Boyard

De La Bibliothèque Impériale
Un Boyard Kislevite menant la charge aux côtés de ses Kossars.
Les Boyards forment la classe intermédiaire de l’aristocratie, les nobles qui détiennent le véritable pouvoir. Ils sont tous Gospodars et leur statut est systématiquement héréditaire, le titre se transmettant de père en fils ou en fille, ainsi que les terres et les villages proches qui lui doivent fidélité et loyauté. En retour, ces communautés jouissent de la protection et du soutien du seigneur local en temps de famine et de guerre, mais elles doivent répondre sans attendre à ses mobilisations. Quelques Boyards soupçonnent la Tsarine Katarina d’envisager d’octroyer ce titre à d’autres personnes, jusqu’à la fin de leur existence, voire à quelques Ungols, et cette idée ne leur plaît pas du tout. Ils ont commencé à diffuser l’idée selon laquelle la qualité de Boyard ne peut exister sans un solide arbre généalogique remontant sur plusieurs générations, même si de nombreuses familles de nobles et de Boyards descendent d’un Ataman qui avait la responsabilité d’une modeste Stanitsa (beaucoup préfèrent ne pas insister sur ce détail). La Tsarine a jusqu’ici soigneusement évité de contredire cette idée ouvertement, mais il est évident qu’elle ne la cautionne pas. En revanche, lorsqu’elle désigne un Boyard à un poste de responsabilité élevé, comme la direction d’un pulk, elle insiste bien sur le fait que son choix est motivé par la compétence de la personne.

Les Boyards sont les individus les plus puissants du Kislev. Ils sont suffisamment proches des Atamans et peuvent leur donner des instructions en raison du nombre de leurs partisans, les autorités supérieures étant très distantes. La plupart des Boyards laissent une grande liberté aux Atamans du moment que les taxes sont payées à l’heure, car ils ont mieux à faire que de s’occuper des querelles misérables d’une poignée paysans.

La tendance est aux Boyards qui possèdent une demeure dans chacune des trois grandes villes du Kislev. La Tsarine l’encourage, car les Boyards citadins sont soumis à son autorité, en théorie comme dans la pratique, mais on trouve toujours un nombre important de Boyards traditionalistes à travers l'Oblast. Ces individus sont peut-être considérés comme passéistes et incultes, mais leur emprise sur le pouvoir local est indéniable.

Beaucoup de ces Boyards de l'Oblast ne voient pas l’intérêt de centraliser le pouvoir. Ce sentiment est d’autant plus partagé que l’on se tourne vers les Ungols de même rang, même si leur statut n’est pas reconnu officiellement. Ils ne s’opposent pas ouvertement à la Reine de Glace, car cela n’en vaut pas la peine, mais ils accordent peu d’attention à ses lois, dans la limite du raisonnable. La Tsarine aimerait pouvoir octroyer le titre de Boyard à certains Ungols, pour les remercier de reconnaître son autorité, mais comme nous l’avons vu plus haut, cela lui causerait trop de soucis avec les Boyards en place.

Quand la Tsarine convoque ses armées, les Boyards dépêchent des cavaliers dans les villages de leur juridiction et le rassemblement des troupes s’effectue à une vitesse qui devrait inspirer l’humilité de toutes les autres nations. Alors que les hommes d’autres pays ne sont prêts à se battre que lorsque leurs propres vies sont menacées, les Kislevites entretiennent un lien étroit avec la terre et les leurs, et la seule idée que des envahisseurs puissent souiller leur patrie leur est insupportable. Combattre pour le Kislev est considéré comme un grand honneur et la nation ne manque jamais de jeunes hommes vaillants prêts à trouver la gloire et accomplir leur devoir comme Kossars, Streltsis, Archers Montés ou Cavaliers Ailés.

Sources

  • Warhammer JdR- La Reine des Glaces