Artillerie Naine

De La Bibliothèque Impériale
(Redirigé depuis Canon à Flammes)

Les Nains sont réputés à travers tout le Vieux Monde comme étant des artisans et ingénieurs de grand talent, et furent les premiers à découvrir les effets destructeurs de la poudre noire, des siècles avant les premiers feux d’artifices de Cathay. Même les Elfes arrogants ont à une époque acheté des objets de facture Naine. Chaque apprenti Nain doit accomplir des décennies d’entraînement avant de pouvoir être appelé "artisan". Seuls ceux avec au moins un siècle d’expérience sous leurs barbes peuvent prétendre être de vrais experts. En plus de cet immense talent, les Nains ont un inflexible sens de la fierté et de l’honneur. Il est dit qu’il est physiquement impossible pour un Nain de faire du travail de mauvaise qualité. Cela permet d’être sûr que chaque arme qui sort des forges est d’une très grande fiabilité, chaque détail a été travaillé, chaque écrou, boulon, et clou amoureusement fabriqué avec un soin et une attention particulière.

De nos jours, ils emploient toujours beaucoup plus d’artillerie que les autres races et leur précision reste sans rivale. Les engins Nains les plus modestes et les plus courants appartiennent à la forteresse et sont utilisés pour le bien commun. Les pièces les plus importantes et les plus récentes (tel un Canon Orgue ou un Gyrocoptère) sont, en revanche, le plus souvent la propriété de l’ingénieur qui les a conçues et construites. Les seules exceptions à cette règle sont les inventeurs qui n’ont pu financer eux-mêmes un projet très important, comme un cuirassé ou un nouveau modèle de ballon de guerre, ceux qui ont conçu leur engin sur ordre du chef de leur communauté et, bien sûr, les héritiers de l’inventeur.

De fait, la plupart des produits de la technologie Naine sont des pièces uniques et les standards absolus sont bien rares. Tous les Gyrocoptères sont différents et certains fonctionnent mieux que d’autres. Chaque modèle de canon de campagne a ses particularités propres selon les préférences et idées nouvelles de l’ingénieur qui l’a créé. Le plus expérimenté des pilotes ou des canonniers Nains peut avoir des problèmes quand il doit utiliser pour la première fois un équipement particulier.

Un engin important, complexe ou rare est un sujet de fierté pour son propriétaire et sa forteresse. En combat, il est plutôt utilisé comme une pièce unique que comme l’élément d’un ensemble, et chaque ingénieur ou pilote cherche systématiquement à démontrer la supériorité de sa machine et de ses compétences. Les escadrons de Gyrocoptères, bataillons de Canons Orgues ou flottes de canonnières sont extrêmement rares et ne sont réunis que lorsque les armées Naines doivent affronter leurs pires ennemis.


Baliste

Plus rudimentaire que le canon, la Catapulte des Rancunes est néanmoins une arme longue portée efficace contre l’infanterie ennemie.

Bien des clans se fient aux Balistes, des engins de guerre utilisés depuis l’époque des Dieux Ancestraux. Ce ne sont ni plus ni moins que de grandes arbalètes, capable de projeter des traits de plusieurs pieds à longue distance, et même s’il s’agit de la plus rudimentaire des pièces de l'artillerie Naine, les Balistes sont impitoyablement efficace pour détruire les ennemis. D’ailleurs la compétition fait toujours rage entre les Ingénieurs pour en améliorer la portée, la vitesse de rechargement et la précision. Ayant l’esprit pratique et conservateur, les Nains n’accordent leur confiance qu’à de vieilles balistes ayant démontré leur fiabilité sur plusieurs générations. La construction aisée de ces machines ainsi que leur capacité à abattre une Vouivre ou un Troll d’un tir bien ajusté leur permet de figurer en bonne place dans l’arsenal Nain. En outre, contrairement aux canons ou aux catapultes, leur tir tendu et l’absence de fumée les rendent compatible avec un usage souterrain.


Catapulte des Rancunes

Les Catapulte des Rancunes figurent parmi les premières machines de guerre fabriquées par les Nains et n’étaient à l’origine que des simple onagres protégeant l’accès des forteresses. Or, pendant la Guerre de la Barbe, la colère des Nains face à la trahison des Elfes était si vive qu’il prirent l’habitude d’inscrire des rancunes et des imprécations sur les rochers qu’ils projetaient sur leurs casques pointus. Cette habitude a perduré, au point que bon nombre de servants sont persuadés de l’efficacité des rancunes qu’ils inscrivent sur leurs projectiles, et prennent grand soin à les graver.

