh étaient partout. Malékith lui-même ne pouvait dire exactement à quel point la corruption s’était étendue. Pendant ce temps, à Nagarythe, les adorateurs du Culte du Plaisir devenaient encore plus corrompus, hystériques et pervers. La guerre était inévitable, et il convoqua les princes à un conseil de guerre à l’Autel d’Asuryan. À la veille de l’assemblée, Malékith révéla une chose terrible : le Roi Phénix en personne était un membre du culte. Avant que Bel-Shanaar ne puisse se justifier, il le fit empoisonner.

Malékith était allé trop loin. Personne ne pouvait croire sérieusement que le roi avait été un adorateur du culte et encore moins les princes rassemblés là, qui avaient tous bien connu Bel-Shanaar. Finalement, la suspicion finit par retomber sur Malékith mais il était trop tard. Lui et ses serviteurs avaient déjà pris possession du temple d’Asuryan, et tenaient les princes et leur gardes du corps à leur merci. Malékith s’était emparé de la couronne du défunt Roi Phénix. La vérité éclata enfin.

Malékith était fou, il convoitait le trône depuis fort longtemps. Il s’était préparé à tout sacrifier à son ambition. Maintenant il avait atteint son but, les princes et leurs gardes personnelles étaient piégés. Un traité passé en secret avec les Elfes de Nagarythe prévoyait la venu d’une armée de cultiste afin d’imposer sa volonté aux Elfes privés de roi.

Croyant qu’il lui suffirait de tuer les princes et de se couronner lui-même, Malékith s’avança dans la flamme sacrée, persuadé que, comme son père avant lui, il pouvait endurer l’épreuve. Il avait tort, la flamme d’Asuryan n’accepta pas que son corps impur la traverse. Ses cris furent si terribles qu’aucun des témoins ne les oublièrent jusqu’à la fin de leurs jours. Malékith était pris dans les flammes, il se jeta hors du feu par le côté où il était entré. Il était carbonisé. Son corps magnifique était devenu hideux et sa puissance passée n’était plus qu’un souvenir. Lui qui était si bon orateur, sa voix n’émettait plus que d’horribles borborygmes poussées par ses poumons ravagés et sa gorge brûlée. Croyant leur chef mort et craignant le courroux d’Asuryan, ses serviteurs effrayés emportèrent son corps, laissant derrière eux les plus nobles des princes Elfiques assassinés sur les dalles froides du temple.

Ainsi commença une ère de tragédie et de conflits.


◄- Roi Phénix Précédent

Source

  • Livre d’Armée des Hauts Elfes, V7