Bêtes des Marais

De La Bibliothèque Impériale
Johann van Hal.jpg Attention, lecteur/lectrice de la Bibliothèque !

Cet article ou cette section contient des informations non officielles.


Beast from the Bog.jpg
Les terres d'Albion sont imprégnés de magie. Les pierres d’Oghams attirent l'énergie magique à l'île, le sol, les roches, les plantes même le brouillard, l'air et la pluie sont saturées avec la magie. Les Oracles, les Druides et les Émissaires Noires peuvent exploiter cette énergie de plusieurs façons, soit en user à travers les cercles d’Oghams, soit en la tirant à l'état brut des vents de magie et en la moulant elle-même. Ces magiciens d'Albion utilisent cette énergie magique pour invoquer par exemple les monstres élémentaires appelés Bêtes des Marais.

Albion est criblé en toute part de marais et de tourbières, de nombreuses créatures sombrent en essayant de les traverser, tracent les sillons de leurs propres tombes. À ces endroits macabres, les forces mystiques d'Albion se rassemblent, attirées par la mort. Quand une personne meurt là bas, on dit que son âme est emprisonnée dans les marais, incapable de s'échapper. À ces endroits, un sorcier peut effectuer certains rituels pour invoquer cet esprit pris au piège. Une pierre de la taille d'un poing gravée de symboles magiques Ogham est lâchée dans la boue à l'endroit de l'âme. Un rituel impliquant le sang de l'invocateur lie l'âme, la magie et le marais comme un seul être, donnant à l'esprit perdu une nouvelle forme. La Bête des Marais sort alors de sa tombe boueuse, la pierre d'Ogham pulsant avec l'énergie en son centre. Ces créatures sont totalement dépourvues de leur propre volonté, au lieu de cela elles sont commandées par l'esprit de leur créateur.

Formées avec boue et de tous les détritus des marais: de la végétation en décomposition, de la boue marécageuse et des ossements des hommes qui se sont noyés dans les marais, les Bêtes ne sont pas des créatures vivantes. La monstruosité qui en résulte est à peu près de la taille d'un troll et de forme vaguement humanoïde, avec deux jambes, deux bras, et une petite tête au sommet de son corps massif. Un air incomparable de mort et de décomposition entoure ces créatures. Elles ne ressentent aucune douleur et peuvent se remodeler pour reformer des membres qui ont été exploser ou coupés. Si robuste est une Bête des Marais qu’elle est capable de résister à la frappe d'un boulet de canon, en réformant sa chair détrempée et vaseuse autour de la plaie et même en repoussant ces membres, le cas échéant. Ils ont une force élémentaire, tirant leur puissance du sol pour écraser l'ennemi avec des poings aussi puissants que des béliers. Ils sont sans émotion, des bêtes intrépides qui ne s'arrêteront pas tant que durera la volonté de leur maître. Ce sont des créatures contre nature qui empestent les marais stagnants. Ils sont presque dépourvus de volonté, ce ne sont pas des adversaires imaginatifs, mais cela peut changer avec un manipulateur habile.

La seule chose qui empêche son utilisation massive par les sorciers et autres pratiquants des arts magiques est l'immense énergie magique nécessaire pour en créer une et la maintenir en état de fonctionnement. Loin d'un site du pouvoir magique, une Bête des Marais ne durera que quelques minutes avant de consommer toute l'énergie et de s'effondrer en un tas de boue, pourrie une fois de plus. Bien sûr, une fois qu'une tempête de magie descend sur le monde, les appétits de ces êtres sont facilement maintenus, même par un sorcier peu habile et moins instruit. Bien que, comme avec toutes les constructions magiques, un mot mal prononcé dans la liaison avec l’invocation peut s'avérer tout à fait fatal à son ancien maître, en tant que conduit direct aux vents de magie, un sorcier peut servir de repas adéquat pour ces élémentaires affamés.


Source