La fin de ce conflit n’accorda pas la paix aux Nains puisqu’ils durent faire face au Gobelins et aux Skavens. Des chapitres entiers furent ajoutés dans les Livres des Rancunes tandis que les Nains étaient obligé d’abandonner des portions de leur empire. Ce faisant, ils emmenaient généralement avec eux des pierres de leur forteresse et, selon la coutume, y inscrivaient leurs rancunes et des malédictions à l’endroit de leurs ennemis. Lors de l’interminable siège de Karak Azgal, les Nains utilisèrent ces pierres en guise de munitions pour leur catapultes, ravivant ainsi l’antique tradition. Dès lors, les pierres destinées à être projeté furent soigneusement sélectionnées, renforçant l’avis d’Ingénieurs renommés pour lesquels l’efficacité d’une catapulte dépend avant tout de la valeur de ses projectiles. Cependant, lorsque les pierres ornées de unes rancunières manquent à l’appel, les Gobelins vivants peuvent parfaitement faire office de munitions.


Canon

Pilier des forces Naines, le canon constitue une arme à longue portée très puissante, essentielle à la stratégie de guerre naine.
« C’est vrai, les humains ont des canons, mais tu les as déjà vus tirer ? Une fois sur deux, ils explosent ! Ça fait des générations qu’on perfectionne les nôtres et même ceux qu’on a construits il y a des siècles sont plus performants que les engins instables qu’ils utilisent de nos jours. Prends ces canons-là, par exemple. Certains sont assez vieux pour avoir servi avant la chute d’Ekrund ! Je parie que certains ont même fait feu pendant cette triste bataille ! »
- Rogrum Sinistre-Pierre

Les Canons furent inventés par les Nains de Zhufbar, mais aujourd’hui, la plupart des forteresses disposent de leurs propres fonderies. Un canon fait partie des machines de guerre les plus terrifiantes. Il peut pulvériser un chevalier en armure, écraser des rangs entiers d’infanterie, abattre les murs d’une cité et occire les plus gros monstres (bien que quelques Longues Barbes n’hésitent pas à signaler que ce qu’un canon peut faire, un Nain déterminé avec un bon marteau peut le faire aussi). Seuls les Ingénieurs les plus talentueux sont en mesure de réaliser un véritable canon. Bien entendu, il est possible de les fondre avec du bronze et un moule assez simple, mais tôt ou tard, ces fûts imparfaits vont se fendre. Seul un Maître peut fabriquer un canon en acier, car lui seul peut créer et maîtriser les outils nécessaire à cette réalisation. Ils restent cependant des machines capricieuses, par conséquent même le meilleur canon (qui sera donc forcément de facture Naine !) pourra connaître des dysfonctionnements, et la moindre fissure dans le bronze risquera de provoquer des incidents catastrophiques, car même un canon en acier peut faillir s’il est trahi par une poudre de piètre qualité : doser ce mélange détonnant de sorte à obtenir des explosions contrôlé et reproductible est tout un art en soi.

Certains canon sont minutieusement testé durant des siècles et deviennent indissociable du clan qui les à produit. Ils font alors l’objet de maints égards et sont utilisés avec fierté au combat. En plus des canons qui garnissent les murs des forteresses, beaucoup de clans possèdent des canons de campagne afin d’accompagner les armées en marche. Leur puissance de feu et leur longue portée permettent de dicter le déroulement de la bataille. Grâce à la qualité de fabrication Naine, un grand nombre de canons sont en service depuis des siècles et sont considérés comme de précieuses reliques par leurs servants.


