Chaudron de Sang

De La Bibliothèque Impériale
« Le Chaudron de Sang est un artefact des temps passés, à l’époque où les Dieux marchaient sur terre. C’est un présent de Khaine, le Seigneur du Meurtre, et il renferme le secret de l’éternelle jeunesse. Une Concubine de Khaine peut se baigner dans le chaudron rempli de sang qui restaurera sa beauté et sa jeunesse. Les rares Chaudrons de Sang ayant survécu aux millénaires sont maintenant gardés dans le Grand Temple de Har Ganeth, sous la surveillance des Grandes Matriarche, qui elles seules peuvent autoriser qu’un de ces Chaudrons soit emmené au combat, et seulement lorsque les sectes et les cultes partent en guerre. »
- Discours d’un précepteur à un jeune Elfe Noir


Le Sang et la Haine, des vertus sacrées pour Khaine.
Les Chaudrons de Sang sont le présent de Khaine aux Furies en récompense de leur dévotion, c’est du moins ce qu’a prétendu Morathi lorsqu’elle offrit le premier de ces chaudrons au culte de Khaine.

Lorsque les Elfes Noirs exilés mirent pied sur le continent de Naggaroth, les temples de Khaine devinrent des lieux importants dans les nouvelles villes. À la même époque, le culte de Slaanesh se retrouva libre de toute persécution et prit rapidement de l’ampleur. Or, ces cultes désiraient tous deux obtenir le soutien de Malékith.

Le Roi Sorcier songea que son nouveau royaume devait être uni par une seule religion, car il lui fallait rassembler son peuple rapidement pour pouvoir mener à bien ses rêves de vengeance contre les Hauts Elfes. Malékith décida de ne pas intervenir dans les querelles entre les adorateurs de Khaine et de Slaanesh, car ceci n’aurait fait que tourner un des cultes contre lui. Il interdit formellement toute guerre religieuse : le conflit récent avait déjà décimé les Elfes Noirs, mais il savait surtout qu’il allait ainsi encourager les fidèles des deux camps à se livrer aux intrigues et aux machinations. Il prit un plaisir sadique à laisser les deux factions s’affronter pour obtenir le soutien du peuple.

Les nombreux agents des temples de Khaine arpentaient déjà secrètement les rues des cités nouvellement fondées. Pendant des décennies, ils s’étaient exercés à l’art du subterfuge et leurs assassins avaient perfectionné leurs méthodes, éliminant discrètement les adversaires de Malékith en Ulthuan. Guidés par Hellebron, Haute Prêtresse de Khaine, les adorateurs entreprirent une guerre de l’ombre contre Slaanesh, tandis qu’elle même usait de sa langue de vipère à la cour de Naggarond pour saper les soutiens de Morathi et placer ses serviteurs auprès des membres de la noblesse. Morathi se montra aussi rusée que sa rivale : au moment même où Hellebron semblait l’emporter, elle révéla qu’elle avait en sa possession un chaudron orné de la marque de Khaine et qui avait le don de rendre la jeunesse à ceux qui s’y baignaient. Dans le royaume de Naggaroth, le bruit se répandit que Morathi avait elle aussi reçu les faveurs de Khaine. La loyauté des Elfes Noirs fut partagée entre Morathi, sorcière vénérant ouvertement Slaanesh, et Hellebron la Haute Prêtresse de Khaine. Nombre des Épouses de Khaine désignèrent Morathi comme leur reine et Hellebron réalisa que si elle n’agissait pas rapidement, toutes ses suivantes allaient vite se détourner d’elle.

C’est alors qu’un événement que seule la dirigeante d’un culte aussi sanglant que celui de Khaine pouvait concevoir sortit Hellebron de l’impasse : les nobles qui soutenaient Morathi furent enlevés dans leurs lits et sacrifiés sur les autels de Khaine. Les hurlements des mourants résonnèrent dans l’air froid de la nuit et on dit que Morathi dut prendre la fuite sur son Pégase Noir pour échapper aux intentions meurtrières de sa rivale. Cette nuit fut plus tard nommée la Nuit des Supplices et s’est depuis taillée une place permanente dans l’histoire et la vie des Elfes Noirs.

