Culte de la Roue Brisée

De La Bibliothèque Impériale

Travaillant secrètement dans l'ombre depuis de nombreuses années, les disciples du culte de la Roue Brisée ont longtemps cherché la chute des collèges impériaux de magie. Adorateurs de Tzeentch, le dieu de la magie et des traditions interdites, les adeptes du Culte de la Roue Brisée voient les pratiques des huit collèges comme une trahison de l'art de la sorcellerie, structurant et contrôlant les vents de la magie au lieu de se délecter de la nature chaotique et indomptée de leurs arts sombres.

Dans cette optique, il est peu surprenant que le centre de leurs activités se situe à Altdorf même, où se trouvent les bâtiments magnifiquement excentriques qui forment les collèges, bien que d’autres cellules ou «rayons», comme les adeptes les qualifient, opèrent dans de nombreuses autres villes de l'Empire, tout comme les extensions des collèges elles-mêmes. Le Collège Doré, par exemple, a des liens étroits avec les écoles et les fonderies de Nuln, et une grande partie des adeptes du Culte se trouvent dans les murs de la ville, entravant et sapant les efforts des métallurgistes alchimiques de la tradition du métal.

Le fondateur de la secte et magister, un sorcier mécontent du nom de Matthias Volker, a été expulsé des collèges pour avoir utilisé un sortilège interdit et tué un rival dans un concours magique. C’est cette humiliation ignominieuse qui a suscité chez lui le besoin de chercher à se venger de ceux qui l’ont fait honte. Voyant l'opportunité de créer un nouvel atout utile au cœur de l'Empire, Tzeentch a parlé à Volker de ses rêves et de ses visions, nourrissant sa haine et son désir de connaître les arts sombres. Il ne fallut pas longtemps avant que ses activités illicites n’attirent d’autres renégats du même genre dans les sous-sols d’Altdorf. Il développa rapidement un puissant réseau de membres de sectes de tous horizons.

Dans la vraie nature d'un culte de Tzeentch, Volker a gardé ses ennemis très proches de lui, plantant avec succès de nombreux espions et taupes dans les Collèges de la Magie, et a utilisé ses contacts pour semer la discorde et la méfiance entre les collèges. À de nombreuses occasions, les sorciers des collèges rivaux ont failli tomber à la merci des mensonges et des traitrises des agitateurs infiltrés à la demande de Volker, et ils ont amassé une collection de soldats sorciers volés qu’il utilisait pour alimenter ses rituels d’arcanes en secret. On sait peu de choses de ce qui est finalement arrivé au sorcier voyou, mais au point culminant d'une puissante invocation démoniaque, le vortex des énergies magiques qu'il avait déclenché a mal tourné, et Volker a disparu avec une flambée d'énergie incontrôlée, avec de nombreux membres de son groupe. Il n'a jamais été vu ou entendu de nouveau. La façon dont il avait déplu à Tzeentch est inconnue, mais il est certain qu’il a dû le faire.

Cependant, son héritage persiste encore aujourd'hui et ses fidèles partisans travaillent sans relâche pour réaliser son rêve et détruire les collèges de magie pour leur manque de vision. Combien d’espions du culte restent dans les murs des collèges, personne ne peut le dire, mais la connaissance intérieure qu’ils peuvent fournir est un atout précieux pour les activités du culte.

Malgré de nombreux complots contrariés au fil des ans, ces revers n’ont rien fait pour atténuer la détermination des membres de la secte. Leur plus grand triomphe à ce jour est l'assassinat de l'ancien patriarche du Collège Améthyste, Heinz Liebermann. Un agent de la roue brisée a posé comme l'un des membres de son personnel de maison et a mélangé les restes de poudre d'une malepierre dans son gruau. Un éclat enchanté d’obsidienne habitué aux vents de la magie dans le voisinage, les effets latents de la malepierre ont lentement asséché les pouvoirs du sorcier tout au long de la journée alors que son corps digérait son petit-déjeuner contaminé. Temporairement incapable de faire appel à ses formidables capacités magiques, le sorcier vieillissant était une proie facile, son «fidèle» serviteur conduisant son maitre dans la mauvaise allée pour aller voir l’apothicaire. Heinz a été pris dans une embuscade et traîné dans la cave d'un bâtiment abandonné, avant d'être attaché à une grande roue de charrette et impitoyablement battu à mort, les attaques tellement graves que la roue de bois elle-même a été cassée dans le geste. Son corps brisé a été tissé entre les rayons de la roue brisée et a été hissé sur les murs de l’un des bâtiments du Collège en pleine nuit. On croit que c'est à partir de cet acte terrible que le culte a pris son nom.

Les cultistes de Tzeentch sont les plus rusés et les plus secrets de tous, et les membres du Culte de la Roue Brisée ne font pas exception. C'est à juste titre, car Tzeentch bénit souvent ses adeptes avec la faveur de la mutation, et ses sbires doivent faire de grands efforts pour éviter que ces signes flagrants d'hérésie ne soient découverts.

Les membres du culte semblent être des commerçants inoffensifs ou des domestiques le jour, mais en secret, lorsqu’ils sont avec leurs frères, leurs mutations sont révélées et portées ouvertement en signe de la faveur de leur Dieu. La malepierre est très recherchée par les membres du culte et est régulièrement utilisée pour atteindre leurs objectifs, soit pour empoisonner ceux qu’ils cherchent à détruire, soit dans le cadre de leurs rituels obscurs.


Source

Warhammer JdR - Liber Mutatis