Chef de Guerre Gaélique

De La Bibliothèque Impériale
Johann van Hal.jpg Attention, lecteur/lectrice de la Bibliothèque !

Cet article ou cette section contient des informations non officielles.


Il faut beaucoup de cran pour commander des Gaëls
Tous les habitants d'Albion croient que les grandes actions accomplies tout au cours de leur vie seront récompensées après la mort et que leurs esprits passeront à “Magh MeIld”, la terre vertueuse des morts. C’est en partie cette croyance, qui engendre l'esprit héroïque si caractéristique des Gaéliques. En conséquence, les Gaëls ne craignent pas la mort et se lancent sur leurs ennemis avec indrépiditées, ne se souciant guère de leur vie. Cherchant plutôt à accomplir des actes de grande valeur. Leurs héros ne sont donc pas seulement de grands combattants, mais ils sont aussi des leaders inspirants.

Chacune des quatre tribus a son propre roi. Le roi est presque toujours choisi via une divination druidique. La méthode privilégiée était la divination par les entrailles, puisque cela peut être effectué dans un lieu public avec tous les membres importants de la tribu observant et attendant de voir où les pistes de sang pointent... Les tribus du nord se méfient des rois, considérant qu'ils tendent à devenir fous par le pouvoir, et ainsi elles s'assurent que leurs dirigeants sont toujours vraiment dignes et/ou désintéressés. L'on impose souvent un mandat de sept ans prévoyant à la fin de le sacrifier l'a la déesse Mère. Un roi qui fait défaut continuellement à son peuple, soit directement, par exemple en perdant au combat, ou indirectement, en ne faisant pas croître les récoltes peut être sacrifié avant même que ses sept ans ne soient écoulés.

Parfois, lorsque les tribus de la déesse de la Terre affrontent un ennemi particulièrement puissant et implacable qui les menace toutes, elles se réunissent pour choisir un Haut Roi ou “Ard-Ri”. Un tel haut roi est un chef de guerre. Tout d'abord on ne s'attend pas à ce qu'il règne sur les tribus à quelque égard que ce soit, il organise simplement les armées jusqu'à ce que la menace soit vaincue. Les tribus du nord se méfient beaucoup du pouvoir et de la politique sous toutes les formes, et ainsi un haut roi qui ne possède pas beaucoup de pouvoir politique est préféré. Cela dit, les tribus n'obtiennent pas toujours ce qu'elles veulent, l'Ard-Ri est choisi par la déesse elle-même, à travers la magie de la Pierre du destin.

Les chefs de guerre d'Albion sont en effet des hommes féroces, toute leur vie étant consacrée au combat et à la guerre. Ils sont sélectionnés par chaque clan au moyen du proverbe «le plus fort régnera» qui décrète que pour diriger le peuple, ils se doivent d’être les combattants les plus compétents du clan. Ils sont au service de la déesse et de leur tribu que ce soit en temps de paix ou de guerre.

Les guerriers les plus méritants ou ceux de haute lignée ont le privilège de porter l'emblème de la tribu sur le champ de bataille. Ces signes sont généralement sous la forme des totems en pierre ou en bois sculptés et décorés de symboles sacrés. Leurs totems sont le plus souvent des effigies de Fiann, la déesse de la guerre des Gaëls. Mais il arrive que ces emblèmes honorent les autres visages de Danu personnifiés par ses filles, comme la Fertilité et la Mort.

Les chefs des Gaëls sont souvent des individus impressionnants capables de stimuler les prouesses des autres troupes sur le champ de bataille. Une façon dont ils peuvent faire cela est de mugir l'un des appels de guerre de leur tribu, ce qui fait que tous les Gaëls à portée de voix se battent avec beaucoup plus de vigueur et de conviction.


  • Furie Guerrière: Les guerriers d'Albion ont acquis une réputation de combattants très émotifs, capables de grandes oscillations dans leur moral. La fureur de guerre est un état d'agressivité très intense. Si la furie peut être contenue par l'ennemie, elle pourrait disparaître soudainement et se transformer en panique. La fureur des guerriers d'Albion peut être gérée et dirigée, c'est un multiplicateur de force redoutable mais à double tranchant.


Source