Basilic

De La Bibliothèque Impériale
Livre elfe.jpg Attention, lecteur/lectrice de la Bibliothèque !

Cet article ou cette section est une traduction non officielle d'un texte
édité par Games Workshop, qui n'a (pour l'instant) pas de VF officielle.

Bien qu'ayant cherché à rester le plus fidèle au sens du texte, nous ne
pouvons en assurer l'authentique et sincère exactitude.

Un Basilic.
« Certains érudits considèrent que toutes les plus grandes bêtes qui affrontent et ravagent notre monde descendent d’une manière ou d’une autre de la lignée des anciens Dragons, nés il y a si longtemps que même les Slanns ne se souviennent qu’à peine des âges qui les ont engendrés, comme des rêves qui s’effilochent dans la lumière de l’aube. D’autres, qui ont consulté la tradition des Hauts Elfes, insistent sur le fait que de telles horreurs n’ont été déversées sur le monde qu’avec la grande calamité qui a déclenché les grandes et terribles tempêtes du Chaos qui grognent encore à ce jour dans les régions les plus reculées du monde. Pour d’autres créatures, des mythes ont décrit des origines somptueuses et étranges, tandis que certains, comme les esprits vicieux et petits des chasseurs de sorcières de notre Empire, voient en tout la source immédiate de la corruption des dieux des ténèbres.
Pour ceux de nos augustes Collèges de magie qui doivent faire face à de telles horreurs dans la chair, soit en tant que sujet d’étude, soit plus involontairement en tant qu’ennemis au combat, la question de leur origine ou de leur place dans le folklore peut sembler tout à fait insignifiante - en particulier lorsqu’il s’agit de l’immédiateté de la griffe éviscérée. Cependant, il faut se rappeler que dans le commandement et la destruction de certaines horreurs peu communes, la connaissance elle-même est une arme, et souvent une arme vitale. Il y en a beaucoup, du noble chevalier au Sorcier de Bataille, qui ont payé le prix de l’ignorance, car rencontrer un regard de Basilic, c’est la mort pour tous les êtres vivants, qu’ils soient Hommes, Elfes ou monstres, et sa véhémence est telle que même les morts ambulants et les Démons sortis de l’abîme peuvent être démembrés par son venin. Ici, comme dans tant d’autres cas, un folklore qui peut sembler n’être que des contes vides, voire rien, ne porte en fait que l’écho du pouvoir véritable du monstre. »
- D’après le Prima Monstroum des Collèges de Magie Impériaux


Le Basilic est un énorme reptile à huit pattes qui préfère vivre dans des endroits chauds ou souterrains. C’est une créature du Chaos, originaire des toutes premières incursions du Chaos; bien que peu courant, il est maintenant bien installé dans le Vieux Monde. Les Basilics sont des bêtes extrêmement dangereuses dont le regard peut tuer les créatures vivantes. Leur physique est celui d’un lézard de 4m50 de long avec huit pattes terminées par des pieds griffus et une large tête possédant de puissantes mâchoires.

Les Basilics se trouvent dans les régions les plus périlleuses du monde, de l’Échine de Sang dans les méconnues Terres du Sud aux Montagnes Grises qui entourent l’Empire. Ce sont des créatures si hostiles à la vie qu’elles empoisonnent le sol sur lequel elles marchent. Ce fléau vivant peut rapidement réduire une zone à la ruine, décimant les cultures et abattant le bétail avec son venin qui imprègne à la fois les corps et les esprits.

Malgré leur puissance, les Basilics sont des menaces solitaires, préférant se réfugier dans la végétation des forêts et des collines, où leur présence nocive empoisonne leurs proies de loin avant qu’ils apparaissent pour se nourrir. Leurs corps énormes sont recouverts d’écailles de couleurs vives, avec un ailerons membranaires de leur tête jusqu’à l’extrémité de leur longue queue, qui est un avertissement de leur nature venimeuse. Ils ont huit pattes reptiliennes et se déplacent si rapidement qu’ils sont capables de chasser et de tuer même les proies les plus rapides.

En terrain dense, ils comptent sur leur aura empoisonnée pour dégager le feuillage qui pourrait autrement obstruer leur poursuite, tandis que leurs longues griffes terminent leur proie affaiblie par le poison qu’ils rejettent. Le venin est si puissant qu’il infuse l’être même du Basilic au point que lorsque la bête est isolée et abattue, les lames qui la transpercent sont corrompues et détruites.

L’arme la plus puissante de l’arsenal des Basilics est leur regard mortel. Reconnus dans le folklore du Vieux Monde pour leur nature mortelle, les yeux pâles et malades des Basilics sont capables de concentrer le potentiel destructeur de leur âme venimeuse, flétrissant leur proie jusqu’à ce que sa peau et sa chair se flétrissent. Lors des grandes Tempêtes de Magie, beaucoup de sorciers cherchent à les soumettre et à les déchaîner sur un ennemi détesté à cause de la réputation du regard des Basilics.

Sources

  • Warhammer JdR v1 - Livre de règles
  • Monstrous Arcanum (traduit par un ostlandais égaré)