Canon Orgue

« On dirait des orgues géants posés à l’horizontale. C’est pas commun comme truc, ça, c’est sûr. Par contre, niveau efficacité, on fait pas mieux ! J’en ai déjà vu un abattre tout un bataillon de Peaux-Vertes avec une seule rafale ! Les Nains sont vraiment ingénieux quand il s’agit d’armes à feu. C’est vrai, avec autant de canons sur une arme, impossible de ne pas faire mouche au moins une fois ! »
- Ralf Didrickson, Canonnier de Nuln

Il y a quelques centaines d’années, un Ingénieur mélomane, nommé Lokri Snarrison, eu l’idée de gros instruments avec des tubes et de la pression pour faire différents sons. Il appela cela un orgue et, de l’avis général, cela faisait un bruit infernal. Mais un autre Ingénieur, Snorri Kurganson, a eu une autre idée : il a pris les tubes et les a couchés pour faire un canon à fûts multiples : le Canon Orgue. Les quatre demi-couleuvrines sont bien plus petites qu’un canon ordinaire, si bien qu’elles voient leur portée et leur puissance réduites, mais cela est largement compensé par le fait de pouvoir tirer plusieurs boulets en une seule salve. Si le tir est suffisamment précis et que tous les boulets touchent leur cible, les dégâts infligés par un Canon Orgue peuvent anéantir d’un seul coup tout un régiment. Cette capacité est des plus appréciable lorsqu’il s’agit de défendre des positions stratégiques face à une multitude d’assaillants, surtout ceux assez stupides pour se tenir devant, et on voit parfois des chars transformés en petit bois ou des Minotaures éparpillées dans l’herbe.


Canon à Flammes

Des jets de flammes et de vapeurs brûlantes s’abattirent sur le groupe d’Orques Noirs. Les plus chanceux furent carbonisés instantanément. Les autres agonisèrent pendant de longues minutes, hurlant de douleur, brûlés vifs par un feu que rien ne pouvait éteindre. Ce terrible spectacle fit paniquer les hordes de Gobelins encadrant les Orques Noirs. Ils tournèrent les talons pour fuir à toute vitesse, semant le désordre et la confusion parmi les troupes de Peaux-Vertes amassées derrière eux.
À une courte distance de là, Dumli Clé au Poing tapotait son canon à flammes d’un air satisfait, en prenant bien soin de ne pas toucher les surfaces brûlantes de l’engin. Se tournant vers son apprenti, il dit alors : « Tu as vu ça, mon gars ? Le canon à flammes est bougrement efficace lorsqu’il s’agit de dénoyauter de l’olivâtre, mais ce n’est pas tellement ce qui le rend aussi redoutable. »
Se doutant que la leçon n’était pas terminée, l’apprenti attendit patiemment que Dumli continue.
« Tu peux crever vingt Gobelins d’un seul coup bien placé. Avec de la chance, ça suffira à briser une unité. » Ironiquement, il ajouta : « Mais élimines dix de leurs chefs et tu briseras une armée tout entière ! »


Peu d’armes sont aussi redoutées que le Canon à Flammes, une des inventions les plus terribles de la Guilde des Ingénieurs. Un mélange volatil d’huile bouillante et de goudron fondu s’effectue dans le réservoir du canon à flammes, puis une pompe y injecte de l’air jusqu’à le faire exploser. Au moment de tirer, les Nains placent un brandon enflammé au niveau de la gueule, afin que la mixture prenne feu lors de son éjection. Elle sera alors projetée en un arc flamboyant vers les rangs ennemis, recouvrant ces derniers d’une pluie de goudron ardent dont les effets physiques et psychologiques sont dévastateurs. En effet, le mélange enflammé s’infiltre facilement dans les joints d’une armure, et les créatures atteintes par un jet de canon à flammes sont littéralement rôtie vivante de l’intérieur, leur chair fondant comme de la cire. Les rares survivants d’un tir de canon à flammes prennent leurs jambes à leur cou plutôt que risquer de subir le sort de leurs malheureux camarades. Enfin, pour la plupart des Nains, ça fait sprouch, il y a plein de flammes, et l’ennemi prend ses jambes à son cou en faisant plein de fumée.

Avec un peu de chance, de coordination et de savants calculs d’angles, l’arc ardent submerge les rangs de l’ennemi. Si le canon à flammes doit tirer à longue distance, les Nains n’ont qu’à faire monter davantage la pression dans le réservoir, cependant il faut un minimum d’expérience pour juger du moment opportun où ouvrir la valve pour atteindre la distance voulue. Il faut des Nains très braves pour actionner ces extraordinaires canons, car les équipages qui commettent une erreur entraînant une surpression ont rarement l’occasion d’effectuer un deuxième essai.


Sources

  • Livre d’Armée des Nains, V6
  • Livre d’Armée des Nains, V7
  • Livre d’Armée des Nains, V8