Le matin suivant, Malékith fit venir à son palais Hellebron et ses prêtresses. Lorsqu’elles y pénétrèrent, un murmure grandit parmi les nobles de l’assistance : Hellebron semblait être parvenue à assembler son propre Chaudron de Sang et menait une procession de femmes toutes plus belles les unes que les autres. Les peaux ridées et les chairs pendantes avaient disparu, remplacées par des visages beaux, lisses et jeunes, et la beauté d’Hellebron rivalisait avec celle de Morathi. Tous les Druchii présents savaient que seule la Magie Noire avait permis ce miracle. Dans une tentative désespérée de mettre un terme à l’ambition soudaine de son ennemie, Morathi se proclama Reine de ce culte. Pour apaiser la colère d’Hellebron, elle accorda une reconnaissance officielle au culte des Épouses de Khaine en permettant aux Furies une fois par an à la date commémorative de la Nuit des Supplices de courir librement les rues et de faire des prisonniers où elles le désiraient, ce qui leur valut bientôt le nom de Furies. Dans l’année qui suivit, elles découvrirent que leurs charmes voluptueux s’estompaient tandis qu’elles retrouvaient l’aspect de vieilles mégères, mais la Nuit des Supplices leur permet à chaque fois de retrouver leur beauté.

Depuis ce jour, les suivantes de Khaine se montrent loyales envers Malékith. Chaque année, la même nuit, les Elfes Noirs verrouillent leurs portes et condamnent leurs fenêtres avant que les Furies ne sortent des temples. Leur soif inextinguible de sang est provoquée par des décoctions d’herbes vénéneuses que seules les Matriarches savent doser pour les empêcher d’ôter la vie. Tout Elfe surpris dans les rues est amené sur les autels de Khaine pour connaître une lente et douloureuse agonie et les Assassins crochètent les serrures des maisons de certains nobles ou d’autres Elfes Noirs de haut rang pour que les Furies s’y engouffrent et amènent les familles entières vers les lieux de sacrifices. On dit qu’elles font connaître l’extase suprême à leurs victimes avant de les plonger dans des abîmes de souffrance dont aucun mortel ne peut se faire une idée, sauf dans ses plus sombres cauchemars. Les cris des suppliciés s’entendent jusqu’au lever du soleil, puis le silence retombe et chaque Elfe Noir remercie Khaine que le massacre les ait épargnés, lui et sa famille.

Chaque Chaudron de Sang prend la forme d’une immense marmite de bronze, couverte de runes scintillantes et constamment rempli par les Furies avec le sang de leurs victimes. Étrangement, il ne déborde jamais et son niveau reste constant, comme si son métal absorbait l’excédent… Un Chaudron de Sang est une relique enchantée d’un grand pouvoir, si bien qu’une Matriarche peut s’attirer les bénédictions de Khaine si elle récite les invocations appropriées. Le plus éminent de ces bienfaits est de rendre jeunesse et vitalité à celles qui se baignent dans le chaudron. Morathi a pris soin de ne jamais divulguer les secrets des Chaudrons de Sang, s’assurant que celles qui profitent de la bénédiction de Khaine doivent se baigner régulièrement sous peine d’avoir à endurer de nouveau la décrépitude accélérée de leur corps. Ainsi, Morathi s’assure la loyauté des Matriarches, en leur offrant la beauté éternelle.

Ils sont normalement conservés au cœur des divers Temples de Khaine, mais les Furies les amènent souvent avec elles lorsqu’elles vont au combat. La présence d’un Chaudron de Sang plonge les Elfes Noirs dans une sauvagerie extraordinaire, tandis que ses énergies magiques leurs accordent quelque protection. Les Grandes Matriarches peuvent également en appeler à Khaine pour qu’il accorde ses bénédictions aux Druchii se battant pour sa gloire.

  • Fureur de Khaine : Le Dieu du Meurtre hurle de rage alors que ses ennemis cherchent à submerger les Elfes Noirs sous le poids du nombre et accorde donc aux Druchii une partie de sa rage incontrôlable !
  • Force de Khaine : Khaine rit des pitoyables efforts de ses ennemis cherchant à se protéger des mortelles attentions des Elfes Noirs. Son pouvoir guide leurs armes pour trouver les points faibles des armures et frapper les points vitaux.
  • Bouclier Sanglant de Khaine : Le Dieu à la Main Sanglante n’est pas satisfait du massacre et décide d’accorder sa protection aux Elfes Noirs sous la forme d’un bouclier mystique qui détourne les armes de l’adversaire afin que les Druchii puissent encore tuer en son nom.

Sources[modifier]

  • Livre d’Armée des Elfes Noirs, V6
  • Livre d’Armée des Elfes Noirs, V7